Floriane, une expérience positive à Moscou !

Article publié le 20-07-2015.

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Comment as-tu découvert l’existence du PVT pour la Russie ?

La décision de partir en Russie était déjà prise, mais il me fallait un visa qui me permette d’y rester plusieurs mois.
Non pas que les voyages touristiques ne m’intéressent pas, mais à cette période de ma vie, ce que je voulais par-dessus tout c’était vivre à l’étranger, m’intégrer, prendre le temps de comprendre —si on peut avoir la prétention de comprendre.
Un jour, en faisant des recherches sur les différents types de visas pour la Russie, je suis tombée sur cette perle : le PVT !

Est-ce que tu as eu des problèmes pour l’obtenir ?

Dire que j’ai eu des problèmes serait exagéré, mais je ne peux pas non plus dire que ce n’était qu’une formalité.
Parmi les étapes les plus difficiles, deux me viennent à l’esprit :
- Le moment où j’ai dû convaincre mon médecin de me prescrire des analyses médicales pour dépister la lèpre ou le chancre mou. Ou comment passer pour une folle.
- Et la longue bataille pour obtenir un rendez-vous à l’ambassade. Les centres VHS qui s’occupent habituellement des visas ne sont pas habilités à gérer les PVT, il faut donc se rendre à l’ambassade directement. Mais les charmantes personnes de l’ambassade n’y connaissent pas grand-chose au PVT et refusent de donner un rendez-vous pour une demande de visa… donc nous renvoient vers les centres VHS, qui nous renvoient vers l’ambassade, qui nous renvoie… Vous me suivez ?!!
Bref, patience et persévérance sont les maîtres mots, mais c’est faisable !

Est-ce que tu as rencontré des problèmes avec ton visa, une fois sur place ?

Une fois, à mon arrivée à l’aéroport. Le visa n’étant pas encore très connu des services de sécurité, j’ai eu le droit à quelques regards suspicieux et d’interminables minutes d’attente. Mais rien de bien méchant. À part ça, RAS !

Est-ce possible de trouver un logement pour du long terme chez un particulier ?

Absolument, c’est même assez simple !
Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, les recherches sont beaucoup plus faciles. La communauté d’expatriés (français ou non) est énorme, active et les Russes aiment s’y greffer ce qui permet d’être très facilement en relation avec des personnes de toutes nationalités.
Pas de paperasse ni de caution à fournir, c’est beaucoup plus simple qu’en France (mais du coup, c’est aussi plus simple de se retrouver à la rue du jour au lendemain).
Côté tarifs, mieux vaut prévoir un bon budget, mais avec quelques concessions, on arrive à se trouver un toit rapidement.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Russie ?

Et pourquoi pas ?!
Je voulais sortir de mon quotidien, voir la vie ailleurs. Mais aujourd’hui, l’expatriation n’est plus une démarche marginale, tout le monde peut voyager. Je voulais donc me différencier et pour cela, le choix de la destination était important.
L’idée m’est venue de mon ami, d’origine russe, qui n’avait encore jamais mis les pieds dans le pays de ces ancêtres.
La Russie m’a semblé être une destination à la fois originale et prometteuse, car que l’on aime ou non ce pays, on ne peut nier son importance grandissante sur le plan international.
Aujourd’hui, je ne regrette absolument pas ce choix !

En tant que travailleuse étrangère, comment as-tu été perçue par les employeurs et les locaux, de manière générale ?

Je n’ai pas le souvenir d’avoir été mal reçue, mal considérée par rapport à mes origines ou même vis-à-vis de mon faible niveau de russe.
La France et les Français sont encore bien considérés en règle générale, bien que de temps en temps, on nous demande où sont passés les Mistrals ! Ce sont ces fameux navires promis par la France à la Russie, que la France (sous la pression de l’OTAN) ne veut plus livrer aux Russes. C’est une affaire toujours en cours, qui fait plus rire les Russes qu’autre chose, mais ça leur donne un bon prétexte pour rire de nous ! Par exemple, à l’entrée des clubs où le face control est assez sévère, les videurs s’en servent pour nous faire croire qu’on ne va pas rentrer à cause de cette histoire ! Ça les amuse, puis finalement ils nous laissent entrer parce qu’ils aiment bien les Français au fond !

Quel a été ton parcours là-bas ?

En arrivant, je me suis tout de suite inscrite dans une école de langue pour apprendre les bases du russe. Dans la foulée, j’ai commencé à travailler comme professeur particulier de français. Je n’ai passé qu’un entretien pour un emploi en communication. Tout s’est bien passé, à la demande du recruteur j’ai envoyé par mail les modalités de prolongation du visa et après plus rien. Malgré de nombreuses relances, je n’ai plus entendu parler d’eux. Aujourd’hui encore, je suis incapable de dire si c’est le visa qui les a fait fuir ou si mon profil ne les intéressait finalement pas et qu’ils n’ont pas pris la peine de me le dire.
L’apprentissage du russe s’est avéré plus long que prévu, le travail m’a bien occupée et à 1 mois de la fin de mon visa, je n’avais toujours pas trouvé de travail qui me permette de prolonger mon visa. J’ai donc dû rentrer en France au bout des quatre mois, le temps de refaire une demande de visa. (NDLR : le PVT Russie n'est valable que pendant 4 mois mais peut être prolongé.
Je suis revenue avec un visa privé, cette fois (3 mois), obtenu grâce à une amie sur place. Sur les trois derniers mois, j’ai essayé de voyager un peu plus sur le territoire russe, même si au final, je suis surtout restée dans la région de Moscou alors que j’avais espéré aller en Sibérie, à Sotchi… Ça me donne une bonne raison pour y retourner !

Quel est le coût de la vie en Russie ?

Je ne peux parler que de ce que je connais : Moscou.
Réputée pour être une ville très chère, j’ai été agréablement surprise.
Mis à part le logement qui est un budget important, le reste des dépenses quotidiennes s’aligne avec les prix pratiqués en France. Pour information, je compare avec le coût de la vie à Lyon.
Souvent, on dit que le budget d’un expat augmente lorsque ce dernier veut garder les habitudes de son pays d’origine. En Russie, à cause des sanctions, impossible de trouver des produits français. Le problème est donc résolu !

Pour la partie prix :
- Loyer : 27 000 roubles à deux (soit environ 500 €) dans une coloc de 5 personnes au total (2 couples et une 5e personne), dans le centre de Moscou.
- Côté sorties, les bars sont bon marché, mais les prix grimpent en clubs. En moyenne, les cocktails tournent autour de 7/9 €, le verre de vin autour de 6 € et la bière peut avoisiner les 2 €, définitivement la solution la plus économique !
- Pour les courses, non pas que je ne veuille pas donner de prix, mais personne ne consomme de la même manière. Du coup, pour ceux qui voudraient se faire une idée, je donne toujours le site internet d’une sorte de Auchan en ligne : Uktonos. Il suffit de parcourir les rubriques pour se faire une idée des prix.

Tant que je suis dans les prix, il faut compter une trentaine d’euros par mois pour les transports en commun, moins de 15 € pour un très bon forfait téléphone/internet et côté shopping les prix sont à peu près équivalents à nos prix européens.
J’ai commencé une rubrique « Coût de la vie » sur mon blog où je parle déjà du taxi, des boissons et du téléphone.

Quelles sont les différences culturelles qui t’ont déroutée, au tout début ?

Sans aucune hésitation : le sourire ! La froideur des Russes n’est pas une légende. Mais derrière leur air bourru, ce sont des personnes chaleureuses, avec un grand sens du partage et du service.
Et si une babushka vous grogne après, ne le prenez pas personnellement !

Quels sont tes plus beaux souvenirs ?

La Place Rouge ! Pas très commun, mais c'est pourtant la première chose qui me vient à l’esprit quand je parle de Moscou.
Je pensais que l’émerveillement ne durerait que quelques mois, puis que je deviendrais blasée. Mais à la veille de mon départ, l’admiration était la même.
En parlant de beaux souvenirs, je suis aussi obligée d’évoquer la première fois où j’ai marché sur un lac gelé. Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier.

Quel était ton niveau de russe en arrivant, et en repartant ?

En arrivant, je déchiffrais à peine l’alphabet. Au final, l’apprentissage du russe fut plus long et laborieux que ce que j’avais imaginé. J’ai eu l’impression d’être au point mort pendant la majeure partie de mon voyage.
Puis, dans les derniers mois, j’ai eu comme un déclic. Mon vocabulaire commençait à être suffisamment étoffé pour tenir de petites conversations et j’ai commencé à noter des progrès ! C’était une petite victoire !
Quant à mon retour en France, je suis toujours à la recherche du job de mes rêves. En entretien, les personnes que je rencontre ne comprennent pas qu’en 7 mois là-bas, je ne sois pas revenue bilingue. On me demande aussi pourquoi je ne suis restée « que » 7 mois ? Si je n’ai pas été capable de tenir plus longtemps ?

C’est peut-être la méconnaissance de la Russie ou du voyage en général qui amène ce genre de remarques, mais au final, je peine un peu à transformer cette expérience en un vrai plus sur mon CV.

Quels sont les conseils que tu donnerais aux PVTistes intéressés par la Russie ?

Ne vous laissez pas intimider par les démarches ou par les Russes. Ce PVT, vous y avez le droit et vous avez toutes les raisons du monde de le convoiter.
Si vous prévoyez un séjour en Russie pour y apprendre la langue, partez avec quelques bases, l’apprentissage sera plus efficace.
Enfin, rapprochez-vous des communautés d’expats sur place, l’entraide est assez forte et vous dénicherez de précieux conseils.

Pour en savoir plus sur le Moscou de Flo, direction son blog : Moscou by Flo !

shutterstock_300119723

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Les programmes pour partir à l’étranger

[Interview]

Romain, PVTiste puis expatrié en Russie (Saint-Pétersbourg)

[Récit de voyageur]

On a testé Milford Sound

[News]

Changements pour le PVT Australie : vous pourriez faire jusqu’à 3 PVT !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Julie
14.4K 4.7K

Très intéressant tout ça !! Merci :)

{{likesData.comment_61869.likesCount}}
Annaïk
3.8K 1.9K

Partir en déchiffrant à peine le russe ça n’a pas du être facile! Mais tu as tout de même pu bien profité de ton séjour on dirait! :)
Tu n’as pas été visité Saint-Pétersbourg?

{{likesData.comment_61871.likesCount}}
Mylène
3.8K 2.2K

Hyper intéressant ce témoignage, merci pour ton retour d’expérience !

{{likesData.comment_61873.likesCount}}

Merci pour vos commentaires :)
Effectivement, partir sans connaitre le russe est un sacré handicap, surtout qu’à Moscou, peu de personnes parlent (ou veulent parler) l’anglais.
Pour les personnes qui partiraient dans le but d’apprendre la langue, je ne pourrais que vous conseiller d’y aller avec un peu de bases. Ça facilitera les échanges et donc la progression.
Et même si je parle beaucoup de Moscou, j’ai quand même visité St Pétersbourg fin avril. C’est une très jolie ville, plus anglophone. Si ça vous intéresse, voici l’un de mes articles: http://bit.ly/1EStnJP
En espérant vous avoir donné l’envie d’y aller un jour :)

{{likesData.comment_61886.likesCount}}
Annaïk
3.8K 1.9K

Je te demandais car moi j’ai fait l’inverse de toi en quelque sorte, je ne connais que St Pétersbourg, mais j’ai été visité Moscou quelques jours. Pour ceux que ça intéresse il y a des trains de nuit pas très cher qui relient Moscou et St Pétersbourg! 😉

{{likesData.comment_61888.likesCount}}

Alors, quelle ville a ta préférence??!
Tu as raison de parler les trains de nuit, en plus du prix, c’est une expérience à vivre!

{{likesData.comment_61889.likesCount}}
Annaïk
3.8K 1.9K

Ma préférence va à st Pétersbourg de loin!! 😀 Mais probablement parce que je n’ai fait que visité Moscou, je n’y ai pas vécu. Mais ça m’a paru gigantesque!

{{likesData.comment_61890.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

Merci pour ce retour sur ton expérience!! Même en étant restée sur Moscou, ton PVT sort un peu des sentiers battus et c’est super de pouvoir montrer aux nombreux PVTistes qui en ont l’âge que la Russie peut être une destination intéressante.
Pis 4 mois ça passe vite si on n’a pas envie de rester plus que ça.
Allez, je file voir si t’as mis des photos dans la galerie. 😉
😀

{{likesData.comment_61892.likesCount}}

Aie aie aie, je ne connaissais pas la fonction galerie! Je m’occupe de la remplir un peu avant la fin de la semaine (ou de la semaine prochaine 😉 )

{{likesData.comment_61893.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

et bah voilà, je t’ai donné de quoi t’occuper, je suis sure que tu ne savais pas quoi faire! :p
J’ai hâte de voir tes clichés!! 😉

{{likesData.comment_61894.likesCount}}

J’ai mis un peu de temps (la faute à la restriction à 2photos/jour!) mais mon profil est enfin égayé de quelques images :)

{{likesData.comment_62117.likesCount}}

Super le PVT en Russie ! C’est sympa de nous raconter tout ça. Tes commentaires me rassurent un peu, car avec la situation géopolitique actuelle j’avais peur que les français ne soient plus très bien vu. J’ai fait 2 voyages dans ce pays que j’adore, il y a 10 ans déjà, et j’avais été reçu royalement. C’est la chose qui m’avait frappé c’est que tout le monde avait l’air d’aimer la France et les français (autant qu’ils détestent les américains!). . Lors de mon 2e séjour j’ai eu la chance de séjourner dans une famille russe, je n’ai jamais revu un tel accueil nulle part ailleurs ! Et effectivement j’avais des bases en russe, ça facilite le contact.
De manière générale je suis d’accord je pense qu’il faut avoir quelques bases avant de partir là-bas. Ne serait-ce que de connaître l’alphabet cyrillique, pour pouvoir lire les plans de la ville, les panneaux dans le métro, les menus des restos, etc.

{{likesData.comment_62099.likesCount}}

Oui, sois rassuré, les Russes ont toujours ce fameux sens de l’accueil et ne sont pas (encore) remontés contre les Français 😉

{{likesData.comment_62118.likesCount}}

Bonjour , je reviens pour toi car je reviens aujourd hui de l ambassade pour déposer le pvt . Mon dossier a été refuse , car mon médecin a fait une lettre expliquant que les tests de la lèpre, chancre moi et granulome étaient indisponibles car inexistants! La nana de l ambassade ne veut rien savoir , il faut faire les tests .
Je suis donc allé a l hôpital pasteur à Paris qui aurait pu s occuper de ca, mais non ! Elle me dit que ca n existe pas et que ce n est pas possible et que mon médecin doit me faire une lettre du genre  » ma patiente est négative a ces tests etc… »
Comment as tu fait toi? Est ce que ton médecin t a fait un simple diagnostic comme cela ?
Je suis alle a Paris depuis Bordeaux expres , je retenté la semaine prochaine mais c est fatiguant !! Je ne sais plus vers qui me tourner , conseille moi!

Merci beaucoup ,
Marine .

{{likesData.comment_64309.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre