PVT Australie : le gouvernement va t-il envisager des quotas ?

Date de publication : 07-05-2015

Auteur

Julie

Mise à jour de 2019 : depuis la rédaction de l’article ci-dessous, en 2015, l’idée d’imposer des quotas dans le cadre du PVT Australie n’a pas été remise sur le tapis. Aujourd’hui, les Français, les Belges et les Canadiens, entre autres, ne sont toujours pas soumis à des quotas et peuvent partir facilement en Australie avec un Working Holiday Visa.

Le Programme Vacances-Travail en Australie est sans aucun doute le PVT qui fonctionne le mieux ! Des dizaines de milliers de jeunes venus du monde entier s’envolent chaque année en Australie avec un Working Holiday Visa.

Si le pays impose des quotas à certains pays, ce n’est pas le cas pour tous. Les Français, les Belges et les Canadiens, entre autres, n’ont aucune limite de places ! Ceux qui souhaitent partir et qui sont éligibles au programme peuvent en bénéficier !

De ce fait, si on ne compte que les pvtistes en 1er Working Holiday Visa, on comptabilise entre 160 000 et 180 000 pvtistes par an en Australie ! Aujourd’hui, on compte également, en Australie :

  • Près de 170 000 travailleurs étrangers « sponsorisés » par une entreprise australienne,
  • Plus de 600 000 Néo-Zélandais qui bénéficient d’un visa spécial pour vivre et travailler sur le sol australien.

Pour beaucoup, ces quelque 900 000 étrangers ont une incidence sur le marché du travail australien et sont (au moins partiellement) une cause de l’augmentation du nombre de chômeurs.

M. Kearney, le président de l’Australian Council of Trade Unions (ACTU), qui regroupe 2,5 millions de membres d’organisations syndicales a une solution claire en tête. Il faut, a-t-il déclaré récemment, « que le Working Holiday Visa soit soumis à des quotas afin de permettre aux jeunes Australiens d’avoir plus de chance de trouver du travail ».

La chambre du commerce et d’industrie australienne (ACCI) n’a pas tardé à formuler une réponse. Jenny Lambert, la directrice de l’emploi, de l’enseignement et de la formation a expliqué que réduire le nombre de pvtistes en Australie aurait un impact négatif sur l’industrie du tourisme.

Elle précise que « les secteurs du tourisme et de l’agriculture dépendent de ces jeunes qui permettent de combler des postes saisonniers ». Elle ajoute enfin qu’imposer des quotas en Australie pourraient pénaliser les jeunes Australiens qui souhaitent bénéficier du PVT à l’étranger : imposer des quotas en Australie pourrait en effet mener à l’instauration de quotas dans les pays partenaires de l’Australie (l’Australie et le Canada, par exemple, n’imposent aucun quota aux ressortissants de l’un et l’autre pays, dans le cadre du PVT).

Quelques liens :

Vous le voyez, il n’y a rien de concret pour le moment. Il s’agit de débats qui mèneront, ou pas, à l’instauration de quotas. Malheureusement, le PVT est aujourd’hui au coeur de nombreux scandales qui n’arrangent rien !

Ces scandales concernent l’exploitation des pvtistes, sous-payés, impayés, voire pire…

Le ministère de l’Immigration australien vient d’annoncer que pour éviter les abus dans le cadre des réseaux de travail bénévole (WWOOFing, HelpX…), ce type de travail ne permettrait désormais plus aux pvtistes d’être éligibles à un second WHV, une nouvelle qui en déçoit et en frustre plus d’un ! Plus d’infos sur ce changement…

Pour en savoir plus sur les scandales qui font aujourd’hui beaucoup de bruit en Australie mais également hors des frontières, nous vous invitons à consulter notre articles Scandale en Australie : des pvtistes exploités.

Aucun commentaire

Articles recommandés