Comprendre les moeurs argentines

Chapitre 8 : La langue

Date de publication : 19-07-2018

Auteur

Johanna

La langue

En Argentine, on parle l’Espagnol que l’on préfère appeler Castellano (Castillan) et qui possède quelques particularités propres au pays.

L’accent, un peu italien et chantant, est unique ! Il change cependant suivant les provinces.

La principale singularité se retrouve dans l’utilisation de vos à la place de et ustedes pour vosotros, histoire de mélanger un peu nos conjugaisons. S’y ajoute une prononciation un peu différente de l’Espagne (ex: le galleta ne se prononce pas gayeta mais gacheta), quelques mots dont le sens varie quelque peu (currar, coger…) et, bien sûr, le célèbre « che » pour interpeler et qui est resté à Ernesto Guevara.

On rencontre fréquemment le lunfardo (argot) – et son fameux Che, boludo ! – qui s’apprend assez vite… Et, plus sérieusement, on peut aussi croiser du porteñol, un mélange d’espagnol et de portugais qui se développe en Amérique du Sud.

Chapitre 8 sur 14

Évaluation de l'article

5/5 (1)

4 Commentaires

Fanny
4 6
Les rapports homme/femme en Argentine… tout un programme ! Sur mon blog j’en parle ici http://destinobuenosaires.blogspot.com.ar/2011/02/el-no-ya-lo-tenes-ou-hommes-femmes-mode.html
Amandine
26 160
Dans la partie Danse et Musique, un petit mot sur les milongas s’impose. C’est le meilleur endroit pour découvrir ce que signifient danse et musique en Argentine yo creo que!
Cacho
164 145
« Et l’infidélité – des hommes essentiellement – est grandement tolérée. » J’aime pas énormément cette phrase. Je sais pas si c’est une femme ou un homme qui a écrit cet article mais ici en Argentine, quand on est un homme étranger, c’est tout le temps qu’on se fait draguer. Et si vous croyez y échapper en disant « Non j’ai déjà une copine » c’est franchement assez régulier que la femme/jeune femme vous réponde « Moi aussi mais c’est pas grave ». Donc ce ne sont pas juste les hommes qui sont infidèles. C’est toute la société.
Johanna
1.8K 2.8K
C’est tout à fait vrai ! Il y a de l’infidélité de tous les côtés. Néanmoins, j’ai rencontré beaucoup de familles où le mari avec maîtresses est considéré comme un dieu, un beau gosse, etc. La fille, même si c’est « toléré », aura plutôt tendance à le cacher au risque de se faire taper sur les doigts. C’est donc plus la façon dont l’infidélité est mise en avance par chaque sexe dont je parlais. Par ailleurs, la société argentine reste machiste et, ça, je peux le dire qu’on le ressent en tant que femme !

Articles recommandés