Article publié le 05-11-2012.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Quelle est ta ville de provenance ?
Je viens de Vannes, en Bretagne.

Quelle est ta destination ?
Je vis à Montréal, dans la province de Québec, au Canada.

Quelle est la durée de ton VIE ?
Mon V.I.E. dure 18 mois. J’ai effectué 2 mois de formation préalable, au siège de l’entreprise, à Quimper, en Bretagne. Je suis ensuite arrivé ici à Montréal, commençant le 1er Novembre 2011, il y a 1 an presque jour pour jour !

Comment as-tu trouvé ton VIE ?
J’avais entendu parler de cette option à la fin de mes études, à l’été 2011 et avait postulé via le site Civiweb. Malheureusement le taux de retour est très bas. J’ai donc décidé d’être plus proactif et de contacter moi-même des organismes aidant les entreprises à se développer à l’international. Je leur ai demandé de faire passer mon C.V. ainsi qu’un email de présentation de mon projet V.I.E. aux entreprises de leurs bases de données. C’est de cette manière que l’on m’a contacté pour des entretiens.

Est-ce que ton employeur connaissait le VIE ? Si non, quelle a été ton approche pour le convaincre ?
L’entreprise connaissait le V.I.E. et pensait à publier deux annonces, l’une en Europe Occidentale, l’autre en Amérique du Nord. Elle cherchait un profil similaire au mien, polyglotte, diplômé d’École de Commerce et avec un solide bagage professionnel a l’étranger. Le fait de les avoir contactés avec un réel projet V.I.E. déjà existant les a simplement confortés dans leur choix.

Comment as-tu trouvé ton VIE ? Est-ce que la recherche t'a semblé facile ?
Comme évoqué précédemment, la recherche via le Civiweb est fastidieuse. Il semblerait que de nombreuses offres publiées par les entreprises le sont par pure obligation légale ou administrative. En réalité, beaucoup d’offres publiées seraient attribuées à l’avance, en interne, à des stagiaires travaillant déjà dans l’entreprise. Par conséquent, il est bien plus efficace d’inverser les rôles et de démarcher les entreprises. Mais même de cette manière, les postes de V.I.E. sont toujours très demandés et c’est un contrat particulièrement difficile à obtenir. Il faut s’accrocher!

Quelle est ton domaine de spécialité ?
J’ai étudié le commerce international a l’ESC La Rochelle, après un bac Économique et Social à spécialité Anglais. Mon domaine de spécialité s’est donc forgé dans le développement commercial à l’international, avec une affection particulière pour la prospection.

Pourquoi cette envie de t'expatrier ?
J’ai toujours rêvé de découvrir le monde et pensé que les études ne devraient pas prendre le pas sur les expériences terrain. J’ai donc décidé dès mes études universitaires, de m’orienter vers le commerce international, avec des expériences longues durées au Royaume-Uni, au Costa Rica et aux États-Unis. C’est ainsi logiquement que j’ai poursuivi a l’issu de mes études, par un poste de V.I.E. en Amérique du Nord.

Pourquoi avoir choisi cette destination ?
Ce n’est pas moi qui ai choisit la destination, mais l’entreprise, qui possédait un importateur sur place, chez qui je travaille. Pour ma part, je cherchais à retourner aux États-Unis et les conditions d’immigration y sont particulièrement compliquées sans contrat de travail préalable. Lorsque mon entreprise m’a proposé un contrat au Canada, elle m’a expliqué ce projet de développement vers l’Amérique du Nord en insistant sur sa volonté de poursuivre à long terme le développement sur le marché États-Unien. Je me suis dit que c’était peut-être là, avec une entreprise partageant mon projet, le moyen idéal de retourner aux U.S.A. Réponse dans six mois!

Est-ce que c'est la première fois que tu vivais à l'étranger ou que tu partais aussi longtemps ?
Ce n’est pas la première fois que je vivais a l’étranger, ni même la première fois que je partais aussi longtemps, mais c’est la première fois que je passais autant de temps dans un même pays à l’étranger. Je suis partit en stage au Costa Rica pour environs 5 mois, enchaînant avec une année universitaire aux États-Unis, puis un stage de plus de six mois dans le sud de l’Angleterre. Une fois mes études terminées, je n’avais pas le goût de rester en Bretagne, alors j’ai décidé de m’expatrier de nouveau, et me voici aujourd’hui à Montréal pour un an et demi!

Qu'est ce que ton expérience de VIE t'a apporté, d'un point de vue professionnel ?
Mon expérience VIE m’a principalement conforté dans le bilan tiré de mes précédentes expatriations. La vraie nouveauté pour moi est de travailler à près de 6000 km de mon entreprise. Cela augmente la nécessité de savoir travailler seul, tout en réduisant paradoxalement l’indépendance, dû au besoin continuel de se référer à ses collègues pour toute information inaccessible à distance.

Quels conseils donnerais-tu aux personnes intéressées par le VIE ?
C’est comme pour tout emploi, il ne faut pas attendre que l’offre arrive, mais faire le démarchage soi-même pour se donner une chance supplémentaire. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de noter qu’un contrat V.I.E. constitue une expérience extrêmement longue à l’étranger ; selon le contrat, de 6 mois a 2 ans. De plus, les entretiens se faisant généralement en France, il n’y a donc pas vraiment de moyen de savoir a quoi ressembleront le site et les conditions de travail sur place, à l’étranger. Le contrat V.I.E. est une expérience pleine d’inattendus, c’est paradoxal, mais il faut savoir s’y préparer. Bon courage!

Pour plus de conseils ou de simples informations sur mes expériences en tant qu’expatrié, visitez ma page http://brendanrivalin.wordpress.com/ où mes coordonnées sont également disponibles dans l’onglet « Contact ».

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Eviter les « arnaques » en PVT

[Interview]

Kelly, une PVTiste à Whitehorse (Yukon) amoureuse des grands espaces

[Récit de voyageur]

Récit de PVTiste : passer son permis de conduire en Corée

[News]

CONCOURS CANADA : 2 billets aller-retour à gagner avec Air Transat !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci pour ton témoignage et tes conseils!

{{likesData.comment_5123.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre