Une fiction/documentaire sur le PVT : Working Holiday Visa

Article publié le 18-01-2017.

Mise à jour de janvier 2017 : le film est désormais disponible gratuitement, sur Youtube !

----------

Working Holiday Visa projection PVTistes

Samedi 16 janvier 2016, de 14 h 30 à 17 h 30, nous vous invitons à participer à la projection de la fiction/documentaire "Working Holiday Visa" (présenté plus en détail dans la suite de cet article) à la Cité des Métiers de Paris. La projection (1 h 28) sera suivie d'un débat et d'une session de questions/réponses sur le PVT en général et plus précisément en Nouvelle-Zélande. Les anciens PVTistes en Nouvelle-Zélande sont les bienvenus, ils pourront réagir sur le film et faire part de leur expérience personnelle.

L'ambassade de Nouvelle-Zélande nous fera le plaisir d'être présente à cet événement pour répondre à vos questions.

Elodie est française, Antoine est belge et ensemble, ils sont partis en Nouvelle-Zélande dans le cadre du Programme Vacances-Travail. En 2015, ils ont réussi à regrouper des talents de différentes nationalités qui étaient tous de passage en Nouvelle-Zélande et cette équipe internationale a donné lieu à un film intitulé Working Holiday Visa. Ce projet se situe à mi-chemin entre un documentaire et un film dans lequel on peut suivre Steffen, PVTiste allemand, dans ses voyages, ses rencontres et ses expériences (notamment professionnelles) bonnes ou mauvaises.

Nous avons posé quelques questions aux réalisateurs du film, Elodie et Antoine, pour en savoir plus sur leur expérience personnelle et sur leur film !

Quand avez-vous fait votre PVT et quelles étaient vos motivations ? 

Nous sommes parti le 4 septembre 2013 avec l’idée en tête de ne rien prévoir et de tenter de se laisser porter par les évènements sur place. Nous ne voulions pas que nos idées sur ce pays inconnu - ici -, nous influencent trop - là-bas -. Avec un an comme perspective, cela nous laissait du temps pour réfléchir. La seule chose que nous avions organisée c’était de ne plus avoir ni attaches professionnelles, ni parachutes. Antoine avait quitté son CDI plutôt que de prendre un congé sabbatique. De mon côté, en tant qu’indépendante, j’avais dit un au revoir à tous mes contacts sachant que dans le milieu de l’audiovisuel nous pouvons être facilement remplacés. Nous avions rendu notre location parisienne et vendu tous nos biens.

L’idée de faire un film est vraiment née sur les routes de la Nouvelle-Zélande.

Si vous deviez résumer en quelques lignes votre expérience, que diriez-vous ?

Le PVT, pour nous, ça a été un parcours initiatique nous renvoyant à nos propres peurs, nos faiblesses, à ce que nous sommes et ce que nous souhaitons faire de nos vies. Perdus à l’autre bout du monde, nous nous sommes retrouvés. C’est un défi assez fort, mais nous avons adoré ça.

Quel a été votre (ou vos) meilleur(s) souvenirs ?

Définitivement, les rencontres. Voyager c’est rencontrer mille paysages humains qui vous donnent la possibilité de revoir, de comprendre, de mieux percevoir certaines réalités qui se trouvent sous nos yeux mais que nous ne comprenons pas toujours, qui nous échappent parfois. Ca apprend à être plus ouvert et tolérant. C’est très apaisant de démonter les idées reçues.

Et le moins bon ? 

Le moins bon souvenir c’est celui qui nous rappelle - lorsque l’on tombe sur des employeurs malhonnêtes, des auberges intéressées - que lorsque l’Homme a trop de pouvoir, il risque souvent d’en abuser. Les arnaqueurs dont on fait état dans le film profitent de leur pouvoir face à des populations vulnérables parce qu'étrangères, parce que dans le besoin de trouver un travail, parce que jeunes, parce qu'ignorantes, etc. Il y a tellement de raisons de jouer de la différence pour rendre inéquitable les rapports humains. C’est un peu triste, ce sont nos moins bons souvenirs mais nous (occidentaux) ne sommes pas les plus à plaindre et puis avec ce film, on a le sentiment de rééquilibrer un petit peu la balance.

Comment ça s'est passé pour vous niveau boulot ?

Question cruciale. Ça a été difficile en fait. Nous avons eu des difficultés à trouver tout type de travail. Nous avons au début pas mal voyager et fait du wwoofing du fait des jobs qui n’arrivaient pas. Après 3 mois sans travail, les premières expériences n’ont pas été très heureuses. C’est très proche de ce que notre personnage principal va vivre dans le film, qui, à cette occasion, était filmé en caméra-caché. A la fin, nous avons compris que si nous voulions nous en sortir il fallait aller frapper aux portes, provoquer le travail, être tenace.

