Inscrivez-vous sur PVTistes.net !

Le site des 18-35 ans qui souhaitent partir en PVT, voyager, travailler à l'étranger et s'expatrier. Au programme : échanges et rencontres avec d'autres voyageurs, dossiers thématiques et interviews !

Je m’inscris Utilisez votre compte facebook

Discussion: Le CIDJ parle du PVT

  1. Julie / 29 ans
    Paris Paris
    9 908 24706
    #1

    Le CIDJ parle du PVT

    Salut tout le monde,

    Certains ont sans doute vu sur notre page Facebook qu'une journaliste du CIDJ recherchait des témoignages pour proposer quelques articles (où il est souvent question du PVT) et les pauses pendant les études, sur le site du CIDJ, J comme Jeune.

    Au programme de ces articles :
    Voici un extrait du témoignage de Fanny qui s'est rendue en PVT en Australie !


    Nom : fanny_centre_rouge.jpg
Affichages : 25
Taille : 48,8 Ko
    "Nouveau départ pour Sydney"

    "Après l’obtention de ma licence, j’étais encore hésitante sur le type de master qui me tentait. J’ai choisi de repartir, cette fois en Australie. Loin de mon quotidien, je savais que je pourrais prendre du temps pour moi.
    Finalement, j’ai obtenu le fameux Working Holiday Visa, qui me permettait de travailler sur place, et je me suis envolée pour Sydney. Là-bas, j’ai vendu des koalas en peluche et des T-shirts I Love Sydney dans une boutique de souvenirs pendant plusieurs mois afin d’économiser pour partir en vadrouille. Ensuite, j’ai découvert un peu le pays en passant d’auberge en auberge. Certains étudiants angoissent à l’idée de voyager seul. Pour moi, cette solitude a été bénéfique : j’ai pu faire le point et penser à mes projets."

    "Mes 7 mois en Australie m'ont remotivée pour mes études"

    "À l’inverse de ceux qui décrochent complètement après ce type d’expérience, mes 7 mois en Australie m’ont remotivée pour mes études. C’est durant mon séjour là-bas que j’ai pris les décisions les plus importantes pour mon avenir professionnel : j’ai su que je voulais travailler dans l’univers des relations européennes ou internationales. Ce que je fais d’ailleurs aujourd’hui pour une collectivité bretonne.
    Je me suis donc inscrite à mon retour dans le master qui me semblait le plus adapté à mon projet, à l’université Paris 4, et j’ai recommencé les cours sans problème."

    Le bol d'air de Fanny : deux années off pour penser à l'avenir

    Bonne lecture !

  2. Le membre suivant aime le message de Lilou :

    Mat

 

 

Inscrivez-vous sur PVTistes.net pour profiter de nos nombreux outils gratuits !