Frédéric, une expérience enrichissante à Toronto et Montréal

Article publié le 05-03-2013.

frédéric alias frederik

frédéric alias frederik

  • Profession Conseiller clientele

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Un petit village du Vaucluse au pied du Luberon à 30 minutes d'Aix en Provence...

Ville de destination

Après de longues heures de réflexion et de recherches sur le net, ça sera Toronto, capitale économique :-)

Sur place pendant combien de temps

A priori ça sera pendant un an, donc jusqu'au 4 avril 2013... mais je ne suis pas à l'abri de m'envoler pour le Québec si ma situation professionnelle se dégrade ! Car revivre la même galère pour trouver un job sur Toronto : Non merci ! Je préférerais repartir de zéro dans une autre ville comme Montréal....

Baroudeur ou pas ?

Oui plutôt... mais pas pour l'instant ! Je ne souhaite pas rentrer dans une routine sur Toronto pendant un an puis retourner en France sans avoir exploré le maximum de ce pays... Mon objectif est clair : je compte travailler pendant toute la période de mon PVT afin de réunir un maximum d'argent (tout en profitant ici), puis dès mon visa de travail expiré, un petit road-trip s'imposera : départ en avion de Toronto jusqu'à Calgary (le Manitoba et le Saskatchewan ne me disent rien pour l'instant), puis location d'une voiture pour traverser les Montagnes Rocheuses de long en large (j'espère y croiser des ours, cougars et autres espèces animalières fascinantes), visiter les beaux coins de l'Alberta et de la Colombie-Britannique ( je suis très "nature") et enfin arriver à Vancouver pour y rester quelques jours... Mais mon objectif ultime, qui est aussi mon rêve absolu, c'est de finir mon voyage dans le Yukon pour aller me brûler les yeux avec les aurores boréales... Je ne quitterai pas le Canada sans les avoir vues ! Mais bien-sûr, pendant le PVT, New-York, Cuba, Chicago seront mes destinations vacances également.... tout un programme !

Que faisais-tu en France ?

Après avoir obtenu mon BTS Management en juin 2011, la société où j'ai effectué mon alternance (un espace SFR) m'a proposé de passer du poste de vendeur à responsable d'équipe... J'ai accepté de le faire à condition de signer un CDD jusqu'en février 2012 pour ensuite me laisser deux mois pour préparer mon PVT...

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Je l'ai depuis que je suis gamin... J'ai toujours été attiré par les grands espaces et la nature à l'état pur. Adolescent, je pouvais passer des heures à regarder des reportages sur le canada ou surfer sur internet à la recherche de toutes les photos et vidéos qui circulaient sur ce pays !!! Je ne sais pas vraiment pourquoi mais ce pays m'attirait plus qu'un autre... Et il y a deux ans, mon oncle s'est fait construire un chalet au bord d'un lac des Laurentides à une heure de Montréal. C'était du pain béni pour moi ! J'ai donc sauté sur l'occasion, j'y suis allé en vacances deux semaines en été, et là j'ai compris que le Canada était fait pour moi ! Des paysages incroyables, une population plus qu'accueillante et une qualité de vie remarquable ! Mes meilleures vacances bien entendu.

Pourquoi Toronto ?

Ce n'était pas mon premier choix ! Je voulais aller sur Montréal, pour le coté francophone mais aussi parce que je connaissais un peu cet endroit ( un peu fainéant je l'avoue...). Mais j'ai préparé mon dossier avec un ami, et il m'a dit que ça serait plus judicieux de partir dans la partie anglophone du Canada afin de ramener un meilleur CV en France à notre retour... Donc après avoir parcouru les différents sites et forums sur le canada ( PVTistes.net en majorité) nous avons choisi Toronto pour trois bonnes raisons : proximité avec les USA et le Québec, capitale économique du Canada et enfin c'était la ville qui semblait être la plus animée pour la vie nocturne. Et aucun regret !

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Oui c'est la première fois... Ce n'est pas l'envie qui me manquait, bien au contraire... Mais ma scolarité et mes expériences professionnelles ne me le permettaient pas encore. J'ai compris que c'était maintenant qu'il fallait le faire et pas dans dix ans quand j'aurai trop d'attaches pour pouvoir tout plaquer et repartir de zéro !

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Ontario ?

Je suis quelqu'un qui a grandi à la campagne et qui a très peu vécu dans de grandes villes... Donc le premier soir où je suis arrivé, j'ai reçu un gros coup de massue en voyant ces buildings immenses, la CN tower, des clubs à tous les angles de rues... un gros changement pour moi.
Mais les deux premières semaines, on a les a passées en mode "touristes", à visiter la ville, aller au match des Raptors, voir les chutes du Niagara, on est énormément sortis en Club avec un groupe de l'auberge de jeunesse où on était posés. Bref, deux premières semaines qui m'ont permis de me faire une idée sur la ville.

Mon sentiment dominant était alors : "Je me suis pas trompé d'endroit... Cette ville est faite pour moi"
Et puis Toronto est une ville très cosmopolite, des dizaines de communautés se côtoient en permanence, chacune avec son propre accent anglais, donc même si votre anglais n'est pas très "fluent", personne ici ne vous jugera ou se moquera de vous parce que vous avez du mal à parler parfaitement ! On se sent chez nous dès que l'on met le pied dans cette ville... C'est assez remarquable et fascinant !

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Ontario ?

Oh oui, plus que satisfaisante même. J'ai trouvé un emploi dans une société basée sur Toronto, mais nous travaillons à travers tout le Québec. Je m'explique :
En fait, je suis ce que l'on appelle un "acheteur". On se déplace dans différentes villes du Québec (environ une ville par semaine ), on pose notre stand dans de très beaux hôtels où nous sommes également logés au frais de la société, et les gens viennent nous apporter leurs pièces de monnaie ancienne, leur or, argent, bijoux, etc.
Nous les estimons et leur proposons de les acheter. L'équipe est vraiment au top en plus ! On est très bien payé, on travaille trois semaines dans le mois et on a une semaine de vacances payées à moitié donc c'est vraiment The Job !

On quitte donc Toronto pendant 3 semaines et on y revient passer la semaine off ! Le seul point négatif serait les trajets en voiture pour aller au Québec (des fois 12h de voiture...) mais ça en vaut la peine : j'ai pu visiter la ville de Québec et les chutes de Montmorency, je suis allé au Nouveau-Brunswick voir leur immenses forêts à perte de vue et leurs milliers de lacs, j'ai pu aller voir les baleines sur le St-Laurent à Rivière-du-Loup ! Actuellement, je suis à Thedford Mines, une petite ville située entre Montréal et Québec à l'Est !

Dans les prochaines semaines, nous irons à Saguenay et vers le Lac-St-Jean, une étape en Gaspésie est aussi en préparation (le pays du homard !) autant vous dire que je suis impatient d'y aller ! Je ne pouvais pas rêver mieux, moi qui aime le coté nature du canada... Grâce à ce travail, j'utilise en même temps le V et le T du PVT donc que demander de plus ? J’espère que ça continuera ainsi, voir le Québec en automne et en hiver va être quelque chose de magnifique je pense... Mais j'avoue que je suis vraiment chanceux car les débuts n'étaient pas aussi prometteurs !

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Ontario ?

Il y en a eu deux principalement, et pas des moindres ! Tout d'abord, comme je vous l'ai dit, je suis parti avec un ami avec qui je travaillais avant de partir ! Après nos deux premières semaines à profiter de Toronto, nous avons commencé à chercher un appartement pour deux... Et là, commence la galère : des dizaines de visites d'appartements qui se sont soldées par des échecs (trop cher, trop sale, non fournies, pas de références canadiennes...), on a ensuite décidé de rechercher une colocation, et là, même résultat, pour les mêmes raisons ! Au bout de deux semaines de recherche intensive, je peux vous dire que le moral en prend un sacré coup ! Le sentiment d'échec commence à vous envahir ! Et puis, sur les conseils d'anciens PVTistes, nous avons décidé de rechercher une colocation chacun de notre côté et, il est vrai, que nous avons pu trouver une colocation assez rapidement et pas très loin l'un de l'autre !

Ensuite, un deuxième problème s'est retrouvé face à moi : le recherche d'un emploi ! Et pourtant, tout avait bien commencé : car la première annonce à laquelle je réponds, je reçois immédiatement un coup de fil du gérant qui me propose de venir pour un entretien... L'entretien se déroule très bien et là, il me propose de venir faire une journée d'essai dès le lendemain. Mais malheureusement, après cette journée, j'ai décidé de ne pas y retourner car, dans ce restaurant gastronomique, la barrière de la langue a été un vrai problème pour moi ! Je me sentais totalement perdu et mal à l'aise... C'était mon premier test, premier échec !

Ensuite, pendant près de trois semaines non-stop, j'ai dû répondre à une cinquantaine d'annonces sans aucune réponse, même négative ; passer des dizaines d'interviews sans aucun retour ! Je désespérais et je pensais déjà à mon retour en France ! Puis, vers la mi-mai, tout s'est dégoupillé ! Je reçois un appel d'une épicerie française qui me propose un poste de vendeur, et mon ami est pris dans la société où nous travaillons actuellement ! Dès qu'il a commencé à travailler, ses responsables lui ont dit qu'ils recherchaient encore un francophone et j'ai donc postulé sans hésiter, même si j'avais déjà commencé à l'épicerie. J'ai eu un entretien avec un des gérants et il m'a de suite proposé de travailler pour la société. J'avais donc trouvé un emploi sûr, après des semaines de galère et de perte d'espoir.

Quel est ton meilleur souvenir ?

Pour l'instant, j'avoue que les chutes du Niagara est la plus belle chose que j'ai vu en quatre mois. C'est vraiment magnifique... D'un côté, vous avez une nature exceptionnelle et de l'autre, des dizaines de Casinos et d'hôtels luxueux... Le mariage entre les deux est assez surprenant et déroutant ! Mais d'ici la fin de mon PVT, la réponse sera différente à coup sûr... Les rocheuses et les aurores boréales m'attendent, n'oubliez pas !

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Comme beaucoup je pense, la famille ! Mais aussi la bonne nourriture française car ici, malheureusement, ils ne savent pas manger ! On est sur le continent américain ne l'oublions pas... la bad food est omniprésente. Le bon vin français à des prix accessibles également.

Qu'est ce qui te manquera quand tu rentreras en France ?

La mentalité des Canadiens ! Ici, on est pas jugé, personne ne vous dévisage du haut en bas comme c'est beaucoup le cas en France. La gentillesse des Canadiens n'est pas un mythe du tout. C'est bien une réalité... Vous demandez un renseignement dans la rue, c'est avec gentillesse et respect qu'on va vous répondre. Ça change !!!

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

D'un point de vue personnel : énormément ! Avant de quitter la France, je vivais encore chez mes parents et là, arriver dans un pays qu'on ne connait pas, rechercher un logement, se débrouiller seul, etc... Forge votre caractère et vous fait évoluer très rapidement...
Ensuite, au niveau professionnel, même si je ne travaille pas beaucoup mon anglais en étant souvent au Québec, je pense que cette expérience pèsera énormément sur mon CV lors de mon retour en France. Ayant mon diplôme dans la vente et le management, ce travail enrichi mes connaissances dans ce domaine. C'est donc un bon point pour moi !

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Ça va être un peu bateau comme réponse mais "Foncez" !!! Si vous avez vraiment envie de vivre une expérience unique, n'hésitez pas... Mieux vaut avoir les regrets de l'avoir fait plutôt que des remords de pas avoir tenté l'expérience ! Mais attention, contrairement à ce que l'on peut lire par ci par là, ne croyez pas que tout arrive tout cuit ! Vous aurez des déceptions, des pertes de motivations car le travail ne se trouve pas aussi facilement. Mais dès que tout s’enchaîne, ce n'est que du bonheur qui vous attend. Préparez bien votre voyage et allez-y !!!!

L'interview a été réalisée au milieu de ton PVT. A un mois seulement de la fin de cette expérience, c'est le bilan. Est-ce que le reste de ton PVT s'est passé comme tu le voulais ?

Malheureusement non ! Enfin, pas tout à fait on va dire...
Premièrement, peu de temps après la première interview, une mauvaise nouvelle est arrivée : la boite où je bossais était en pleine faillite et ils ont malheureusement décidé de me licencier du jour au lendemain, alors que j'étais en déplacement en plein milieu du Québec... Résultat : on est le 13 juillet et je me retrouve au même point que le jour de mon arrivée en avril, c'est à dire sans job et sans appart ! Ayant programmé un mois de vacances en France en août (mariage de ma soeur et de différents amis), il me restait deux semaines à tuer ici ; donc ni une ni deux, je réserve bus et auberge pour me rendre pendant une semaine à New-York avec deux ami s; et là, que du bonheur : statue, Broadway, WTC, Time Square etc... NYC m'a vendu du rêve. On a en plus terminé notre séjour sur le toit de l'Empire Hotel dans une soirée de folie... de bons souvenirs ! Je profite ensuite des derniers jours avant mon départ en France pour re-visiter cette magnifique ville qu'est Toronto, profiter des "beaches" et des piscines gratuites avec les températures estivale qu'il y a eu... Et me voilà en France pour profiter pendant un mois de la famille, des amis et de notre bonne gastronomie...

Retour à Toronto en septembre... Je ne sais pas trop encore ce que je veux faire : trouver un taf et me poser, changer de ville, partir dans un road-trip ? Après quelques jours de réflexion, j'ai pris ma décision : ça sera un road-trip dans l'ouest canadien. Je me mets à fond dans les préparatifs ; billets d'avion, couchsurfing, auberges etc.... j'avais tout programmé : les parcs nationaux de Jasper et Banff, Vancouver, l'île de Vancouver et également le Yukon... Rien que la préparation me faisait saliver d'avance ! Mais voilà, le pire arrive : deux jours avant mon départ, un faux mouvement me bloque complètement le dos... Je me déplace tant bien que mal aux urgences les plus proches et là, on me diagnostique une sciatique qui m'oblige à rester une semaine complètement alitée, sans rien faire. Mon rêve de partir dans l'ouest s'effondre, je dois tout annuler car l'hiver se pointe et je ne tiens pas à faire mon road-trip sous un mètre de neige...

Assez déprimé après cette mésaventure, il fallait que je change d'air. Plus trop d'argent (même si certaines réservations m'ont été partiellement remboursées, j'ai perdu pas mal de sous avec cette annulation), je me devais de trouver un boulot assez rapidement. Mais pas sur Toronto, j'avais envie d'aller ailleurs, là ou je voulais aller depuis mon arrivée en avril...
Début novembre, me voilà parti sur Montréal où, comme en avril et en juillet, je me retrouve à la case départ : appart et job à trouver. Je m'y met assez rapidement et différents entretiens sont programmés deux jours seulement après mon arrivée (j'ai trouvé beaucoup plus simple de trouver un job à Montréal qu'à Toronto ). Recherchant juste une job alimentaire assez rapidement, je prends le premier boulot qu'on me propose, vendeur en pâtisserie dans une enseigne française dont je tairais le nom, car je vais un peu les écorcher... L'appart est rapidement trouvé également, et là je me dis que tout repart comme sur des roulettes et que je vais pouvoir profiter de la fin de mon PVT à visiter Montréal et ses alentours, car cette ville est vraiment géniale (je l'ai même préféré à Toronto). Je rencontre pas mal de monde, on sort, on visite ensemble, on se programme des petites journées... bref tout va bien !

Mais voilà, je suis assez chat noir je pense, et au boulot, ça ne se passe pas très bien... Plutôt sous payé (en tout cas moins que ce qu'on m'avait promis, bien sûr comme de nombreux jobs au Canada, je n'avais pas de contrat), je fais des horaires de malade ( genre du 7h-19h avec une demi heure de pause seulement et des semaines à 70 heures pendant Noël) et le patron, qui ne semble pas très clean, met la pression à tous les employés et les conditions de travail ne sont donc pas top !

Le 24 au soir, je craque, et je quitte mon job..!!!! Je ne sais pas trop quoi faire, je n'ai pas gagné énormément vu que je suis resté qu'un mois et demi en étant sous payé, je passe donc les fêtes avec mes amis sans trop savoir ce qu'allait me réserver 2013 ! Je profite de Montréal, très belle ville super agréable, avec un coté calme et européen qui manque à Toronto...

Mais voilà, mes amis de Toronto me propose quelque chose de génial : partir une semaine tout inclu à Cuba à la mi-janvier, pour un prix plutôt intéressant ! Je n'avais plus trop d'argent, j'ai donc pris une décision radicale : je vais à Cuba et dès mon retour, je m'envole pour la France.!
Cuba était un voyage inoubliable : l'hôtel "all inclusive " avec ses buffets et cocktails à volonté, la plage, la piscine et ses 30 degrés quotidiens (ça m'a changé des presque -30°C de Montréal ), mais surtout, un souvenir inoubliable : nager avec les dauphins !!!!!! C'était quelque chose de magnifique, grandiose ! Bref que de bons souvenirs !

Et aujourd'hui, nous sommes fin-janvier, je suis dans une auberge de jeunesse à Montréal (l'auberge Bishop, je vous la conseille, d'ailleurs), et mon vol pour la France est prévu demain ! Je suis plutôt triste de partir mais pas déçu... J'ai passé un an dans un pays magnifique, j'ai eu différentes expériences personnelles et professionnelles qui m'ont énormément apportées (même les négatives). Pas beaucoup de personnes de notre âge ont cette chance ! Je ne m'inquiète pas pour mon retour en France, mon ancien patron m'a proposé de me reprendre donc tout va pour le mieux.

Je vais conclure de la même façon que la première interview ; si vous avez l'opportunité de le faire, alors faites le ! N'ayez pas peur, y'aura des moments assez durs, mais tout le reste n'est que pur plaisir !!!! Foncez !!!!!

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Évaluations des membres

5/5 (1)

Articles recommandés

[Dossier]

Les divertissements à Toronto

[Interview]

Axel Baroux, directeur Ubifrance Canada

[Récit de voyageur]

On a testé la Nouvelle-Orléans, Louisiane

[News]

Changements pour le PVT Australie : vous pourriez faire jusqu’à 3 PVT !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci de nous faire partager cet interview.

Une motivation qui grandit de jour en jour à force de tous vous lire.

MERCI Frédéric.

{{likesData.comment_15958.likesCount}}

Sympa de nous faire partager ton expérience!

Et, on attend un peu la suite, où en es-tu?

See you soon

{{likesData.comment_16398.likesCount}}

Bonjour, merci pour vos com’…à l’heure actuelle je suis de retour en france, dans mon sud natal, où j’ai repris mon boulot de conseiller clientèle chez SFR…tout roule pour moi, même si je suis un peu nostalgique du canada, surtout de la mentalité des gens 😉 mais j’y retournerai ca c’est sur 😉

{{likesData.comment_16542.likesCount}}

Un réel plaisir de lire cette interview, qui nous donne encore plus de motivation à foncer et profiter
Merci :)

{{likesData.comment_18034.likesCount}}

Belle interview, très belle expérience.
Partez jeunes gens partez, n’hésitez pas !!! Il a tout dit dans son interview « J’ai compris que c’était maintenant qu’il fallait le faire et pas dans dix ans quand j’aurai trop d’attaches pour pouvoir tout plaquer et repartir de zéro ! »

Bravo en tout cas

{{likesData.comment_18136.likesCount}}

Merci pour cette interview et tout ces conseils. Tout comme toi j’ai fais un PVT Canada, et ça m’a remémorer des souvenirs de lire ton intervieuw, effectivement il y a aura toujours des bons moments comme des mauvais, mais si l’envie est là il faut foncer, je ne regrette pas mon PVT même si je n’ai malheureusement pas pu faire tout ce que je voulais mais ça m’a servi de leçon et je serais plus prête pour les autres PVT qui m’attire :) !!

Merci encore :)

{{likesData.comment_18139.likesCount}}
Aude
69 64

Belle interview merci pour le partage !

{{likesData.comment_18148.likesCount}}
7 0

Là au moins tu as su te sortir des situations difficiles. C’est fou de quoi on est capable seul à 6000 km de chez soi

{{likesData.comment_18274.likesCount}}

Interview très sympas à lire! Malgré les galères tu as réussis à t’en sortir la tête haute!!
Tu dis que c’est plus difficile de trouver un job à Toronto qu’à Montréal, pourquoi?
Et lors de ton séjour à Montréal tu n’as pas trop parlé français?

{{likesData.comment_19643.likesCount}}

Pour le taf, j’ai commencé à déposer sur le net des cv une semaine avant de partir sur montréal et on m’a répondu trés rapidement, avec des entretiens prévu le jour même de mon arivée, alors que sur toronto j’ai plutot galéré a avoir des interviews…donc oui, j’ai trouvé plus facile sur Mtl avec un job décroché super vite, là où j’ai mis prés d’un mois sur TO…pour ce qui est de la langue, j’ai pas mal parlé anglais parce que mon boulot était proche du quartier anglophone, avec une clientèle étrangère assez forte..mais c’est vrai qu’on bascule vite sur le francais là bas…la facilité 😉 mais les montréalais sont trés nombreux à etre bilingue donc bon..

{{likesData.comment_20173.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre