Rachelle, une Canadienne en Visa Vacances-Travail à Paris

Date de publication : 07-12-2015

Auteur

Julie

Rachelle

Localisation

Paris, France

Profession

Infographiste

Rachelle rentre bientôt au Canada après avoir passé deux ans en France. Elle a accepté de répondre à nos questions sur son expérience (en anglais). Nous vous proposons, en complément, une traduction de ses réponses en français.

pvtistes : D’où viens-tu ?
Rachelle : Avant de partir pour Paris, je vivais à Toronto.
pvtistes : Dans quelle(s) ville(s) as-tu vécu pendant ton PVT ?
Rachelle : Je n’ai vécu qu’à Paris. J’ai choisi de m’y installer parce que j’ai toujours eu un lien fort avec cette ville. J’y suis allée pour la première fois à 16 ans, et j’en suis immédiatement tombée amoureuse. En quittant Toronto, je voulais un challenge, de l’aventure, et je voulais partir pour un endroit où je pourrais parler français et découvrir une nouvelle culture. Ça a été à la hauteur de mes espérances, et même plus encore ! Interview Rachelle PVT France
pvtistes : Quelles sont tes dates d’arrivée en France et de départ ?
Rachelle : De janvier 2014 à décembre 2015, d’abord en PVT puis avec un permis Jeunes professionnels.
pvtistes : Es-tu du genre baroudeuse ?
Rachelle : J’adore voyager, explorer et m’aventurer dans des pays que je ne connais pas : ça m’inspire beaucoup. Je n’ai jamais été une baroudeuse mais j’avais beaucoup voyagé avant de partir en France.
pvtistes : Que faisais-tu à Toronto avant de partir en visa vacances-Travail à Paris ?
Rachelle : Je travaillais dans une agence de publicité en tant qu’infographiste senior. J’avais besoin de gros changements, à tous points de vue. J’ai décidé de plier bagage et de partir. J’ai quitté mon boulot, acheté un billet d’avion, obtenu mon visa Vacances-Travail et je suis partie !
pvtistes : Pourquoi avoir décidé de partir en PVT en France ?
Rachelle : J’ai fait toute ma scolarité dans une école francophone et je me suis rendu compte que j’étais en train de perdre mon niveau de français, que je parlais pourtant tous les jours avant. Je voulais faire l’expérience de la vie dans la société française et relever tous les défis que cela mettrait sur ma route.
pvtistes : Qu’as-tu ressenti pendant tes deux premières semaines en France ?
Rachelle : Mes deux premières semaines m’ont paru parfaitement naturelles, j’ai su que j’avais pris la bonne décision. Je me suis inscrite à l’Alliance Française où j’ai suivi deux semaines de cours pour rafraîchir mon français parlé et j’ai rapidement été dans une dynamique de découverte et d’apprentissage.
pvtistes : Quel était ton niveau de français en arrivant ? Et maintenant ?
Rachelle : Comme je parle français depuis que j’ai 5 ans, j’ai toujours réussi à m’y remettre facilement. Je dirais que mon niveau de langue est bien meilleur aujourd’hui que lorsque je suis arrivée, mais j’aurais préféré qu’il soit encore meilleur que ça ! J’ai du mal avec la grammaire et les verbes, mais je peux avoir une conversation fluide en français.
pvtistes : Que peux-tu nous dire sur les démarches administratives que tu as dû effectuer en France ?
Rachelle : Je vais être honnête, c’est généralement pas facile. Avoir toutes les formalités bien en ordre ici, c’est pas évident et c’est une logique très différente de celle que l’on a au Canada. C’est plus compliqué, moins direct. Ceci dit, j’ai l’impression d’avoir eu de la chance car ça n’a pas été insurmontable dans mon cas. J’ai vécu avec un couple dans le Marais pendant mes 6 premières semaines de PVT et ils m’ont beaucoup aidée ! Ils m’ont pris un rendez-vous avec leur banquier pour que je puisse ouvrir un compte, ils m’ont donné un justificatif de domicile pour mon abonnement de téléphone et tout s’est passé sans problème. Pour l’APT (Autorisation Provisoire de Travail), ça a pris un peu de temps, mais ça n’a pas été trop laborieux non plus. En terme de visas, le Visa Vacances-Travail a été plutôt facile à obtenir (même s’il fallait bien avoir tous les documents demandés, notamment tout ce qui concerne l’assurance et le billet d’avion). Pour le visa Jeunes professionnels, il y avait beaucoup plus de paperasses et ça m’a pris du temps.
pvtistes : As-tu trouvé un logement facilement ?
Rachelle : J’ai été stupéfaite de voir à quel point c’est difficile de trouver un appartement à Paris, même si on m’avait prévenue avant d’arriver. J’ai gardé une attitude positive et ça a fonctionné. Avant d’arriver, la seule chose que j’avais, c’était 6 semaines réservées sur AirBnb, histoire de m’installer et de chercher un appartement directement depuis Paris. J’ai cherché sur internet, trouvé quelques agences et visité quelques appartements. Je trouve que demander autant de documents est absurde, tout comme la somme qu’il faut avoir pour réserver un appartement… Encore une fois, je pense que j’ai été chanceuse car j’ai trouvé un appartement loué par une agence et j’ai pu avoir mon père comme garant. J’ai dû demander des documents à mon père, et fournir mon relevé de compte pour prouver que j’avais assez d’argent pour payer un an de loyer, et ensuite j’ai bien sûr dû payer les frais d’agence, ainsi que la caution et un mois de loyer.
pvtistes : Parle-nous de tes opportunités professionnelles !
Rachelle : J’ai cherché du travail dans mon domaine, je suis infographiste, ça a été assez difficile. C’était précieux de parler à la fois français et anglais puisque la plupart des boulots pour lesquels j’ai postulé l’exigeait. Je n’avais pas de réseau à Paris, mais au fur et à mesure de mes rencontres, les gens ont été comme des tremplins et m’ont aidée à réaliser mes objectifs. Au début, j’ai travaillé dans un restaurant, juste histoire de parler français et d’interagir avec les gens. C’était également une bonne façon de gagner de l’argent ! J’ai eu de la chance car ce restaurant a ensuite eu besoin de moi pour des petites missions de design et pour des documents de marketing. Interview Rachelle PVT France - Paris
pvtistes : Trouves-tu que le travail en France et le travail au Canada sont différents ?
Rachelle : Oui, c’est très différent en France par rapport au Canada. Je dirais qu’en France, l’ambiance est plus « cool » et tranquille. D’après mon expérience, j’ai l’impression que les employés prennent plus de responsabilités au Canada et qu’ils n’essayent pas de se décharger sur les autres. Bien sûr, chaque situation est différente, et j’adore l’équilibre travail/temps libre que j’ai en France, en particulier avec les congés !
pvtistes : Tu as un site internet, peux-tu nous en parler ?
Rachelle : >Saevil Row est mon studio de design, je l’avais déjà avant de déménager à Paris. Être à Paris m’a permis d’avoir plus de temps pour m’y consacrer. J’ai des clients dans le monde entier et je me concentre sur des solutions de design personnalisées (impression, web et papeterie). Ma spécialité est le web design et l’image de marque, chose que j’adore. J’ai été fortement inspirée par la vie à Paris.
pvtistes : Tu as eu l’occasion de voyager en France ?
Rachelle : J’ai voyagé un peu, mais pas autant que je l’aurais espéré ! Je suis allée en Provence pour voir les champs de lavande, c’était fantastique ! Je suis allée à Reims pour le Champagne, évidemment, et en Normandie pour « la plage », le cidre et l’incroyable Mont Saint-Michel.
pvtistes : Que dirais-tu sur les Français ?
Rachelle : Je me suis fait quelques amis français et ils sont vraiment, vraiment adorables. Je pense que les Français sont généralement gentils mais j’ai aussi rencontré des gens vraiment pas sympa. J’ai l’impression que les parisiens ont tendance à fixer les autres du regard, c’est étrange. Et certains d’entres eux sont froids. J’ai heureusement rencontré la plupart de mes amis français par d’autres amis : je ne sais pas comment j’aurais fait autrement ! C’est incroyable le nombre de Canadiens et d’Australiens que j’ai rencontrés ici. Interview Rachelle PVT France - Picnic Paris J’ai été très surprise par le nombre de Français qui ne parlent pas anglais. J’ai trouvé ça bizarre, mais toutes les personnes que j’ai rencontrées avaient envie de pratiquer leur anglais, même s’il n’était pas parfait.
pvtistes : Qu’est-ce qui t’a manqué pendant ces 2 ans ?
Rachelle : Ce qui m’a manqué, c’est la simplicité des choses au Canada ! Je me suis retrouvée dans des situations bizarres et compliquées en France, principalement liées à la bureaucratie. C’était frustrant parce que je savais que ce genre de choses ne me seraient jamais arrivées au Canada. A part ça, bien sûr, ma famille et mes amis m’ont manqués, mais j’ai eu énormément de chance puisque ils sont tous venus me voir et j’ai pu partager avec eux ma vie parisienne !
pvtistes : Qu’est-ce qui te manquera quand tu seras rentrée au Canada ?
Rachelle : Ouah, la liste serait bien plus longue ! Les croissants et les délicieuses pâtisseries. Entendre parler français tous les jours aussi, j’adore cette langue. Le métro (qui est génial pour traverser la ville !)… Mais ce qui va me manquer par dessus tout, c’est l’inspiration que m’offre tous les jours Paris, j’adore découvrir de nouvelles choses à chaque fois que je sors… J’ai envie de pleurer, maintenant !
pvtistes : Qu’est-ce que tu retiendras de plus positif de ces 2 ans ?
Rachelle : La personne que je suis devenue depuis que je suis ici. Et la rencontre avec des personnes que je considère comme des amis.
pvtistes : J’allais te demander de nous parler de ton pire souvenir, mais je sais que tu as eu une soirée difficile le 13 novembre 2015.
Rachelle : J’étais censée retrouver des amis au restaurant Le Petit Cambodge, un de mes restaurants préférés à Paris, mais j’ai eu un accident de vélo. Malheureusement, j’ai été envoyée directement à l’hôpital car je ne pouvais plus marcher, et je sentais que quelque chose n’allait pas avec ma cheville. Ce que je ne savais pas, c’est que ça allait être le meilleur accident de vélo que j’aurais pu avoir, puisque quelques heures plus tard, j’aurais dû être en plein repas quand les attentats ont eu lieu. Le fait que les attentats aient eu lieu dans le restaurant où j’aurais dû me trouver m’a rendu malade. Comment cela a pu arriver si près de chez moi, dans un endroit où je vais souvent et où j’aurais dû être sans cet accident de vélo ? Je me sens chanceuse d’avoir été saine et sauve à l’hôpital lorsque c’est arrivé, mais j’ai le cœur lourd de tout ce qui s’est passé à Paris ce soir-là.
pvtistes : Qu’est-ce que cette expérience t’a apporté, personnellement et professionnellement ?
Rachelle : J’ai plus appris personnellement que professionnellement. J’ai découvert de nouvelles perspectives, un autre regard et une certaine admiration pour une culture et un mode de vie. Ces choses-là, je vais les garder en moi tout au long de ma vie, et je ne regrette rien.
pvtistes : Quels seraient tes conseils aux PVTistes canadiens qui envisagent un PVT en France ?
Rachelle : FAITES-LE! FONCEZ ! Prenez le risque. Qu’est-ce qui pourrait vous arriver ? Vivez votre vie, découvrez une nouvelle culture, ouvrez le champ des possibles. Ne pensez pas trop aux aspects négatifs (l’argent, la peur, l’anxiété) et concentrez-vous sur l’opportunité que cela représente. Regardez devant vous. Bien sûr, j’avais des économies et cela m’a aidée, mais quand je n’avais plus rien, j’ai dû travailler et j’y suis arrivée ! Tout se passera bien si vous vous en donnez les moyens.
pvtistes : Quels sont tes projets aujourd’hui ?
Rachelle : Je retournerai en France toute ma vie, Paris est ma deuxième maison maintenant ! Je vais voyager un peu l’année prochaine, tout en travaillant sur quelques projets. Je ne sais pas trop ce que je vais faire et c’est ça qui est génial. Avant, ma vie était si planifiée et organisée… maintenant je fais ce qui me rend heureuse, donc on verra bien !
pvtistes : Pourquoi conseillerais-tu aux pvtistes au Canada d’aller dans ta province, l’Ontario ?
Rachelle : Le Canada est un pays fantastique pour un tas de raisons. Il y a énormément d’opportunités professionnelles et une belle qualité de vie. Les gens y sont sympa et accueillants. En Ontario, vous avez de nombreuses communautés, des spécialités culinaires du monde entier, de l’art, des musées, des stations de ski, des cabanes au bord de lacs… Bref, beaucoup d’endroits à explorer !

Consulter d’autres interviews et récits de pvtistes…

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (1)

9 Commentaires

Hélène
7.6K 13.4K
Thanks a lot Rachel for this interview and we’re all glad you had this little accident that finally saved your life. Sometimes little things change your life, right? 😀
tiphaine
1.9K 6.4K
super interview 🙂
Mathieu
10.4K 20.9K
Superbe interview Rachelle 🙂 Merci ! C’est marrant de lire le témoignage d’une PVTiste qui a fait un PVT dans mon sens inverse !
Carô
5.9K 12.2K
A mon tour de te remercier pour ton témoignage, Rachelle. Bon retour en Ontario et bons voyages à venir. 😉
Florane
1.1K 951
Super intéressant d’avoir un point de vue inversé! Merci pour cette interview.
Michel
9 52
Thanks for that great witheness! Merci pour ce temoingnage!
Jennifer
212 401
super interview !! j’adore !
Annaïk
1.9K 3.7K
Merci pour cette interview! C’est chouette d’avoir l’avis d’une pvtiste canadienne! 🙂
Marie
9.9K 32.9K
Super interview ! Merci Rachelle d’avoir pris le temps de répondre à nos nombreuses questions 🙂

Articles recommandés