Inscrivez-vous sur PVTistes.net !

Le site des 18-35 ans qui souhaitent partir en PVT, voyager, travailler à l'étranger et s'expatrier. Au programme : échanges et rencontres avec d'autres voyageurs, dossiers thématiques et interviews !

Je m’inscris Utilisez votre compte facebook
  1. Cedric / 33 ans
    3 036 16910
    #1

    L'actualité: Une marée noire en prévision ?

    Article en français juste en-dessous pour les anglophobes

    Oil spill could last for weeks

    Oil from a stricken container ship off the Tauranga coast could continue to wash up on beaches for weeks, according to Transport Minister Stephen Joyce.


    The Liberian-flagged Rena was carrying about 1700 tonnes of heavy fuel oil and about 70 tonnes of marine diesel when it struck the Astrolabe Reef last Wednesday.


    Between 10 and 50 tonnes of oil is estimated to have escaped the ship since the crash, and today (Monday) the public was warned to stay away from Mt Maunganui beach after toxic oil blobs were found there.


    Wildlife workers are rescuing oil-covered birds by cleaning off the substance as they are found.


    A low bringing swells, rain and "copious amounts of rain'' was headed across the country this week, said MetService forecaster Bob McDavitt.


    He said Tauranga could be hit with swells of up to three metres over the next three to four days, bringing challenging conditions to the rescue efforts.


    "The peak wind and rain is expected Tuesday morning. The wind might ease a bit and come up on Tuesday afternoon, and then ease away.



    "But the onshore waves are expected to rise to occasionally 3m during Tuesday. They probably won't ease again until Thursday or even Friday. So that's going to be challenging conditions.''


    He said the Tauranga area is expected to see about 30-40mm of rain over the next day or so, which was a third of the monthly average for the area.


    Mr Joyce this afternoon told media oil could wash up on beaches for a number of weeks, with the bulk expected to come ashore in Papamoa.


    "Even in a successful ocean-based clean up, generally the most people actually pick up at sea is around 10 per cent of the total, the rest of it either disperses naturally or ends up on the beach.''


    Although the oil leak from the ship appeared to have stopped, there were fears continuing bad weather could cause the ship to break up on the reef and create further leaks.


    However, Mr Joyce said the ship was holding up to high winds better than expected.


    "There is no sign yet of it stressing in such a way that would cause a break-up to occur,'' he said.


    "The weather we're experiencing out there won't be helping, but that's probably an unexpected upside at this point in that the ship seems to be holding together right now.''


    Mr Joyce was less positive about the chances of getting the Rena off the reef in one piece, saying officials had described the salvage as one of the most difficult they had seen.


    "Because the ship is rammed so hard on the reef, it was obviously travelling at a good speed when it hit the reef, that is making it pretty challenging.''


    Work was continuing to pump oil off the ship and onto the barge Awanuia today, although that was interrupted as the weather created safety concerns.


    "If and when they get the clear weather that they need to be able to do this job, it will take between 30 and 40 hours in total to transfer the oil from the ship into the bunkers on the barge.''


    Another concern was a number of containers on board that were holding hazardous material, with 11 of the containers holding goods classified as "dangerous''. Another two held goods that could give off flammable gases if they came into contact with water.


    All of the containers were sealed and Mr Joyce said officials were continuing to monitor them closely.


    There has not yet been a public explanation for the crash, and the ship's captain was being interviewed by investigators.
    Whether he had been drinking alcohol was one of the subjects of the investigation, but Mr Joyce said he did not know whether that was the case.


    Mr Joyce said the history of the ship was also being considered as part of the investigation, and confirmed that Maritime New Zealand had conducted a check on the ship in the last few weeks.


    Mr Joyce said he was not aware of any near-collisions the ship had had, or whether the charts on board had incorrect information.

    Source: Oil spill could last for weeks - National - NZ Herald News

    ---------- Message ajouté à 12h06 ---------- message précédent à 12h04 ----------

    Et en français...

    Marée noire en Nouvelle-Zélande

    Des petites quantités de pétrole provenant d'un cargo pris dans un récif depuis plusieurs jours ont commencé à se déverser sur une plage fréquentée de la Nouvelle-Zélande, tôt lundi, tandis que les opérations pour extraire le pétrole de l'embarcation ont été interrompues en raison du mauvais temps.


    Le Rena battant pavillon libérien s'est échoué mercredi dernier sur le récif Astrolabe, à 22 km au large de la ville de Tauranga (île du Nord).


    Le porte-conteneurs de 236 mètres laisse s'échapper du carburant, faisant craindre un désastre écologique.


    Après avoir amorcé une opération dimanche pour extraire jusqu'à 1700 tonnes métriques de pétrole de l'embarcation, les membres de l'équipage ont cessé le pompage lundi après avoir retiré seulement 10 tonnes.


    Des poches de pétroles de la grosseur d'un poing ont été trouvées à la plage de Mount Maunganui, un endroit prisé des surfeurs, selon l'autorité des transports dans cette région de la Nouvelle-Zélande.


    Jusqu'à 30 tonnes auraient fui dans la baie de Plenty, un lieu reconnu pour sa faune aquatique.


    De fortes houles et des vents violents doivent frapper le secteur lundi et dans les prochains jours.

    Source: Marée noire en Nouvelle-Zélande | Environnement

  2. Mathieu / 31 ans
    Bordeaux Banff
    2 711 8285
    #2
    http://www.nzherald.co.nz/nz/news/vi...lery_id=122061

    C'est encore et toujours le meme probleme, un non respect des interdictions de navigation proche des cotes! Les rois de ce genres de catastrophes en océanie sont les Asiatique! Il y a 2 ans un petrolier s'echoué sur la grand barriere de corail à Cairns! Les japonnais ne souhaitant pas payer les frais de nettoyage , le tanker ne fut jamais rendu !
    Enfin bref encore une belle catastrophe pour la Nouvelle Zeland après les tremblement de terre! Amis vvtistes il risque d'y avoir du travail :/

  3. Marie / 28 ans
    Paris Hong-Kong
    17 981 37838
    #3
    Ou plutôt, il va y avoir des soucis pour du boulot. Bay of Plenty est une destination prisée des Kiwis et des touristes étrangers en particulier pendant l'été. Les commerçant craignent à juste titre qu'il va y avoir bien moins de touristes que les années précédentes. Cela va sans doute se répercuter sur l'emploi des gens en Working Holiday Visa dans cette région.

    Il y a un programme de volontariat pour aller nettoyer les plages si cela vous intéresse. Il faut en premier lieu vous inscrire via un site plutôt central et donner des informations sur vous et vos disponibilités :
    http://econtent.tauranga.govt.nz/dat...nformation.pdf
    Volunteer Oil Recovery Responders Registration Form - Operation RENABEACH CLEAN-UP VOLUNTEER INFORMATION

    Thank you for your interest to volunteer for the clean-up of oil from our beaches and estuaries. Please check the following and if this is you, then please complete and submit your details.

    • We need strong fit and healthy people (over the age of 16 years old)
    • You need to be able to complete a 4-hour beach clean-up shift (unfortunately we do not have enough equipment to be able to split the shift to any less than 4 hours)
    • You need to have your own rubber boots (all other protective clothing and equipment will be supplied)
    • You need to be able to deal with smelly messy oil.

    If you are not physically fit or cannot commit to 4 hours, please register via the call centre on 0800 645 774.
    This form is only for beach clean-up so if you are keen on the Wildlife Response then please phone and register on 0800 333 771.
    If you have any difficulties completing this form or have any questions, please phone our call centre on 0800 645 774.

    Bien plus d'infos sont disponibles ici : Home - Bay of Plenty Regional Council.
    Cela m'a l'air un peu compliqué, mais on va voir avec mon homme si on ne va pas essayer d'aller aider un peu là-bas dimanche (ça fait court une journée, mais bon...)

  4. Les 2 membres suivants aiment le message de Lamarie :


  5. Isabelle
    Lyon Lyon
    7 024 37459
    #4
    Dans une note plus légère (quoique...) : des pulls pour les pingouins :


    A recent oil spill on New Zealand’s coast has left the environment and wildlife in shambles — including the local blue penguin population. While volunteers are working hard to rescue and clean the animals in the region, they require a little bit of crafty help: tiny sweaters, or penguin pajamas, for the rescued birds. These woolen sweaters keep oil-soaked birds warm until they’re well enough to be cleaned and prevent them from ingesting oil from their feathers.

