On a testé un tour de l’Argentine, du Chili et de la Bolivie

Article publié le 21-08-2013.

Benoit, PVTiste en Argentine, a décidé de ne finalement pas s'établir dans une ville argentine pour trouver un emploi stable, mais de partir à l'aventure à travers l'Amérique du Sud !

J’ai voyagé un peu partout ! L’idée était de descendre jusqu’à Ushuaia et de remonter jusqu’à Cordoba ou Mendoza pour chercher du travail.

Premier arrêt : Lobos, dans la province de Buenos Aires afin de faire du WWOOFing ! Si vous ne connaissez pas le WWOOFing, le principe est simple : travailler chez des agriculteurs, les aider dans leurs travaux réguliers et en échange, tu es logé et nourri. Très bon moyen de connaître la culture, les gens, les façons de penser, de sortir de la ville, de faire autre chose.

Ce premier WWOOfing était donc un « premier » contact avec ce genre de vie ! Le projet, arrivé là-bas, était de construire un abri hivernal avec des bambous (matériaux peu coûteux étant donné qu’il y avait une forêt de bambous à coté) et de monter un système d’hydroponie pour une culture biologique hors-sol. Car l’Argentine, il faut le savoir, a une « « « excellente » » » (si je puis me permettre) tendance à utiliser les pesticides et autres conn…. de Monsanto… Le problème avec la culture biologique en sol est que les pesticides, que ton voisin met dans sa terre, se propagent dans l’eau et toi, tu utilises l’eau pour ta culture « bio ».
D’où la culture hors-sol ! Alors vous allez me dire que l’on utilisait de l’eau pour l’hydroponie (c’est même le principale élément) ! Oui, je répondrais, mais non ! L’eau que l’on utilisait était préalablement filtrée via un filtre minéral très lent. Une couche de gros cailloux, une couche de petits cailloux, une couche de charbon actif, une couche de sable, de petits cailloux et de gros cailloux !

Donc, pendant 5 semaines, je suis resté là-bas, à dormir dans ma tente, à creuser des fondations pour l’abri hivernal, à dessiner les plans pour la construction de la serre avec les bambous, à tester les tables hydroponiques, le système d’échange de l’eau. J’en passe ! 5 semaines magiques où j’ai pu découvrir la vie agricole argentine. Car en sus de ceci, il fallait s’occuper du jardin (car il en avait un), des moutons, des poules, oies, canards et autres animaux. Ce ne fut pas de tout repos ! Debout à 6 h du matin, on travaillait toute la journée, sous une forte chaleur. Le soir, on ne faisait pas long feu ! D’une, à cause des moustiques, de deux, à cause de la chaleur et de la fatigue et de trois, à cause de la bière que l’on buvait à la fin du boulot !

Deuxième arrêt : Mar del Plata ! Après 5 semaines à manger du riz et quelques légumes (l’alimentation n’était pas top top) et à dormir dans une tente, une semaine de repos s’imposait ! Mar del Plata était donc l’endroit rêvé pour le faire. Un petit hôtel à côté de la plage, un temps magnifique, juste avant la saison d’été, début décembre, c’était vraiment excellent ! Avec les gars de l’hôtel, on faisait des asados, un genre de barbecue à l’argentine, on allait à la plage… En une semaine, tu as le temps de connaître les gens avec qui tu dors. Une bonne semaine de repos !

Troisième arrêt : Las Grutas. C’était sur la route pour descendre jusqu’à Ushuaia. Je n’y suis pas resté longtemps, 2 jours, j’ai marché un peu partout dans la ville, mais l’époque de l’année n’était pas propice ! Il faisait beau, mais pas grand-chose à faire à part aller à la plage, ce que j’avais fait pendant une semaine avant ! Je suis donc parti, direction….

Quatrième arrêt : Puerto Madryn ! Arrivé là-bas, j’ai cherché un hôtel avec un gars que j’avais rencontré dans le bus. On a pris l’apéro arrivé là-bas et il m’a dit (car il s’était renseigné) que Puerto Madryn, c’était bien, mais que Puerto Piramides (petit patelin juste à côté, dans la péninsule Valdès) était bien mieux. On s’est donc mis en marche, le lendemain, afin de trouver une agence de voyage qui nous fasse découvrir la péninsule !

On en a trouvé une très très rapidement, en négociant les prix, pour le lendemain matin. Ils venaient nous chercher directement à l’hôtel et nous ont fait découvrir la péninsule avec un guide, une voiture et tout le nécessaire ! On a donc passé le reste de la journée à la plage. Par contre, en ce qui me concernait, l’idée de découvrir une grosse péninsule en un jour ne me ravissait pas, j’avais le temps, je voulais aussi la découvrir par moi-même, au lieu de rester bloquer dans la voiture. Je leur ai donc demandé s’ils pouvaient me lâcher, en fin de visite, dans la ville de Puerto Piramides, avec mon sac. Bien sûr, qu’ils m’ont dit ! Le lendemain, nous sommes donc partis pour….

Cinquième arrêt : Puerto Piramides ! Le matin, découverte de la péninsule DÉSERTIQUE (du sable, des clôtures, des guanacos (des lamas locaux) et des pingouins) ! La visite fut plus courte que prévu… à 2 h de l’après-midi, j’étais dans la ville… J’ai donc planté ma tente dans le camping municipal et je suis parti à la plage avec une bière. Je précise la bière pour la suite de l’histoire ! Une fois arrivé à la plage avec ma bière, j'étais seul…

Une plage PARADISIAQUE avec personne dessus… Juste ma bière, mon appareil photo et moi… Le rêve ! Par contre, tu te fais un peu chier… Je suis donc retourné en acheter une autre (il faisait très chaud) et j’ai commencé à parler avec la vendeuse de bière… J’étais tout seul, elle aussi, le village de 500 habitants était presque désert, enfin avec 500 habitants, donc on a commencé à parler. Je lui ai donc demandé si c’était toujours comme ça ici. Elle m’a répondu que c’était la période creuse de l’année, mais que d’ici une semaine, ça allait passer a plus de 10 000 HABITANTS !!!

Oui oui, la fin de l’année (on était aux environs du 15 décembre à ce moment-là), tout le monde vient ici pour passer les fêtes. Elle a donc aiguisé ma curiosité ! Je voulais voir la transformation de 500 habitants à 10 000 habitants (j’étais presque sûr qu’elle exagérait, mais elle a insisté sur ce nombre).

Avec tous les restos, ils vont avoir besoin de moi... Je suis donc parti en recherche de travail. J’ai demandé à beaucoup de restaurant s’ils avaient besoin de moi, ancien serveur (je l’étais pour payer mes études), parlant 3 langues… Après quelques refus, un restaurateur m’a dit : « tu commences demain » !

Bon, aucun contrat, travail au noir bien sûr. J’ai donc planté ma tente juste à côté du restaurant, j’étais donc logé (dans ma tente, mais je ne payais pas le camping), nourri (je bossais dans un resto), abreuvé (je restais le serveur !) et blanchi (je leur ai réparé une machine à laver qui était cassé et que j’ai branchée dans la cuisine). De plus, j’étais payé (15 AR$ de l’heure, ce qui n’est pas top), mais avec les pourboires en plus... Et les pourboires, il y en a !

Les gens te demandent « mais tu viens d’où avec ton accent espagnol, d’Espagne ?? Tu fais quoi ici ? » ! À ceci, la réponse courante bien étudiée : « je voyage dans toute l’Argentine et je travaille pour pouvoir continuer à voyager »… Cette réponse était béton et hop, pourboire. J’ai donc passé un mois dans ce restaurant. J’ai rencontré énormément de monde (étant serveur, c’est facile) et j’ai passé un mois merveilleux, à travailler au bord de la plage de Puerto Piramides, avec un temps magnifique.

