1. #1
    Avatar de Orgoff
    11 ans

    Messages
    13
    Likes reçus
    9
    On a tous lu ici ou là que les québécois étaient très sensibles des boutades sur leurs accents et le prenaient assez mal. Mais qu’en est-il vraiment ? Les français sont souvent pointés du doigt et les parisiens en particulier qui chercheraient par leur altitude arrogante à imposer leurs standards.

    Je suis arrivé à Montréal depuis 1 mois ½ donc je n’ai peut-être pas le recul nécessaire. Mais cela m’a fait tilt quand j’ai entendu plusieurs groupes aux Francofolies se plaindre d’entendre des remarques sur leurs accents et se faire encenser par la foule. Ce soir, je tombe sur cette actualité de yahoo (lien)reprenant ce thème en extrapolant complétement un fait anodin et limite en développant une critique anti-français.

    Il y a quelque part dans ce procédé quelque chose que je trouve malsain à chercher à subir une persécution. Ayant eu pour principe de ne pas fréquenter de français depuis mon arrivé pour me forcer à m’intégrer et à découvrir d’autres cultures (québécoise ou autre), je ne sais pas si c’est une altitude qu’on retrouve chez les expats. Par contre en tant que français et parisien, je nie complétement ce fait qui tient plus de l’anecdote qu’une réelle stigmatisation. On a beaucoup plus le droit à quelques bons mots sur les accents du sud de la France ou belge et pourtant en Belgique je n’ai jamais vu cet hostilité.

    Bref je n’ai rien contre des personnes qui défendent leur culture régionale (bien au contraire j’aime beaucoup cette idée), mais je trouve qu’ici chercher la stigmatisation n’est pas une bonne chose. Je ne dis pas que c’est une vérité absolue, mais c’est une tendance que je vois. Alors j’aimerais bien l’avis de personnes, étant sur Montréal ou dans la région du Québec, ayant vécu depuis quelques temps leur sentiment sur la question.


  2. #2
    Avatar de fonclea
    PRÉNOM

    Messages
    593
    Likes reçus
    208
    Dernièrement, l'intervention de Fred Pellerin à la TV française à fait jaser la presse. E lire les gros titres, on jurerait que le pauvre avait été malmené par la bande à Ruquier hors, tout le long de son passage, ils étaient unanimes sur la qualité de son spectacle et n'ont jamais fait mention de son accent, à part Mocky qui a vite été remis à sa place.

    Si un québécois me gonflait avec ce type de remarque, je n'hésitait pas à lui donner des contre exemples et l'invitait à changer de sujet. De toute façon, ils ne sont pas toujours téméraires lorsqu'il s'agit de débattre

  3. #3
    Avatar de damni
    Nidam 40 ans

    Messages
    53
    Likes reçus
    8
    Dans l'article Yahoo! que tu donnes, la journaliste dit qu'un britannique ne se moquerait jamais de l'accent d'un australien ou d'un américain. Or j'ai trouvé le parfait contre-exemple dans la vidéo du très connu Graham Norton ci-après : Graham Norton's reaction to the New Zealand accent - YouTube

    Je pense effectivement que les français ont parfois tendance à être hautain envers tout le monde. C'est une mauvaise habitude que l'on peut avoir. On peut avoir tendance à tout critiquer, comparer et ce n'est pas forcement correct de le faire chez les autres. Je n'aime pas qu'on me fasse ce genre de remarque donc je comprends que les autres n'aiment pas ça non plus.

    Les préjugés viennent souvent de faits qui se sont vraiment déroulés.

    Par contre, je crois que la journaliste exagère beaucoup et généralise un peu trop facilement.

  4. #4
    Avatar de ALay
    Anne 33 ans

    Messages
    105
    Likes reçus
    51
    J'ai eu beaucoup de mal à aller au bout de cette article, beaucoup trop de généralisation, d'exagération, de provocation même de la part de Mme Turenne.

    Pour plusieurs –surtout des Parisiens - le français parlé par les Québécois est un vieux patois de paysans mal dégrossis.
    Effectivement, même mes grands-parents n'utilisent pas/plus les mots "chandails", "achalandage" ou "boubounes"... Le français québécois (et acadien) ressemble beaucoup aux français du XVIIe siècle, à l'époque des colons justement. Les termes nous paraissent naturellement vieux et "désués".

    Mais si leurs hôtes ne croulent plus de rire devant eux
    Les expressions québécoises me font encore et toujours sourire, cela fait-il de moi une maudite française?
    De la même manière, mes amis québécois se moquent aussi régulièrement de nos "fabuleuses inventions linguistiques", les dernières en date : une nana, un PV... Je ne vous parle même pas de mes première utilisations des mots "gosses" et "crosse" icitte, on est tous passé par là! Et je vous assure, mes hôtes ont croulé de rire devant moi, j'aurai du mal le prendre?

    Passer pour l’idiot du village?
    Avez-vous déjà entendu un québécois pur laine parler de l'accent des acadiens? Non? Bah, je vous assure qu'ils ne sont pas non plus très tendres... :sick:

    « Il y a 20 ans, Fred Pellerin aurait été sous-titré lors de cette émission à France 2», dit Jean-Benoît Nadeau.
    On sous-titre même parfois des français, comme certains qui ont des accents régionaux très marqués (alsacien au harsard... ) La télévision et le téléphone rendent souvent les accents bien plus marqués. C'est une question de compréhension, n'en déplaise à Mme Turenne, la grande majorité de français n'a jamais été confrontée à cet accent. Notre oreille n'y est simplement pas habituée.

    La comparaison avec l'anglais me parait un peu ridicule... Les britanniques sont perçus comme hautains, les écossais pourraient être comparés aux "paysans mal dégrossis" de Mme Turenne en version anglaise. Il semblerait que les jamaïcains soient les plus compliqués à comprendre. Mon chum (canadien anglophone) demande très souvent à ses amis australiens de répéter lorsqu'il ne comprend pas, et ça n'a pas l'air de déranger grand monde! Pour tous les clichés sur les anglophones partout dans le monde, je conseille fortement l'humouriste Russell Peters, canadien d'origine indienne. Il y a d'ailleurs un bon sketch sur le français canadien!

    Quant à l'événement en lui-même, il n'y a qu'à regarder l'émission pour se rendre compte par soi-même... Aucune parole désobligeante envers Fred Pellerin, mais beaucoup d'éloges! J'y vois juste un petit "choc culturel", les plateaux télés en France étant bien plus animés qu'au Québec. C'est comme si l'on écrivait un article sur un artiste français offensé de s'être fait tutoyé sur un plateau de télé québécoise : nonsense!

    Dommage que Mme Turenne n'ait rien trouvé d'autre pour la Saint-Jean... Oui le "Québec bashing" existe au Canada (voir même en France), mais en lisant des articles comme celui-là, on peut effectivement se demander si les médias québécois (et non pas les québécois en général!) ne le cherchent pas un peu...

    Dernière petite remarque à propos des médias québécois, je trouve qu'ils sont très centrés sur leur nombril! Je ne parle pas de cet article, mais pendant un an, j'avais accès gratuitement à La Tribune (région de Sherbrooke) qui consacre une seule page à ce qui se passe dans le monde, une autre pour l'actualité canadienne et enfin une dernière pour le Québec... Le reste, ça se partage entre le sport et les infos locales-régionales... Heureusement qu'aujourd'hui, on peut chercher à s'informer soi-même par Internet!

    Bref, désolée pour ce pavé!
    Dernière modification par ALay ; 26/06/13 à 13:53.


  5. #5
    Anonyme
    Je sais que la conversation date un peu, mais je pense que c'est une bonne idée de faire remonter la discussion.

    Message de Orgoff
    On a tous lu ici ou là que les québécois étaient très sensibles des boutades sur leurs accents et le prenaient assez mal. Mais qu’en est-il vraiment ? Les français sont souvent pointés du doigt et les parisiens en particulier qui chercheraient par leur altitude arrogante à imposer leurs standards.
    Ce que je trouve c'est que cette attitude de plusieurs Français est agaçante et irrespectueuse. Généralisation injuste? Peut-être, mais elle est fondée sur des faits qui sont réellement arrivés et qui arrivent encore. Pas possible d'entamer une conversation sans que la personne mentionne immédiatement l'accent (je suis dans mon pays et j'ai un accent, mais vous vous n'en avez pas? Cherchez l'erreur...) et qu'on te dise que tu ne parle pas le « vrai français ». Je remarque aussi cette attitude chez les gens qui ont appris le français, à titre de langue seconde, en France : « En France, ils disent que vous (les francophones du Canada) ne parlez pas le vrai français. »

    Même si on dit qu'on ne devrait pas de faire de généralisation, ce type d'attitude démontre un manque d'ouverture. L'accent fait aussi partie de l'identité d'une personne et lorsqu'on la critique ou qu'on la dénigre (parce que dans certains cas, ça atteint ce niveau) constamment sur son identité, on ne peut pas s'attendre à recevoir des fleurs en retour.

    Je déteste quand les gens gomment leur accent parce que je ne veux pas d'un français ou d'un anglais normatif. C'est la compréhension globale qui est importante et non pas le fait que la personne parle comme moi. J'utilise généralement le contexte pour m'aider à comprendre l'idée que la personne veut faire passer, ou je demande si j'ai bien compris. Cependant, j'évite les blagues mesquines ou les taquineries inutiles. Je n'apprécie pas non plus les gens qui essaient de reproduire faussement l'accent québécois à titre moqueur et qui viennent dire qu'ils sont victimes de discrimination. Pourquoi aller à l'étranger si ce n'est pas pour réellement apprendre à connaître une autre culture? Le respect est une rue à deux sens: essayez-le.

  6. #6

    Messages
    3
    Likes reçus
    0
    Hé, pour info, Yahoo n'est certainement pas une source de journalisme de qualité. Donc ne prenons pas ce type d'article comme un véritable reflet de la société québécoise.