1. #1
    Avatar de JonathanB15
    Jonathan

    Messages
    3
    Likes reçus
    1
    Bonjour,
    je voudrais avoir votre avis par rapport à notre situation pourrait toucher plusieurs autres personnes.

    Mon conjoint et moi vivons et travaillons au Canada (Montéral, QC) depuis 2020.
    Je bénéficie d'un permis fermé avec mon employeur et lui était PVTiste jusqu'à Janvier.
    En décembre dernier, par anticipation, il a effectué une demande de permis ouvert rattachée au mien en tant que conjoint de fait.
    Aujourd'hui il n'a eu encore eu aucune réponse de la part d'immigration Canada.
    Or, et c'est là le problème, je dois dans les jours à venir effectuer une demande de prolongation de mon permis fermé pour 2 années supplémentaires car mon permis fermé actuel expire le mois prochain.

    Que doit-il faire ?
    - Attendre/espérer que sa demande aboutisse même si elle est basée sur mon permis actuel qui expire très bientôt et sa demande ne sera donc plus valide ?
    - Annuler sa demande précédente et en refaire une en même temps que moi ?
    - Attendre que la mienne soit acceptée pour en refaire une basée sur mon nouveau permis ?

    Il est en statut implicite depuis Janvier et nous ne pouvons pour cela pas quitter le Canada, ce qui crée une situation un peu délicate.
    Vos réponses seront fortement appréciées!
    Merci beaucoup par avance,
    Jonathan.

  2. #2

    Messages
    11 585
    Likes reçus
    3 986
    Bonjour,

    Il faut simplement attendre la réponse de IRCC pour ton conjoint. Pour le moment, ton permis de travail actuel est encore valide et s’il s’agit bien d’un poste qualifié (j’imagine que c’est le cas), ton conjoint de fait est bien éligible au PTO s’il a bien transmis les preuves de cohabitation (1 an), etc.

    Rien ne t’empêche dans ton cas de faire la demande de prolongation de ton propre permis, ce sera le même employeur/poste j’imagine. IRCC a accès à tous les dossiers des postulants et ils sont capables de vérifier/croiser toutes les données, il n’y a pas besoin pour ton conjoint d’annuler/refaire sa demande de PTO, ça ne sert à rien.

    Pour le statut conservé (autrefois appelé « implicite »), effectivement il le perd au moment qu’il quitte le Canada. Il n’est jamais interdit de quitter le pays. Cela implique qu’à son retour au Canada, l’agent des services frontaliers devra évaluer son admission au Canada. Si la demande de PTO est toujours en cours, il pourra admettre ton conjoint à titre de visiteur seulement (il ne pourra pas travailler jusqu’à l’obtention de son PTO émis par le bureau IRCC de Edmonton).

  3. #3
    Avatar de JonathanB15
    Jonathan

    Messages
    3
    Likes reçus
    1
    Message de larousse
    Bonjour,

    Il faut simplement attendre la réponse de IRCC pour ton conjoint. Pour le moment, ton permis de travail actuel est encore valide et s’il s’agit bien d’un poste qualifié (j’imagine que c’est le cas), ton conjoint de fait est bien éligible au PTO s’il a bien transmis les preuves de cohabitation (1 an), etc.

    Rien ne t’empêche dans ton cas de faire la demande de prolongation de ton propre permis, ce sera le même employeur/poste j’imagine. IRCC a accès à tous les dossiers des postulants et ils sont capables de vérifier/croiser toutes les données, il n’y a pas besoin pour ton conjoint d’annuler/refaire sa demande de PTO, ça ne sert à rien.

    Pour le statut conservé (autrefois appelé « implicite »), effectivement il le perd au moment qu’il quitte le Canada. Il n’est jamais interdit de quitter le pays. Cela implique qu’à son retour au Canada, l’agent des services frontaliers devra évaluer son admission au Canada. Si la demande de PTO est toujours en cours, il pourra admettre ton conjoint à titre de visiteur seulement (il ne pourra pas travailler jusqu’à l’obtention de son PTO émis par le bureau IRCC de Edmonton).
    Bonjour,
    merci infiniment pour ta réponse, plus que rassurante.
    Je vais donc aller de l'avant pour ma demande de prolongation et nous allons espérer qu'immigration Canada fasse le croisement des dossiers pour mon conjoint, comme tu l'indiques.
    Bon dimanche,
    Jonathan