Les bonnes manières au Canada, mode d’emploi

Article publié le 02-05-2013.

Les quiproquos et désaccords découlant des conversations entre les différents êtres humains résultent principalement de leurs différences culturelles. Pour éviter l’irréparable au moment des repas, Radio Canada International a publié sur son site un petit guide des bonnes manières à l’intention des nouveaux immigrants.

Il y est spécifié que l’intégration des nouveaux arrivants est progressive : il faudra plus qu’un week-end pour être pleinement accepté par la société canadienne, et c’est sans doute normal. En lisant les 10 règles édictées à la fin de l’article, on remarque en fait que les us et coutumes canadiens sont... quasiment identiques à ceux de l’Hexagone. A savoir qu’il ne faut pas manger la bouche pleine, ne pas signaler qu’on n'aime pas tel ou tel plat ou encore attendre que notre hôte ait mangé afin de pouvoir commencer : rien de bien nouveau, en somme.

En écoutant l’entretien réalisé avec une enseignante spécialiste du bien-vivre, on apprend que ce qui compte vraiment, d’après elle, c’est “le plaisir de se rencontrer, de manger dans l’informalité”, “d’être bien ensemble”, la “spontanéité”. Elle rapproche le modèle canadien du modèle africain et estime que “la gentillesse à table [en Afrique] devrait plus nous influencer”. 

Et si tout n’était qu’une question de malentendus ?

Sur le forum, une membre de PVTistes.net s’était amusée à rédiger une liste de choses à faire et ne pas faire au Canada à l’intention du nouvel immigrant souhaitant éviter l’impair. Si les us et coutumes sont globalement assez comparables à ceux de la France, on découvre quand même l’existence de certaines règles distinctes qui, à la longue, seront naturellement assimilées par les nouveaux arrivants. Par exemple, il faut savoir que l’on mange vers 18 h, que les Canadiens n’aiment pas être comparés aux Américains ou encore que le pourboire est obligatoire.

Dans la même lignée, une autre membre, Charlotte22, avait synthétisé le contenu d’une conférence dont le thème était : les malentendus interculturels au Canada. Sachez par exemple qu’il existe une distance invisible à respecter entre deux individus communicants qui diffère selon les pays. Elle serait 15 à 20 cm plus grande au Canada, ce qui n’est pas négligeable ! Autre anecdote intéressante : les Québécois seraient prêts à prendre des chemins détournés assez inimaginables pour fuir les situations conflictuelles, au travail ou ailleurs.

Parler des divergences culturelles constitue un vaste et passionnant chapitre sur les relations humaines. Nous avons créé une rubrique dédiée aux us et coutumes sur le forum, c’est dire ! Les avis sont partagés, les débats houleux et les chocs culturels sont parfois grands. Le fait de discuter, de connaître les différentes manières d’être et d’agir des uns est un premier pas vers la diminution des risques d’amalgames et de quiproquos. Cela permet aussi de mieux cerner les habitus des autres, si chers à Pierre Bourdieu.

En savoir plus :

Pour l’anecdote, Erasme a donné son nom au programme de mobilité internationale que nous connaissons tous, mais il est également l’auteur d’un très célèbre “petit traité de savoir-vivre à l’usage des enfants”.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

La cuisine canadienne

[Interview]

Nicolas : des conseils pour prendre de belles photos

[Récit de voyageur]

On a testé la Tohu et Montréal Complètement Cirque

[News]

Une année de césure pour son PVT : comment faire ?

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Les « melentendus » sont souvent la cause de tout ça 😉
Un Quebécois n’est pas un Français, ni un Canadien et pas du tout un Américain, marrant en tout cas cette histoire de proxémie, je testerai !

{{likesData.comment_19441.likesCount}}
Macha
2.2K 897

ahah ! toi aussi tu l’as vu ^^

{{likesData.comment_19442.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K

^^ c’est corrigé 😉

{{likesData.comment_19450.likesCount}}
Carô
8K 4.5K

« Il ne faut pas MANGER la bouche pleine » … Ah ben voilà, je me disais bien que j’avais encore faux quelque part ! Merci Jules, je vais tenter de modérer davantage mes bouchées ! ;-p

{{likesData.comment_19444.likesCount}}

Ah ah :). Bon en fait il s’agissait bien de ne pas PARLER la bouche pleine, au risque d’en décevoir certains :).

{{likesData.comment_19466.likesCount}}
Catherine
2.3K 834

Et aussi « qu’on n’aime pas tel ou tel plat » (au lieu de « qu’on aime pas ») et « autre anecdote intéressante » (au lieu d' »intèréssante ») 😉
Et selon moi, l’habitus a plus un rapport avec des différences (et donc des incompréhensions) d’ordre social plutôt que d’ordre culturel.

{{likesData.comment_19470.likesCount}}

Merci, ce sera corrigé :).

{{likesData.comment_19473.likesCount}}
Marie
32.7K 9.5K

Done

{{likesData.comment_19475.likesCount}}
Catherine
2.3K 834

Merci Marie ! :)
Honte à moi, j’ai oublié de préciser : j’ai trouvé l’article sympa (c’est bien pour ça que je l’ai lu, et donc remarqué les petites coquilles). Et d’ailleurs, ces « malentendus » sont applicables à toutes les destinations PVT (et les non PVT même !) 😉

{{likesData.comment_19477.likesCount}}

Assez drôle, lol !
Je ne m’attendais pas à ce que ce soit vraiment différent.
Merci pour toutes ces petites perles d’informations =) !

{{likesData.comment_19534.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre