Lest we forget : le ANZAC Day en Nouvelle-Zélande et en Australie

Date de publication : 24-04-2016

Auteur

Marie

Le 25 avril est férié aussi bien en Australie qu’en Nouvelle-Zélande.

Il y a 100 ans, on désignait sous le diminutif ANZAC (Australian and New-Zealand Army Corps), l’ensemble des troupes venues du Pacifique pour combattre au côté des Alliés pendant la première guerre mondiale. Plus généralement, l’ANZAC Day commémore désormais l’ensemble des Néo-Zélandais et Australiens qui ont servi et sont morts en temps de guerre, de conflits ou dans le cadre d’opérations de maintien de la paix.

Beaucoup l’ignorent, mais des Australiens et des Néo-Zélandais – de par leur appartenance au Commonwealth – sont venus combattre en France en 1916 (lors de la Bataille de la Somme). Il étaient engagés dès 1914 sur d’autres fronts, notamment dans le Pacifique, au Moyen-Orient et en Turquie. Les Australiens ont fait appel à des volontaires durant toute la guerre tandis que la conscription était mise en place en Nouvelle-Zélande en 1916.

416 000 Australiens (dont plus de 400 Aborigènes) et 128 000 Néo-Zélandais (dont 2 227 Maori) ont participé aux combats entre 1914 et 1918 (dont 313 000 Australiens sur le front occidental et 9 000 Néo-Zélandais en France et en Belgique). Les historiens estiment que 60 000 Australiens et 18 500 Néo-Zélandais ont perdu la vie lors de la Première Guerre Mondiale. L’Australie comptait alors 5 millions d’habitants, la Nouvelle-Zélande n’en comptait qu’un million.

Pourquoi le 25 avril ?

Le 25 avril 1915, les troupes de l’ANZAC débarquèrent dans la péninsule de Gallipoli (accompagnées de troupes françaises, britanniques, irlandaises, indiennes et de Terre-Neuve). Le but était de débloquer le détroit des Dardanelles et de prendre la capitale Constantinople (aujourd’hui Istanbul). Face aux troupes ottomanes, les troupes des Alliés s’enlisèrent rapidement dans ce secteur et durent finalement évacuer la région en décembre 1915. La bataille fit 2 779 morts du côté néo-zélandais (un quart des effectifs ayant accosté) et 8 141 morts du côté australien.

Même si cette bataille fut un échec pour les troupes alliées, beaucoup d’historiens considèrent que la campagne de Gallipoli fut, aussi bien pour la Nouvelle-Zélande que pour l’Australie, un des moments fondateurs de la conscience nationale des deux pays, qui avaient gagné en autonomie quelques années plus tôt. L’Australie est en effet devenue un dominion de l’Empire britannique en 1901 tandis que la Nouvelle-Zélande a pris ce même statut en 1907.

Us et coutumes lors de l’ANZAC day 

Les magasins sont normalement fermés les 25 avril (les bars et les restaurants n’ont pas d’obligation). En Nouvelle-Zélande, les commerces n’ont pas le droit d’ouvrir avant 13 h en principe.

En Nouvelle-Zélande, comme en Australie, les tombes des soldats sont décorées et la journée est marquée généralement par plusieurs événements.

Dawn service ou Dawn march  : « la cérémonie de l’aube » qui a lieu vers 5 h du matin avant le lever du soleil. Elle doit symboliser le débarquement des soldats (surnommé les diggers) de l’ANZAC tôt le matin dans la péninsule de Gallipoli. De nombreux corps armés, mais aussi des anciens vétérans, des scouts, des policiers ou des pompiers peuvent participer à cette marche. Une parade peut aussi se tenir un peu plus tard dans la matinée.

Le Gunfire breakfast : un petit-déjeuner est servi collectivement après le Dawn service. Il est souvent proposé par les associations d’anciens combattants au public qui participe à la cérémonie de l’aube. Ce petit-déjeuner peut être l’occasion de goûter les ANZAC biscuits, des biscuits aux flocons d’avoine et à la noix de coco. On peut aussi boire parfois du café avec du rhum (d’où le gunfire) en souvenir des breakfasts pris par les soldats avant d’aller se battre.

La Parade : plus tard dans la matinée, il est commun de voir dans de nombreuses villes et quartiers une parade des membres de l’armée, des associations de vétérans et des corps de métiers en uniforme. La journée est également marquée par un ensemble de cérémonies officielles, militaires et religieuses.

L’après-midi, les Australiens et les Néo-Zélandais se réunissent en famille ou entre amis pour déjeuner (un pique-nique si le temps s’y prête). C’est aussi l’occasion de regarder les cérémonies en Europe qui sont retransmises à la télévision australienne et néo-zélandaise.

Depuis plusieurs années, il est aussi de coutume de porter sur soi un petit coquelicot de papiers rouges comme symbole du souvenir (et de les déposer sur les monuments aux morts). Traditionnellement, ces coquelicots (Red Poppy) sont vus lors des cérémonies du Remembrance Day dans les pays du Commonwealth (comme au Canada par exemple), mais ils sont également de plus en plus utilisés lors de l’ANZAC Day, qui est bien plus important aux yeux des Australiens et des Néo-Zélandais.

Pour en savoir plus :

Crédits photo de couverture : Shaun Jeffers / Shutterstock.com

2 Commentaires

Marine
21 32

La Sky Tower arborait fièrement un coquelicot à l’occasion de cette commémoration, uniquement visible le soir car il était projeté.

Johanna
1.7K 2.5K

Autre particularité de l’ANZAC day (en Nouvelle-Zélande en tout cas), les commerces, restaurants et vignobles n’ont pas le droit de servir ou de vendre de l’alcool jusque 13h (ou toute la journée, je ne sais plus).
D’après le propriétaire du vignoble où je travaillais à cette époque l’année dernière, c’est pour éviter que les soldats viennent fêter ça après les cérémonies et finissent complètement ivres sur la voie publique. 😀

Articles recommandés