Alexandre, PVTiste dans l’informatique à Toronto

Date de publication : 25-04-2013

Auteur

isa

Alexandre

Profession

SysAdmin!

Dernier diplôme obtenu

Licence

pvtistes :

Ville de provenance

Alexandre : Roquebrune Cap Martin (06), une petite ville à côté de Monaco.

pvtistes :

Villes de destination

Alexandre : Toronto

pvtistes :

Sur place depuis combien de temps ?

Alexandre : Avec ma copine, nous sommes arrivés le 22 juin 2010 à Toronto et depuis on y est toujours !

pvtistes :

Baroudeur ou pas ?

Alexandre : Oui, j’ai pas mal (chacun son point de vue) voyagé depuis qu’on est au Canada. On a fait la Jamaïque, la Barbades, le Mexique, Montréal, Québec, New-York plusieurs fois. En 2 ans et demi, c’est pas mal je trouve ! Et puis là San Francisco vers avril, ça va être bon !

pvtistes :

Que faisais-tu en France ?

Alexandre : En France, j’étais technicien système et réseaux (helpdesk informatique) pendant 1 an et demi avant de partir pour le Canada. Avant, je sortais de l’école ou j’ai suivi une licence professionnelle en informatique.

pvtistes :

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Alexandre : Ma copine en avait marre de l’école et voulait changer d’air. Elle m’a proposé de partir au Canada par SMS pendant un cour de droit européen et j’ai dit OK.

pvtistes :

Pourquoi Toronto ?

Alexandre : Tout simplement parce qu’on voulait améliorer notre anglais. Ma copine a appris l’anglais à l’école uniquement, tandis que j’ai eu la chance d’avoir des parents qui me parlent d’abord en anglais puis en francais.
Une fois qu’on a vu Toronto sur Google Maps/streetview, ça nous confortait dans notre choix. On aime les grandes villes avec plein de hauts bâtiments, comme Toronto ou New-York.

pvtistes :

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Alexandre : Oui. Je suis déjà parti a l’étranger à plusieurs reprises pour le sport et des voyages personnels mais maximum 1 mois. Je vivais encore chez mes parents au moment du départ. Avec nos 2 salaires, on ne pouvait pas prendre un appart à moins de manger des pâtes tous les soirs et de ne plus rien faire !

pvtistes :

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Ontario ?

Alexandre : C’est trop bien, j’adore ! C’est ce que je me disais quand on venait d’arriver. Je me rappellerais toujours de la première fois ou, à travers les vitres du taxi, on a vu les condos sur spadina/king. Je n’avais jamais vu ça et je me disais qu’un jour, j’y vivrai !

pvtistes :

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Ontario ?

Alexandre : Carrément ! Avec mon premier et unique job, j’ai presque doublé mon salaire ! Maintenant que j’ai prouvé ce dont j’étais capable, c’est encore mieux. Je doute que je pourrais avoir un salaire aussi haut en France.
J’ai aussi eu la chance de tomber dans une start-up qui bouge beaucoup et qui sait reconnaître le bon travail. De plus, j’ai plein d’avantages en nature (petit-déjeuner, lunch, boisson gazeuse… tout ça gratuitement!)
Mais je tiens à le répéter, j’ai eu de la chance d’être embauché là. Ce n’est pas partout comme ça à Toronto.

pvtistes :

Tu travailles dans le domaine des IT, est-ce que c'est facile de trouver un boulot à Toronto ?

Alexandre : J’avoue que je n’ai cherché du travail qu’une seul fois depuis que je suis à Toronto. J’avais mis un mois à trouver. Je m’en rappelle encore, c’était pendant le mois d’août 2010 et pas beaucoup de sociétés ne me répondaient car comme en France, les gens partent en vacances l’été... Donc j’ai eu 3 entretiens dans différentes entreprises puis un second dans la société où je suis actuellement.
Vu le nombre d’offres d’emplois, je ne pense pas que ça soit difficile, sauf si on recherche un poste bien particulier.
Une chose que j’ai découverte, ce sont les entretiens de groupe ou plusieurs candidats viennent pour un poste différent. Tout le monde parle et ça peut être gênant et stressant quand on ne s’exprime pas très bien en anglais.
Ne pas hésiter aussi a faire des soirées PVTistes pour trouver des contacts !

pvtistes :

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Ontario ?

Alexandre : Je dirais trouver un logement, car beaucoup de proprios demandent d’avoir un boulot ou alors des garanties. Apres, je n’ai jamais cherché de logement en France, donc c’est peut-être pareil.
Une fois encore, avec ma copine on a eu de la chance de trouver un couple de camerounais qui comprenait notre situation et nous a accepté pour louer leur appartement car ils avaient vécu la même chose !
C’est ça aussi qui est bien au Canada, c’est qu’on vous donne une chance ! Que se soit dans le travail ou autre, on vous donne une chance pour prouver ce dont vous êtes capables ! A nous de ne pas la gâcher.

pvtistes :

Quel est ton meilleur souvenir ?

Alexandre : Quand j’ai emménagé dans notre appart en condo (ça fait 1 an et demi). Là je me suis dit, c’est bon, je suis dans un condo ! Du coup, maintenant on a une salle de sport, une piscine, une salle de fêtes…. Trop bien !

pvtistes :

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Alexandre : Forcément les amis et la famille mais grâce aux nouvelles technologies, on se sent moins loin d’eux. On discute souvent sur Skype, ou facetime ou par sms ! Je correspond avec ma soeur en Chine comme si on était en France !

pvtistes :

Qu'est ce qui te manquera quand tu rentreras/si tu rentrais en France ?

Alexandre : Les amis qu’on s'est fait ici, puis la qualité de vie aussi. Même si Toronto est une vie chère, on y gagne aussi bien sa vie. Je doute avoir cette vie quand on rentrera.

pvtistes :

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Alexandre : Niveau professionnel, beaucoup et niveau personnel beaucoup aussi. A Toronto il y a énormément de nationalités différentes. Du coup, on peut apprendre sur les différentes cultures puis aussi manger beaucoup de choses différentes !

pvtistes :

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Alexandre : Ne pas partir avec juste le minimum d’argent, c’est trop juste pour Toronto. Par exemple rien que pour le logement certain demande 2 ou 3 mois d’avance… si tu ajoutes d’autres dépenses comme le TTC, la nourriture etc.. l’argent s’en va très vite!!

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

28 Commentaires

Jess
1 7
Trop bien cette idée!!! Merci beaucoup, ça m’aide beaucoup et avec ça, ça me motive encore plus. Et aussi c’est rassurant.
kossei
15 67
Sympa le feedback. mais j’aimerais bien savoir si les DBA oracle ont la cote à TO.
AUTUORI
0 1
Salut. Question (bête) : est-ce qu’un autodidacte aurait une chance de pouvoir travailler dans l’IT ? Je pratique HTML, CSS et Javascript.
al666
0 1
Salut, super témoignage c’est cool =) Je poste ce message ici car je ne sais pas trop ou demander un avis éclairé. J’ai aussi une LP en info et d’autres … En fait, je n’avais jamais songé à l’étranger jusqu’à ce que j’aille au Canada cette année quelques jours. J’ai failli y rester car en France j’étais au chômage (depuis 8 mois) et je suis finalement rentré car j’avais obtenu dans le même temps un coucous administratif. Seulement, la formation de ce concours ne me plait pas du tout et je commence à regretter mon choix. D’un autre côté, comme je ne trouvais pas de travail en France (pas d’expérience concrète, petits stages), je doute d’en trouver là bas et qui plus est dans mon domaine, surtout qu’il y a tout de même une exigence en termes d’expérience pro (comme partout), de compétences et de langue (niveau « scolaire » comme jamais été à l’étranger …). Voilà, je ne sais pas si ça vaut le coup sachant que : – Si je démissionne je ne pourrais plus jamais revenir et donc le risque de me retrouver sans emploi derrière et sans argent qui plus est … – Niveau sous je n’ai plus rien vu que j’ai tout acheté pour venir (voiture, logement, nourriture, équipement, …). – Je n’ai jamais vraiment travaillé (sauf stages et jobs d’été) J’étais même prêt à reprendre des études mais financièrement c’est compliqué et vu mon âge aussi … Enfin voilà, je ne sais pas si c’est le bon endroit pour demander ce genre d’infos mais ayant vu ce témoignage je pose tout de même la question ! Merci encore et bonne continuation !
Aiko
1 7
Superbe témoignage qui me donne encore plus envie d’aller à Toronto pour y tenter ma chance aussi ! J’entend énormément dire que si on a la motivation et le sourire, tout est possible au Canada =) Moi aussi j’habiterai dans un condo un jour ! =p
Maxence
1 2
Merci Alexandre c’est cool :) !
Aurélien
0 2
Merci beaucoup pour ce témoignage, je suis aussi en licence pro (réseaux et telecom.) en France et j’hésitais encore à faire une demande, surtout j’appréhende un peu le travail à cause de mon niveau d’anglais (qui est correct mais pas excellent), devoir parler, écouter et écrire tout en anglais d’un seul coup et dans le milieu professionnel, qui plus est, ça doit vraiment pas être évident au début..? Bref tu as répondu à la plupart des questions qui je me posais alors merci ! et bonne continuation !
Alexandre
48 160
Quand je travaillais en france, je cherchais toutes les doc en anglais car plus complet :p
Frank
1 7
Super témoignage ca donne envie !!! En ce qui me concerne mon départ pour Toronto est prévu pour début Octobre. J’ai hate !!!!
Alexandre
48 160
C’est bizzare que tu ne trouves pas Joel. J’ai trouve tous mes interview grave a Craigstlist :)
kossei
15 67
Alex , Merci pour le Feed . C’est très important pour nous qui feront partie des futur gars à tenter l’aventure IT a toronto. keep it real :) dude. ps: des retours de Mississauga? il parait que c’est la silicone V du Canada.

Articles recommandés