Résultats du sondage : Comment se passe votre retour au pays ?

Votants
342. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Atroce, je veux repartir !

    152 44,44%
  • Difficile mais surmontable

    99 28,95%
  • Rien de spécial...

    17 4,97%
  • Content de retrouver mon pays !

    24 7,02%
  • Tout va bien mais j'ai attrapé le virus du voyage et je veux repartir pour mieux revenir !

    50 14,62%
  1. #301
    Avatar de Annana
    Annaïk 34 ans

    Location
    Rennes, France
    Messages
    3 681
    Likes reçus
    1 908
    Message de velociste
    Et depuis les questions fusent : j'y retourne ou pas ? (je peux faire un autre PVT de deux an), est-ce que je vais l'avoir ? est ce que je vais pas 1 an en Argentine d'abord ? ou pas ? (parce qu'après je serais trop vieux et les règles de la RP ou PVT vont devenir encore plus difficiles ? J'essaye aussi de relativiser en me disant qu'on aurait pu très bien me refuser la RP pour X raisons.
    Salut Florent,

    j'ai eu un peu le même sentiment que toi à mon retour. Et la question "je repars ou pas?" me revenait souvent...
    Et puis un jour tu décroches un CDI, donc tu arrêtes de te poser des questions, mais après un petit temps ça revient.
    Je ne sais pas si c'est la "déprime" du retour, ou une vraie volonté de repartir (un peu des deux surement). En tout cas si tu y penses souvent, et que ce n'est pas trop compliqué pour toi de repartir, je retenterai un PVT au Canada ou ailleurs si tu n'as pas eu de coup de cœur pour ce pays.

    Tu dis qu'au niveau de ton âge ça va bientôt être limite? Mais tu n'as que 26 ans, ça te laisse encore quelques années. Tu peux peut-être aussi décider de rester un peu en France et voir si la vie ici te convient à nouveau?
    Moi il m'aura fallu 4 ans pour me décider à repartir. Je ne suis pas un modèle, mais juste pour dire qu'il ne faut pas se précipiter. Refais toi un petit schéma, les listes des pour et contre c'est pas mal pour se faire une idée objective!


  2. Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

    Pour vous permettre de partir à l'étranger bien assuré, Globe PVT vous couvre pour la maladie, l'hospitalisation et le rapatriement !
  3. #302
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Location
    Vancouver, BC, Canada
    Messages
    13 434
    Likes reçus
    7 559
    Message de Annana
    Moi il m'aura fallu 4 ans pour me décider à repartir. Je ne suis pas un modèle, mais juste pour dire qu'il ne faut pas se précipiter. Refais toi un petit schéma, les listes des pour et contre c'est pas mal pour se faire une idée objective!
    Il m'aura fallu 5 ans et deux gros coups de chance (merci le Canada d'avoir autorisé un second PVT, merci CIC d'avoir enregistré ma demande à la 3ème ronde) mais chacun fait son chemin dans sa tête dans le timing qui lui est nécessaire pour ça, einh?!

  4. #303
    Avatar de Caroline35
    Caroline 41 ans

    Location
    Tofino, BC, Canada
    Messages
    28
    Likes reçus
    18
    Et bien Bonjour à tous,
    Comme d'hab merci à pvtistes.net d'exister et au travail colossal effectué par tous les admin et modérateurs!!
    je reviens sur le site après 7 mois d'"abandon" et suite à un mail d'IEC m'informant que j'avais reçu un message sur mon compte Kompass: "non??? non???et si ma demande de pvt était passée????? non??? j'étais trop loin, beauuuucoup trop loin!!! merde qu'est ce que ça me ferait???? je suis rentrée là, en France, depuis 7 mois, repartir??? je veux dire..euh...non..oui...euh..je sais pas...je commence à mettre en place de nouvelles choses, vraiment nouvelles suite à ce pvt d'un an en 2014/2015 alors...euh...repartir???!! ...j'y ferais quoi?? et si c'était un signe?? c'était vraiment bien quand même!!!! c'est vrai!!! ça j'aime bien...ça aussi...ça j'adore...ça ça a carrément changé ma vision du monde...ahhhhhhhh!!! " heu!!! minute papillon!!!m tu veux pas regarder ton mail d'abord avant de te faire des films???? parce que tu risques vraiment de déchanter si jamais, et il y a quand même de fooooortes chances que ce soit le cas, tu n'as pas obtenu ce PVT!!! "ah oui ah oui ah oui: je regarde, je me connecte: comment ça marche déjà??, ah oui j'ai toujours eu du mal avec cette interface et je me revois, c'était quand déjà??? en mars? avril? hyyyyper tôt le matin, connectée 3 fois de suite pour décrocher un nouveau PVT!!! oh lalala!!! flash/back direct!!! j'y suis, je suis au Canada, à Victoria, dans ma micro chambre en colloc, c'est super super super calme calme autour et très noir dehors!!!! je vais enchainer mes deux boulots dans la journée mais même pas peur je veux tenter un second PVT!!!" et oui c'est comme ça avec cette interface chelou et les conseils du site que et j'avais pour des raisons de connexion plus rapide les jours J enregistrer mes identifiants et mots de passe!!! Et bien heureusement car là tout à l'heure et bien...pffff... what???c'est quoi déjà??? heureusement il y a pvtistes.net!!! bref ça marche, je vais dans mes messages, bam, bam , bam ça c'est mon coeur qui n'en peut plus mais n'en peut plus, "respire, cool, clamos" ça c'est ma tête qui calme le jeu et ouhhhhhhhhhh chute du 5 ème étage:" la session est fermée blablabla refusé blablabla": ah quand même ça me fait un peu chier!!!! oui....ça me fait un truc même si bon raaaationellement il y avait quand trèèèèès peu de chances pour que je l'obtienne compte tenu de ma place sur liste d'attente mais bon voilà ce que je voulais vous dire et ce pour quoi du coup j'ai choisi de refaire un tour sur le site: CA c'est l'EFFET PVT!!!
    ET ça fait un drôle d'effet de le ressentir 7 mois après!!!

    Je n'avais pas pensé parler du retour, c'est allé très vite et là ben voilà ça se présente comme sur un plateau et c'est sans doute aussi l'occasion pour moi de faire le point et de recommuniquer avec des personnes qui ont fait cette expérience. Car c'est une expérience, une experience de ouf!!! Et vraiment aussi grande a été ma chute quand j'ai lu le message sur Kompass tout à l'heure aussi grande a été ma gratitude pour l'existence de ce PVT et ma joie d'ores et déjà pour tous ceux qui vont le vivre. Je suis vraiment vraiment contente pour vous: vous allez tellement apprendre!!!

    Là bas je me suis découverte. Mais ça je ne le savais pas avant aujourd'hui, bien plus tard en fait, quand l'heure vient de faire des choix, personnels et professionnels. Après les premiers moments de retrouvailles avec la famille ( "ah oui...donc ça c'est toujours leur préoccupation??? mais pourquoi ne font ils pas ça comme ça??? ce serait tellement plus simple??? suscitant une certaine impatience de ma part et un malaise entre "je dis ou je dis pas???"), les Français (j'ai rejoint ma famille en vacances donc dans un endroit où beaucoup d'autres personnes étaieet aussi en vacances et ce qui m'a frappé, tout de suite, c'était le ton sur lequel les gens parlaient, se parlaient: ils râlaient, en fait ils râlaient pour tout. Et je me disais "mais bordel vous savez pas la chance que vous avez vous vous payez des vacances??? Vous vous achetez à manger!!!! (Car... parenthèse: ça a fait partie de mon PVT de vivre de gros moments de galères financières!!! Et bien je peux vous dire que ça m'a remis les idées en place sur la valeur des choses, sur mes besoins réels et mon mode de consommation: juste une énooooorme transformation dans mon mode de vie bourgeois bohème!!! Merci la vie!!! )

    Ce comportement constant de plaintes je l'ai retrouvé évidemment dans les hauts lieux de la plainte je veux dire la SECU, Pôle Emploi, la CAF. Alors là summum!!!! Et je me disais non mais c'est dingue: ils ne savent pas qu'ailleurs les gens trouvent d'autres alternatives pour se soigner, se loger, s'aider?? Non ils ne savent pas ou savent mais tout ceci est tellement perçu comme un dû en France que cette façon arrogant d'être assisté m'a vraiment poussée à me demander si moi aussi je voulais percevoir une CAF??!! je veux dire: je sais pas....

    Au Canada le bénévolat est un MUST, un DO IT YOURSELF: j'ai bénévolé avec des agents municipaux qui le week end HORS temps de travail donc mettaient en place des chantiers participatifs de desherbage de plantes invasives. Voilà le tableau: on se retrouve le matin, on boit un thé, un café, on fait connaissance et puis ils nous expliquent le travail, nous donnent des outils et hop hop hop dans les buissons!!! Et là j'ai rencontré des personnes de tous âges, tous milieux, mais réunis autour d'un intérêt commun: la protection de l’environnement. C'était sur l'île de Vancouver et pour tous ceux que ça intéresse c'est un haut lieu de l'activisme environnementaliste et une région encore très très sauvage plus les combats menés par les first nations de protection de leurs terres: pour vous donner une idée de mon kif de cet endroit, sur les 12 mois du PVT j'en ai passé 10 là-bas!!!! Et je n'en ai pas fait le tour!!!!! Par ailleurs si vous voulez des infos, des contacts sur des employeurs ou des lieux de wwoofing je serai ravie de les partager!! Un site que j'ai découvert et que je trouve merveilleux s'appelle "MEETUP": c'est un site sur lequel n'importe qui peut proposer un hobbie à partager: ça crée donc des groupes spontanés qui s'organisent eux-mêmes. En tant qu'expatrié momentané c'est un formidable outil de rencontres autour de ses centres d'intérêt!!!
    Voilà: ça c'est une des choses que j'ai A/DO/RE au Canada!!!

    De même que le bénévolat est chose commune et repertorié sur les cv comme une chose dont les employeurs tiennent VRAIMENT compte, de même le réseautage est THE façon de fonctionner. Tout va très vite: j'ai rencontré beaucoup de personnes très très ouvertes et généreuses et surtout très spontanées: "Ah!! tu cherches (parenthèse le "YOU", ce formidable "vous et tu" regroupés en un seul mot qui fait que tout de suite le contact avec la personne est beaucoup moins formel!!) , donc tu cherches ça?? et bien va voir untel de ma part et hop!! Et ça ça m'a tellement plu et marqué que je me suis suprise à le pratiquer en covoiturage à présent, spontanément: "ah tu travailles dans tel domaine, je connais machin qui pourrais t'aider, et hop!" j'ai vu que les gens étaient surpris et c'est là que j'ai réalisé que j'avais changé, que ça c'était quelque chose que j'importais, ici, en France. Et bien tout le monde semble ravi de cette importation!!! Et moi la première car ça facilite tellement les échanges!! tellement. Au Canada les gens te font confiance: je veux dire: s'ils ont le feeling avec toi c'est bon ils te donnent ta chance!! Après, ça ne m'est pas arrivé, mais je sais que si tu déconnes, c'est ciao byebye!! J'aime beaucoup: je trouve ce mode de fonctionnement sain, spontané, authentique aussi et qui fait la nique à la sacro sainte loi du CV si forte ici en France!!!!

    Quoi d'autre??? Après ces différences culturelles qui se déploient fortement dans la comparaison de ces deux cultures, française et européenne, il y a mon parcours personnel et ça...c'est personnel!! Mais comme j'ai apprécié de lire des témoignages personnels quand j'ai préparé mon voyage, je ferai de même!

    Je suis partie parce que je n'avais rien à perdre, rien du tout et que n'avoir pas fait Erasmus en face était mon big regret.
    J'ai 36 ans maintenant et byebye PVT!!! et j'ai travaillé comme comédienne puisque c'était ma formation (lettres puis école de théâtre) pendant 5 ans, intermittente du spectacle. Puis quand j'ai perdu ce statut, j'ai flippé pour mon loyer exorbitant à payer à paris, mon futur, ma vie, ma retraite etc....
    Donc: bilan de compétences: je me retrouve en école de stylisme. Merdum: heu...comment dire: le sentiment de retourner à l'école + celui d'être en cuisant échec quant à ma carrière de comédienne a fait que j'y suis restée qu'un an!! Ma prof de style qui soutenait non pas mes piètres qualités de dessinatrice de style mais celles d'écriture m'a recommandée à une attachée de presse pour un stage. J'ai donc intégré le monde de la mode. LA mode: celle des designers hyyyper hype, qui travaillent pour Lady gaga, font des trucs dans des matières folles et j'ai découvert la face cachée du journalisme de presse, de shootings, des parutions, etc...je suis plutôt intense dans ce que je vis alors et bien ce stage qui devait durer 3 mois s'est abrégé au bout de 2. De mon plein gré car m'attachée de presse était ravie au début!!! En effet je jouais le jeu: j'avais toujours été très sensible aux vêtements, aux matières, aux couleurs, avais créé des costumes sur des pièces, m'étais créé des fringues, donc j'étais à l'aise!! mais...pas complètement. les mots et le sens me manquaient. je suis donc partie et je me sentais vraiment désolée pour ma prof et cette attachée de presse pour qui j'avais de l'estime.
    Après pendant 4 ans ça a été le vide. Le vide. Je ne savais plus ce que je voulais. Qui j'étais vraiment. Je n'étais satisfaite de rien, dans rien. j'ai enchaîné des petits boulots qui ont renforcé la faible estime que j'avais de moi et paradoxalement ont ajouté des images, des sensations à quelque chose que je menais au fond de moi, en sourdine, qui se tramait depuis toujours mais qui ne sortait pas.
    J'ai fais une dépression, ai été mise sous médocs: un an après le partais un mois aux US (NY et Denver) pour je pense aujourd'hui me sauver au sens propre du terme. J'ai adoré: ahlala cette diversité!!!! ça m'a donné envie de retourner un jour aux States longtemps et partout!!

    Un an plus tard j'avais mon PVT, des économies et je partais pour le Canada. Un an. wha. Un an. Ca parait juste l'infini quand ça commence!!! Je vais faire ça et ensuite ça et là, et là!!! Magique. Magique.

    Les wwoofing se sont enchaînés car c'était un de mes motifs que de faire un retour à la terre...donc à moi même mais ça c'était de la science fiction pour moi à l'époque!!!
    Comment vous dire? je sais qu'en France cela existe aussi, vous pouvez traire une chèvre etc...donc, pour moi c'était nouveau mais ce ne sont pas des choses prises séparément qui ont fait de cette expérience une expérience inoubliable mais la juxtaposition de ces choses:

    En vrac:

    -la nature: cette nature ouf partout, si différente d'une région à une autre!! (je vous recommande la traversée en bus Greyhound!! 3 jours de Toronto à Vancouver: magique et tellement fun!!!) la nature est présente même dans des grandes villes (Vancouver est THE exemple!), j'ai adoré vivre et travailler à Victoria sur l'île de Vancouver: aller voir la mer, se poser sur les rochers, voir tellement de gens apprécier cela, les oiseaux, les lions de mer: forcément ça forge un certain respect de l'environnement et ça se sent énormément dans les modes de vie des personnes!!! Attention!! je parle de l'île de Vancouver où viennent des personnes de l'est du Canada en quête de climat tempéré et très sensibles à l'environement!!! j'ai vécu un peu à Winnipeg et je peux vous dire que j'ai été scotchée par le nombre de natifs enôoooormes que j'ai vu, consommer du fast food à tire larigot. Ca c'est AUSSI une réalité du Canada. Une des plus grandes chaines de distribution alimentaire a une politique managériale à pleure et vend des produits énormes bourrés d'OGM: c'est AUSSI une réalité du Canada.
    Ce n'est pas le pays des bisounours et j'étais contente de réaliser cela!!!

    -Autre chose fabuleuse: le mélange international: ce pays est cosmopolite par sa création ET en tant d'expat vous rencontrez d'autres expats donc....un seul mot : FA/BU/LEUX!!!!

    -les modes de vie très très très variés: il y en a pour tous les goûts!!! Des pvtistes qui veulent vivre en ville et chercher un travail dans leur domaine tout en s'immergeant dans une autre (pour le Canada on peut même dire "d'autres"!!) culture(s), d'autres qui expérimentent des styles de vie différents des leurs travaillant donc dans des métiers qui ne sont pas les leurs (j'ai fait la plonge, j'ai été femme de chambre (pour ceux qu ça intéresse Tofino est The place to be si le surf vous attire, lié à un mode de vie un peu hippie, très proche de la nature, vous permettant de rencontrer les traditions encore vives de first nations tribes et une nature encore vierge, oui oui!! bref Là bas c'est le spot de travail en saison été (mai/ octobre) dans le tourisme et vous pouvez facilement être logé gratuitement avec les autres employés!! Ambiance de groupe: c'est à découvrir! Mais je vous préviens il y a du taf et c'est physique!!! Idem si vous voulez des infos sur Tofino j'y ai vécu et travaillé 3 mois donc dîtes moi!) et puis j'ai fait beaucoup de wwoofing!!
    C'est drôle car en arrivant sur le sol canadien c'était prévu, organisé: 2 wwoofing de 2 semaines en Ontario puis dans le Manitoba et après ??? Ca c'est effectivement fait comme ça sauf que...bon et bien dans le Manitoba je n'étais pas à l'aise dans la famille donc je suis partie au bout d'une semaine (alors que en Ontario juste avant je serais bien restée une semaine de plus!!!)
    Alors après je me suis écoutée. J'ai suivi mon instinct. Et J'ai alterné travail pour gagner de l'argent et wwoofing.
    Après être allée à la rencontre de personnes ayant choisi des façons différentes de renouer avec la nature: de l'autonomie totale et vie en autarcie à la vie en communauté (là encore je peux vous communiquer des tuyaux!) je suis rentrée en France la nature chevillée au corps.
    les toilettes sèches comme une évidence.
    la nourriture bio aussi.

    Mais au delà de ça je vous parlais plus haut de ce truc qui grouillait en moi depuis toujours mais qui restait à l'intérieur et bien ça je réalise que c'est la construction de mes valeurs, de ce qui me convient et de ce qui ne me convient pas. Et c'est tout personnel donc je n'émettrai pas de jugement de valeurs sur ceci ou cela.

    Voilà: aujourd'hui en France, 7 mois après mon retour, je vais rencontrer la semaine prochaine deux musiciens qui souhaitent monter un spectacle pour enfants. Nous allons échanger sur nos motivations: les miennes étant de construire un spectacle sur les sens dont je ne serais que l'auteur car je ne me vois plus comédienne.
    Parallèlement je prospecte sur une reconversion professionnelle dans l'herboristerie: ouvrir un bar à tisanes comme lieu de rencontres artistiques et politiques me plairait beaucoup et serait une bonne alliance avec un travail d'écriture de pièces de théâtre. cette reconversion va m'amener ailleurs en France et je cherche (je fouine en ce moment!!, j'interroge!!), les différents types de communautés au sein desquelles je me verrais vivre et travailler.

    Voilà. On dit que les voyages forment la jeunesse: j'ai beaucoup voyagé mais c'était ma première expérience de vie si longue à l'étranger. Je ne crois pas qu'il i ait de secrets, de recettes, de do/don't, c'est une aventure autant individuelle que collective. Et aujourd'hui si les avions ne polluaient pas autant et, que je n'y était pas aussi sensible à présent!!, je crois que je parcoure rais la planète!! D'un autre côté j'ai aussi réalisé que où que j'aille j'étais avec moi!! je suis l'escargot et porte mes histoires. ET j'ai vu comme je bataillais parfois pour être en contact avec les autres, n'étant pas d'abord en contact avec moi!!
    Je parlerais donc de VOYAGES au pluriel: intérieur et extérieur et le PVT est une grande chance et opportunité de le faire jeune oui quand l'esprit et les corps sont encore ouverts, avides, en quête. Juste la classe!!

    Alors BONS VOYAGES!!!!


  5. #304
    Avatar de Caroline35
    Caroline 41 ans

    Location
    Tofino, BC, Canada
    Messages
    28
    Likes reçus
    18
    Message de SametJu
    Salut, je suis à peine plus jeune que toi (je vais avoir 27 ans prochainement), nous on envisage de partir en Nouvelle Zélande mais on a un peu le même dilemme que toi. Je ne sais pas comment ont fait les autres mais j'ai l'impression qu'il est inévitable d'y laisser pas mal d'argent ... Nous quand on est rentré on est resté 1 mois chez ma maman (avec une semaine de vendanges), on n'avait revendu tout nos meubles (à perte bien évidemment lol) avant de partir mais on avait conservé une voiture. Après on est parti une semaine en toile de tente, le temps de trouver la ville et le travail qui nous convenait, puis on a habité 1 semaine en auberge de jeunesse et une semaine en gîte (bien plus confortable et 10€ moins cher que l'auberge). Ca nous a permis de chercher un logement, seulement Samuel avait un travail et on ne disposait pas des 3 derniers bulletin de salaire puisqu'on avait voyager avant de rentrer du Canada. Mais en discutait et avec un garant on a eu le logement. Mais autant dire qu'une fois les clefs en main il ne nous restait plus un sous, toutes nos réserves avaient étés épuisées... Aujourd'hui on a l'essentiel pour vivre, la cuisine était équipée, la proprio nous a acheter un lit et au gite ils nous ont donnés une table et 2 chaises, le frère du patron à mon mari nous a donné une vieille machine à laver qu'il avait au fond de son garage et pour le reste on fait avec les placards dispo dans l'appart et nos cartons en guise de bureau d'ordi et de table basse lol On a été plutôt chanceux dans nos rencontres, ça nous a bien aidé Voilà je suis désolé je n'ai pas vraiment de bonnes solutions à t'apporter ... j'espère que tu vas réussir à apaiser tes craintes et que d'autres auront de meilleures solutions
    Le retour en France dépend vraiment de ce que tu y as laissé avant de partir, où et comment? Pour ma part je n'avais plus d'appart et tous mes meubles étaient stockés chez mes parents. En rentrant: pas de boulot, pas le logement. J'ai postulé alors en saison! J'avais été serveuse au Canada alors j'ai été prise dans un hôtel***: j'ai bien galéré car le Canada et la France en service et gastronomie ça n'a rien à voir mais je me suis vraiment accrochée et ça m'a permis de me refaire une caisse d'argent puisque j'étais logée/ nourrie. Après j'ai cherché un endroit où m'installer et ai opté pour un meublé en attendant d'être plus dans mes baskets sur mes orientations professionnelles! Voilà! c'est sûr c'est rock n roll! Mais ça dépend de toi et de tes attentes: si je peux me permettre je pense que même si ton inquiétude quant au retour t'es légitime et c'est la tienne et je la respecte, je peux te dire que tu ne sais pas "dans quel état" tu vas rentrer de ce voyage!!...ca c'est une donnée que tu ignores complètement avant de sauter le pas!! Donc je te dirais: si tu as envie de partir: fais le, fonce. Le pouvoir que tu as au moment de la préparation de cette expatriation concerne l'organisation de ce qui constitue ta vie à ce moment là: tes affaires, ton logement, ton travail. Du coup tu peux gérer ça: quelle est la façon qui te rassure le plus? , etc... ca ce genre de choses, tu peux le faire. Mais, parce que tu vas partir, parce que tu fais cette expérience de quitter quelque chose, même si le pays ne te plait pas et que tu rentres, tu rentres changée! Et donc la façon de gérer ce retour est forcément différente de ce que tu auras fait, voulu faire, espéré faire, avant de partir. Et ça je pense que c'est hyper important à avoir en tête pour ne pas se plomber avec des inquiétudes!!! Bonne mise en place et savooouuuuure!!!
    Dernière modification par Annana ; 28/11/15 à 18:58.


  6. #305
    Avatar de milka35
    Emeline 28 ans

    Location
    Rennes, France
    Messages
    37
    Likes reçus
    19
    J'ai répondu "Difficile mais supportable" au sondage, mais j'oscille entre ça et "Atroce, je veux repartir" !
    Je suis rentrée de Nouvelle-Zélande il y a deux mois après un an de PVT. La lune de miel a duré trois jours
    Bien sûr, j'étais contente de retrouver ma famille, mes amis, la bonne cuisine française, et aussi un certain confort. Mais ça ne me suffit pas et depuis, j'accuse le coup.
    Sans boulot, c'est le retour chez les parents, et même si la cohabitation se passe bien, c'est dur après un an d'indépendance ! Je suis partie juste après mes études (j'ai fait un master de communication) et après mon retour, je n'ai pas tardé à me mettre à la recherche de travail dans ma branche. Ça fait deux mois que je fais chou blanc ... La motivation des débuts commence à me faire défaut, et mon estime de moi-même en prend un grand coup.
    En Nouvelle-Zélande, tout me paraissait facile et évident (y compris le job hunting), mais ici, j'ai l'impression que je n'arrive à rien. Impossible de me projeter dans l'avenir, je n'ai que des incertitudes ! C'est une situation qui me pèse énormément sur le moral et je commence à envisager de prendre un job alimentaire pour m'occuper l'esprit et remplir mon CV en attendant de trouver mieux. J'essaie de réfléchir à mon projet pour m'aider à aller de l'avant.
    J'ai lu une bonne partie de cette discussion et je partage l'impression de vide exprimée par d'autres pvtistes. Je ne me sens pas complète, j'ai laissé une trop grosse partie de moi-même là-bas et je regarde constamment en arrière avec nostalgie (les bons jours) ou tristesse (les moins bons). Je suis moi aussi atteinte de la maladie de l'impatrié, et je me sens comme une étrangère dans mon propre pays. Le pessimisme français, le climat social et économique désastreux ne m'aident pas vraiment à me sentir bien ici ! Je suis rentrée à peine une semaine avant les attentats du 13 novembre, inutile de préciser que le retour a été rude.
    J'attend de pouvoir repartir ... J'ai la certitude que je ne passerai pas toute ma vie en France, mais j'aimerais essayer de me faire une place ici avant de choisir une nouvelle destination ! Sans grand succès pour l'instant, mais bon. J'ai encore un bon délai devant moi pour faire un (ou deux !) autres PVT donc c'est une option que je garde dans un coin de ma tête.
    Bref, je me bats au quotidien pour rester optimiste et faire bonne figure, mais ça fait du bien de vider son sac ici ! Il n'y a que sur ce forum que je peux partager ces états d'âme. Mes proches m'écoutent et compatissent, mais ils ne comprennent pas ...


  7. #306
    Avatar de AmandineRst
    amandine 27 ans

    Location
    Antibes, France
    Messages
    51
    Likes reçus
    19
    Message de Jérémy
    Je comprends aussi. Mon retour s'est fait en Espagne où je vivais depuis 5 ans avant de partir 10 mois à Montréal. J'y pense très souvent, beaucoup de choses me manquent mais heureusement ma vie en Espagne, bien qu'un peu bancale encore au niveau boulot, est agréable.
    Je prévois de partir aux Canaries dans une année plus pour raisons professionnelles que par réelle envie de changer (et comme je dis, y a quand même pire comme destination ) car possibilité de passer l'équivalent du CAPES après plus de 2 ans d'attentes pour que mes diplômes soient reconnus.
    Pas trop le temps de penser au retour de Montréal car j'avais 2 mois pour préparer mes concours.
    Bonne chance à tous et heureusement, il y a plein d'endroits où s'épanouir!
    Des voyageurs m'avaient dit de me préparer au retour en France, d'avoir un projet (quel qu'il soit) pour ne pas sombrer dans la "dépression". Rien qu'à l'aéroport en retrouvant mes proches, je me suis rendu compte du changement, une dizaine de personnes à mon départ pour une poignée de main à mon retour. Je ne réalisais même pas que j'étais rentrée, j'étais juste dénuée d'émotion, je pense que mon coeur/âme savait pas trop où se situer.
    J'ai revu quelques amis, qui me posaient tous la même question "alors c'était comment ?" difficile de répondre à ça quand on a passé un an à vagabonder de province en province. Je ne sentais aucune réjouissance ou intéressement en racontant mon aventure à l'image du "non-soutien" à mon départ, à mon projet de volontariat etc, alors j'essayais, je racontais des anecdotes, des moments forts, rien ne se passait dans leurs yeux alors j'ai tout gardé pour moi et je parlais de tout ça à la seule personne qui pouvait (selon moi) me comprendre, celle avec qui j'ai partagée la moitié de mon aventure au Canada.
    Puis je me suis aperçue qu'à partir du moment où mes amis m'avaient retrouvée, revu quelques fois c'était suffisant. C'était suffisant de savoir que j'étais dans le coin, ils ont appris à vivre sans moi et ont continué leur vie sans moi aussi.
    Je me sens beaucoup plus seule depuis mon retour et pourtant je suis partie en solitaire.
    J'étais effrayée de partir mais j'aurais dû être effrayé de revenir.
    Quand on goûte au bonheur, au vrai, à la liberté, à la découverte perpétuelle, le retour à la réalité met une grosse claque !
    Je parlerais pas de ma vie professionnelle car j'y pense même pas puis parce que ma vie personnelle a été trop touchée par mon départ/retour qu je ne pense qu'à repartir, à fuir cette vie, quitte à la faire ailleurs.
    Et le Canada me manque, terriblement, je rêve d'y retourner et de visiter ce que j'ai pas eu le temps de voir, les grands espaces au Nord et le littoral Est !
    En attendant je m'envole dans 1 semaine pour 4 mois en Asie et mon dieu que j'ai hâte de retrouver mon meilleur ami, mon sac à dos !
    Dernière modification par AmandineRst ; 07/01/16 à 23:27. Motif: commentaire en double


  8. #307
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Location
    Vancouver, BC, Canada
    Messages
    13 434
    Likes reçus
    7 559
    Message de AmandineRst
    En attendant je m'envole dans 1 semaine pour 4 mois en Asie et mon dieu que j'ai hâte de retrouver mon meilleur ami, mon sac à dos !
    ça démange, einh? De repartir à peine arrivée !!
    Je compatis à la douleur que tu ressens de retour en France, je pense que beaucoup de gens ici peuvent mieux comprendre ce que tu as vécu et ce que tu traverses maintenant, que la plupart des gens qui t'aiment et te connaissent en vrai.
    Il ne faut pourtant pas leur en vouloir, ils ne peuvent pas savoir et s'ils prétendaient le contraire, ils mentiraient.
    Je ne sais pas si, pour ce qui est des amis, c'est un manque d'intérêt ou plutôt un manque de "projection". Encore une fois, ils ne savent pas à quel point chaque jour est extraordinaire au sens littéral du terme, dans une aventure comme la tienne, peut-être même qu'ils n'en rêvent pas donc ça ne les touche pas comme ça peut nous toucher nous, même avec tout l'amour du monde, ça ne leur est pas accessible.
    Il ne faut pas leur en vouloir, pourtant...

    Et oui, ils ont continué leur vie, sans toi, pendant que tu pensais à eux quand tu vivais des trucs dingues. Sans doute ils ont pensé à toi quand ils ont vécu des trucs dingues dans leur vie "habituelle" (un super concert, une super soirée, où ils auraient aimé que tu sois...avec eux).
    Encore une fois, la dimension change parce que tu as quitté le monde habituel dans lequel tu évoluais, rendant chaque jour extraordinaire et inédit.

    Avec le temps le fossé se réduit mais en ce qui me concerne, ça m'a aussi montré le manque d'ouverture d'esprit de certaines personnes, famille ou "amis" et certains chemins se sont séparés ou éloignés.

    Moi qui suis à 2 semaines du départ (pour 5 mois en NZ et OZ, puis un PVT Canada), ça me fait un peu peur de retraverser ça, rien qu'en revenant 10 jours en juin entre les 2 !).
    Mais chaque chose en son temps, je vais me concentrer sur ma trouille de tout quitter ICI.

    En tout cas, Miss Amandine, tu sais où venir causer pendant la semaine qui te sépare de ton futur trip en Asie.
    Dernière modification par Helene ; 08/01/16 à 11:14.


  9. #308
    Avatar de loup
    Léa 30 ans

    Location
    Caen, France
    Messages
    6
    Likes reçus
    2
    Message de Adelia80
    Je vais y aller aussi de mon petit commentaire sur mon retour en France !

    Je vais être franche, je n'ai pas été fan de ma vie à Montréal. J'avais trouvé pas mal de chose négative. Mais, depuis mon retour en France en mars 2014, je subis un choc culturel inversé. Je n'avais jamais quitté la France aussi longtps. En étant à Montréal, je fantasmais sur une France "parfaite" à mon retour. Et quelle grosse baffe ! Je ne sais pas si c'est moi qui n'ai jamais vu ses défauts. Mais depuis mon retour, je les prends en plein gueule... et aie ça fait mal !!!
    Faut dire que je suis en île de France et que du coup, j'ai l'impression que c'est plus "violent". Je me sens en insécurité quasi permanente. Les gens sont sans gêne et irrespectueux ... Je suis sur la défensive... Chose que je ne ressentais pas du tt à Montréal ... Ce qui me manque le plus, c est d'être libre, le fait que tout le mde s'en fout de tt le monde, ce qui me posait problème qd j'étais là-bas...

    J'ai trouvé une mission d'intérim de 3 mois au bout de 6 mois qui devrait se transformer en CDI. Mais, ce taff me saoûle et en plus est sous payé, vous comprenez c'est la crise alors qu'ils se font des co*illes en or

    Je ne vois plus ma vie en France... ou tt du moins en île de France. Mais, ds quelle autre région de France je pourrais trouver du boulot ?

    Le problème c'est que j ai peur aussi de retourner au Canada et qu'au bout de 4/5 ans, je me retape une crise existentielle et que je souhaite revenir en France ! Mais, dans ma tête, la paix, je ne peux l'avoir qu'en y retournant. Mais, quoiqu'il en soit, je pense que je dois quitter ma région !

    Ah sinon, comme bcp, j ai apprécié retrouver ma famille, les supermarchés bien garnis, les bons restaurants, et le système de santé
    Salut Adelia, je suis un peu comme toi en ce moment. De retour en France après 11 mois au Canada et 3 mois en australie, le retour ici se fait un peu difficilement. Je suis perdue, je ne sais pas si j'ai envie de repartir ou de rester . Montréal m'a bien plus mais a aucun moment pendant mon pvt je me suis dit que je vivrais toute ma vie ici (la france me manquais et je l'idéalisée je crois). Mais maintenant de retour j'ai envie de repartir... est ce que je vais être decu? est ce juste une passe ? Je ne sais pas. Coté boulot et qualité de vie je prefere Montreal mais voila j'aimerai me poser (ici ou ailleurs) pour fonder une famille. Je me dis que partir au canada avoir un enfant (avec un système santé qui n'est pas non plus aussi simple qu'en France) est ce que c'est risqué ?
    D'un coté j'ai fais des démarches pour le 2eme PVT et visa temporaire et de l'autre je cherche un travail ici et a acheter une maison ..... je sais c'est contradictoire....
    Toi tu as décidé de repartir a montreal ? Qu'est ce qui ta fais prendre cette décision ?

  10. #309
    Avatar de DorineAl
    Do 30 ans

    Location
    Montréal, QC, Canada
    Messages
    28
    Likes reçus
    5
    J'ai voté "Atroce, Je veux repartir". Je suis rentrée de mon PVT Canada en Avril 2015. J'y ai laissé derrière moi des amis francais qui étaient partis depuis un certain temps là bas mais aussi des nouveaux amis que je m'étais fait à Montréal puis à Toronto. Je suis rentrée au près de mon copain que j'ai rencontré là bas et qui a du rentrer en France lui aussi. Heureusement qu'il était là parce que j'ai eu vraiment du mal à passer d'une vie où j'avais deux boulots, des amis que je voyais tous les jours à une vie où je n'avais pas retrouvé de job et où mes amis étaient tous loin de moi, que ça soit à l'autre bout de la France ou au Canada.
    Le seul moyen que j'ai trouvé pour atténuer ce manque — car je me considère avec le mal du pays (pays étant le Canada) — fut d'écrire un blog de voyage où j'ai même fait un article sur ce mal du retour. (welcome-ho.me pour les curieux).
    Heureusement, mon copain m'a suggéré qu'on reparte en PVT quelque part et je me suis accrochée à cette nouvelle pour qu'elle devienne réalité. On repart en Avril mais pour la Nouvelle Zélande cette fois ci.


  11. #310
    Anonyme
    Message de Caroline35
    Et bien Bonjour à tous,
    Comme d'hab merci à pvtistes.net d'exister et au travail colossal effectué par tous les admin et modérateurs!!
    je reviens sur le site après 7 mois d'"abandon" et suite à un mail d'IEC m'informant que j'avais reçu un message sur mon compte Kompass: "non??? non???et si ma demande de pvt était passée????? non??? j'étais trop loin, beauuuucoup trop loin!!! merde qu'est ce que ça me ferait???? je suis rentrée là, en France, depuis 7 mois, repartir??? je veux dire..euh...non..oui...euh..je sais pas...je commence à mettre en place de nouvelles choses, vraiment nouvelles suite à ce pvt d'un an en 2014/2015 alors...euh...repartir???!! ...j'y ferais quoi?? et si c'était un signe?? c'était vraiment bien quand même!!!! c'est vrai!!! ça j'aime bien...ça aussi...ça j'adore...ça ça a carrément changé ma vision du monde...ahhhhhhhh!!! " heu!!! minute papillon!!!m tu veux pas regarder ton mail d'abord avant de te faire des films???? parce que tu risques vraiment de déchanter si jamais, et il y a quand même de fooooortes chances que ce soit le cas, tu n'as pas obtenu ce PVT!!! "ah oui ah oui ah oui: je regarde, je me connecte: comment ça marche déjà??, ah oui j'ai toujours eu du mal avec cette interface et je me revois, c'était quand déjà??? en mars? avril? hyyyyper tôt le matin, connectée 3 fois de suite pour décrocher un nouveau PVT!!! oh lalala!!! flash/back direct!!! j'y suis, je suis au Canada, à Victoria, dans ma micro chambre en colloc, c'est super super super calme calme autour et très noir dehors!!!! je vais enchainer mes deux boulots dans la journée mais même pas peur je veux tenter un second PVT!!!" et oui c'est comme ça avec cette interface chelou et les conseils du site que et j'avais pour des raisons de connexion plus rapide les jours J enregistrer mes identifiants et mots de passe!!! Et bien heureusement car là tout à l'heure et bien...pffff... what???c'est quoi déjà??? heureusement il y a pvtistes.net!!! bref ça marche, je vais dans mes messages, bam, bam , bam ça c'est mon coeur qui n'en peut plus mais n'en peut plus, "respire, cool, clamos" ça c'est ma tête qui calme le jeu et ouhhhhhhhhhh chute du 5 ème étage:" la session est fermée blablabla refusé blablabla": ah quand même ça me fait un peu chier!!!! oui....ça me fait un truc même si bon raaaationellement il y avait quand trèèèèès peu de chances pour que je l'obtienne compte tenu de ma place sur liste d'attente mais bon voilà ce que je voulais vous dire et ce pour quoi du coup j'ai choisi de refaire un tour sur le site: CA c'est l'EFFET PVT!!!
    ET ça fait un drôle d'effet de le ressentir 7 mois après!!!
    je n'avais pas pensé parler du retour, c'est allé très vite et là ben voilà ça se présent comme sur un plateau et c'est sans doute aussi l'occasion pour moi de faire le point et de recommuniquer avec des personnes qui ont fait cette expérience. Car c'est une expérience, une experience de ouf!!! Et vraiment aussi grande a été ma chute quand j'ai lu le message sur Kompass tout à l'heure aussi grande a été ma gratitude pour l'existence de ce PVT et ma joie d'ores et déjà pour tous ceux qui vont le vivre. Je suis vraiment vraiment contente pour vous: vous allez tellement apprendre!!!
    Là bas je me suis découverte. Mais ça je ne le savais pas avant aujourd'hui, bien plus tard en fait, quand l'heure vient de faire des choix, personnels et professionnels. Après les premiers moments de retrouvailles avec la famille ( "ah oui...donc ça c'est toujours leur préoccupation??? mais pourquoi ne font ils pas ça comme ça??? ce serait tellement plus simple??? suscitant une certaine impatience de ma part et un malaise entre "je dis ou je dis pas???"), les français (j'ai rejoint ma famille en vacances donc dans un endroit où beaucoup d'autres personnes étainet aussi en vacances et ce qui m'a frappé, tout de suite, c'était le ton sur lequel les gens parlaient, se parlaient: ils râlaient, en fait ils râlaient pour tout. Et je me disais "mais bordel vous savez pas la chance que vous avez vous vous payez des vacances??? Vous vous achetez à manger!!!! (Car... parenthèse: ça a fait partie de mon PVT de vivre de gros moments de galères financières!!! Et bien je peux vous dire que ça m'a remis les idées en place sur la valeur des choses, sur mes besoins réels et mon mode de consommation: juste une énooooorme transformation dans mon mode de vie bourgeois bohème!!! Merci la vie!!! ) Ce comportement constant de plaintes je l'ai retrouvé évidemment dans les hauts lieux de la plainte je veux dire la SECU, Pôle Emploi, la CAF. Alors là summum!!!! Et je me disais non mais c'est dingue: ils ne savent pas qu'ailleurs les gens trouvent d'autres alternatives pour se soigner, se loger, s'aider?? Non ils ne savent pas ou savent mais tout ceci est tellement perçu comme un dû en France que cette façon arrogant d'être assisté m'a vraiment poussée à me demander si moi aussi je voulais percevoir une CAF??!! je veux dire: je sais pas....
    Au Canada le bénévolat est un MUST, un DO IT YOURSELF: j'ai bénévolé avec des agents municipaux qui le week end HORS temps de travail donc mettaient en place des chantiers particpatifs de desherbage de plantes invasives: voilà le tableau: on se retrouve le matin, on boit un thé, un café, on fait connaissance et puis ils nous expliquent le travail, nous donnent des outils et hop hop hop dans les buissons!!! Et là j'ai rencontré des personnes de tous âges, tous milieux, mais réunis autour d'un intérêt commun: la protection de l’environnement (C'était sur l'île de Vancouver et pour tous ceux que ça intéresse c'est un haut lieu de l'activisme environnementaliste et une région encore très très sauvage plus les combats menés par les first nations de protection de leurs terres: pour vous donner une idée de mon kif de cet endroit, sur les 12 mois du PVT j'en ai passé 10 là-bas!!!! Et je n'en ai pas fait le tour!!!!! Par ailleurs si vous voulez des infos, des contacts sur des employeurs ou des lieux de wwoofing je serai ravie de les partager!!) Un site que j'ai découvert et que je trouve merveilleux s'appelle "MEETUP": c'est un site sur lequel n'importe qui peut proposer un hobbie à partager: ça crée donc des groupes spontanés qui s'organisent eux-mêmes. En tant qu'expatrié momentané c'est un formidable outil de rencontres autour de ses centres d'intérêt!!!
    Voilà: ça c'est une des choses que j'ai A/DO/RE au Canada!!!
    De même que le bénévolat est chose commune et repertorié sur les cv comme une chose dont les employeurs tiennent VRAIMENT compte, de même le réseautage est THE façon de fonctionner. Tout va très vite: j'ai rencontré beaucoup de personnes très très ouvertes et généreuses et surtout très spontanées: "Ah!! tu cherches (parenthèse le "YOU", ce formidable "vous et tu" regroupés en un seul mot qui fait que tout de suite le contact avec la personne est beaucoup moins formel!!) , donc tu cherches ça?? et bien va voir untel de ma part et hop!! Et ça ça m'a tellement plu et marqué que je me suis suprise à le paratiquer en covoiturage à présent, spontanément: "ah tu travailles dans tel domaine, je connais machin qui pourrais t'aider, et hop!" j'ai vu que les gens étaient surpris et c'est là que j'ai réalisé que j'avais changé, que ça c'était quelque chose que j'importais, ici, en France. Et bien tout le monde semble ravi de cette importation!!! Et moi la première car ça facilite tellement les échanges!! tellement. Au Canada les gens te font confiance: je veux dire: s'ils ont le feeling avec toi c'est bon ils te donnent ta chance!! Après, ça ne m'est pas arrivé, mais je sais que si tu déconnes, c'est ciao byebye!! J'aime beaucoup: je trouve ce mode de fonctionnement sain, spontané, authentique aussi et qui fait la nique à la sacro sainte loi du CV si forte ici en France!!!!
    Quoi d'autre??? Après ces différences culturelles qui se déploient fortement dans la comparaison de ces deux cultures, française et européenne, il y a mon parcours personnel et ça...c'est personnel!! Mais comme j'ai apprécié de lire des témoignages personnels quand j'ai préparé mon voyage, je ferai de même!
    Je suis partie parce que je n'avais rien à perdre, rien du tout et que n'avoir pas fait erasmus en face était mon big regret.
    J'ai 36 ans maintenant et byebye PVT!!! et j'ai travaillé comme comédienne puisque c'était ma formation (lettres puis école de théâtre) pendant 5 ans, intermittente du spectacle. Puis quand j'ai perdu ce statu, j'ai flippé pour mon loyer exorbitant à payer à paris, mon futur, ma vie, ma retraite etc.... Donc: bilan de compétences: je me retrouve en école de stylisme. Merdum: heu...comment dire: le sentiment de retourner à l'école + celui d'être en cuisant echec quant à ma carrière de comédienne a fait que j'y suis restée qu'un an!! Ma prof de style qui soutenait non pas mes piètres qualités de dessinatrice de style mais celles d'écriture m'a recommandée à une attachée de presse pour un stage. J'ai donc intégré le monde de la mode: LA mode: celle des designers hyyyper hype, qui travaillent pour Lady gaga, font des trucs dans des matières folles et j'ai découvert la face cachée du journalisme de presse, de shootings, des parutions, etc...je suis plutôt intense dans ce que je vis alors et bien ce stage qui devait durer 3 mois s'est abrégé au bout de 2. De mon plein gré car m'attachée de presse était ravie au début!!! En effet je jouais le jeu: j'avais toujours été très sensible aux vêtements, aux matières, aux couleurs, avais créé des costumes sur des pièces, m'étais créé des fringues, donc j'étais à l'aise!! mais...pas complètement. les mots et le sens me manquaient. je suis donc partie et je me sentais vraiment désolée pour ma prof et cette attachée de presse pour qui j'avais de l'estime. Après pendant 4 ans ça a été le vide. Le vide. Je ne savais plus ce que je voulais. Qui j'étais vraiment. Je n'étais satisfaite de rien, dans rien. j'ai enchaîné des petits boulots qui ont renforcé la faible estime que j'avais de moi et paradoxalement ont ajouté des images, des sensations à quelque chose que je menais au fond de moi, en sourdine, qui se tramait depuis toujours mais qui ne sortait pas.
    J'ai fais une dépression, ai été mise sous médocs: un an après le partais un mois aux US (NY et Denver) pour je pense aujourd'hui me sauver au sens propre du terme. J'ai adoré: ahlala cette diversité!!!! ça m'a donné envie de retourner un jour aux States longtemps et partout!!
    Un an plus tard j'avais mon PVT, des économies et je partais pour le Canada. Un an. wha. Un an. Ca parait juste l'infini quand ça commence!!! Je vais faire ça et ensuite ça et là, et là!!! Magique. Magique.
    les wwoofing se sont enchaînés car c'était un de mes motifs que de faire un retour à la terre...donc à moi même mais ça c'était de la science fiction pour moi à l'époque!!!
    Comment vous dire? je sais qu'en France cela existe aussi, vous pouvez traire une chère etc...donc, pour moi c'était nouveau mais ce ne sont pas des choses prises séparément qui ont fait de cette expérience une expérience inoubliable mais la juxtaposition de ces choses:
    En vrac: -la nature: cette nature ouf partout, si différente d'une région à une autre!! (je vous recommande la traversée en bus Greyhound!! 3 jours de Toronto à Vancouver: magique et tellement fun!!!) la nature est présente même dans des grandes villes (Vancouver est THE exemple!), j'ai adoré vivre et travailler à Victoria sur l'île de Vancouver: aller voir la mer, se poser sur les rochers, voir tellement de gens apprécier cela, les oiseaux, les lions de mer: forcément ça forge un certain respect de l'environnement et ça se sent énormément dans les modes de vie des personnes!!! Attention!! je parle de l'île de Vancouver où viennent des personnes de l'est du Canada en quête de climat tempéré et très sensibles à l'environement!!! j'ai vécu un peu à Winnipeg et je peux vous dire que j'ai été scotchée par le nombre de natifs enôoooormes que j'ai vu, consommer du fast food à tire larigot. Ca c'est AUSSI une réalité du Canada. Une des plus grandes chaines de distribution alimentaire a une politique managériale à pleure et vend des produits énormes bourrés d'OGM: c'est AUSSI une réalité du Canada.
    Ce n'est pas le pays des bisounours et j'étais contente de réaliser cela!!!
    -Autre chose fabuleuse: le mélange international: ce pays est cosmopolite par sa création ET en tant d'expat vous rencontrez d'autres expats donc....un seul mot : FA/BU/LEUX!!!!
    -les modes de vie très très très variés: il y en a pour tous les goûts!!! Des pvtistes qui veulent vivre en ville et chercher un travail dans leur domaine tout en s'immergeant dans une autre (pour le Canada on peut même dire "d'autres"!!) culture(s), d'autres qui expérimentent des styles de vie différents des leurs travaillant donc dans des métiers qui ne sont pas les leurs (j'ai fait la plonge, j'ai été femme de chambre (pour ceux qu ça intéresse Tofino est The place to be si le surf vous attire, lié à un mode de vie un peu hippie, très proche de la nature, vous permettant de rencontrer les traditions encore vives de first nations tribes et une nature encore vierge, oui oui!! bref Là bas c'est le spot de travail en saison été (mai/ octobre) dans le tourisme et vous pouvez facilement être logé gratuitement avec les autres employés!! Ambiance de groupe: c'est à découvrir! Mais je vous préviens il y a du taf et c'est physique!!! Idem si vous voulez des infos sur Tofino j'y ai vécu et travaillé 3 mois donc dîtes moi!) et puis j'ai fait beaucoup de wwoofing!!
    C'est drôle car en arrivant sur le sol canadien c'était prévu, organisé: 2 wwoofing de 2 semaines en Ontario puis dans le Manitoba et après ??? Ca c'est effectivement fait comme ça sauf que...bon et bien dans le Manitoba je n'étais pas à l'aise dans la famille donc je suis partie au bout d'une semaine (alors que en Ontario juste avant je serais bien restée une semaine de plus!!!)
    Alors après je me suis écoutée. J'ai suivi mon instinct. Et J'ai alterné travail pour gagner de l'argent et wwoofing.
    Après être allée à la rencontre de personnes ayant choisi des façons différentes de renouer avec la nature: de l'autonomie totale et vie en autarcie à la vie en communauté (là encore je peux vous communiquer des tuyaux!) je suis rentrée en France la nature chevillée au corps.
    les toilettes sèches comme une évidence.
    la nourriture bio aussi.
    Mais au delà de ça je vous paralis plus hait de ce truc qui grouillait en moi depuis toujours mais qui restait à l'intérieur et bien ça je réalise que c'est la construction de mes valeurs, de ce qui me convient et de ce qui ne me convient pas. Et c'est tout personnel donc je n'emettrai pas de jugement de valeurs sur ceci ou cela.
    Voilà: aujourd'hui en France, 7 mois après mon retour, je vais rencontrer la semaine prochaine deux musiciens qui souhaitent monter un spectacle pour enfants. Nous allons échanger sur nos motivations: les miennes étant de construire un spectacle sur les sens dont je ne serais que l'auteur car je ne me vois plus comédienne.
    Parallèlement je prospecte sur une reconversion professionnelle dans l'herboristerie: ouvrir un bar à tisanes comme lieu de rencontres artistiques et politiques me plairait beaucoup et serait une bonne alliance avec un travail d'écriture de pièces de théâtre. cette reconversion va m'amener ailleurs en France et je cherche (je fouine en ce moment!!, j'interroge!!), les différents types de communautés au sein desquelles je me verrais vivre et travailler.
    Voilà. On dit que les voyages forment la jeunesse: j'ai beaucoup voyagé mais c'était ma première expérience de vie si longue à l'étranger. Je ne crois pas qu'il i ait de secrets, de recettes, de do/don't, c'est une aventure autant individuelle que collective. Et aujourd'hui si les avions ne polluaient pas autant et, que je n'y était pas aussi sensible à présent!!, je crois que je parcoure rais la planète!! D'un autre côté j'ai aussi réalisé que où que j'aille j'étais avec moi!! je suis l'escargot et porte mes histoires. ET j'ai vu comme je bataillais parfois pour être en contact avec les autres, n'étant pas d'abord en contact avec moi!!
    Je parlerais donc de VOYAGES au pluriel: intérieur et extérieur et le PVT est une grande chance et opportunité de le faire jeune oui quand l'esprit et les corps sont encore ouverts, avides, en quête. Juste la classe!!
    Alors BONS VOYAGES!!!!
    très intéressant ton récit ! Moi j'ai obtenu la fameuse LI assez tôt mais différents projets professionnels font que je ne partirai que en mai-juin 2016, et je pense débuter par des wwoofing dans les provinces de l'Alberta, la Colombie-Britannique, si tu as des conseils ça m'intéresse !
    Je pense débuter par du wwoofing pour améliorer mon anglais et constituer un CV canadien car je ne pourrai pas m'installer ds une ville directement et payer un loyer dans le vide...

  12. #311
    Avatar de Caroline35
    Caroline 41 ans

    Location
    Tofino, BC, Canada
    Messages
    28
    Likes reçus
    18
    Message de FCha74
    très intéressant ton récit ! Moi j'ai obtenu la fameuse LI assez tôt mais différents projets professionnels font que je ne partirai que en mai-juin 2016, et je pense débuter par des wwoofing dans les provinces de l'Alberta, la Colombie-Britannique, si tu as des conseils ça m'intéresse !
    Je pense débuter par du wwoofing pour améliorer mon anglais et constituer un CV canadien car je ne pourrai pas m'installer ds une ville directement et payer un loyer dans le vide...
    Ahh! contente pour toi!! le wwoofing est à mon sens et d'après une expérience un très bon moyen de démarrer pour "se mettre dans le bain"!! même si chaque bain est différent!...tu nageras de mieux en mieux!! Concernant l'Alberta je n'ai pas de plans de wwoofing: je pense cependant à une fille avec qui j'ai été en contact avant de partir car elle a pas mal baroudé à travers le Canada, son nom est Laetitia XXX et tu pourrais peut être entrer en relation avec elle via pvtistes.net où elle est inscrite. (elle tenait un bog "routes parallèles" si ça peut t'aider!!) Des destinations comme Banff, Jasper sont ultra courues par les étudiants étrangers donc ça dépend de ce que tu recherches!! pour un taf dans l'hôtellerie, faire la fête, skier et rencontrer plein de jeunes du monde entier...enfin surtout des allemands, des japonais et des français!! c'est top!! si tu souhaites plus de "vie sauvage": je te le déconseille! Mais un passage dans les rocheuses vaut vraiment le détour en tous cas!! Tu devrais trouver des wwoof sympa sur le site de wwoofing je pense: fie toi à ton instinct, liste ce qui t'intéresse, et go!! En CB: il y a le wwoofing "Chez Monique" que bien sûr je ne peux que te recommander!!....c'est presque sans mots...c'est juste à vivre au moins une fois dans sa vie si tu aimes la nature, l'océan, la cuisine, et parler avec des gens riches de tout un tas d'histoires!! Si tu es intéressée je te conseille par contre de ne pas tarder tarder dès que tu auras une idée de la période où tu serais en CB car ils sont vite bookés et ne prennent plus 15000 wwoofeurs en même temps (c'est à dire qu'ils en prennent max 4/5). Ils ouvrent en mai et ferment fin septembre. Je te déconseille le mois de septembre qui devient pluvieux!! Tu peux les contacter de ma part! Voilà! si tu as d'autres questions n'hésite pas et même si c'est juste pour me dire où tu en es etc...je serai ravie de te lire!! je suis ravie pour toi car je sais combien c'est un kif et...un peu de flippe aussi! la prépa d'un tel voyage!! alors: youhouhou!!!
    Dernière modification par Helene ; 11/01/16 à 23:13. Motif: nom de famille de quelqu'un d'autre


  13. #312
    Anonyme
    Message de Caroline35
    Ahh! contente pour toi!! le wwoofing est à mon sens et d'après une expérience un très bon moyen de démarrer pour "se mettre dans le bain"!! même si chaque bain est différent!...tu nageras de mieux en mieux!! Concernant l'Alberta je n'ai pas de plans de wwoofing: je pense cependant à une fille avec qui j'ai été en contact avant de partir car elle a pas mal baroudé à travers le Canada, son nom est Laetitia XXXX et tu pourrais peut être entrer en relation avec elle via pvtistes.net où elle est inscrite. (elle tenait un bog "routes parallèles" si ça peut t'aider!!) Des destinations comme Banff, Jasper sont ultra courues par les étudiants étrangers donc ça dépend de ce que tu recherches!! pour un taf dans l'hôtellerie, faire la fête, skier et rencontrer plein de jeunes du monde entier...enfin surtout des allemands, des japonais et des français!! c'est top!! si tu souhaites plus de "vie sauvage": je te le déconseille! Mais un passage dans les rocheuses vaut vraiment le détour en tous cas!! Tu devrais trouver des wwoof sympa sur le site de wwoofing je pense: fie toi à ton instinct, liste ce qui t'intéresse, et go!! En CB: il y a le wwoofing "Chez Monique" que bien sûr je ne peux que te recommander!!....c'est presque sans mots...c'est juste à vivre au moins une fois dans sa vie si tu aimes la nature, l'océan, la cuisine, et parler avec des gens riches de tout un tas d'histoires!! Si tu es intéressée je te conseille par contre de ne pas tarder tarder dès que tu auras une idée de la période où tu serais en CB car ils sont vite bookés et ne prennent plus 15000 wwoofeurs en même temps (c'est à dire qu'ils en prennent max 4/5). Ils ouvrent en mai et ferment fin septembre. Je te déconseille le mois de septembre qui devient pluvieux!! Tu peux les contacter de ma part! Voilà! si tu as d'autres questions n'hésite pas et même si c'est juste pour me dire où tu en es etc...je serai ravie de te lire!! je suis ravie pour toi car je sais combien c'est un kif et...un peu de flippe aussi! la prépa d'un tel voyage!! alors: youhouhou!!!
    merci pour les conseils ! pour moi ce serai plutôt découverte de la nature, pas vraiment de ski j'ai horreur de ça ! (alors que je suis originaire de Savoie, bref) et aussi je ferai bcp de photos ! J'ai déjà fait des stages en Afrique et découvert des paysages extraordinaires, ça m'a tellement plu que je voulais renouveler l'expérience mais dans des contrées moins chaudes (et plus sûres aussi)
    Dernière modification par Helene ; 11/01/16 à 23:14. Motif: nom de famille


  14. #313
    Avatar de ThomasH2
    Thomas 27 ans

    Location
    Guyancourt, France
    Messages
    8
    Likes reçus
    4
    Message de AmandineRst
    Des voyageurs m'avaient dit de me préparer au retour en France, d'avoir un projet (quel qu'il soit) pour ne pas sombrer dans la "dépression". Rien qu'à l'aéroport en retrouvant mes proches, je me suis rendu compte du changement, une dizaine de personnes à mon départ pour une poignée de main à mon retour. Je ne réalisais même pas que j'étais rentrée, j'étais juste dénuée d'émotion, je pense que mon coeur/âme savait pas trop où se situer.
    J'ai revu quelques amis, qui me posaient tous la même question "alors c'était comment ?" difficile de répondre à ça quand on a passé un an à vagabonder de province en province. Je ne sentais aucune réjouissance ou intéressement en racontant mon aventure à l'image du "non-soutien" à mon départ, à mon projet de volontariat etc, alors j'essayais, je racontais des anecdotes, des moments forts, rien ne se passait dans leurs yeux alors j'ai tout gardé pour moi et je parlais de tout ça à la seule personne qui pouvait (selon moi) me comprendre, celle avec qui j'ai partagée la moitié de mon aventure au Canada.
    Puis je me suis aperçue qu'à partir du moment où mes amis m'avaient retrouvée, revu quelques fois c'était suffisant. C'était suffisant de savoir que j'étais dans le coin, ils ont appris à vivre sans moi et ont continué leur vie sans moi aussi.
    Je me sens beaucoup plus seule depuis mon retour et pourtant je suis partie en solitaire.
    J'étais effrayée de partir mais j'aurais dû être effrayé de revenir.
    Quand on goûte au bonheur, au vrai, à la liberté, à la découverte perpétuelle, le retour à la réalité met une grosse claque !
    Je parlerais pas de ma vie professionnelle car j'y pense même pas puis parce que ma vie personnelle a été trop touchée par mon départ/retour qu je ne pense qu'à repartir, à fuir cette vie, quitte à la faire ailleurs.
    Et le Canada me manque, terriblement, je rêve d'y retourner et de visiter ce que j'ai pas eu le temps de voir, les grands espaces au Nord et le littoral Est !
    En attendant je m'envole dans 1 semaine pour 4 mois en Asie et mon dieu que j'ai hâte de retrouver mon meilleur ami, mon sac à dos !
    Oh bah dites donc quel triste retour !

    Après il faut comprendre qu'il y a des gens qui sont bien dans leur petite routine, qui ne te comprennent pas forcément, et qui du coup t'en veulent un peu de partir. Peut-être cela t'aura permis de faire un tri entre de vrais amitiés et des relations superficielles...

    C'est aussi frustrant d'être exciter de rentrer pour raconter ton aventure à tes proches, et qui finalement ne sont pas réceptifs à ce que tu leur racontes. Fin bon j'espère que les choses se sont malgré tout arrangé, ce serait dommage de finir sur une mauvaise note

  15. #314
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Location
    Vancouver, BC, Canada
    Messages
    13 434
    Likes reçus
    7 559
    Un joli texte découvert sur le net et qui parle de la difficulté du retour.
    https://london2cape.com/adventure-tr...of-travelling/


  16. #315
    Avatar de Lucie46
    Lucie 33 ans

    Location
    Edinburgh, Royaume-Uni
    Messages
    152
    Likes reçus
    119
    Je quitte l'Argentine dans une dizaine de jours, un petit passage en Bolivie et au Brésil et retour à la case départ, pour le mariage d'une amie.
    J'ai vécu de nombreux retours (Erasmus, expatriation, tour du monde) et à chaque fois cela a été traumatisant. Cette fois-ci, je prépare mon prochain PVT et je ne vois pas ça du tout comme un retour.
    Chaque nouveau retour est plus difficile, l'éloignement et l'incompréhension avec les proches grandit et j'ai l'impression d'être face à un non-retour, à l'impossibilité de revenir un jour, non pas que j'en ai forcément envie pour le moment... A suivre...

  17. #316
    Avatar de Chocolayte
    Ludovic 26 ans

    Location
    France
    Messages
    4
    Likes reçus
    2
    Message de Helene
    Et donc, on va laisser la paroles à ceux qui sont partis et revenus, puisque comme le signale Cédric, c'est le sujet traité!
    Je découvre le monde des globe trotters depuis que j'ai pris ma décision de partir visiter le monde d'ici un an, à la fin de mes études. Et ce sujet est aussi édifiant qu'inquietant.

    Ce phénomène de dépression post-retour est très compréhensible, dans le sens où l'on se heurt au retour à une société conventionnelle, contraignante, et à des responsabilités que l'on avait délaissé durant une longue période, au profit d'une grande liberté.
    Et à un décalage de mentalité entre la richesse que notre voyage nous a apporté, notre nouvelle ouverture d'esprit, et celle des français, qui correspond en fait à celle que l'on avait volontairement choisi de quitter...

    Beaucoup semblent tristes passé la joie des retrouvailles, d'être revenus à leur routine. J'espère y échapper, car j'ai autant de projets à mener en France que dans le reste du monde. Peut-être que de savoir tout ça permet d'anticiper et de s'en préserver.

    En tout cas, bon courage à ceux qui ont le mal du retour !

  18. #317
    Avatar de LeRougegorge
    Mathieu 29 ans

    Messages
    15
    Likes reçus
    12
    Je reviens de 6 mois passés au Canada, et ma j'ai eu envie de reprendre l'avion à peine arrivé à Paris.

    C'était ma première grosse expérience à l'étranger, et je n'en retiens que du positif (parce qu'il n'y a eu que ça!!). Ouverture d'esprit, rencontres incroyables, paysages magnifiques, mentalité excellente... Même si je me sens bien ici aussi, comment ne pas avoir envie de repartir?

    Du coup, je viens de faire une demande pour un PVT. Reste à savoir si je vais être sélectionné, mais même si ce n'est pas le cas, je partirai ailleurs. Vu le bien qu'a pu me faire ce voyage, je ne vois pas pourquoi je devrais arrêter là.


  19. #318
    Avatar de Alexandre53
    Alexandre 29 ans

    Location
    Lille, France
    Messages
    20
    Likes reçus
    17
    Le retour fait mal, ça c'est une certitude. Après 1 an au Japon, j'ai fini par e ré-acclimater à la France mais cela a pris du temps. Il m'a bien fallu 2 gros mois de déprime et de gros doutes avant de pouvoir m'y faire. Et surtout de nouveaux projets! J'ai écrit un article là-dessus, j'aimerais bien avoir votre avis : voir si certains ont ressenti la même chose.

    Bon courage à ceux qui en souffrent, la vie finira par sourire à nouveau


  20. #319
    Anonyme
    J'ai écumé le topic, et même si je sais que personne n'aura une solution magique, je lance une bouteille à la mer !

    Voilà deux mois et demi que je suis rentrée, ce n'était pas prévu, j'étais censée rester en Océanie, et puis les circonstances ont fait qu'en deux semaines tout a changé et j'étais dans un avion direction la France, à contre-coeur. Je voulais surprendre mes proches donc je n'ai rien dit à personne, et pour être surpris, ils l'ont été, mais pas comme je l'attendais j'ai mis les pieds dans un beau bazar familial que l'on m'avait dissimulé, ma meilleure amie semble avoir un problème avec celle que je suis devenue (enfin celle que j'étais avant de sombrer!) et s'acharne à me seriner ce qu'elle pense à propos de celle que je suis selon elle, et vous pouvez rajouter une fantastique-douloureuse-inattendue déception sentimentale par dessus le marché, pour compléter le tableau !
    En contre-partie, j'ai retrouvé mes amis, et même s'il y a eu une incompréhension ou difficulté à communiquer à propos de cette expérience avec certains, les retrouvailles ont été plutôt positives.
    Le souci, c'est que je suis rentrée avec quelques projets, qui ne concernent pas la France et que je ne parviens pas à repartir. J'ai un peu lutté au début, puis j'ai voulu prendre le temps de réfléchir et de digérer cette expérience pour repartir dans de bonnes conditions, mais j'ai sombré pour de bon.
    Et je ne m'en sors pas, j'étais censée partir en GB, j'avais mon billet d'avion, mais il est parti sans moi. Je n'avais pas fini de préparer, je n'avais plus d'enthousiasme, et pas plus envie d'être ici que là-bas.
    J'ai toujours mes projets et mes envies dans un coin de la tête mais ils ne suscitent plus grand chose en moi, je me sens vidée de toute substance, complètement apathique. Je pourrais dormir 24 heures sur 24, je ne parviens pas à sortir de chez moi, je n'ai pas faim, j'ai les larmes qui montent dès qu'on m'adresse la parole, envie de ne voir personne, bref, je crois qu'on peut parler de dépression?
    J'ai eu des coups assez durs en NZ, mais curieusement, je me sentais plus forte là-bas en étant seule qu'ici en étant entourée (et paradoxalement, encore plus seule). Là-bas, je pleurais, tempêtais, réfléchissais une nuit, et le lendemain matin, j'établissais une stratégie et repartais ! Ici, le néant. Je passe mes journées à réfléchir à ce qui devrait être fait, à chercher des réponses qui ne viennent pas pour recommencer le lendemain. Ma tête est en feu, je suis épuisée, et mon chat tient désormais pour moi une cellule psychologique ouverte 23 heures sur 24.
    Je ne sais pas quoi faire pour me sortir de toute cette vase, partir en GB, et voir ce qui se passe là-bas ? J'ai un budget très très bas, et c'était prévu ainsi dès le début mais ça ne me faisait pas peur, j'étais sûre de trouver du travail alimentaire à temps. Là... Y aller sans la flamme, je suis moins sûre de ma débrouillardise.
    Je n'aime pas l'idée de fuite, mais je n'aime pas plus l'idée de passer à côté de ma vie. Et le côté "avoir 30 ans" rajoute une pression supplémentaire, une urgence à vivre toutes ces expériences que j'aurai pu commencer bien plus tôt si je n'avais pas erré des années sur les bancs de la fac pour qu'on me fiche la paix. Là-bas, ce n'était qu'un chiffre, ici c'est une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, un compte à rebours qui a commencé. J'ai l'impression d'avoir perdu ma légèreté d'âme et d'esprit, ma joie de vivre et mon optimisme. Ici je me sens en insécurité, incapable de sortir courir ou me balader seule, croiser le regard des gens dans la rue est paralysant, les entendre bavasser à propos des uns et des autres, incompréhensible.

    Qu'est-ce que vous feriez, ou avez-fait, ceux qui sont déjà passé par là ?
    Merci

  21. #320

    Messages
    276
    Likes reçus
    132
    Message de Riza
    J'ai écumé le topic, et même si je sais que personne n'aura une solution magique, je lance une bouteille à la mer !

    Voilà deux mois et demi que je suis rentrée, ce n'était pas prévu, j'étais censée rester en Océanie, et puis les circonstances ont fait qu'en deux semaines tout a changé et j'étais dans un avion direction la France, à contre-coeur. Je voulais surprendre mes proches donc je n'ai rien dit à personne, et pour être surpris, ils l'ont été, mais pas comme je l'attendais j'ai mis les pieds dans un beau bazar familial que l'on m'avait dissimulé, ma meilleure amie semble avoir un problème avec celle que je suis devenue (enfin celle que j'étais avant de sombrer!) et s'acharne à me seriner ce qu'elle pense à propos de celle que je suis selon elle, et vous pouvez rajouter une fantastique-douloureuse-inattendue déception sentimentale par dessus le marché, pour compléter le tableau !
    En contre-partie, j'ai retrouvé mes amis, et même s'il y a eu une incompréhension ou difficulté à communiquer à propos de cette expérience avec certains, les retrouvailles ont été plutôt positives.
    Le souci, c'est que je suis rentrée avec quelques projets, qui ne concernent pas la France et que je ne parviens pas à repartir. J'ai un peu lutté au début, puis j'ai voulu prendre le temps de réfléchir et de digérer cette expérience pour repartir dans de bonnes conditions, mais j'ai sombré pour de bon.
    Et je ne m'en sors pas, j'étais censée partir en GB, j'avais mon billet d'avion, mais il est parti sans moi. Je n'avais pas fini de préparer, je n'avais plus d'enthousiasme, et pas plus envie d'être ici que là-bas.
    J'ai toujours mes projets et mes envies dans un coin de la tête mais ils ne suscitent plus grand chose en moi, je me sens vidée de toute substance, complètement apathique. Je pourrais dormir 24 heures sur 24, je ne parviens pas à sortir de chez moi, je n'ai pas faim, j'ai les larmes qui montent dès qu'on m'adresse la parole, envie de ne voir personne, bref, je crois qu'on peut parler de dépression?
    J'ai eu des coups assez durs en NZ, mais curieusement, je me sentais plus forte là-bas en étant seule qu'ici en étant entourée (et paradoxalement, encore plus seule). Là-bas, je pleurais, tempêtais, réfléchissais une nuit, et le lendemain matin, j'établissais une stratégie et repartais ! Ici, le néant. Je passe mes journées à réfléchir à ce qui devrait être fait, à chercher des réponses qui ne viennent pas pour recommencer le lendemain. Ma tête est en feu, je suis épuisée, et mon chat tient désormais pour moi une cellule psychologique ouverte 23 heures sur 24.
    Je ne sais pas quoi faire pour me sortir de toute cette vase, partir en GB, et voir ce qui se passe là-bas ? J'ai un budget très très bas, et c'était prévu ainsi dès le début mais ça ne me faisait pas peur, j'étais sûre de trouver du travail alimentaire à temps. Là... Y aller sans la flamme, je suis moins sûre de ma débrouillardise.
    Je n'aime pas l'idée de fuite, mais je n'aime pas plus l'idée de passer à côté de ma vie. Et le côté "avoir 30 ans" rajoute une pression supplémentaire, une urgence à vivre toutes ces expériences que j'aurai pu commencer bien plus tôt si je n'avais pas erré des années sur les bancs de la fac pour qu'on me fiche la paix. Là-bas, ce n'était qu'un chiffre, ici c'est une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, un compte à rebours qui a commencé. J'ai l'impression d'avoir perdu ma légèreté d'âme et d'esprit, ma joie de vivre et mon optimisme. Ici je me sens en insécurité, incapable de sortir courir ou me balader seule, croiser le regard des gens dans la rue est paralysant, les entendre bavasser à propos des uns et des autres, incompréhensible.

    Qu'est-ce que vous feriez, ou avez-fait, ceux qui sont déjà passé par là ?
    Merci
    @Riza Je pense avoir bien mis 6 mois à me réhabituer à la vie parisienne. En plus, j'étais retournée chez mon père : UNE HORREUR, je crois qu'on aurait pu s'entretuer !! mdr mais je vous rassure il est toujours... en vie!! lol

    Tes symptômes, je les ai eus... Mais, on survit ! Tout te paraît difficile maintenant. Mais, dans quelques mois, tu avanceras.

    Je pense que tu devrais te laisser le temps de te poser, de réfléchir et de prendre une décision... Cela fait trop peu de temps que tu es revenue en France...

    Moi, je regrette lorsque je suis retournée en France de ne pas avoir pris du temps pour moi... Je me suis quasi toute de suite lancée dans une recherche d'emploi... Alors que j'aurais du prendre le temps de réfléchir, de voir et prendre du recul ...

    La vraie question à se poser est : Qu'est-ce-qu'on veut ? Et qu'il est difficile de trouver une réponse !!!

    La ronronthérapie est une des meilleure thérapie que je connaisse !! :-)


Page 16 sur 18 ... 61415161718