L’entrevue (entretien d’embauche) au Canada

Article publié le 08-10-2018.

Danielle Staraci propose une offre d'accompagnement aux PVTistes et aux autres travailleurs temporaires ou permanents. Les retours de celles et ceux qu'elle a aidés sont extrêmement positifs. On lui a donc proposé de répondre à quelques-unes de nos questions sur l'entrevue, autrement dit l'entretien d'embauche, au Canada ! 

Quels conseils préliminaires donnerais-tu aux PVTistes qui ont décroché une entrevue ?

Tout d’abord je commencerais par rappeler une différence fondamentale :

  • En France, le savoir et le savoir-faire sont déterminants pour l’embauche.
  • Au Canada, le monde du travail mise de plus en plus sur le savoir-être.

D’où un décalage entre les pratiques des employeurs et un des grands chocs culturels pour les nouveaux arrivants qui se manifeste souvent par cette question classique et qualifiée de « bête noire » des nouveaux arrivants : « Je vais rencontrer plusieurs candidats, aussi donnez-moi des raisons de vous embaucher, vous ? ».

La première chose que je dirais, c’est qu’il faut s’adapter aux codes culturels du pays. Il faut penser que ses propres codes culturels pourraient être mal interprétés et ainsi être un obstacle majeur dans sa recherche d’emploi.

Il y a à ce sujet certaines choses à connaître pour l’entrevue d’embauche, par exemple en terme de langage non verbal :

  • On regarde le recruteur dans les yeux : ce qui dénote une personne sincère et confiante.
  • L’attitude positive durant toute l’entrevue, une "belle personnalité" (une personne positive, avec de belles valeurs, avec qui on aimerait travailler).
  • La ponctualité : les Québécois ne sont pas des plus flexibles surtout pour une entrevue !
  • Le sourire, qui traduit la confiance en soi, le bonheur, le positivisme.
  • On évite de critiquer et de parler de ses difficultés.
  • La poignée de main ferme.
  • On évite les gestes inutiles qui risquent d’énerver notre interlocuteur (jouer aves ses cheveux ou son stylo).
  • La posture doit montrer notre envie de communiquer, notre confiance (pas d’épaules courbées).
  • L’habillement : ne pas oublier la première impression, se renseigner sur le code vestimentaire.

On dit souvent que sur le CV canadien, on doit "se vendre" plus qu'en France ou en Belgique, est-ce que c'est la même chose pendant les entretiens d'embauche ?

Tout autant mais différemment, en fonction des codes culturels. Les codes culturels sont particulièrement importants. Une personne qui cherche du travail a tout intérêt à les connaître. Chaque pays a ses propres codes qu’il faut connaitre pour réussir son entrevue. C’est une question de respect envers une autre culture et un facteur d’intégration (quel que soit le pays dans lequel on s'installe).

À quels types de questions faut-il s'attendre ?

  • Parlez-moi de vous…

La question que tout nouvel arrivant craint ! Et pour cause, le champ est libre, ce qui effraie (c'est là tout l’intérêt pour les recruteurs).

Le recruteur cherche à vous connaître, à analyser votre façon de vous exprimer, mais aussi à vous mettre à l’aise en vous donnant l’occasion de vous mettre en valeur.

Il faut éviter toute allusion à sa vie personnelle, mais plutôt parler de ses traits de caractères et de ses réussites dans sa vie professionnelle ou ce qui vous semble important pour le poste convoité. Pas plus de 5 minutes !

  • Pourquoi voulez-vous travailler pour nous ?

Là, il est important de trouver des liens entre les valeurs et les besoins de l’entreprise et ce que vous avez à offrir.

  • Parlez moi d’une expérience où vous avez dû vous surpasser ? Comment avez-vous pu résoudre ces problèmes ?

Le recruteur essaie de savoir si les problèmes vous font peur. Toujours donner un exemple précis en expliquant ce que vous avez fait pour régler la situation. Décrivez une situation dans laquelle vous vous êtes appuyé sur vos connaissances pour surmonter des obstacles ou résoudre des problèmes.

  • Parlez-moi d’une expérience professionnelle dont vous êtes fier ?

Toujours présenter une expérience qui a un lien avec le poste visé et où vous avez joué un rôle en expliquant bien le contexte et les résultats.

  • Savez-vous dire non ?

Le recruteur veut connaître votre capacité de prise de décision. Donnez un exemple professionnel.

  • Quels sont vos points forts et vos points faibles ?

C'est une question que l’on trouve toujours en entrevue, quel que soit le pays !

Le recruteur cherche à savoir les risques qu’il prend en vous embauchant.

Lorsque l’on parle de ses défauts, il faut expliquer les mesures que l’on a prises pour les corriger. C’est pour cela que je préfère parler de point d’amélioration plutôt que de défaut ou de point faible ! On est positif !

Pour le point fort, choisissez dans votre parcours une réalisation qui vous permettra de vous valoriser de manière optimale, une expérience qui a un lien avec le poste visé et où vous avez joué un rôle important.

Expliquez votre rôle, le contexte et les résultats de façon précise, concise et factuelle.

  • Aimez-vous le travail en équipe ?

Indispensable en Amérique du Nord ! Le recruteur veut savoir si vous allez bien vous intégrer dans l’équipe.

Au Canada, vous allez travailler avec des personnes de toutes nationalités et de différentes personnalités. La diversité est importante.

  • Vos loisirs, vos passions ?

Le recruteur veut peut-être détendre l’atmosphère.  Comme avec ses autres questions, il cherche à vous connaitre, vous comprendre, il est donc indispensable de rester professionnel, positif, réactif et dynamique dans vos réponses.

  • Avez-vous des questions ?

Vous avez certainement des questions à poser à l’employeur, qui vous sont nécessaires pour évaluer le poste, voir s'il correspond à vos besoins !

- Quels sont les défis associés au poste ?

- Y-a-t-il beaucoup d’autres candidats en entrevue ?

- Est-ce que ce poste est vacant depuis longtemps ?

Préparer ses questions est un signe de pensée critique et de confiance en soi.

Notre niveau d'anglais est-il systématiquement testé quand on passe une entrevue au Québec ?

Très souvent, le recruteur « zappe » à l’anglais pour voir si le niveau du candidat correspond à ses besoins.

Quand aucun salaire n'est précisé dans l'offre d'emploi, les employeurs ont-ils l'habitude de demander aux candidats leurs attentes en terme de salaire ?

Bien souvent, le salaire n’est pas spécifié dans l’offre au Canada.

À moins que l’employeur en parle lors de la première entrevue, on n’aborde pas d’entrée de jeu l’aspect financier (salaire, congés, avantages sociaux, horaires...). L’employeur cherche avant tout à voir votre enthousiasme pour l’emploi et votre motivation pour accomplir cette nouvelle mission.

Vous pouvez très bien faire une recherche sur ce qui est raisonnable compte tenu de votre expérience, ce qui vous permettra de répondre à l’employeur (sous forme d’échelle de salaire) s’il vous demande vos prétentions salariales.

Est-ce qu'il est fréquent au Canada d'avoir à passer plusieurs entrevues pour un même poste ?

Oui, en effet, c’est courant. Cela commence très souvent par une première entrevue par téléphone (première sélection). Si le candidat intéresse, il peut être convié à une, deux, voire trois ou quatre entrevues avec différents intervenants. Cela dépend de la politique de l’entreprise, du nombre de candidats, etc.

Dans la première entrevue, le recruteur va chercher en quoi vous êtes le candidat idéal, va apprécier votre capacité à prendre du recul et identifier des pistes à approfondir… pour la suite des entrevues !

Quelles sont les erreurs fréquemment commises ?

Elles viennent généralement d’une mauvaise préparation, d’une mauvaise connaissance de l’entreprise et de ses valeurs comme :

  • Manque de concision, d’esprit de synthèse.
  • Parler de ses diplômes d’entrée de jeu.
  • Ne pas se limiter à la question posée et s’étendre en blabla.
  • Critiquer ses anciens superviseurs.

Une fois l'entrevue terminée, faut-il prévoir de recontacter l'employeur ?

On peut demander avant de partir, si ce n’est pas évoqué par le recruteur, quelle sera la suite du processus et demander "Quand prévoyez-vous  prendre une décision ?"

On n’oublie pas d’envoyer un courriel de remerciement après l’entrevue.

Enfin, si l’employeur « oublie » de nous contacter pour nous donner une réponse ou si nous ne connaissons pas la suite du processus, on peut adresser un courriel pour cela et rappeler notre motivation et ce, dans un délai raisonnable.

On peut le recontacter une semaine après la clôture du dépôt des candidatures si rien n'a été convenu avec lui.
Si, en revanche, l'employeur devait nous contacter pour nous donner une réponse un jour précis, on peut le recontacter 4 ou 5 jours plus tard.

Quels sont tes derniers conseils ?

Il ne faut pas oublier que :

  • L’entrevue est un échange d’informations. Aussi, vous devez être prêt autant à poser des questions qu'à y répondre.
  • Le recruteur au Canada ne cherche pas à vous déstabiliser, mais à vous connaître, donc pas de stress !
  • Vous devez faire en sorte que l’on se souvienne de vous. Faites preuve d’enthousiasme jusqu’à la fin de l’entrevue : soyez ouvert, enthousiaste, positif et motivé.

Une entrevue se prépare ! Cela commence par :

  • Une recherche complète sur la société, son secteur, ses produits, son positionnement...
  • Identifier les compétences techniques et comportementales recherchées par l’employeur.
  • Déterminer les réalisations qui démontrent que l’on répond aux besoins.
  • Déterminer pourquoi vous êtes « le » candidat idéal et en quoi votre expérience est une valeur ajoutée.
  • Parler comme un expert du secteur.

Le recruteur cherche à savoir si vous avez la personnalité et les compétences requises pour travailler dans son entreprise.

Il faut être conscient de l’importance de la première impression. On n’a pas de seconde chance ! Il faut donner la sensation d'un professionnel enthousiaste qui sera un atout pour l’équipe.

Il est préférable de donner des réponses brèves et ciblées avec une argumentation claire et concise. Pas de "oui" et de "non". Montrez en quoi vos compétences sont liées aux exigences du poste.

Enfin, ne promettez pas la lune : pas de promesse sur des objectifs que l’on ne pourra pas tenir. Mettez en valeur vos compétences de manière enthousiaste mais sincère.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

PVT Canada 2019 : alerte SMS pour être prévenu de l’ouverture ! Inscrivez-vous c'est gratuit et rapide :)

Évaluations des membres

5/5 (4)

Articles recommandés

Helene

Témoignage de PVTistes : travailler comme housekeeper en Nouvelle-Zélande

Mat

Des récits enrichissants de PVTistes

Lamarie

8 fausses infos qui circulent sur le PVT

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci Danielle pour tous ces conseils !!

je pense que est une chance pour moi de connaitre le canada un pays de rêve pour moi

Si vous voulez travailler dans le milieu médical , allez à l’entrevue avec les cheveux attachés , et pas trop maquillée.

Danielle est la personne qu’il faut absolument rencontrer pour réussir son intégration au Canada. Merci Danielle pour tes nombreux conseils et ton écoute.

Génial ! Merci pour ton retour ! :)

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App