Marie-Christine, de Laval à Paris

Article publié le 06-07-2012.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Laval. Vous savez, la petite île au Nord de Montréal, là où lorsque vous vous endormez dans le métro, il vous y amène.

Ville de destination

J'habite Paris, mais ma destination est la France entière et ses pays limitrophes.

Sur place pendant combien de temps

Depuis 7 mois maintenant et je resterai jusqu'à la fin de mon PVT.

Baroudeuse ou pas ?

Oui.

Que faisais-tu au Canada ?

J'étais une simple petite étudiante en science politique qui était désillusionnée de son programme. J'étais en quelque sorte à la croisée des chemins : continuer mon baccalauréat sans motivation ou de recommencer à 0 dans une branche qui me passionnerait plus.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la France ?

Je l'avoue, mon rêve était la Nouvelle-Zélande ou l'Australie. Qui n'a pas rêvé de ces lointains pays pour devenir parfaitement bilingue ? Dans cette optique, vous comprenez pourquoi la France n'apparaissait pas dans mes options.

Par contre, partir à l'autre bout de la planète m'apparaissait comme une utopie ou comme une envie irréalisable. C'est en octobre 2010 que la France a commencé à apparaître vaguement dans mes plans. J'ai fait la connaissance d'un sympathique étudiant international Parisien lors d'un weekend en canot-camping et très vite nous devenons inséparables. Qu'allons-nous faire l'année prochaine? Cette question nous a hanté pendant plusieurs mois, jusqu'à ce que je propose de partir en PVT à Londres l'année prochaine, question de nous rapprocher.

C'est après avoir fait la traversée du Pacifique à l'Atlantique (Vladivostok jusqu'en Bretagne) en train et en autobus que le choix de la France est devenu logique. Je suis partie à la mi-juin de la France pour mieux y revenir 2 mois plus tard avec un PVT dans les poches.

Après tout, rien ne m'empêche de refaire un autre PVT en Nouvelle-Zélande ou en Australie, il y a tant de possibilités.

Pourquoi Paris ?

Pourquoi Paris ? Parce que tous les chemins mènent à cette ville. Pour une étrangère, y habiter permet d'ouvrir une porte sur l'Europe en entier ! Les compagnies aériennes Low-Cost sont devenues mes amies. Vous ne pouvez pas imaginer combien de temps j'ai passé sur des sites à rire des prix dérisoires des billets d'avion. Lorsque nous vivons depuis toujours avec comme seul voisin les États-Unis, la proximité de nombreux pays nous semble si merveilleuse.

Au niveau professionnel, j'avais l'impression qu'il serait plus facile pour moi de trouver un emploi dans une ville comme Paris.

Sinon, il y a le fait que mon copain habite Paris qui est un argument non-négligeable.

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Oui. Un voyage de deux mois était le maximum que j'avais fait avant.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en France ?

Après un été à travailler 63 heures pour réussir à amasser assez d'argent pour le PVT. Je suis plus qu'heureuse de retrouver mon copain.

Paris, je connais, mais tout apparaît magique, j'ai l'impression de vivre dans le plus beau pays du monde. Même la température se met de la partie. Je pars en weekend un peu partout, je fais mes premières randonnées dans les Alpes, j'achète ma première bonne bouteille de vin à 5 euros etc. En 2 jours j'ai un emploi (que je quitterais quelques jours après).

En fait, tout est parfait jusqu'au moment où, 1 mois et demi après mon retour, mon copain recommence l'école. C'est à ce moment-là que je me retrouve seule et que je redescends de mon petit nuage. Je parle maintenant de Paris comme si j'étais à Kaboul.

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en France ?

Oh oui ! Après avoir travaillé quelques jours chez Quick sur les Champs Elysées comme hôtesse, j'ai vite démissionné. Je n'étais pas en France pour travailler dans un fast-food. Avant de partir en France, j'avais envoyé mon CV sur le site de l'Ambassade du Canada, mais je n'y croyais pas trop. La journée où j'ai démissionné du Quick, j'ai reçu un courriel de l'Ambassade ! L'art du bon timing ! Après plusieurs procédures administratives, j'y travaille depuis novembre.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en France ?

L'aspect social ! Dans ce cas-là, avoir 6 ans aurait été un atout : Veux-tu être mon ami ? Question si simple pour des gamins, mais infaisable pour des adultes. Mon copain me présente ses amis, le courant passe, mais étant indépendante, je ne veux pas rester dans sa ''jupe''.

Je commence à participer à des évènements du site Couchsurfing, je rencontre des gens supers sympas qui deviendront de supers amis.

Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

Ma première randonnée dans les Alpes durant la Toussaint!

À la fin mars, j'ai participé à un RAID (Vélo de sentier, trail, kayak, course d'orientation, tir) à Toulouse en équipe de 4. Tout était là pour que nous passions une excellente journée : L'ambiance, la température, le parcours, mon équipe, le paysage etc.

Est-ce que certaines choses québécoises te manquent ?

Ma hache et ma cabane en bois. Plus sérieusement, mes amis me manquent (merci Skype), ma famille et l'ambiance de Montréal. Je sais que plusieurs Français détestent, mais j'ai envie d'entendre un vendeur me dire : Salut, ça va?

Qu'est ce qui te manquera quand tu rentreras au Québec ?

Beaucoup de petites choses. La bouffe, le TGV, les Français (un petit peu), la montagne, la proximité de tant de paysages différents.

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

L'expérience m'apporte et m'apportera plus que je ne l'avais imaginé, je ne m'étendrai pas sur ce sujet, puisque je pourrais écrire une thèse entière et à personne ne me lira.

Le PVT en France m'a permis de me connaître mieux face à des situations hors de la routine. Oui, effectivement, c'était la phrase la plus clichée que je pouvais dire. Au niveau humain, j'ai fait de belles rencontres que jamais je n'oublierai.

Au niveau physique, j'ai décidé que cette année, j'allais me surpasser. J'ai couru le semi-marathon de Paris, je m'entraine pour celui de Montréal en septembre. Je n'ai jamais été aussi en forme !!

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Foncez pour un PVT. Parfois nous avons envie de vivre une expérience à l'étranger, mais nous n'avons pas le courage de le faire. GO! GO! GO!

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Lyon (France), a Working Holiday Visa Destination

[Interview]

Julie, une Canadienne en PVT en France (Tours et Montpellier)

[Récit de voyageur]

Un road trip dans l’Outback : Uluru et le désert

[News]

Destination Canada 2019

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre