Josiane, une Canadienne en PVT en Belgique

Article publié le 03-02-2015.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec, Canada).

Commune de destination

Uccle (Bruxelles, Belgique).

Tu es en Belgique depuis combien de temps ?

Depuis janvier 2013. D'abord les 3 mois réglementaires, puis un certain temps de manière illégale (ce que je ne conseille à personne, c'est très stressant) avant d'obtenir un PVT en décembre 2013.

Baroudeuse ou pas ?

Je souhaitais un PVT pour pouvoir m'installer en Belgique chez mon copain, qui est belge.

Que faisais-tu au Canada ?

J'étais étudiante au Cégep en Sciences Humaines. Après avoir obtenu mon DEC, j'ai entamé des études universitaires en histoire, suivies par une licence professionnelle en techniques et pratiques rédactionnelles liées à l'édition, le tout à Toulouse, en France.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Belgique ?

J'ai choisi d'habiter Bruxelles parce que c'est là que vit mon copain. Comme c'est une ville très vivante qui a, à mon avis beaucoup de charme, ça tombait bien. Avant cela, j'ai vécu 2 ans dans un village gersois et un an à Toulouse (une ville formidable également). Au cours de mes deux premières semaines en Belgique, j'ai eu le sentiment qu'il s'agissait d'un pays où on se sentait facilement chez soi. Les Belges sont très sympathiques, ont de l'humour et sont très accueillants.

Est-ce que le néerlandais a été important dans ta recherche d'emploi ou est-ce que français suffisait ?

En fait, j'ai eu la chance d'être engagée directement après un stage dans une maison d'édition. Du coup, il n'y a pas eu de recherche d'emploi à faire. Comme je travaille en Wallonie, la maîtrise du néerlandais n'est pas du tout une obligation.

Est-ce que ta situation professionnelle t'a paru satisfaisante en Belgique ?

J'aime beaucoup mon travail. Trouver aussi rapidement dans mon domaine, c'était vraiment un miracle. Par contre, c'est assez mal payé. Étant donné le marché de l'emploi à l'heure actuelle, rien de bien étonnant. Mais mon salaire me permet amplement de vivre convenablement, et même de m'offrir des séjours au Québec de temps en temps :-)

Tu travailles dans le domaine de l'édition, est-ce que c’est facile de trouver un boulot dans ce domaine en Belgique ?

Il est très difficile de trouver du travail dans le domaine de l'édition un peu partout dans le monde, j'ai l'impression. Tous les métiers du livre se portent en fait assez mal. Pour ce qui est des petits boulots en Belgique, c'est clairement plus difficile à trouver qu'au Canada. Il y a une certaine facilité pour les étudiants en raison de l'existence de contrats étudiants qui sont particulièrement avantageux pour les employeurs. Sinon, à Bruxelles, il vaut mieux être bilingue, voire trilingue (français, néerlandais, anglais) pour trouver un travail.

Avoir de l'expérience est évidemment toujours un plus et, comme le taux de chômage est de 20 % dans la région, c'est très difficile de trouver un boulot si on n'a pas d'expérience. À titre d'exemple, mon copain, qui est Belge, bilingue français/anglais avec des notions de néerlandais, et qui a deux masters (un en histoire et l'autre en études européennes) est actuellement au chômage depuis 2 ans... De base, il cherchait dans les relations internationales mais, comme il a vite réalisé que le secteur était bouché, il s'est dit qu'il allait plutôt essayer d'être prof. Il n'a décroché qu'un contrat de remplacement pour 3 mois en 2 ans. Il y a plusieurs offres d'emploi où il ne peut même pas postuler parce qu'il est "surqualifié" (toute une série d'emplois dans les universités sont réservés à des bacheliers, par exemple). En Wallonie, le taux de chômage est de 12 % et, en Flandre, de 4 %, alors il est peut-être plus avisé de chercher du travail dans ces régions plutôt qu'à Bruxelles.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Belgique ?

Résoudre les mystères de l'administration belge. Franchement, elle pourrait remporter la palme de l'administration la plus confuse au monde. Et j'exagère à peine. Juste maintenant, j'essaie d'obtenir un nouveau visa grâce à un regroupement familial avec mon copain. Si je vais au même endroit (c'est-à-dire à la Maison communale d'Uccle), poser les mêmes questions, mais que j'ai affaire à une personne différente, les réponses vont varier. Là, on m'a simplement dit que je devais préparer tout le dossier et me présenter avec celui-ci à la commune et, à ce moment, on verrait ce qu'il y a moyen de faire, si ma demande pourra être prise en compte. Donc, il se peut que je fasse toutes les démarches pour rien. Ça dépendra de la personne qui réceptionnera mon dossier...

Quel est ton meilleur souvenir ?

Un concert tout en lumières sur la Grand-Place de Bruxelles, une simple balade dans la forêt de Soignes en automne, une visite en amoureux de la magnifique ville de Bruges... Dur de faire un choix.

Est-ce que certaines choses canadiennes te manquent ?

Ce sont les Québécois en général qui me manquent, leur spontanéité, l'accent... Et ma famille, évidemment, en particulier. Ah et les toilettes gratuites (elles sont payantes à beaucoup d'endroits). De même avec l'eau plate dans les restaurants. Je serais contente avec un pichet d'eau du robinet, mais non, faut payer 2 euros ta bouteille d'eau plate 😉

Qu’est ce qui te manquerait si tu rentrais au Canada ?

La proximité avec toutes ces superbes villes d'Europe. Cette facilité avec laquelle on peut voyager d'une ville à l'autre, d'un pays à l'autre, et ce, sans voiture.

Qu’est ce que cette expérience t’a apporté, du point de vue personnel ou professionnel ?

Plus d'ouverture vis-à-vis de ce monde qui nous entoure. Davantage de curiosité vis-à-vis de la culture (et des cultures) en général. Je crois maintenant pouvoir dire que j'ai des facultés d'adaptation et d'intégration à toute épreuve (oui, bon, je ne me suis pas non plus installée en Thaïlande, vous me direz 😉 ).

Quels sont tes projets maintenant ?

Pour l'instant, j'aimerais vraiment pouvoir rester en Belgique. D'abord parce que j'ai envie de continuer à vivre avec mon copain (qui lui, pour l'instant, ne se voit pas vivre au Canada) et aussi parce que mon travail me plaît beaucoup, je serais triste de devoir le quitter. J'ai atteint une certaine stabilité qui me convient tout à fait à l'heure actuelle.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes en Belgique ?

S'armer de patience. Il est difficile d'avoir des réponses claires à des questions d'ordre pratique et les démarches administratives peuvent prendre beaucoup de temps.

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Quel appareil photo choisir pour son PVT ?

[Récit de voyageur]

Récit de PVTiste : vendre son véhicule au Yukon (Canada)

[News]

PVT Canada 2019 : où en sommes-nous ? (quota, rondes d’invitations…)

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Hélène
14.1K 7.6K

Merci pour ce témoignage très intéressant et qui change un peu!! :)

{{likesData.comment_58090.likesCount}}

Avec plaisir !

{{likesData.comment_58156.likesCount}}
Carô
8K 4.5K

Comme Hélène, merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience ici. ça fait plaisir de lire des témoignages de jeunes heureux de venir vivre en Belgique ou en France. Je te souhaite que ta demande concernant le regroupement familial aboutisse rapidement et que ton copain trouve enfin une job qui lui correspond. Bonne continuation (que ce soit en Wallonie ou en Flandre) et belles découvertes de l’Europe. 😉

{{likesData.comment_58096.likesCount}}

Merci !

{{likesData.comment_58157.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K

Tu es notre première PVTiste en Belgique interviewée et j’espère que tu ne seras pas la dernière. Je te souhaite de pouvoir rester en Belgique autant de temps que tu le voudras 😉

{{likesData.comment_58155.likesCount}}

Merci ! (Et désolée pour mon manque de réactivité par MP :-p)

{{likesData.comment_58158.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K

Ne t’inquiète pas, il n’y avait d’urgence :) Merci à toi d’avoir pris le temps de nous répondre !!

{{likesData.comment_58164.likesCount}}

20% de chômage et moi qui pensait que y’en avait moins coté wallon… (je suis a la frontiére, dans la pointe des Ardennes) c’est assez connu des belges ! =)

C’est bien d’avoir des avis de nord-américains qui viennent chez nous, et leur avis n’est pas si différent de certaines personnes qui sont européens qui disent la même chose pour le travail.

C’est vrai que pour ceux qui sont peu qualifié ou bachelier, il y’a plus d’emplois d’aides pour les peu qualifié que les bachelier (en France), en Belgique il y’a des aides comme le contrat rosetta, aprés je ne vais pas éterniser mon commentaire n’étant pas belge, ton copain doit s’y connaître mieux que moi sur le taf en Belgique.

Je te souhaite tout le meilleur (c’est français ça?) du monde et que tes projets se concrétisent. :)

{{likesData.comment_58165.likesCount}}
laura1510
1.4K 1.1K

Merci pour ce témoignage 8
Ca fait toujours plaisir de voir des Canadiens qui se plaisent bien chez nous. J’espère qu’on aura l’occasion de se rencontrer lors d’une soirée PVTistes. :)

{{likesData.comment_58334.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre