Les catastrophes naturelles au Japon

Article publié le 10-09-2018.

Ce n’est probablement une surprise pour personne, mais le pays du soleil levant n’est pas vraiment gâté par Dame Nature, encore moins depuis quelques années avec les conséquences du réchauffement climatique.

Cependant rassurez-vous, le Japon a réussi l’exploit d’être à la fois l’un des pays les plus à risque et l’un de ceux avec le taux de mortalité et de dommages collatéraux les plus bas lors des catastrophes naturelles. Les infrastructures et la formation de la population ont permis cet exploit inégalé dans le monde.

Faisons un tour rapide sur les catastrophes naturelles les plus courantes au Japon :

Les séismes

Le Japon est situé dans une zone à forte activité sismique, la "ceinture de feu du Pacifique". De ce fait, la terre tremble tous les jours ici, mais la grande majorité des séismes est d’intensité si faible qu’on ne les ressent pas. Il y a un un séisme moyen (ressenti par la population mais qui n’entraîne pas ou très peu de dégats matériels) environ tous les trois mois quelque part dans le pays et un séisme fort plus aléatoirement.

Les séismes sont difficiles à prévoir il est donc essentiel de savoir quoi faire quand cela arrive. Nous avons sur le site un article sur les tremblements de terre qui vous informe sur les mesures à suivre et vous donne des liens vers les sites officiels et les applications utiles à avoir.

Les tsunamis

Très souvent déclenchés par de gros tremblements de terre au large des côtes, les tsunamis sont beaucoup plus rares que les séismes mais bien plus meurtriers. On se souvient de la catastrophe de 2011 où la majorité des victimes et des dégâts ont été causés non par le séisme mais par le terrible tsunami qui a déferlé sur les côtes du Tohoku.

Suite à chaque tremblement de terre important proche des côtes, les risques de tsunamis sont étudiés et des alertes sont lancées.

Si vous habitez près de la mer, repérez les zones de refuge dans votre ville, elles sont en hauteur et le plus loin possible de la côte (logo vert d’un homme qui fuit une vague, souvent écrit en anglais). À part évacuer rapidement lorsque vous entendez les sirènes, il n’y a pas grand chose d’autre à faire ni à savoir.

Voici le genre d’alerte que vous entendrez à la télévision (séisme et tsunami de 2011).

Voici les sirènes que vous entendrez dans la rue.

Les typhons

Généralement beaucoup moins graves que les séismes et les tsunamis, les typhons (appelés ouragans ou cyclones dans d’autres régions du monde) sont très courants au Japon de juillet à fin septembre, tout particulièrement pendant la saison akisame (fin août au début septembre). Un typhon se définirait comme une tempête tropicale avec des rafales de vent d’au moins 120 km/h et de fortes pluies.

La majeure partie du temps les typhons ne sont pas meurtriers et peu destructeurs et les Japonais continuent d’aller au travail et de mener leur vie malgré la tempête (c’est la valse des parapluies cassés dans la rue !). Cependant il faut être très vigilant lors des “super typhons” qui eux causent de gros dégâts et font des victimes. La plupart des entreprises demandent à leurs employés de rester chez eux, les écoles ferment et les transports en commun sont aussi arrêtés. Le dernier super typhon a eu lieu en septembre 2018, touchant la région du Kansai en faisant de très gros dégâts à Osaka ainsi qu’une dizaine de morts.
Pour en savoir plus sur les typhons (fréquents aussi à Taïwan, Hong Kong et en Corée du Sud), vous pouvez aller lire notre article Le PVT en Asie : risque de typhons.

Les inondations

De plus en plus communes en France, les inondations sont également devenues courantes au Japon. Les villes japonaises très bétonnées ne facilitent pas l’évacuation de l’eau lors des fortes pluies et les zones citadines peuvent être rapidement inondées. Tout comme en France, les dégâts sont surtout matériels et il faut suivre les avis d’évacuation des autorités s’il y en a.
Notez que des inondations arrivent souvent après les typhons.

Les glissements de terrain

Les glissements de terrains sont souvent la conséquence des tremblements de terre, des typhons et des inondations. Outres les dégâts matériels importants, ils peuvent être particulièrement meurtriers la nuit quand les gens endormis sont ensevelis.
Lorsqu’il y a un risque, les autorités émettent des avis d’évacuation, malheureusement ils ne sont pas toujours respectés par la population.
Restez donc très vigilant encore quelques jours après de fortes pluies, séismes et typhons et soyez prêt à évacuer à tout moment.

La canicule

Là aussi tout comme en France, le Japon connaît à présent des épisodes caniculaires durant l’été. Le dernier en date fut la longue canicule touchant la région du Kansai en juillet-août 2018 qui a fait 80 morts. Les mesures de prévention sont les mêmes qu’en France (éviter de sortir, rester dans un endroit climatisé, beaucoup boire, être particulièrement vigilant envers les personnes âgées et enfants autour de soi).

Que faire en cas de catastrophe naturelle ?

En cas de catastrophe naturelle quelle qu’elle soit, gardez votre calme et surtout cherchez l’aide des Japonais autour de vous. La population est très bien préparée à réagir aux catastrophes naturelles (surtout les séismes) et la plupart d’entre eux ont acquis de bons réflexes.

Ne restez pas seul, allez sonner chez vos voisins - les voisins sont le premier réseau de secours, bien avant les pompiers ou la police potentiellement débordés - l’esprit de communauté est très important ici et l’on vous aidera d’autant plus que vous êtes étranger (et donc peu habitué à ces phénomènes).

Également, allumez la télévision, la radio et ne gaspillez pas votre batterie de téléphone portable (en cas de coupure de courant).

Les numéros de téléphone d’urgence sont les suivants :

  • Police = 110
  • Pompiers/ Ambulance = 119

Lors des coupures de courant (fréquentes après les tremblements de terre et typhons) des réseaux wifi de secours sont fournis gratuitement par les principaux opérateurs téléphoniques (Docomo, KDDI, Softbank). Ce réseau s’appelle 00000JAPAN, il est rapidement activé dans les zones touchées et vous pouvez y accéder peu importe votre opérateur téléphonique habituel.
Plus d’infos ici pour Osaka, Nagoya, Sapporo et Fukuoka (en anglais). Ce genre de site officiel existe pour la plupart des villes, n’hésitez pas à chercher la vôtre sur internet.

Enfin, voici un guide très complet sur la prévention des catastrophes naturelles de la ville de Tokyo avec des conseils valables pour tout le Japon (en anglais).

Au final, il est toujours bon de prévoir un sac d’urgence chez soi (utile pour toute évacuation : séisme, typhon, glissement de terrain). Vous en trouverez des tout prêts sur Amazon ou Rakuten ou en magasin, mais il est toujours mieux de préparer votre propre sac avec les choses dont VOUS avez réellement besoin.

Nous vous expliquons que mettre dans ce sac de secours dans notre article sur les tremblements de terre.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Évaluations des membres

5/5 (1)

Articles recommandés

[Dossier]

La contraception et l’IVG dans les pays du PVT

[Interview]

Morgane, de retour après 4 ans au Japon

[Récit de voyageur]

Oscar en Nouvelle Zelande : l’Île du Nord

[News]

Nouvelle-Zélande : augmentation du prix du PVT, mise en place d’une ETA…

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre