Nancy, d’Ottawa à Nantes !

Date de publication : 06-07-2012

Auteur

isa

nartcy

pvtistes : Ville de provenance
nartcy : Ottawa (mais originaire du Nouveau-Brunswick)
pvtistes : Ville de destination
nartcy : Nantes
pvtistes : Sur place pendant combien de temps ?
nartcy : 2 mois et demi (+ 2 mois à voyager un peu partout en Europe)
pvtistes : Baroudeur ou pas ?
nartcy : Moyennement.
pvtistes : Que faisais-tu au Canada ?
nartcy : J'étais graphiste.
pvtistes : Pourquoi cette envie de t’envoler pour la France ?
nartcy : On en avait assez d'Ottawa, on avait envie d'être dépaysé, de vivre une autre culture. J'y suis allée avec mon copain (mon « chum » comme on dit ici). Il est cuisinier, alors la France nous paraissait comme un bon choix
pvtistes : Pourquoi Nantes ?
nartcy : Mon beau-père avec ses contacts m'a trouvé du boulot là-bas, un contrat de 2 mois.
pvtistes : Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?
nartcy : Oui. Je n'avais fait qu'un voyage outremer avant, une vingtaine de jours en Europe par moi-même.
pvtistes : Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en France ?
nartcy : La frustration ! Au début on a eu du mal à trouver un logement, il pleuvait beaucoup les premiers jours et je dois avouer que je détestais la ville !! On habitait dans un hôtel vraiment mal chauffé situé dans un endroit laid un peu en dehors de la ville. Tous les propriétaires de logements à louer demandaient une caution, ce qui était impossible pour nous puisqu'on n'a pas de famille là-bas, pas encore de compte en banque, etc. (Au Canada, on donne un dépôt de sécurité, pas besoin de caution). Mais au bout d'une dizaine de jours on a finalement trouvé une chambre avec cuisinette, un logement pour étudiant/hôtel... le Stud'inn, tout près du stade, que je recommande fortement à n'importe qui dans le même genre de situation; on paye au mois ou à la semaine à l'avance, donc pas de problème de caution. Ça a été un gros stress en moins et on a commencé à vraiment pouvoir apprécier la ville et l'endroit où je travaillais. Et finalement j'ai beaucoup aimé Nantes
pvtistes : Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en France ?
nartcy : C'était super, je travaillais dans une école d'ingénieur. Un bel endroit, très professionnel. On m'a même offert un poste temporaire quelques mois après la fin de mon contrat, mais malheureusement, à ce moment, je préférais rentrer au Canada parce que mon grand-père était mourant. J'ai trouvé assez rigolo le fait que tout le monde se dise bonjour en se serrant la main au travail tous les matins !! À ma deuxième journée de travail, quelqu'un m'a serré la main et j'ai dit : « mais on s'est rencontré hier! ». Hahaha... c'est là qu'on m'a expliqué que c'était la coutume. Au Canada on se sert la main quand on rencontre quelqu'un pour la première fois, qu'on conclut une entente ou des occasions comme ça...! Jamais tous les jours ! Mais j'ai trouvé ça quand même bien, prendre le temps de se dire bonjour...
pvtistes : Quelles ont été tes plus grosses difficultés en France ?
nartcy : Trouver un logement. Et comme nous étions deux c'était encore plus difficile.
pvtistes : Quel est ton meilleur souvenir ?
nartcy : Les amis qu'on s'est fait là-bas, la nourriture, la vie et les paysages en général, tellement différents de chez nous... on a particulièrement aimé visiter St-Malo.
pvtistes : Est-ce que certaines choses canadiennes t'ont manqué ?
nartcy : C'est dur à dire maintenant que je suis rentrée, je dirais que non ! Finalement on est pas restés en France très longtemps... Après mon contrat de 2 mois, plutôt que de dépenser de l'argent sur un logement en attendant de trouver du travail, on a décidé de partir en voyage un peu partout à travers l'Europe, quitte à écourter la durée de notre voyage. Curieusement, tout ce dont je peux me rappeler c'est qu'on s'ennuyait de la bouffe vietnamienne (!) parce qu'on avait de bons restos vietnamiens pas chers tout près de chez nous à Ottawa, mais il y avait tellement d'autres bonnes à goûter de toute façon...
pvtistes : Qu'est ce qui t'a manqué quand tu es rentrée au Canada ?
nartcy : Les copains qu'on s'est faits, les paysages d'Europe avec les petites rues, les petites voitures (comparé à ici en Amérique du Nord...), les trains pas chers et jamais en retard (15 min ici c'est rien!), la nourriture, les vins pas chers. J'y retournerais demain matin !
pvtistes : Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?
nartcy : Ça m'a rapporté tellement de petites choses que je ne pourrais toutes les énumérer! Je pense à cette expérience quotidiennement... que ce soit pour les façons de voir ou de faire les choses (autant au point de vue personnel que professionnel), ou simplement pour les bons souvenirs. Je travaille dans le domaine des communications visuelles, alors c'est toujours intéressant de sortir de son environnement pour aller voir ce qui se fait ailleurs. Ou par exemple l'autre jour je discutais avec une responsable développement de ma ville, on lançait des idées et je me suis beaucoup inspirée de ce que j'ai vu à travers mes voyages en Europe.
pvtistes : Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?
nartcy : Si j'ai un conseil aux futurs PVTistes, c'est de ne pas vous laisser décourager dans votre démarche. Allez-y. Une fois sur place vous aurez peut-être un gros choc culturel, vous voudrez peut-être partir, mais laissez vous quelques semaines. Vous êtes sur le point de vivre une des plus belles expériences de votre vie. À notre retour, même les moments les plus banals nous paraissent comme de bons souvenirs.

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Aucun commentaire

Articles recommandés