S’expatrier en Altaï (Russie), ouvrir son exploitation et se marier !

Article publié le 27-03-2017.

Eva a un parcours singulier puisque c'est par un concours de circonstances qu'elle s'est installée dans l'Altaï, d'abord en tant que stagiaire, puis en tant que PVTiste, et aujourd'hui avec permis de séjour. Elle est tombée sous le charme de la vie là-bas, ayant aujourd'hui une exploitation agricole à elle, et étant en couple avec un Russe !

Bonjour Eva ! Peux-tu nous parler un peu de toi et de comment tu t’es retrouvée en Russie ?

Qui aurait cru que je vivrais en Altaï et en Russie ? Certainement pas moi ! Je suis dans un coin méconnu par beaucoup de monde en Europe : l'Altaï. Mais où cela se trouve ?
Quand je dis que je vis en Sibérie, les gens tout de suite pensent les grandes étendues de neige et le lac Baïkal. Mais il y a aussi des régions montagneuses et un lac qui vaut tout autant le détour : le lac Teletskoye, le lac Baïkal de l'Altaï comme on peut souvent l'entendre ici. Cette région se situe à la frontière avec le Kazakstan, la Chine et la Mongolie.
J'ai la chance maintenant de vivre au bord de ce lac magnifique, dans un petit village de 200 habitants.

Je suis arrivée ici la première fois il y a maintenant presque 5 ans. Je devais effectuer un stage pour mes études (ingénieur en travaux agricoles avec une spécialité en environnement).
Je cherchais une réserve naturelle à l'étranger pour voir ce qui se passe en dehors de nos frontières. J'ai donc cherché sur le site de l'Unesco et je suis tombée sur une photo du lac. J'ai envoyé un mail sans faire attention vraiment au lieu et au pays. J'ai reçu une réponse positive de cette réserve : Altaiskii zapovednik. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé où cela se trouvait.
Je me suis dit « allez, pourquoi pas ! ».
Je ne parlais pas un mot de russe mais ils m'avaient répondu en anglais donc je pensais que la plupart des personnes parlaient anglais. Je me trompais !!! J'ai eu un premier aperçu de la Russie en allant au consulat faire mon visa. A l'époque il fallait faire la queue devant le bâtiment le matin. J'ai dû y aller deux jours de suite car il y avait un nombre limité de places et j'ai donc fait la queue pour rien. De plus les femmes aux guichets ne sont pas aimables et ne vous aident pas du tout pour les démarches.
Me voilà arrivée en Russie, à Moscou et j'ai ensuite pris le transsibérien pour aller jusqu'en Altaï. Les gens dans le train étaient adorables avec moi. Ils essayaient de parler avec moi, partageaient leur nourriture... Heureusement que j'avais un dictionnaire français-russe. Il m'a bien servi pendant ce premier voyage.

pvt-russie-eva-alexei-village

Comment s’est passé ton séjour là-bas à l’époque ?

J'ai pu participer à un voyage organisé par la réserve dans tout l'Altaï pour une colonie de vacances. J'ai donc découvert les paysages sublimes de l'Altaï, de la taïga à la zone steppique proche de la Mongolie et la culture altaïenne. Les Altaïens sont animistes et croient aux Esprits de la Nature, ce qui les rend proches de celle-ci.
Je suis ensuite restée à Yaylyu, le village où j'habite actuellement. Les villageois étaient vraiment étonnés de me voir ici et pour la plupart j'étais la première Française qu'ils rencontraient.
Rapidement, tout le monde connaissait mon prénom et me disait bonjour.
La vie dans l'Altaï est totalement différente de la France, on peut se croire de retour dans le temps avec les toilettes au fond du jardin, pas d'eau courante, les animaux qui vivent en liberté dans le village et par exemple les vaches qui rentrent toutes seules pour l'heure de la traite.
Il y a 5 ans, il n'y avait pas de réseau téléphonique et l'électricité était fournie par un groupe électrogène deux fois dans la journée (coupure de 13 h à 17 h et la nuit à partir de 23 h). C'était sympa, les soirées à la bougie.
Depuis, les conditions se sont améliorées avec le réseau téléphonique et l'électricité à partir de panneaux solaires.
Il y a beaucoup de touristes russes qui viennent en vacances dans l'Altai et au bord du lac donc j'ai pu rencontrer pas mal de monde. Cette année, j'ai même revu des touristes que j'avais rencontrés il y a 5 ans au même endroit. Je suis tombée amoureuse de cet endroit et ensuite je suis tombée amoureuse d'un Russe.
C'est dans ce village et lors d'une patrouille dans la réserve que j'ai rencontré mon compagnon, qui est garde dans la réserve. Ce que l'on pensait être un amour de vacances est devenu quelque chose de beaucoup plus sérieux puisqu’on se marie en été 2017. Après ces 3 mois et grâce à mon compagnon, je me suis beaucoup améliorée en russe.

À la fin de ton stage, comment as-tu fait pour revenir en Russie ?

Pendant ces 4 ans, j'ai fait des allers-retours d'un à 3 mois, une à deux fois par an.
Les possibilités pour rester plus de 3 mois en Russie sont difficiles à obtenir, il faut soit un visa travail soit un permis de séjour (RVP) soit étudier dans une université. J'avais fini les études et n'avais pas envie d'en reprendre. Dans le village je n'avais aucune possibilité de travailler, il y avait alors le permis de séjour mais celui-ci devait se faire en Russie.
Mais il y avait encore un autre choix : Le Permis Vacances Travail (PVT).
Celui-ci était disponible depuis quelques années mais peu d'informations étaient disponibles et peu de personnes l'avaient obtenu donc il n'y avait peu de retour sur celui-ci.

Heureusement, Floriane du blog Moscoubyflo avait fait un tuto que j'ai suivi à la lettre à l'automne 2015.
J'ai eu quelques soucis avec par exemple des traductions avec trop de fautes, un certificat médical à faire légaliser par l'ordre des médecins et apostiller. Donc j'ai dû aller deux fois au consulat. Ce visa est soit disant gratuit mais entre les trajets sur Paris, tous les examens médicaux et un budget pour 4 mois cela fait beaucoup de dépenses.
J'avais déjà eu une discussion avec la réserve pour travailler avec eux un an et faire un diagnostic de l'état d'un grand verger situé dans le village. Fin 2015, Andrei est venu en France pour les fêtes de fin d'année. Je lui ai donc fait découvrir la France et la culture française.

pvt-russie-eva-verger

Tu as ainsi pu retourner en Russie, avec un PVT puis un permis de séjour...

Quand je suis arrivée en Russie en février 2016, il m'a fallu chercher les informations pour prolonger mon PVT. Ce visa n'est pas connu en France mais encore moins en Russie.
Pour les visas, il faut aller au service de l'immigration. Ils m'ont dit que pour prolonger mon visa, je devais faire les mêmes démarches que pour un visa de travail.
Il m'a fallu faire un certificat médical avec une liste énorme de maladies à vérifier, passer un examen de langue et un tas d'autres documents.
En parallèle, je faisais les démarches pour avoir le permis de séjour. Il fallait aussi le certificat médical et l'examen de langue mais aussi un examen sur les Lois et l'Histoire de Russie.
J'ai passé presque deux mois en ville pour pouvoir faire tout ça et là j'ai pu voir les joies de l'administration russe : les temps d'attente, courir ente les différents bureaux, les gens qui ne savent pas vous renseigner...
Pour prolonger mon PVT, la réserve me proposait de réaliser un diagnostic de l'état de tous les vergers du village (plus de 30 ha) et pour faire ce travail, ils me proposaient un petit salaire qui a été refusé par le service d'immigration qui le considérait trop bas et trouvait le format de contrat non adéquat.

Pour prolonger un PVT, il fallait compter un mois et demi pour les démarches. Finalement j’ai obtenu un refus. Les conseils que je peux donner pour le PVT : ne pas désespérer pour la demande de visa et il faut s'y prendre bien en avance. Je pense que ce visa est intéressant si vous voulez rester plus de 3 mois mais je pense qu'il faut savoir parler un minimum russe.
Pour mon permis de séjour, j'ai eu de la chance de l'obtenir en 1 mois au lieu des 4-6 mois normalement, ce qui fait que je n'ai pas eu besoin de partir après mon PVT car j'ai obtenu un visa de 3 ans à plusieurs entrées.
Maintenant je suis expatriée et j'ai l'obligation de rester plus de 6 mois par an en Russie.

pvt-russie-eva-lac-altai

Comment ça se passe pour toi en Russie ?

La réserve détient les terres du verger et celui-ci a été divisé en plusieurs parcelles. Andreï et moi avons récupéré 3 ha de pommiers en fermage, grâce à la signature d’un contrat avec la Réserve. Cela fait un an que nous avons commencé à le remettre en état, replanter des arbres et monter un verger pédagogique.
Cette année, nous allons nous inscrire au réseau WWOOFing donc s'il y a des personnes intéressées, nous sommes preneurs de toute aide. Le salaire minimum ici en Altaï est 10 000 roubles par mois (160 €) mais la plupart des gens que je connais gagnent encore moins.
Avec mon verger, je suis encore loin de gagner le minimum, mais j'espère que dans quelques années mon exploitation sera viable.
Concernant les secteurs qui recrutent en Russie, je ne peux pas du tout vous dire lesquels mais j'ai l'impression que pour les étrangers, les recrutements se font surtout pour des postes à hauts diplômes.

Je suis rentrée en France cet hiver pour les fêtes et comme j'aime bien faire simple, je suis revenue en Altaï avec une autre française pour me tenir compagnie : c'est Martine, mon berger de Savoie, qui va m'accompagner pour travailler au verger. Si vous avez besoin d'informations pour emmener votre chien en Russie, je prépare une discussion à ce sujet dans la partie Russie du forum.

Cette année est très importante pour nous car nous construisons notre maison, nous voulons ouvrir un café pour proposer tous les produits issus du village (fromage, crème, lait, fruits, jus de fruits, miel,...) et enfin nous allons nous marier. Les démarches ne sont pas compliquées mais j'ai dû faire deux allers retours à Moscou pour cela.
C'est super puisque une partie de ma famille et de mes amis peut venir enfin découvrir où je vis. Ce sera un mariage franco-russe.

Concernant les coutumes et la culture, je pense que je ne peux pas parler pour Moscou ou les grandes villes de Russie car je vis dans un petit village reculé de tout et qui est très agricole. Beaucoup de citadins viennent ici pour se reposer et profiter du calme de la nature.
Au village je trouve qu'il y a une grande différence entre les anciens et les jeunes. On sent encore dans le discours des anciens le temps de l'URSS. "Si tu n'es pas fatigué à la fin de ta journée, c'est que tu es un fainéant" et il n’y a pas de jours de repos, on travaille même le samedi et dimanche.
D'ailleurs la plupart des magasins sont ouverts le dimanche et tard le soir et cela partout en Russie.
Les jeunes sont beaucoup plus tranquilles et s'ils ne font pas tout ce qu'ils avaient prévu ce n'est pas bien grave, ils trouveront le temps le lendemain. D'ailleurs ils n'aiment pas trop planifier les choses. Ils peuvent te dire qu'ils se rendent en ville le mardi et ensuite ils changent 3 fois de jours pour finalement décider de ne partir que la semaine suivante.
Cela m'a posé quelques soucis pour me rendre en ville pour mes démarches. Le gros cliché qui veut que les Russes boivent beaucoup de vodka est bien vrai et ils les enchaînent les verres, aussi bien les femmes que les hommes. Ils boivent aussi de la bière et du vin mais cela ne vaut pas nos produits français.
Les repas se prennent à tout moment de la journée, quand on a faim et pas forcément en famille. Les repas en famille se font surtout les week-ends et les jours de fête.

image-11-03-17-03-10-6

Quels conseils et infos peux-tu donner aux personnes souhaitant partir pour la Russie ?

Pour partir en vacances en Russie, ce n'est pas si compliqué, les démarches pour avoir le visa peuvent faire peur mais si on a tous les documents à jour tout se passe bien. À Moscou et dans les grandes villes on peut trouver des personnes qui parlent anglais pour aider à trouver son chemin ou autre. Dans les endroits plus reculés les gens seront surpris de vous voir donc ils vous aideront comme ils peuvent avec plaisir.
Pour s'installer en Russie, je pense que c'est plus compliqué et qu'il faut parler un minimum russe. Heureusement qu'Andreï était là pour m'aider dans les démarches. Cela aurait été beaucoup plus difficile sans lui.
Pour toutes les démarches, je vous conseille de regarder sur internet pour préparer les dossiers et vous y prendre à l'avance parce qu'il y a toujours quelque chose qui va clocher.
Les gens, au premier abord, paraissent froids et peu souriants mais c'est dans leur éducation de ne pas montrer leurs sentiments mais lorsqu'on les connaît mieux, ils sont tout de suite plus accueillants et vous aideront volontiers.

Ici c'est tellement isolé que je ne rencontre pas beaucoup d'étrangers. Ce sont surtout des partenaires étrangers de la réserve qui viennent. D’ailleurs, l'année dernière, une Française est venue en stage dans la réserve.

Si vous envisagez de venir en Altaï, n’hésitez pas à me contacter par MP, je me ferai un plaisir de vous aider !

AUTEUR : Eva alias evouchka

27 ans
Yaylyu, Russie

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
#1117694

Merci Eva pour ce super retour ! Je vais en Russie dans moins d’une semaine pour des petites vacances, juste à Moscou et St-Petersbourg mais je suis ravie de lire ton récit. J’aurais adoré vous rejoindre toi et Andrei pour faire du WWOOFing, mais le temps va me manquer. J’espère que des PVTistes viendront vous voir

#1117757

Encore merci pour ton récit Eva. ça change un peu d'horizons et en ouvrira, je l'espère, aux PVTistes qui hésitent à partir en Russie.
Au plaisir de suivre tes aventures Russes et plein de bonheur à vous 2, dans votre vie perso et vos projets pros.

#1117804

Bonjour Eva !
Tout d'abord, merci pour ce super récit !!! C'est très intéressant et ta passion que l'on ressent dans ton discours donne envie de venir te voir.
Je suis actuellement en voyage en Amérique du Sud avec mon ami jusqu'en septembre. Nous allons rentrer en France pour deux mois avant de partir au Canada car j'ai obtenu mon Pvt et dois l'activer en décembre (mon ami lui, est canadien).
Il rêve de out la Russie et je souhaiterais lui faire ce cadeau mais je ne sais pas si les démarches sont faciles pour un visa de touriste et je ne sais pas si je peux faire cela a distance ??? As tu des infos pertinentes à ce sujet ?
Ça serait super de venir en tant que bénévoles te donner un coup de main ...
En attendant, bonne continuation à vous deux dans votre belle aventure?

#1117814

Citation Message de Housengland Voir le message
l rêve de out la Russie et je souhaiterais lui faire ce cadeau mais je ne sais pas si les démarches sont faciles pour un visa de touriste et je ne sais pas si je peux faire cela a distance ??? As tu des infos pertinentes à ce sujet ?
Salut Alex,
@Lilou part bientôt en Russie, elle peut te donner je pense des infos concernant les démarches

#1117845

Citation Message de Housengland Voir le message
Bonjour Eva !
Tout d'abord, merci pour ce super récit !!! C'est très intéressant et ta passion que l'on ressent dans ton discours donne envie de venir te voir.
Je suis actuellement en voyage en Amérique du Sud avec mon ami jusqu'en septembre. Nous allons rentrer en France pour deux mois avant de partir au Canada car j'ai obtenu mon Pvt et dois l'activer en décembre (mon ami lui, est canadien).
Il rêve de out la Russie et je souhaiterais lui faire ce cadeau mais je ne sais pas si les démarches sont faciles pour un visa de touriste et je ne sais pas si je peux faire cela a distance ??? As tu des infos pertinentes à ce sujet ?
Ça serait super de venir en tant que bénévoles te donner un coup de main ...
En attendant, bonne continuation à vous deux dans votre belle aventure?
Hello !

Je vais en effet faire un article (que j'espère très complet) sur la demande de visa touriste pour la Russie. Je parlerai de ce qui m'a fait un peu perdre de temps et j'expliquerai comment le faire par soi-même (et non par une agence ).

En tout cas tu ne peux pas le faire à distance, tu devras te déplacer dans un consulat / bureau VHS en France.

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App