Avant d’acheter une voiture au Canada, les précautions à prendre

Date de publication : 12-05-2000

Auteur

isa

Avant d’acheter une voiture au Canada, les précautions à prendre

Principale précaution : avant d’acheter, inspectez le véhicule, surtout s’il s’agit d’un véhicule d’occasion. Observez la carrosserie (rouille, marques d’impact, teinte de peinture différente qui pourrait cacher un choc, etc.), vérifiez le bon fonctionnement des équipements (ouverture et fermeture des portes et du coffre, phares, essuie-glaces, vitres électriques climatisation, etc.), vérifiez l’état et la propreté des sièges (cela vous aidera à savoir si le vendeur est soigneux), assurez-vous que l’état général du véhicule soit conforme au nombre de kilomètres parcourus (manipulation possible du compteur kilométrique par le vendeur), regardez les pneus pour vous assurer qu’ils ne soient pas trop usés, vérifiez l’usure du pot d’échappement, et enfin, testez la dureté des freins et de l’embrayage.

Demandez également à faire un court test routier pour vérifier le bon fonctionnement des freins et la direction en ligne droite (quand vous lâchez le volant, la voiture ne doit pas tourner toute seule…).
Si vous ne vous sentez pas d’attaque pour effectuer cette inspection, emmenez avec vous quelqu’un qui s’y connaît mieux ou demandez à faire inspecter le véhicule par un professionnel.
Vous pouvez de toute façon demander au vendeur particulier l’autorisation de faire inspecter le véhicule même si vous n’avez pas vraiment l’intention de le faire : sa réaction vous permettra de tester son honnêteté et de vérifier qu’il n’a rien à cacher.

Si vous faites inspecter le véhicule dans un garage, il peut être judicieux de prendre rendez-vous avant même de voir la voiture pour pouvoir la faire inspecter le plus tôt possible. Les délais pour obtenir un rendez-vous peuvent être longs, et les bonnes affaires ne restent pas longtemps sur le marché. Si jamais, lors de la visite, la voiture ne vous convient pas, vous pourrez toujours annuler votre rendez-vous auprès du garagiste.

Vérifiez également les antécédents d’entretien du véhicule pour éviter les frais de révision imprévus. Demandez à consulter le carnet d’entretien s’il est disponible. En Ontario par exemple, le vendeur particulier est tenu de fournir une Trousse d’Information sur les Véhicules d’Occasion (TIVO ou UVIP en anglais : Used Vehicle Information Package).
Partout au Canada, vous pourrez obtenir l’historique d’un véhicule d’occasion grâce au Numéro d’Identification du Véhicule (NIV) ou Vehicle Identification Number (VIN), que vous trouverez sur le tableau de bord, côté conducteur : n’hésitez pas à le demander au vendeur si celui-ci ne vous l’a pas encore donné. Cependant, un accident pourrait ne pas avoir été signalé et donc ne pas apparaître dans l’historique : restez vigilant !

Attention enfin aux vendeurs qui se font passer pour des particuliers pour écouler des voitures à problèmes ou sans garantie… Vous pouvez par exemple vous méfier des particuliers qui ont plusieurs voitures à vendre ou de ceux qui tiennent un discours trop « commerçant ».
Par ailleurs, c’est souvent mieux de rencontrer le vendeur chez lui pour garder un point de référence en cas de problème. Demandez à voir le contrat de vente d’origine, le certificat d’immatriculation ou une preuve d’assurance, afin de vous assurer que ce vendeur est bien le propriétaire du véhicule.

On en parle sur le forum :

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂

Articles recommandés