Le parlache, le vocabulaire utilisé à Medellín, Antioquia (Colombie)

Article publié le 13-04-2018.

Le "parlache" de Antioquia, Medellín et leurs origines

Aguamasa : se dit d’un plat très mauvais « que aguamasa tan maluca ! ». L’aguamasa est la nourriture pour les cochons.

Aguapanela : eau avec panela (jus de la canne à sucre). Vous devez goûter !

Aguevado : une personne bête. « Parce, vos sos muy aguevado ».

Alzado(a) / asado(a) : une personne très irrespectueuse, qui cherche les problèmes.

Ave Maria ! : exclamation de surprise.

Amañarse : se plaire => « ¿estas amañado en Medellín? » : ça te plaît Medellín ?

Baboso(a) : se dit d’une personne qui n’a pas de parole, qui n’accomplit jamais ce qu’elle dit.

Bacano : cool, agréable. Fait, objet, sujet ou situation exceptionnelle ou plaisante.

Berraco : courageux : « Este man es un berraco ».

Bonche : une bagarre.

Burundanga : escopolamine, drogue dangereuse utilisé pour voler quelqu’un.

Cachón : se dit de quelqu’un qui dépense beaucoup d’argent pour draguer.

Caerle : draguer : « ¡Voy a caerle a esa vieja! ».

Cansón : insupportable.

Charro : drôle. « ¡Muy charro, que caja! » : trop drôle.

Chevere : sympa, cool. Quelque chose de gentil, spécial. Qu'il s'agisse de personnes, d'objets ou d'actions.

Chichipato(a) : radin.

Chicanero(a) : un vantard.

Chimba : super, vraiment bien, génial. Medellín est "una chimba". Sa signification réelle fait allusion au vagin, mais en général, il se réfère à quelque chose d'extrêmement bon. Rechimba : encore mieux que chimba. Alors que « Ni chimba » veut dire tout l’inverse…

Chochal : une discothèque de mauvaise réputation, bon marché, voire un bordel.

Cochino(a) : sale.

Estar muy enculebrada : avoir des doutes.

Escorria : une racaille (à dire à de très bons amis ou à quelqu’un que l’on déteste vraiment - attention aux conséquences !).

Farra : la fête.

Filó : faim. « Que filó parce, vamos a meloniar algo » : j’ai un faim de loup, on va manger un truc.

Gonorrea : se dit de quelque chose de désagréable, mal, pas drôle. C'est le nom d'une maladie vénérienne et c'est utilisé pour catégoriser quelque chose comme mauvais, désagréable. Ça peut être utilisé comme une insulte.

Gringo(a) : les Nord-Américains, Européens… on n’est pas tous d’accord sur la traduction, mais toi qui viens en PVT en Colombie, tu es un gringo ici.

Guaro : shot d’aguardiente, l’alcool d’Antioquia par référence ! Une liqueur faite avec de l’extrait de sucre de canne, au goût d’anis. Attention, se boit sans eau ni glaçon. Bon courage pour la gueule de bois ! Un trago / chorro est un shot de n’importe quel  alcool.

Guayabo : gueule de bois. « Tengo un guayabo el hijo de puta ».

Güevón : idiot (amical).

Intenso(a) : se dit d’une personne extrême en amitié, amour ou dans le travail.

Lambón : un lèche-cul.

Marica : un partenaire ou un ami. À l'origine, il était utilisé comme une insulte dirigée contre quelqu'un qui aimait une autre personne du même sexe, mais le mot est resté dans le vocabulaire de l'usage quotidien.

Maluco : mal, mauvais.

Mañé : pour exprimer le mauvais goût d'une autre personne.«¡Qué vieja tan mañé ! »

Motilar : (à utiliser à la barberia) raser, couper les cheveux. « ¿Me puedes motilar por favor ? ».

Nea : similaire à parce (un pote). Littéralement, c’est une personne mal éduquée.

Ojalá : « j'espère », s’utilise énormément, « Ojalá, si dios quiere ».

Parce / Parcero, Parcera : un(e) pote.

Parche : lieu de rencontre ou action de rencontre avec des amis. « ¡Parchemos esta noche! ».

Que pena : « Que pena con tigo » : quel dommage, désolé. C’est une expression bien trop souvent utilisée ici, énervante, qui devient mensongère à force de l’entendre.

Pecueca : mauvaise odeur de pieds. « ¡Que pecueca tienes! ».

Estar Pelado : ne plus avoir d’argent.

Perra : une fille facile, une prostituée.

Perico : café avec du lait. Si vous utilisez ce mot à Bogotá, il s’agit d’œufs brouillés.

Pispa : une jolie fille.

Una pola : une bière. Le terme a été inventé en 1911, par un label édition spéciale en l'honneur de l'héroïne de l'indépendance, "Policarpa Salavarrieta".

Prendido : pompette. "Estoy muy prendido" (medio boracho).

Sizas : « oui » d’une manière "nea", « wesh » en français.

Tinto : un café bien colombien, que nous, Français, on assimilerait à un jus de chaussette.

Tombo : la police. « Allí vienen los tombos ».

Que vuelta / Que pesar : quelle peine. « Que vuelta, este man se cayó de la moto ».

Zarco : une personne aux yeux bleus. « Yo soy zarca ».

Vous pouvez suivre Clémence sur Instagram  et son ami David Zuluaga, un pur "paisa" (qui l'a aidée à rédiger cette liste de vocabulaire !) sur Instagram également.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront d'avoir accès à des services de qualité, sélectionnés par nos soins, et de bénéficier de réductions ou d'avantages exclusifs.

Évaluation de l'article

Afin de nous aider à améliorer les différents articles de PVTistes.net, votre avis est important pour notre équipe.

Articles recommandés

Lord_Coconut

Vidéo : un road trip d'un mois sur la côte est australienne

Lilou

Bonne année 2017 !

Sacamain

Récit - Travailler en auberge de jeunesse en Nouvelle-Zélande

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
#1176009

Merci ma belle, et merci à David aussi !! des bisous à vous 2.

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App