    If you’re interested in donating a penguin sweater, New Zealand yarn store Skeinz has provided a handy how-to andis organizing the donation efforts.
    Source : Knit a Sweater, Help a Penguin in Need | The Etsy Blogt ici : SPRING 2011 Newsletter

  6. Les 3 membres suivants aiment le message de Zootopia :


  7. Muriel / 31 ans
    Paris
    10 371 30040
    #5
    Faut trop que je mette à tricoter ça !

  8. Le membre suivant aime le message de murielj :


  9. Denis / 31 ans
    Montréal Montréal
    4 405 9345
    #6
    Bon des nouvelles (pas très bonnes) concernant le naufrage :

    Nouvelle-Zélande: un cargo échoué brisé en deux par la tempête, risque de pollution

    source : AFP: Nouvelle-Zélande: un cargo échoué brisé en deux par la tempête, risque de pollution


    (AFP) – Il y a 12 heures

    WELLINGTON — Un porte-conteneurs échoué depuis trois mois sur un récif néo-zélandais s'est brisé en deux sous l'effet de la tempête, ravivant les craintes d'une pollution au fioul lourd, a-t-on appris dimanche auprès des autorités maritimes.
    Des experts de lutte contre la pollution pétrolière et des spécilaistes de la protection de la nature ont été mobilisés, du fioul lourd ayant recommencé à s'échapper des soutes du navire naufragé sur le récif de l'Astrolabe depuis le 5 octobre, proche de la localité touristique de Tauranga (cote est de l'île du Nord).
    Les deux parties du Rena se sont éloignées de 20 à 30 mètres l'une de l'autre après avoir été heurtées par des vagues de sept mètres de haut, a indiqué le responsable des opérations des services maritimes néo-zélandais, Alex van Wijngaarden.
    Il a précisé que les services compétents avaient été activés pour récupérer le reste de fioul contenu dans le navire et réparer tout dommage pouvant affecter l'environnement et le rivage, connu pour ses plages paradisiaques.
    "On ne connaît pas exactement la quantité de fioul qui pourrait s'échapper, mais les équipes ont été mobilisées", a souligné Alex van Wijngaarden.
    A la mi-octobre le ministre de l'Environnement Nick Smith avait estimé qu'il s'agissait de "la pire catastrophe écologique maritime" du pays.
    Dimanche Nick Smith a dit que les écoulements de fioul ne seraient dans tous les cas pas aussi importants que lors de l'échouage du Rena.
    "Au pire, des dizaines de tonnes de fioul lourd au lieu des centaines de tonnes qui étaient (alors) susceptibles de fuir", a-t-il dit.
    Jusqu'à 300 conteneurs, sur les quelque 880 qui sont toujours à bord, ont été précipités à la mer et les autorités ont élargi la zone interdite à la navigation autour du Rena pour éviter toute collision.
    Le Rena qui bat pavillon libérien appartient à l'armement grec Costamare Shipping Company.
    Environ 350 tonnes de fioul s'étaient alors répandues en mer, polluant les plages environnantes et entrainant la mort de quelque 1.300 oiseaux. De nombreux bénévoles avaient été mobilisés pour nettoyer les plages des galettes de fioul lourd.
    Plus d'un millier de tonnes de fioul avaient été pompées depuis l'accident, mais il en reste encore à bord, selon les autorités.
    Le commandant philippin du Rena et son second sont soupçonnés d'avoir conduit le navire trop près de la côte pour gagner du temps. Ils ont été inculpés pour conduite dangereuse et déversement de substances dangereuses. Ils encourent jusqu'à deux ans de prison.
    Copyright © 2012 AFP. Tous droits réservés

    source : AFP: Nouvelle-Zélande: un cargo échoué brisé en deux par la tempête, risque de pollution

  10. Les 2 membres suivants aiment le message de denisd :


 

 

Inscrivez-vous sur PVTistes.net pour profiter de nos nombreux outils gratuits !