Ça m’a permis de mettre de l’argent de côté pour le reste de l’aventure ! Une fois le travail fini, les 10 000 personnes promises par la charmante vendeuse de bière ne sont pas venues… À peine 3 000, A PEINE ! Saison très plate… Je suis donc parti du restaurant, mais je suis resté une semaine à Puerto Piramides pour profiter de la ville, sans travailler. Là, j’ai rencontré un couple de Français qui faisait Buenos Aires jusqu’à Ushuaïa et de Ushuaïa en Alaska EN VELO !!!!! Terrible ! 3 ans de voyage ! On a loué une voiture pendant 3 jours et on a campé un peu partout dans la péninsule, en prenant notre temps. Une fois ce périple fini, il était temps d’attaquer Ushuaaa car l’été battait son plein. Next stop : …

Sixième arrêt : Comodoro Rivadavia… EPIC FAIL… mais pas tout à fait ! J’ai fait du stop pour partir de Puerto Piramides jusqu’à Comodoro Rivadavia avec un camionneur particulièrement bavard. Ce dernier m’a dit qu’il n’y avait RIEN A FAIRE à Comodoro et que ce n’était pas la peine que je m’y arrête, par contre, Puerto Deseado, juste à côté, ça valait la peine. Je l’ai donc écouté et, dès mon arrivée à Comodoro, j’ai pris le bus pour …

Septième arrêt : Puerto Deseado. arrivé là-bas, j’ai cherché le camping municipal à 2 h 30 du matin… Je l’ai trouvé, difficilement, à 3 h 45 du matin… J’ai visité la ville un peu, pas grand-chose à voir… Si vous voulez l’éviter, aucun problème.

Huitième arrêt : Rio Gallegos ! J’ai vu, dans le bus, via le guide du routard, que la ville n’avait rien pour elle (je commençais à en avoir marre des villes qui servent à rien) et que même eux conseillent de la sauter ! J’ai pas écouté et j’y suis resté… J’aurai dû les écouter… J’ai perdu une journée…

Neuvième arrêt : USHUAÏA !!!! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH, enfin !!! LE BOUT DU MONDE !!! Après un trajet en bus plus que compliqué : bus lent, chaud, petit et deux frontières traversées, j’étais enfin arrivé ! À la recherche du camping, j’étais fatigué... Il était pas à côté le salopiaud ! Arrivé là-bas, je me suis mis a côté de deux Espagnols qui n’aimaient pas du tout le camping, le réceptionniste les avaient envoyés sur les roses mais ils avaient déjà payé…

Le lendemain, je suis donc parti dans la forêt avec eux, en signe de soutien moral et on a campé là-bas, en attendant le beau temps. Après 3 jours dans la forêt, sous la pluie, la NEIGE (oui oui, je me suis réveillé sous la neige un jour !) je me suis dit qu’une douche n’était pas de refus. Je suis donc retourné au camping où j’ai rencontré 2 Belges qui voulaient, eux aussi, aller dans le parc national du bout du monde.

On a donc attendu le beau temps, puis on y est parti, même par mauvais temps, flemme d’attendre plus longtemps. On a passé 3 jours dans ce parc national. On aurait bien voulu y rester plus longtemps, surtout moi, mais on avait les pieds trempés suite à l’insertion de ces derniers dans 20 cm de boue, et le temps n’était pas génial, il faisait vraiment très froid. Mais j’avais atteint un objectif que je m’étais fixé durant mon périple : atteindre le bout de la route 3 ! Je l’ai fait de bout en bout. On est donc rentrés et je me suis séparé d'eux pour aller à...

Dixième arrêt : Puerto Natales au Chili. Là, c’était parti pour le trek de Torre del Paine. Il y en a plusieurs, j’ai fait le W par flemme. Le W, quand tu t’arrêtes là où il faut, ne fait "que" 81 km, j’en ai fait 91. Sur le trajet, encore plein de rencontres merveilleuses, dont une en particulier que j’ai revue tous les jours lors de cette jolie balade. Le dernier jour, j’étais arrivé mais pas elle, elle continuait… On allait à El Chalten par la suite, on s’est dit que l’on allait se rencontrer là-bas… Je suis donc rentré à Puerto Natales, je me suis reposé (après 91 km et 6 jours sur un matelas percé, t’es content de voir une douche et un joli matelas).

Onzième arrêt : El Chalten ! Petit trek de 3 jours ! À la fin du deuxième jour, qui ai-je revu au campement ? Cette jolie petite Américaine prénommée Caroline, avec son amie. On faisait le trek en sens inverse, alors on s’est donné rendez-vous en ville le jour d’après. Là, elle m’apprend que son amie doit rentrer aux USA et qu’elle va voyager seule, vers le nord du Chili… Tiens, moi aussi ! Après avoir raccompagné son amie à la gare routière, on a acheté nos billets pour…

Douzième arrêt : El Calafate ! On voulait visiter un peu la ville et les glaciers. Perito Moreno et les deux autres (j’ai oublié les noms), CHECK ! Dans le camping, on a rencontré deux Italiens qui, après cette ville, allaient eux aussi à…

Treizième arrêt : Puerto Natales ! « QUOI, tu y es retourné ??? » Oui, mais pour prendre le bateau ! LE NAVIMAG. Puerto Natales – Puerto Montt en 5 jours, sur un gros ferry, tout compris. Magique ! Après avoir fait les courses, on est montés a bord ! Une petite cabine de 4 personnes ! Un lit pour Caro, un pour moi et les deux autres ? NOS AMIS LES ITALIENS ! On ne l’a même pas demandé, mais on était dans la même cabine ! On a donc passé 5 jours paradisiaques, à voyager dans les fiords chiliens, à manger sans payer à la fin (c’était inclus, donc on a payé, mais c’est comme manger au resto sans payer !), ni faire à manger sur un réchaud à gaz ou à alcool, à jouer aux échecs sur un jeu géant sur le pont, à voir toutes sortes de plantes et d'animaux tout en s’abreuvant sur le pont du bateau par un temps tout simplement parfait. Sur le bateau, on a rencontré une Allemande qui, elle aussi, voulait aller à...

Quatorzième arrêt : Castro, Île de Chiloe, Chili ! De là, on a loué une voiture, à 5 pendant 3 jours, ça nous a coûté 20 € approx (essence incluse !) afin de visiter l’île… Le temps était avec nous, les grands espaces verts et les plages étaient là pour accueillir nos tentes et nous en mettre plein la vue lors de nos balades. Après 5 jours de bateau, l’envie de reprendre le sac, de dormir dans la tente, de sortir de là, se faisait bien sentir. 3 jours encore parfaits (ça commence à être pénible les journées parfaites !). C’est là, en rentrant à Castro pour rendre la voiture, que je me suis dit que voyager 6 mois et travailler 6 mois n’était juste pas possible… J’ai donc pris la décision, en mon âme et conscience, de voyager 12 MOIS ! Le boulot, on verra après.

Quinzième arrêt : Aguas Calientes : Chili ! On y est partis avec Caro et Myriam (l’Allemande) où l’on a campé, après une « petite marche » à côté de bains thermaux. Un peu de repos. En revenant en ville, on a mangé un bon repas bien mérité. Malheureusement, lors de ce repas, Caro s’est fait piquer son sac, incluant passeport, carte de crédit... TOUT ! On avait les billets pour aller à Bariloche, donc rentrer en Argentine, mais sans passeport pour elle, ce ne fut pas possible. Myriam y est donc allée et je suis resté avec Caro. Aucun problème, j’avais ma carte de crédit et pas besoin du passeport pour rester au Chili ! Donc, nous fûmes « bloqués » au Chili…. Quel "dommage"...

Seizième arrêt : Puerto Varas ! Jolie petite bourgade au milieu du Chili. Il y a surtout un joli trek à faire, celui de Cochamo. Après avoir attendu à la gare routière pendant un jour le bus (qui n’est jamais venu) pour Cochamo, nous y retournâmes le lendemain. Nous réussîmes enfin à l’avoir, YOUPI ! 2 heures debout, dans un bus surchargé, pour enfin attaquer le trek. Il est magnifique, un peu (beaucoup) boueux, mais paysages magnifiques, à couper le souffle ! Et voyager à deux, ça a son charme ! Après ce joli trek, Caro avait son bus pour les USA 1 semaine après, elle n’avait toujours pas de passeport… On est donc remontés assez rapidement à…

Dix-septième arrêt : Santiago ! On y est pas restés longtemps, les grandes villes, les musées… ce n’est pas mon truc. On y est restés assez longtemps pour qu’elle ait son passeport, pour visiter un peu et on est parti à…

Dix-huitième arrêt : Valparaiso et Viña del Mar. Elle y est resté un jour avant qu’elle ne reparte aux USA… snif snif… J’ai donc visité tranquillement les deux villes seul, magnifiques. Puis je suis parti tranquillement, direction l’Argentine. Maintenant qu’elle était partie, je pouvais y rentrer et dans le nord-chilien, à part le désert d’Atacama, il y a pas grand-chose.

Dix-neuvième arrêt : Puente del Inca. De retour en Argentine. Altitude, 3 000 m au-dessus du niveau de la mer. Joli campement pas cher à côté d’un hôtel, dans la cour, m’a permis de voir l’Aconcagua ! Pour le grimper, malheureusement, c’est trop cher, faut un permis, un guide... Cependant, c’est là que j’ai acheté mes billets … POUR…. LES USA !!! Lima > Salt Lake City début juin.

Vingtième arrêt : Mendoza ! Très jolie ville, bien jeune, bien festive ! 1 semaine à faire la fête et à « dormir » dans un vrai lit, à visiter les caves et à boire du vin !

Vingt-et-unième arrêt : San Luis. Aucun intérêt à part le WWOOFing ! On recommence

Vingt-deuxième arrêt : Cordoba ! Après encore 5 semaines dans la tente, 2 jours de repos s’imposaient ! Le problème c’est que je suis resté bloqué dans la ville à cause d’une grève des bus… rrrrrrrrrrrrrrrrrr… Après encore 2 jours d’attente, je me suis dit que j’allais partir en stop quand soudain, hop, la grève s'est arrêtée… Donc Cordoba, la ville… bon... les alentours sont plus jolis que la ville en elle-même ! S’il y a des habitants de Cordoba qui me lisent, mille excuses, mais la ville, de mon point de vue, est… bon… une ville !! 😉 Direction…

Vingt-troisième arrêt : Cafayate où j’ai pris un bus directement pour la Quebrada de las Conchas ! Le voyage fut magnifique. On passe juste devant les montagnes, un paysage à couper le souffle… Deux heures de bonheur. Arrivé dans l’hôtel (les personnes de l’hôtel viennent te chercher directement à la sortie du bus, même si tu n’as pas réservé. Vive les recruteurs !), la responsable m’a dit qu’elle avait une excursion pour aller voir la Quebrada de las Conchas ! Au lieu de le faire à vélo, de payer la location du vélo, le bus pour y aller avec le supplément pour le vélo, pour 20 AR$ de plus, j’avais le guide et la voiture ! Dans cette même voiture, une Américaine, et un couple française/argentin !

Le soir, encore un asado (je ne le dis pas toujours, mais celui-là était vraiment vraiment VRAIMENT délicieux !) Ce soir-là, j’ai continué à parler avec le couple qui avait envie d’aller a Salta ! Je me suis donc incrusté dans le bus avec eux !

Vingt-quatrième arrêt : Salta ! Idem, recruteur à la sortie du bus ! Là-bas, il nous indique qu’il a des excursions pour aller voir El tren de las nuves, là où il arrive et tout… Le prix n’était pas forcément très bon et on était 3. Pour le même prix, on a loué une voiture, pour 3 jours et on l’a rendue un peu plus haut en Argentine. En attendant, on a fait l’excursion avec notre voiture, on a vu l’arrivée du Tren de las nuves, San Salvador de Jujuy, Tilcara, Humahuaca, le désert de sel argentin, la réserve des flamants roses... Road trip inoubliable.

À ce moment-là, il me restait 4 semaines pour rejoindre Lima et pour prendre mon vol pour les USA. Il fallait donc que je traverse la Bolivie et le Pérou ! Tiens, eux aussi. Ça me dérangeait un peu de voyager avec eux sur une si longue période, non pas car ils n’étaient pas sympa, ils étaient absolument fantastiques, mais voyager avec un couple, ça gêne un peu. Et puis non, ils m’ont dit que leur couple battait un peu de l’aile, donc ma présence les « empêchait » de se prendre la tête… Ok, feu, on part pour la Bolivie.

Vingt-cinquième arrêt : Villazón ! Dernière ville argentine avant la Bolivie. On s’arrête donc là-bas, on traverse à pied pour arriver à Villazón, Bolivie ! De là, on prend un genre de taxi bolivien pour 5 € (ça coûte rien, la Bolivie) pendant plus de 2 heures pour aller à Tupiza. On a visité la ville, pas grand-chose à faire, à part se faire littéralement harceler par les recruteurs pour aller, avec eux au Salar de Uyuni… Ils étaient tellement aimables (ironie !) que l’on a refusé à chaque fois et nous y sommes allés par nos propres moyens !

Vingt-sixième arrêt : Uyuni et son salar ! Arrivée le soir, tant bien que mal car le bus Tupiza Uyuni est totalement horrible, si vous pouvez l’éviter, ÉVITEZ LE ! Visitez Potosi et revenez sur Uyuni par la suite ! Mais ça, on ne le savait pas… 8 h 30 dans un bus à 30 km/h, rempli à ras bord, très haute température, chemin de terre horrible… Cependant, bonne expérience ! Le lendemain, visite d’Uyuni et de son salar via une agence en ville. Pas d’autre choix, faut le 4x4 et le guide, sinon tu te perds. Mais bon, ça coûte pas cher, la Bolivie. Donc le Salar : check ! Etape suivante…

Vingt-septième arrêt : Potosi, ville charmante, très haute (plus de 4 000 m d’altitude), TRES TRES polluée, mais c’est joli ! Donc on a visité tranquillement avant un départ pour...

Vingt-huitième arrêt : Sucre ! Très jolie ville aussi. On a fait du tourisme, mangé dans des restaurants, ça coûte tellement rien que ça revient moins cher d’aller au resto que de cuisiner dans l’hôtel (quand ils ont des cuisines libres d’accès).

Vingt-neuvième arrêt : La Paz ! Le couple était un peu pressé et on voulait aller à Coroico. Donc La Paz, un jour… On a visité TRES vite, mais la ville est encore plus polluée que Potosi… Et on était confrontés à un problème de grève, il fallait que l’on parte le lendemain (un dimanche) où on allait rester bloqués là-bas pendant une semaine… Direction…

Trentième arrêt : Coroico ! Petite ville magnifique en pleine forêt amazonienne… Les randonnées sont magnifiques, ce n’est pas pollué (on a enfin pu respirer « normalement » si je puis dire !), bien plus bas niveau altitude que le reste du pays… Un petit paradis sur terre. On s’est bien baladés, on a mangé de bons fruits, bu d’excellents cafés locaux… La meilleure ville de Bolivie pour moi (j’ai pas tout vu, mais de ce que j’ai vu, c’était la meilleure !)

Trente-et-unième arrêt : La Paz. On y est retournés obligatoirement pour prendre directement un bus pour Copacabana et le Lac Titicaca ! On est arrivés là-bas à 17 h ! Là, contrairement aux recruteurs dits « normaux », ceux-là montent dans le bus avant ton arrivée en ville ! Après un blabla « normal », l'un d'entre eux nous annonce qu’il a un magnifique hôtel sur le front de mer, que normalement c’est 70 boliviens (7 €…) mais que, rien que pour nous (mon œil….) il nous le fait à 30 boliviens (3 € !!), chambre privée (pas de dortoir), eau chaude avec chauffage de l’eau au gaz (oui, car sinon, c’est un chauffe-eau électrique instantané branché juste au dessus de ta tête… Et ça ne marche pas top !), petit-dej inclus, toutes les chambres ont vue sur la mer… Le paradis quoi ! On s’y arrête et c’était vrai, c’était pas cher et tout ce qu’il a dit était vrai ! 3 € pour ça, BANCO !

On a ensuite fait nos touristes à voir le coucher de soleil sur le lac en louant un pédalo (l’heure nous a coûté 1 €…), puis resto, réservation du bateau pour la Isla del Sol pour le lendemain. On y est donc allés la journée et on est rentrés. Le soir même, moment tristesse, je me séparais d’eux… Il ne leur restait qu’une semaine pour aller au Machu Picchu avant de rentrer en bus dans la famille de Juan (l’Argentin) et de rentrer en Espagne (où ils habitent tous les deux). Ils sont donc partis et je suis resté dans cet hôtel, à 3 € la nuit, pendant 2 jours, pour me reposer.

Trente-deuxième arrêt : Cuzco, Pérou. Me voilà à Cuzco, dernière ville avant le Machu Picchu (que je me suis dit….) Arrivé là-bas, le recruteur m’emmène directement, via un taxi inclus dans le prix, à l’hôtel où je me chope ma première et pire sinusite de ma vie. Après être parti voir le médecin local et une semaine d’antibiotiques, je me sentais un peu mieux.

Mais je suis resté bloqué à Cuzco pendant une semaine, avec les 4 premiers jours au lit… C’était la première fois que ça m’arrivait durant tout le périple, alors ça allait... Puis j’ai réservé l’excursion pour le Machu Picchu, mais pas n’importe laquelle ! Un des meilleurs treks de ma vie : l'excursion via le Mont Salkantay ! 5 jours de trek, guide, cuisinier (oui, tu ne te fais même pas chier à faire à manger, tu pars avec le cuistot), ils te portent la tente, le sac de couchage et 5 kg de bagage perso. Bon, il t’en reste quand même, en 5 jours à dormir à 4 000 m d’altitude, tu veux des affaires chaudes et 5 kg, c’est pas lourd !

Le premier jour, départ à 2 800 m d’altitude dans un petit patelin (nom oublié…), puis marche toute la sainte journée pour arriver au campement à 17 h, à presque 4 000 m d’altitude… Le cuistot est déjà là, t’a préparé un thé pour te réchauffer car on a campé à côté d’un glacier… Magique ! Le lendemain, debout à 5 h du matin pour être en haut d’un mont, en face du Salkantay, à 10 h 30. Le col, à 4 630 m d’altitude ne fut pas facile, mais c’est faisable. Paysage magique, magnifique, à couper le souffle (littéralement).

On est redescendus pour atteindre le campement à 3 000 m d’altitude le soir. Le lendemain, petite marche juste le matin. L’après-midi (après 15 h), repos dans un bain thermal tout neuf jusqu’au soir. Le soir, feu de camp, musique, bière… J’en passe ! Le lendemain matin, tyrolienne énorme (la plus grande du Pérou) pendant 2 h avant d’atteindre un autre petit village où nous avons mangé.

Là, on a suivi les rails de chemin de fer pour atteindre Aguas Calientes dit aussi Machu Picchu Pueblo. On a mangé au resto et dormi dans un hôtel (ouuuuuuuuuh, le luxe ! Inclus dans le prix !) Le lendemain, debout 3 h 30, départ 4 h pour atteindre le pont du Machu Picchu 40 minutes après, 20 minutes d’attente, jusqu’à 5 h pour l’ouverture des portes, 1 h de grimpette car il y a 1 700 marches jusqu’au Machu Picchu !

Arrivés au Machu Picchu à 5 h 45, on était dans les premiers. On a donc vu le Machu Picchu avec personne dedans ! Incroyable. Puis visite guidée pendant 2 heures et la journée complète à faire ce que l’on veut dans cette merveille du monde ! Donc hop, grimpette a la montagne du Machu Picchu pour le voir d’en haut... Encore incroyable !!! On est finalement rentrés au village où l’on a pris un Pisco (ou deux, ou trois… je ne sais plus…) et pris le train pour rentrer a Cuzco. 2 jours de pause ont été nécessaires !

Trente-troisième arrêt : Nazca et ses lignes ! Dans le bus, j'ai fait la connaissance d’une Israélienne qui y allait aussi ! Par contre, elle était mieux préparée et avait déjà réservé son vol pour les voir d’en haut ! Ayant dormi dans le bus, les recruteurs du matin m’ont paru un peu « harceleurs ». Après un bon café et un petit-dej, je décide d’en écouter un… Après négociation sévère de ma part, il m’a baissé le prix de moitié. Et là, dans l’avion, qui vois-je ? L’Israélienne ! On a donc vu les lignes de Nazca d’en haut, puis fait une excursion sur les monuments Inca de la région, toujours à moitié prix, et on a pris un bus directement pour…

Trente-quatrième arrêt : Ica et Huacachina. Bon, Ica, on n’y est pas resté, à peine le temps d’une clope que les taxis te harcèlent pour t’y emmener pour 2 €… Donc direction Huacachina… OASIS PARADISIAQUE au milieu d’un désert de sable… C’est magique, magnifique ! Direction l’hôtel, car à ce prix-là, tu ne campes pas ! En prenant la chambre, la réceptionniste te dit que si tu prends l’excursion, à 10 € chez elle pour aller voir les dunes et faire du SandBoard, elle te fait l’hôtel a moitié prix…

C’est pas aussi bien que le surf sur de la neige, mais c’est à faire. J’y ai rencontré un couple de Français arrivés là il y a deux semaines… Ils avaient prévu de n’y rester que 3 jours, mais ils n’avaient plus envie de partir tant il fait bon vivre à Huacachina. Et c’est vrai, j’avais envie de visiter Lima, 1 jour ou plus, avant de prendre mon avion, mais j’ai sauté la capitale et je suis resté à Huacachina.

Trente-cinquième arrêt : Lima et son aéroport… Car oui, plus le temps de visiter la ville, en même temps, les capitales et moi… Direction l’aéroport où je me suis envolé pour Salt Lake City !!!!

Trente-sixième arrêt : Salt Lake City, USA. Là, m’attendait ma chère et tendre Caroline. On est donc resté a SLC pendant 1 jour, histoire que je me repose un peu de l’avion (22 h, 2 escales…. ) puis on est allés dans son petit village, nommé Driggs, Idaho, en face des Grand Tetons (c’est le nom des montagnes en face, bande de pervers !) On s’est reposés encore 2 jours, puis on est partis camper dans les parcs nationaux locaux. Magnifique, grandiose, propre pendant 4 jours ! Puis c’était le temps pour elle de retourner travailler (faut bien qu’il y en ait qui bossent). Enfin, elle bosse 8 jours non-stop en tant que botaniste (ex-ranger !) dans les parcs nationaux, donc elle campe pendant ces 8 jours, et elle a 8 jours de repos par la suite.

La suite ? Je ne sais pas… On va aller camper par-ci par-là, visiter d’autres parc nationaux, Las Vegas peut être… Qui sait ?

Ce que je sais, c’est que si je ne trouve pas du travail avant le 6 septembre, j’ai mon vol pour le Brésil, pour Rio de Janeiro (fin du visa de touriste pour les USA) donc je devrais partir pour prendre mon avion le 20 octobre de Buenos Aires pour rentrer en France, où m’attend mon travail (si ce n’est pas le dernier, ça en sera un autre, du boulot dans ma branche à Grenoble, il y en a !) De quoi sera fait l’avenir, qui le sait ? Pas moi en tout cas ! J’étais parti pour ne rester qu’en Argentine et ne voyager que pendant 6 mois et me voilà aux USA !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

L’équivalence des diplômes au Canada

[Interview]

Marie : emplois, rencontres et voyages pendant ses PVT

[Récit de voyageur]

[Récit de PVTiste] Conseils pour apprécier la vie à Montevideo (Uruguay)

[News]

Une année de césure pour son PVT : comment faire ?

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Yoann
529 211

vraiment sympa cette histoire. Bonne continuation 😉

{{likesData.comment_27509.likesCount}}
Annaïk
3.8K 1.9K

Merci pour ton récit et ces belles photos!

{{likesData.comment_27527.likesCount}}
Caroline
4.1K 3.2K

Merci pour nous avoir raconté tes aventures bien sympas !

{{likesData.comment_27717.likesCount}}

Super voyage, j’adore! Je pars bientôt pour un trip de ce genre, alors toutes ces informations sont bien utiles!!

{{likesData.comment_27871.likesCount}}

Superbe aventure qui donne vraiment envie de partir :). Bon vent !

{{likesData.comment_27992.likesCount}}

Super sympa ton trip ! Magnifiques photos et articles. MErci

{{likesData.comment_28036.likesCount}}

C’est top de pouvoir lire les aventures et le regard que tu as porté sur tes escales!

{{likesData.comment_29429.likesCount}}

Génial de pouvoir revivre avec toi les moments passés la bas :) Merci !

{{likesData.comment_48982.likesCount}}

hello ! merci pour ce partage d’expérience, je suis tombée sur ce blog par hasard et je l’ai lu d’une traite 😉 Après un mois passé au pérou et en bolivie , je suis rentrée en france mais je repars finalement la semaine prochaine au brésil à Rio pour descendre par l’argentine jusqu’a ushuaia et remonter par le chili , puis je finirai par la colombie d’ou est mon billet de retour 😉 J’ai 3 mois, donc surement moins de place pour l’improvisation ! Mais ça donne envie de voyager comme toi 😉 En tout cas je suis bien à l’arrache avant de partir là ! 😉

{{likesData.comment_66753.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre