Page 1 sur 4 123 ...
  1. #1
    Avatar de Ben1133 PVTiste
    Benjamin 35 ans

    Location
    Weymouth, Nova Scotia
    Messages
    38
    Bonjour à tous,

    Je me permets d'ouvrir cette discussion pour vous faire partager mes pensées et autres interrogations. Je sais qu'au final, il me faudra suivre mon instinct, mon coeur, comme toujours, mais ça fait toujours du bien de lire des avis, des expériences, et écrire permet souvent d'y voir plus clair.

    Je vais avoir 35 ans et viens d'obtenir mon PVT. Ayant échoué par le passé, ayant également eu des possibilités d'emploi dans ma branche il y a quelques années (mais sans possibilité d'obtenir un visa), je suis vraiment heureux et me dit que les choses n'arrivant pas par hasard, c'est que ce n'était pas le moment les années précédentes tout simplement

    En France, je suis heureux, vis à la campagne, près de ma famille, ai un bon groupe d'amis, un chat et un chien adorables :P, un boulot que j'aime, en CDI, avec un salaire correct. Mais voilà, il faut que je parte, c'est tout Ayant pas mal voyagé à travers le monde, pour le boulot ou en road trip, j'hésite maintenant sur la direction à donner à mon PVT.

    Essayer de travailler dans ma branche (coach de basket), m'installer à un endroit, créer des nouveaux liens et encore progresser dans mon boulot, voir comment ça se passe là-bas, et voir où cela me mène après le PVT. En sachant qu'il me faudra bien deux ans pour pouvoir vraiment faire mes preuves et me faire une idée.

    OU... ce que j'ai toujours aimé, bouger... passer un peu de temps par ci, un peu plus par là, carrément moins là-bas, faire du volontariat, travailler dehors, faire plein de choses différentes, voir du pays et surtout rencontrer plein de gens d'horizons différents. Surtout que j'ai assez d'économies pour ne pas rester en rade.

    Etant donné que c'est ma dernière possibilité de PVT (et oui après je deviens grand, snif ) je suis tiraillé (légèrement hein c'est quand même le top d'avoir un tel choix ) sur ces deux possibilités qui s'offrent à moi.

    Voilà, si quelqu'un a déjà hésité comme moi sur son PVT, a été un peu dans cette situation (notamment avec l'âge et le fait d'être bien installé dans une profession ici en France), ou tout simplement si vous voulez me faire le plaisir de partager votre expérience avec moi (nous), vous m'en verrez ravi

    Très belle journée à tous


  2. Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

    Récit de PVTiste : Aurélien a eu un accident et il a dû aller à l’hôpital en Nouvelle-Zélande. Voici son témoignage...
  3. #2
    Avatar de Mat Admin
    Mat est déconnecté
    Mat
    Mathieu 36 ans

    Location
    Toronto, ON, Canada
    Messages
    21 207
    Salut Benjamin,

    Je te dirai de foncer, cette opportunité ne se représentera pas et crois-moi tu le regretteras si tu me pars pas
    le PVT change la vie de milliers de personnes chaque année... cette expérience t'apportera énormément et en plus dans ton domaine, tu devrais pas avoir du mal à trouver du boulot si tu choisis Toronto pour ses Raptors ;-)


  4. #3
    Avatar de Lilou Admin
    Julie 33 ans

    Location
    Paris, France
    Messages
    12 074
    Citation Message de Ben1133 Voir le message
    Essayer de travailler dans ma branche (coach de basket), m'installer à un endroit, créer des nouveaux liens et encore progresser dans mon boulot, voir comment ça se passe là-bas, et voir où cela me mène après le PVT. En sachant qu'il me faudra bien deux ans pour pouvoir vraiment faire mes preuves et me faire une idée.

    OU... ce que j'ai toujours aimé, bouger... passer un peu de temps par ci, un peu plus par là, carrément moins là-bas, faire du volontariat, travailler dehors, faire plein de choses différentes, voir du pays et surtout rencontrer plein de gens d'horizons différents. Surtout que j'ai assez d'économies pour ne pas rester en rade.
    Aie, c'est pas facile comme question. Je pourrai te dire d'aviser, de voir ce qui se passe sur place. Si quand tu arrives tu as une opportunité pro incroyable, saisis-la, et si elle n'arrive pas, pars vivre ce qui, de toute évidence, te donne envie.

    Quand tu rêvais du PVT Canada, tu rêvais à quoi ?
    Souvent je dis aux PVTistes qu'avec un PVT de 2 ans maintenant, vous pouvez vivre un peu ce que vous voulez.

    A ta place, comme on a vite fait de s'installer à moyen ou long terme quelque part dès qu'on trouve un emploi et qu'on se fait des mais, je partirais dès le début vivre autre chose, l'esprit léger, sans contrainte d'aucune sorte, quitte à me fixer une limite, par exemple 5 mois (mais ce n'est pas obligatoire), d'autant que tu as les sous pour, ce qui est cool

    Comme ça si après je me pose quelque part, ce sera en tout sérénité, parce que j'aurais vécu ce que j'avais besoin de vivre (en écrivant cette phrase, je me retrouve dans le même état d'esprit que celui que j'avais en écrivant ça : Souffler mes 31 bougies sans regret - PVTistes.net).

    Bonnes réflexions


  5. #4
    Avatar de ClotildeC PVTiste
    Clotilde 31 ans

    Location
    Aix-en-Provence, France
    Messages
    41
    Hello Ben !
    Comme toi, j'hésites un peu !

    Pour ma part, je suis contente de partir...mais... Parce que oui, il y a un "mais" ! Quand j'ai fais ma demande, j'avais un réel besoin de changement. J'avais plaqué une partie de ma vie et je voulais bouger, voir autre chose, découvrir le Canada et avoir une expérience internationale comme j'en avais toujours rêvé. Je n'y croyais pas et pourtant j'ai eu le PVT en mai ! Passer la surprise et l'euphorie, il y a aussi du stress et des interrogations.
    Je quitte un taf que j'adore et que j'ai mis 3 ans à décrocher (beaucoup de chômage, de ptits boulots), ainsi que des collègues géniaux ! Mais c'est aussi que je vais avoir 30 ans d'ici 1 mois, et que je n'ai pas envie de revenir et de galérer à nouveau, avec 2 ans de plus ! Pour certains c'est bête mais non, je n'ai plus 22 ans, je dois sérieusement penser aussi à mon avenir professionnel ! Face à tes 35 ans tu trouveras ça peut-être ridicule mais c'est un point qui me taraude !
    Je suis donc hyper partagée entre profiter, voyager, mais aussi bosser dans ma branche (l'événementiel) et continuer de me former (je n'ai que 3 ans d'expérience au final).
    J'essaye donc d'imaginer les deux : me former et continuer dans ma branche, mais sans rentrer forcément dans une boite où je suis "bloquée" en mode métro-boulot-dodo comme ici (sans le métro pour moi y en a pas chez moi^^). Et parfois, partir dans des petits roadtrip de quelques semaines. Selon les envies, les possibilités, les gens motivés !
    Hors de question de passer mon séjour dans des ptits boulots, j'ai déjà donné et ça ne m'intéresse pas.
    Mais bon, bien évidemment, tout dépendra de sur place, difficile de prévoir

    Bref, je ne t'aide absolument pas dans ton choix^^ mais c'est intéressant de trouver quelqu'un de la même tranche d'âge, qui hésites aussi, même si ce n'est pas tout à fait pour les mêmes raisons !

    Le top pour moi, serait de faire bénévole (ou d'avoir des contrats cours) pour les festivals ou autre événements, et à côté un job alimentaire. Ca me laisse de la liberté tout en étant utile et intéressant.

    Advienne que pourra ! je verrai bien une fois là-bas les possibilités


  6. #5
    Avatar de ClotildeC PVTiste
    Clotilde 31 ans

    Location
    Aix-en-Provence, France
    Messages
    41
    PS : je ne sais pas pourquoi mais ça ne prend pas en compte mes e avec accent... désolée pour l'effet lecture

  7. #6
    Avatar de Ben1133 PVTiste
    Benjamin 35 ans

    Location
    Weymouth, Nova Scotia
    Messages
    38
    Merci à tous pour vos retours

    Par contre il y a un malentendu, je n'hésite pas à partir, loin de là, je pars c'est sûr.

    J'hésite juste sur la direction à donner à mon PVT, à savoir continuer à travailler dans ma branche (et pour le coup le Canada pour le basket c'est pas n'importe quoi, notamment le côté universitaire)

    OU partir sur les routes, faire du volontariat à droite à gauche, visiter.

    En tout cas oui Mat je suis d'accord avec toi, je vais partir et j'ai bien l'intention d'en profiter (et un détour par Toronto et ses Raptors est bien entendu incontournable "We the North" ).

    Lilou, je t'avoue que je suis un peu baroudeur dans l'âme et que ce que j'aime le plus ce sont les grands espaces, la nature, principalement les montagnes et les forêts, vivre de choses simples, donc ce qui m'a toujours attiré au Canada c'est bien entendu cela, ainsi que découvrir la vie des gens sur place, une autre culture. Je l'ai fait par le passé sur de plus courtes périodes dans d'autres pays et franchement c'était le bonheur.

    Pour l'instant, mon coeur me dit de partir sur les routes, de faire un peu de woofing ou autre à droite à gauche et voir où cela me mènera, tout en gardant en tête le basket car ce serait dommage d'être là-bas et de totalement le mettre de côté.

    Clothilde je comprends tout à fait ce que tu veux dire et je te souhaite de trouver ce que tu cherches, je pense qu'à Montréal ou à Québec tu auras des possibilités de t'investir au niveau culturel ou artistique, je te le souhaite en tout cas

  8. Mat

  9. #7

    Messages
    265
    Moi j'avais compris "ton dilemme" ! hahaha

    Je partage l'opinion de Lilou. Si t'as les moyens financiers, prends-toi 6 mois pr voyager, voir ce que tu as à voir... Et regarde qd même de tps en tps, les offres de ton domaine ( perso je savais même pas que le basket était développé ici, je suis plutôt foot !! lol)... En postulant, tu perds pas de temps !

  10. #8
    Avatar de MagO2
    Magali 35 ans

    Location
    Montpellier, France
    Messages
    1
    eh bien voila! tu as trouvé la réponse : écoute ton coeur!
    pour ma part, je pense que tu auras beau échanger avec les expériences de chacun (ce qui n'est vraiment pas une mauvaise chose en soi! le partage, c'est chouette), tant que tu n'aura pas vécu cette expérience et que tu ne seras pas sur place, tu ne sauras pas! tu as 2 ans, c'est une chance énorme que nous avons d'avoir obtenu le PVT ET comme tu le dit si bien, tu n'en n'aura pas une seconde ;-)
    sur place, commence par aller dans une auberge de jeunesse (c 'est ce que je compte faire) et fait des rencontres...peut être que les échanges que tu auras avec les personnes que tu rencontreras, t'inspireront.
    pour ma part, je pars en fin Avril, j'ai bientôt 34 ans, jamais pris l'avion (et non!) et j'ai hate de partir!!
    au plaisir d'échanger avec toi ou avec les autres membres d'ailleurs ;-))))
    magali


  11. #9
    Avatar de JulietteP2
    Juliette 28 ans

    Location
    Toulouse, France
    Messages
    1
    Citation Message de MagO2 Voir le message
    eh bien voila! tu as trouvé la réponse : écoute ton coeur!
    pour ma part, je pense que tu auras beau échanger avec les expériences de chacun (ce qui n'est vraiment pas une mauvaise chose en soi! le partage, c'est chouette), tant que tu n'aura pas vécu cette expérience et que tu ne seras pas sur place, tu ne sauras pas! tu as 2 ans, c'est une chance énorme que nous avons d'avoir obtenu le PVT ET comme tu le dit si bien, tu n'en n'aura pas une seconde ;-)
    sur place, commence par aller dans une auberge de jeunesse (c 'est ce que je compte faire) et fait des rencontres...peut être que les échanges que tu auras avec les personnes que tu rencontreras, t'inspireront.
    pour ma part, je pars en fin Avril, j'ai bientôt 34 ans, jamais pris l'avion (et non!) et j'ai hate de partir!!
    au plaisir d'échanger avec toi ou avec les autres membres d'ailleurs ;-))))
    magali
    Salut Ben !
    Pour ma part je pense que tu devrais saisir cette opportunité pour faire des choses que tu ne pourrais pas faire en France. À ta place j'irais faire du volontariat dans des endroits fous, je visiterais sans entraves les paysages somptueux du canada, et je n'aurais surtout pas de plan défini... Surtout si tu as un capital qui te le permets. En définitive, même si ce serait bien plus difficile, tu pourrais toujours tenter de trouver un emploi au Canada sans visa, et demander un visa une fois le contrat en poche, non ? Ou alors tu pourrais postuler comme l'ont suggéré certains, puisque ça ne coûte rien, mais sans te priver de l'allégresse que procure le voyage et la liberté de mouvement totale !
    En tout cas, si tu commences par te poser dans une ville dès le départ, il y a de bonnes chances pour que tu y restes à mon avis
    Bon, je m'enflamme un peu, mais c'est parce que je suis confrontée au même choix et je me dis que si j'atteris dans un endroit qui me plaît, rien ne m'empêchera d'y rester et de chercher du boulot là bas de toute façon.
    Bonne route quoi qu'il en soit !


  12. #10
    Avatar de Maryline67 PVTiste
    Maryline 29 ans

    Location
    Strasbourg, France
    Messages
    23
    Je suis d'accord avec les avis précédents : PROFITE ! et suis ton coeur

    Tu as 2 ans devant toi, alors comme Lilou et Adelia je pense que tu peux te laisser quelques mois où tu profites de ton PVT pour voyager, partir à la découverte des grands espaces et des différentes cultures que tu rencontreras ... et qui sait, au fur et à mesure de ton périple et de tes rencontres, ton projet professionnel se réalisera peut être (quoi qu'il en soit et selon moi, ça serait vraiment dommage de ne pas essayer de travailler un peu dans le basket là bas, ça doit être top au niveau des opportunités professionnelles et sur ton CV ensuite )

    Bonne route à toi et qui sait, on se croisera peut être dans les travées d'une salle de basket !


  13. #11
    Avatar de skudy
    Julien 35 ans

    Messages
    3
    Bonjour,

    je suis un peu dans le même cas après avoir passé 2 ans et demi en Australie.
    j'ai eu mon PVT en juin 2016, validité donc jusqu'en juin 2017, et je dois aussi prendre la décision de franchir ce cap avant la date fatidique.
    34 ans, je bosse sereinement, plus forcément beaucoup d'attache car les amis et proches ont bien évolué, bref personne n'a "évolué" de la même manière.
    Donc voila, je suis un peu dans la même expectative que vous, à savoir tout lâcher et y aller avec peu de certitude d'avoir la réussite au bout, professionnellement parlant.
    Pas envie de repartir dans la galère des boulots précaires, etc etc etc.
    A l'époque j'avais vraiment envie d'y aller, mais maintenant ce n'est pas une peur du voyage, mais plus l'aspect galère que je pourrais être amené à rencontrer. Et comme dit, précédemment, la galère a 34 ans, ca doit être loin derrière nous lol !!

    voila voila un peu l'état d'esprit actuel !

    @+


  14. #12
    Avatar de mathmac67 PVTiste
    Mathieu 29 ans

    Location
    Chamonix-Mont-Blanc, France
    Messages
    77
    L'avantage maintenant avec le PVT de 2 ans, c'est que si tu as les moyens financiers, commence par voyager et regarde les opportunités pour bosser qui s'offriront à toi.

    J'ai rencontré plusieurs personnes en NZ qui avaient commencé par bosser puis voyager et elles ont regrettées car elles sont restées longtemps à bosser et très peu voyager sans pouvoir tous voir en NZ ou l'Australie par exemple.
    Je pense que c'est le risque de rentrer dans un train train et ne pas voyager. Le canada est grand et il est plus délicat de quitter un boulot au bout de 6 mois que de chercher un boulot au bout de 6 mois...


  15. #13
    Avatar de Sigyn
    Marine 31 ans

    Location
    Ottawa, ON, Canada
    Messages
    11
    À moins d'un mois de mes 30 ans et de mon départ au Canada j'avoue que je ne me pose pas trop de questions. Je sais où j'arrive pour le reste on avisera. Je n'ai fait que des petits boulots depuis que je travaille donc faire la même chose au Canada ne me dérange pas. Dans l'idéal j'aimerais trouver rapidement un travail pour renflouer un peu les caisses et bouger dans le Canada. J'arrive à Montréal mais ce n'est clairement pas une ville qui me fait rêver sur le papier. À voir une fois installée mais j'ai envie de grands espaces, de voir cette belle nature. Je ne me met aucune barrière et je ne fais pas trop de plans, en 2 ans ils ont le temps de changer mille fois ^^

    Du coup en me mettant à ta place et en étant à l'aise financièrement je privilégierai le côté "vacances" en faisant du woofing/bénévolat et autres surtout si c'est ce que tu aimes. Et comme c'est la dernière fois que tu peux partir en profitant de ce programme je ne me prendrais pas trop la tête.
    En deux ans auras-tu le temps de te recréer ce petit monde que tu as chez toi, et surtout sera tu prêt à le quitter à nouveau une fois ton PVT fini ?

    Après c'est mon point de vue, le travail n'a jamais été pour moi autre chose qu'une source de revenus nécessaire, je n'en retire aucune fierté et ne recherche pas l'épanouissement dans le milieu professionnel mais après chacun voit midi à sa porte


  16. #14

    Messages
    7
    Salut !

    Je me reconnais un peu dans les hésitations. Malgré mon ""jeune"" âge (bientôt 28 ans) j'avoue que la perspective de partir est autant enthousiasmante que stressante.
    J'ai pas défait ma valise pendant toutes mes études (6 ans). Enchaînant des semestres à l'étranger tous les ans. Nouer des liens pour les défaire ensuite est quelque chose qui ne me gênait pas avant ... avant !

    J'ai été sélectionné pour le PVT 2017 et je suis en train de finaliser mon dossier. Lorsque j'avais fait la demande, j'étais dans une situation "critique" (boulot qui ne me convenait plus, ville qui ne me convenait plus, bref c'était pas la joie). Entre le temps de ma candidature et de la réception de l'invitation, j'ai retrouvé une certaine stabilité, un cocon pas forcément désagréable et l'arrivée de l'invitation a été, je dois l'avouer, au début, presque une mauvaise surprise. Je n'y croyais tellement plus (4 ans à essayer sans succès) que je m'étais fait à l'idée que je retournerais au Canada en touriste, pour des vacances de temps en temps. Je me suis posé la question la semaine avant d'accepter l'invitation si je voulais encore une fois ""tout perdre"" et tout recommencer alors que tout va bien. N'ayant pas encore la réponse à cette question, je me dis une chose : JE VERRAI.

    Je fais mon dossier parce que c'est une chance inouïe et unique qu'on nous donne. Je sais que je vais l'utiliser si j'ai ma lettre d'introduction. Après à savoir quand et comment ... c'est pas gravé dans le marbre. Je vivrais mon PVT comme je l'entend à l'instant T.
    En fonction de ma situation personnelle à ce moment là, je définirai les conditions et la durée de mon départ (100% voyages pendant X mois ou alors un PVT "professionnel" pour donner un coup de boost à mon CV).

    Bref, tout ça pour dire qu'en avançant dans l'âge, on perd un peu l'insouciance de nos 20 ans et c'est normal. On a tendance à plus réfléchir et prendre les choses en considération. Essayons de vivre ce PVT avec notre coeur plutôt qu'avec notre tête !


  17. #15
    Avatar de AnneL4
    Anne 30 ans

    Location
    Toronto, ON, Canada
    Messages
    9
    Hello,

    Après pas mal d'heures passées à écumer ces forums, je franchis le pas en m'inscrivant et en postant car ce sujet résonne particulièrement pour moi. Après 4 ans à remuer ciel et terre pour tenter d'obtenir un visa pour le Canada (ou les US, dans le cadre de mon boulot), voilà que j'ai reçu hier une invitation à présenter une demande de PVT. Un petit choc, une grande joie mais aussi beaucoup de questions et quelques doutes... Un peu comme BenJ, hier soir c'était même un peu la déprime.

    En effet, si cet objectif était dans ma tête depuis longtemps, le fait que cela soit si incertain m'a amenée à continuer à avancer et construire une vie en France. Et me voilà donc, l'année de mes 30 ans, propriétaire depuis août et qui termine tout juste les dernières décos de l'appart, avec un boulot stable et cool, un nouveau cercle d'amis (les anciens ayant tous basculés du côté obscur du mariage-cocon-bébé-brunch) à devoir tout replaquer alors que je commençais finalement à me sentir "posée". Je pense que j'avais inconsciemment fait une croix sur cette opportunité.

    Mais hors de question de renoncer, pas après autant de temps passé pour ça. Evidemment, il faut déjà bien remplir le dossier et recevoir la LI, mais a priori, cela va se concrétiser. Du coup, je me donne le temps de partir sereinement et de préparer les choses. En effet, pas question pour moi de partir pour faire des petits boulots et virevolter. Je vais plutôt chercher un poste dans mon domaine, me poser dans une ville (à priori Montréal ou Toronto) et repartir sur une vie "tranquille" de l'autre côté de l'Atlantique. Cela ne me privera pas d'explorer le pays, mais plutôt en vacances/week-end. Je vise donc un départ début 2018, histoire de profiter un peu de ma vie ici et de préparer tout cela dans de bonnes conditions. Dans mes rêves les plus fous, je vais tenter de décrocher un transfert pro depuis ma boîte ici...

    Cela ne fait pas forcément avancer ton dilemme, mais je comprends tout à fait ta position. Si tu n'es pas sûr, je pense en effet que cela se dessinera tranquillement en arrivant sur place, au fil des rencontres et du boulot que tu pourras y trouver. Tu peux aussi essayer depuis la Fr (je ne sais pas quand tu comptes partir) te renseigner sur les opportunités pro dans ton domaine, le rythme de travail... Cela t'aiguillera sur la façon d'aborder les choses.

    En tous cas, cette discussion et vos témoignages me font le plus grand bien. Cela rassure aussi sur le fait que tous les PVTistes ne sont pas des p'tits jeunes près à sauter de villes en villes, et qu'il sera sans doute possible de trouver là-bas une communauté de trentenaires (ou presques...) vivant l'expérience de façon plus posée. On ne part certes pas pour vivre entre-nous, mais le partage d'expérience est toujours enrichissant.


  18. #16
    Avatar de grigron
    32 ans

    Messages
    9
    Citation Message de AnneL4 Voir le message
    Hello,

    Après pas mal d'heures passées à écumer ces forums, je franchis le pas en m'inscrivant et en postant car ce sujet résonne particulièrement pour moi. Après 4 ans à remuer ciel et terre pour tenter d'obtenir un visa pour le Canada (ou les US, dans le cadre de mon boulot), voilà que j'ai reçu hier une invitation à présenter une demande de PVT. Un petit choc, une grande joie mais aussi beaucoup de questions et quelques doutes... Un peu comme BenJ, hier soir c'était même un peu la déprime.

    En effet, si cet objectif était dans ma tête depuis longtemps, le fait que cela soit si incertain m'a amenée à continuer à avancer et construire une vie en France. Et me voilà donc, l'année de mes 30 ans, propriétaire depuis août et qui termine tout juste les dernières décos de l'appart, avec un boulot stable et cool, un nouveau cercle d'amis (les anciens ayant tous basculés du côté obscur du mariage-cocon-bébé-brunch) à devoir tout replaquer alors que je commençais finalement à me sentir "posée". Je pense que j'avais inconsciemment fait une croix sur cette opportunité.

    Mais hors de question de renoncer, pas après autant de temps passé pour ça. Evidemment, il faut déjà bien remplir le dossier et recevoir la LI, mais a priori, cela va se concrétiser. Du coup, je me donne le temps de partir sereinement et de préparer les choses. En effet, pas question pour moi de partir pour faire des petits boulots et virevolter. Je vais plutôt chercher un poste dans mon domaine, me poser dans une ville (à priori Montréal ou Toronto) et repartir sur une vie "tranquille" de l'autre côté de l'Atlantique. Cela ne me privera pas d'explorer le pays, mais plutôt en vacances/week-end. Je vise donc un départ début 2018, histoire de profiter un peu de ma vie ici et de préparer tout cela dans de bonnes conditions. Dans mes rêves les plus fous, je vais tenter de décrocher un transfert pro depuis ma boîte ici...

    Cela ne fait pas forcément avancer ton dilemme, mais je comprends tout à fait ta position. Si tu n'es pas sûr, je pense en effet que cela se dessinera tranquillement en arrivant sur place, au fil des rencontres et du boulot que tu pourras y trouver. Tu peux aussi essayer depuis la Fr (je ne sais pas quand tu comptes partir) te renseigner sur les opportunités pro dans ton domaine, le rythme de travail... Cela t'aiguillera sur la façon d'aborder les choses.

    En tous cas, cette discussion et vos témoignages me font le plus grand bien. Cela rassure aussi sur le fait que tous les PVTistes ne sont pas des p'tits jeunes près à sauter de villes en villes, et qu'il sera sans doute possible de trouver là-bas une communauté de trentenaires (ou presques...) vivant l'expérience de façon plus posée. On ne part certes pas pour vivre entre-nous, mais le partage d'expérience est toujours enrichissant.
    Salut Ben, je te conseille d'acheter un bus ou un van et d'explorer le pays pendant les 6 premiers mois, et après de voir si tu peux bosser dans ton secteur. En fait, ça dépend de si tu veux vivre plus longtemps qu'un pvt au Canada. Au fait, ton pvt dure 2 ans automatiquement ou y-a-t-il des conditions pour le renouveler ?
    Bon trip !!


  19. #17
    Avatar de skudy
    Julien 35 ans

    Messages
    3
    Ah les trentenaires !! il y en aura !!!!!
    Moi c'est surtout de repartir de 0, avec cette excitation, mais cette peur de "craquer" du pognon pour rien, et devoir retourner chez papa maman à 35 ans en cas d'échec !!!!
    voila la crainte majeure !


  20. #18

    Location
    Londres, Royaume-Uni
    Messages
    80
    @Ben1133 super post. Je suis plus au moins dans la même situation que toi enfin sur l'âge car j'ai 33 ans. Je n'habite plus en France depuis 10 ans maintenant ( je suis en UK) et j'ai remarqué dans la mentalité anglo-saxon les gens n'ont pas peur de reprendre leurs études, changer de carrière ou changer de pays passé 30 ans. Beaucoup de mes amis ici 30+ ont tout recommencé dans d'autres pays alors qu'ils avaient des vies confortables. Personnellement j'aime le "thrill" de partir un peu à l'inconnu. Je suis super contente que le PVT Canada à une limite de 35 ans. Les 30+ de notre génération est différente des autres et c'est super qu'on ai une opportunité d'encore en profiter. Je me dis aussi que notre expérience de la vie nous permettra aussi d'être mieux préparé dans un certain sens. Finalement qui ne tente rien à rien, je ne veux pas avoir des regrets plus tard. Bonne chance and see you in Canada 😀


  21. #19

    Messages
    51
    Hello!

    Je me pose les mêmes questions. Pas envie de manquer une opportunité de travail et de vie stable, ça ne me dit plus rien de repartir dans des petits boulots, de la colocation... J'ai envie d'évoluer professionnellement, d'un logement agréable, et de trouver un endroit où je pourrai m'installer et peut-être créer mon entreprise.

    Mais en même temps, je ne suis jamais allée de ce côté du globe, j'adore voyager, découvrir, rencontrer... Et je me dis que ça serait plus judicieux de faire du Helpx en arrivant, à différents endroits, histoire de ne pas être frustrée d'abord et aussi parce que ça serait l'occasion de se faire un réseau et une idée de la vie sur place...

    Et dis toi que les anciens pvtistes n'avaient qu'un an, alors tu peux bien prendre quelques mois pour voyager au départ, tu auras largement le temps de trouver un emploi après!


  22. #20
    Avatar de AnneL4
    Anne 30 ans

    Location
    Toronto, ON, Canada
    Messages
    9
    Citation Message de skudy Voir le message
    Ah les trentenaires !! il y en aura !!!!!
    Moi c'est surtout de repartir de 0, avec cette excitation, mais cette peur de "craquer" du pognon pour rien, et devoir retourner chez papa maman à 35 ans en cas d'échec !!!!
    voila la crainte majeure !
    C'est vrai, c'est un risque. Mais au moins, le fait de savoir qu'on pourra toujours compter sur ses parents, c'est rassurant...

    Perso, je sais pas si c'est de l'inconscience ou de l'optimisme béat, mais je ne suis pas trop inquiète à l'idée de ne pas trouver de boulot. Même s'il existe de réelles difficultés, le marché du travail est plus fluide qu'en France. Je pense que c'est compliqué quand on arrive sans expérience/études, mais après avoir "validé" quelques années d'expérience en France par un ou deux postes significatifs, je pense que cela peut être reconnu et valorisé là-bas. J'avais l'année dernière envoyée des candidatures spontanées et j'avais reçu quelques retours positifs sur mon profil, la question fatale du "vous avez un visa" bloquant toutefois le process... Bien que de nature inquiète et plutôt "fourmi", l'aspect financier ne me stresse (pour l'instant) pas plus que ça.

    Par contre moi, j'ai plutôt peur de me retrouver de l'autre côté de l'Atlantique seule et à avoir des difficultés à recréer un cercle de connaissance. J'ai trouvé cela très dur à Paris, où passé le stade des études, chacun est dans sa routine et son cercle d'amis et il est très dur de rencontrer des nouvelles têtes. Paradoxalement, ça sera peut-être plus simple à l'étranger où au final, on n'a pas trop le choix que de forcer le destin, et où les gens ne partiront pas du principe que vous avez forcément votre cercle d'amis.


Page 1 sur 4 123 ...

Télécharger notre App