Ce qui a été intéressant c’est qu’à un moment donné nous avons eu un contrat avec un hôtel de luxe qui cherchait un couple pour 5 mois. C’était une bonne perspective pour nous. Nous étions curieux de l’expérience. Mais nous n’avons pas été pris car nous avons découvert qu’en Nouvelle-Zélande, avec un PVT, nous ne pouvons pas contracter un contrat de plus de 3 mois. Ce qui veut dire que nous sommes cantonnés à certains type de travail. Pour cet hôtel c’était trop risqué de nous prendre. Avec un réel regret, ils ne nous ont pas engagés. (Note de PVTistes.net : malheureusement, il s'agit d'une erreur que pas mal d'employeurs néo-zélandais semblent faire. Les Français, les Belges et les Canadiens ne sont pas concernés par cette limite de temps. Plus d'infos...).

Parlez-nous de votre film !

Working Holiday Visa est une fiction-documentaire de 87 minutes. C’est une histoire largement inspirée de faits réels qui va jusqu’à montrer des images de caméra cachée de la vie de Steffen, en PVT.

Nous sommes entre deux genres. Nous souhaitions ces deux approches. L’une pour la réalité de certains faits qui ne nécessitent aucun artifice.

L’autre parce qu’en terme d’émotions et de ressentis nous voulions insister sur certains points que la fiction nous a permis de sublimer.

Par ailleurs, Steffen est un voyageur qui rêvait d’être acteur et que nous avons rencontré sur la route, dans un camping sauvage un soir de novembre. Après avoir fait le constat de certaines situations, et comme il n’y a pas de film encore sur le working Holiday visa, étant journaliste et réalisateurs, nous avons décidé de faire un film de cette expérience.

Le pitch de l’histoire est le suivant :

Steffen voyage en Nouvelle-Zélande pour quelques mois avec un working holiday visa. Mais suite à un évènement inattendu, il abandonne son van et s'enfuit tout nu dans la nature. En questionnement sur le sens que prenait sa vie, avec ce trip initiatique, il découvre une vie faite de peu et de rencontres. Ce voyage va le transformer.

Quand et comment les PVTistes vont pouvoir le visionner ?

Les PVTistes peuvent voir le film Working Holiday Visa sur notre site officiel : http://workingholidayvisafilm.com/.
Il sera disponible en HD et en VOD à partir de novembre 2015 au prix de 2 euros. Le film est en anglais avec 3 versions sous-titrées : français, allemand et anglais.

Quel est le message de votre film ?

D'oser. Oser partir, oser tenter l’aventure, oser rencontrer l’inconnu, ne pas se laisser influencer pas ses peurs. Mais aussi oser ne pas se laisser faire lorsque des backpackers ou des employeurs essaient de vous exploiter. Oser porter plainte si on se fait escroquer sinon les problèmes ne disparaîtront pas tout seuls. Oser exister.

Sur quoi vous voulez attirer l'attention des gens ? 

A nouveau sur le fait que les peurs ne sont jamais de bons conseils et que quelque part nous sommes tous responsables à un certain niveau de nos vies et de ce qui nous entoure.

Vous souhaitez toucher principalement des PVTistes ou bien d'autres personnes également ? 

Je pense que le film apporte un éclairage sur l’aventure en PVT mais les thématiques abordées sont plus universelles que le simple fait de voyager. La quête de l’homme en tous temps, de tous lieux n’est elle pas d’être heureux, de travailler à un avenir meilleur ? Cette notion a été notre guide, notre fil conducteur.

Quels sont vos projets aujourd'hui ?

Trouver des partenaires qui sont intéressés par notre film pour le montrer. Trouver des distributeurs pour la télévision. Et faire quelques projections, y assister et répondre aux questions du public.

Enfin, refaire un film ! Affiner notre technique et prendre un maximum de plaisir à ce que l’on fait.

Notre avis

Pour avoir nous même effectué un ou plusieurs PVT, nous avons trouvé ce film très réaliste, entre belles rencontres et galères, questionnements et remises en question... Bravo à l'équipe du film qui a su mettre en avant tout ce que le PVT peut apporter sans pour autant laisser de coté certaines réalités décevantes : les arnaques et les abus, notamment en terme d'emploi.

Mise à jour novembre 2015 : le film est désormais disponible sur Vimeo au prix de 2 euros, ne faites pas l'impasse ! Vous en apprendrez plus sur le PVT, vous vous préparez sans doute un plus encore à votre future expérience et en bonus, vous soutiendrez le projet d'une équipe de passionnés !

Crédits photos ©Miléna Grillon

AUTEUR : Julie alias Lilou

32 ans
Paris, France

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Intéressant :) perso je le regarde dès qu’il est disponible sur le net :)

Le prix d’un café pour une mare d’information, je valide !

Exactement ! :)

Rien que les réponses donnent envie de voir le film, et le teaser ne fait que renforcer cette envie!!

Superbe film ! L’avant-première à Bruxelles était géniale !

Super, merci pour ton retour :)

Je pars en NZ l’année prochaine et je tombe comme « par hasard » sur ce film :) c’est un signe :)

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App