Mélanie, entre Ottawa et Gatineau !

Article publié le 06-07-2012.

Mélanie alias Mélanie

Mélanie alias Mélanie

  • Localisation Gatineau, QC, Canada
  • Profession Coordonnatrice d'un centre pour retraités

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Je partais de Paris et surtout de la région parisienne où j'ai grandi.

Ville de destination

Je suis partie pour Montréal en avril 2006. Je n'y étais jamais allée auparavant, mais avec mes multiples lectures avant le voyage, je connaissais déjà la carte et la ville.
J'y suis restée 5 mois. J'ai trouvé un emploi à Ottawa complètement par hasard et j'ai immigré dans la région de l'Outaouais (Québec) en août 2006.

Sur place pendant combien de temps

J'ai fait 5 mois de mon PVT à Montréal et 6 à Ottawa/Gatineau. Je suis ensuite rentrée 6 mois en France. Mon patron d'Ottawa m'a rappelé pour une nouvelle job et je suis repartie à Ottawa/Gatineau pour ne plus en repartir.

Baroudeuse ou pas ?

Pas vraiment baroudeuse. J'ai plutôt baroudé dans la ville de Montréal, car je trippais sur son histoire et son architecture. Mon travail m'a permis de voyager (Québec, Toronto, Penetanguishene, Rimouski, Moncton). Après être installés, mon chum et moi on a pris de belles vacances dans notre nouveau pays d'adoption : Gaspésie, Colombie Britannique et également aux USA.

Que faisais-tu en France ?

J'étais chargée de projet dans le milieu culturel pour la ville de Paris.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Mon chum de l'époque m'avait laissée, mon travail dans l'administration parisienne ne me plaisait pas du tout et j'avais envie de voir autre chose et surtout de rencontrer de nouvelles personnes.

Pourquoi Ottawa/Gatineau ?

Après 5 mois de PVT à Montréal est venu le temps de trouver un emploi dans mon domaine. J'ai répondu à 3 offres similaires : Québec, Montréal et Ottawa. C'est l'Ontario qui m'a rappelée! J'ai pas hésité et du coup j'y suis restée. Je n'aurais probablement pas choisi Ottawa/Gatineau par moi-même.

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Ouiiiiiiiii ! C'est ma première expérience à l'étranger et vu mon piètre niveau d'anglais, je ne pouvais pas me permettre un pays autre que francophone! Je n'étais jamais partie aussi longtemps de chez moi. Toute une expérience !

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Ontario ?

Mes 2 premières semaines en Ontario ont été très semblables à celles vécues à Montréal, mis à part l'Anglais... Il était omniprésent. J'essayais de comprendre, mais je comprenais pas tout (en fait, rien !). Je ne me suis pas tout de suite attachée à l'Ontario. Je revenais passer toutes mes fins de semaines à Montréal chez mon chum et voir mes amis. Donc l'Ontario était simplement pour travailler. J'avais peu de contacts avec l'extérieur, je n'en cherchais pas. Mais je ne me sentais pas seule. Je savais que c'était un contrat de 6 mois.

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Ontario ?

J'ai passé 4 ans au service de cette association. J'étais dans le milieu culturel et j'ai trippé. Il y a un an, j'ai changé d'employeur pour travailler comme agente de communication au sein d'un centre culturel et communautaire francophone en Ontario. J'ai toujours travaillé en français en Ontario et c'est un véritable bonheur. Aujourd'hui, j'ai deux jobs, pour le plaisir (car mon premier salaire est suffisant pour vivre au Québec). Je suis chargée de cours dans un Collège franco-ontarien et j'enseigne 9 heures de cours par semaine. Je suis très satisfaite de ma situation professionnelle car je suis (re)connue dans les deux milieux (ce sont des petits milieux) pour mes compétences. J'ai percé, ce qui me séparait du fameux RÉSEAU.... celui qui donne tous les emplois, mais qu'on arrive rarement à approcher lors de notre arrivée au Canada.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Ontario ?

Au moment de changer d'emploi, il y a un an, j'ai été confrontée au bilinguisme. Mon anglais est vraiment basique et je ne m'en sers que rarement, car je vis côté Québec et je travaille en Français en Ontario. J'ai dû quitter mon emploi pour épuisement professionnel et je me suis retrouvée du jour au lendemain sans travail... et avec seulement 3 semaines pour trouver... Pas évident, surtout quand mon Anglais fait sourire les recruteurs! Mais finalement, j'ai eu deux offres d'emploi et je m'en suis sortie.

Je dirai que la plus grosse difficulté c'est d'être toujours entre deux provinces. Je paye mes impôts au Québec car j'y vis, mais je travaille et je suis payée par l'Ontario. Donc je paye toujours plus d'impôts par rapport à mon salaire. Je ne peux pas aller voir de médecin en Ontario (ou alors je dois payer), et je dois patienter des heures à l'urgence de l'autre côté du pont... Acheter une voiture, c'est pareil. C'est facile d'en trouver une, mais mieux vaut la trouver au Québec, car il n'y aura pas de contrôle technique à faire. Bref, ce sont des petites astuces comme ça à connaître.

Quel est ton meilleur souvenir ?

La remise de mon passeport avec le visa de résidence permanente, je pleurais de joie au consulat du Canada ! J'étais tellement heureuse ! Mon passage des douanes et de l'immigration s'est fait avec un sourire jusqu'aux oreilles. J'y étais, je l'avais enfin, après 16 mois d'attente, j'avais la possibilité de faire ma vie ici !

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Hummm, je serai tentée de dire le gruyère! Je ne suis pas une fine gastronome, ni même une grande amatrice de vin, mais le petit gruyère me manque un peu. Sinon, rien du tout !

Qu'est ce qui te manquera si tu rentrais en France ?

Héhéhé, je ne rentrerai pas en France, ou alors juste pour des vacances. Mais à mon retour de 6 mois, ce qui m'a manqué ce sont les gens. Ils ont leurs défauts comme partout, mais ils portent aussi avec eux un certain calme et une chaleur que j'apprécie beaucoup.

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Elle m'a apporté un chum ! Plus sérieusement, c'est une expérience incroyable quand j'y repense. Mais il m'a fallu longtemps pour le réaliser, car finalement je me suis toujours sentie chez nous ici. Je ne voyais donc pas pourquoi tout le monde disait "Wow, c'est fort d'être partie comme ça de chez vous !".

Au niveau professionnel, j'apprécie vraiment l'ouverture d'esprit du Canada. Aujourd'hui, je suis agente de communication, sans jamais avoir étudié dans ce domaine (et sans avoir aucune expérience). Idem pour l'enseignement. J'ai la charge de 3 classes de collégiens (équivalent BTS) et tout ça sans diplôme, ni expérience identique.

On te donne ta chance, on vise ton potentiel et on l'exploite et même on le développe! C'est ce qui est exceptionnel pour moi! Aujourd'hui, J'ai la chance de pouvoir faire deux métiers qui me passionnent, de reprendre mes études pour me donner de nouvelles connaissances et de vivre une qualité de vie très très agréable que je n'aurais pas pu avoir en France.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Ottawa n'est selon moi pas la meilleure ville pour des PVTistes. On fait souvent ce choix car on se dit que c'est le meilleur moyen d'apprendre à parler anglais, mais ce n'est pas le cas. Soit tu le parles dès le début et tout va bien pour toi, soit tu ne le parles pas et on ne t'embauchera pas pour l'apprendre. J'ai beaucoup de chance d'avoir pu rentrer dans le milieu franco-ontarien.

Ottawa peut-être vue comme une ville plate. Il n'y a pas de vie culturelle dit-on. C'est faux, c'est simplement qu'elle est cachée. Il faut se donner la peine de la découvrir.

Note aux voyageurs, notre futon est disponible en mode futonsurfing ! Pour une ou deux nuits, nous vous accueillerons avec plaisir dans notre humble demeure (que je n'aurai jamais pu me payer en France !).

En savoir plus sur son blog : Ma vie au Canada | J'y suis, j'y reste!

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Faire un PVT en Ontario (hors Ottawa et Toronto)

[Interview]

Justine, de Bruxelles à Vancouver

[Récit de voyageur]

Vidéo : un road trip sur la côte ouest australienne

[News]

PVT Canada 2019 : où en sommes-nous ? (quota, rondes d’invitations…)

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Super témoignage Mélanie surtout que c’est le seul pour cette ville!!
je connais Montréal et Toronto mais je pense qu’Ottawa serait une ville pour moi
en tout cas des que j’ai la rp en poche j’envoie un max de candidatures dans mon domaine
(administratif) et je croiserai les doigts!!

{{likesData.comment_43078.likesCount}}

Mélanie peut tu m envoyer ton courriel ou me dire je peut me mettre en contact avec des gents qui habitent Gatineau moi je veut m, installer avec mon mari mais je ne sais personne dans la région j’habite montreal

{{likesData.comment_63265.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre