Louis, à Taïwan pour un moment !

Date de publication : 06-07-2012

Profession

Human Resources Project Manager

pvtistes :

Ville de provenance

Louis : Poitiers, la ville du Futuroscope !
pvtistes :

Villes de destination

Louis : Taiwan : Kaohsiung (dans le Sud) et Taipei City. Kaohsiung est la seconde plus grande ville après la capitale, Taipei. Ces deux villes sont équipées du métro (‘’MRT’’ ; attention, pas le droit de manger ni de boire dans le métro !). A Taipei, comme dans la plupart des capitales, se concentrent les étrangers – expatriés, étudiants en échange, étudiants venus apprendre le Mandarin, etc. A Kaoshiung, l’ambiance est plus ‘’détendue’’, il y plus de verdure et la météo est meilleure. J’aime bien Taipei, spécialement l’endroit où je réside, dans le Da-An District, quartier jeune et très animé (en raison notamment de la présence de l’université NTNU) et avec un marché de nuit juste à côté, très pratique pour se nourrir à n’importe quelle heure ! A Kaohsiung, j’aime bien le côté plus ‘’reposant’’ de la ville. Dans tous les cas, où que vous soyez, attendez-vous à voir de nombreux scooters, avec parfois toute la famille sur le même scooter, ça fait sourire !

pvtistes :

Sur place depuis combien de temps ?

Louis : En 2009 : 6 mois à Kaohsiung, et en 2011: depuis mi-Juillet jusqu’à… je ne sais pas quand !

pvtistes :

Baroudeur ou pas ?

Louis : Plutôt, oui ! J’aime vraiment voyager, partir à l’aventure, me débrouiller pour trouver un logement, acheter à manger, découvrir de nouvelles cultures. J’ai étudié et travaillé en France bien sûr, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis (notamment dans un ranch au Nebraska, ambiance country et rodéo !), et à Taiwan. Je pense que je tiens ce goût pour le voyage depuis mon enfance, grâce à mes parents avec qui j’ai eu la chance de visiter de nombreux pays. Donc, en toute logique, dès que j’ai été en mesure de partir seul à l’étranger, je me suis lancé… et je ne suis pas prêt de m’arrêter !

pvtistes :

Que faisais-tu en France ?

Louis : En France, j’étais étudiant à l’école de commerce de Grenoble, au sein du programme ‘’Masters in International Business’’ ; un programme totalement en anglais et regroupant des étudiants de tous pays. Grenoble est une ville multiculturelle, dynamique et moderne, avec son nouveau campus GIANT axé sur les nouvelles technologies et l’innovation. Je ne connaissais pas Grenoble, et j’ai vraiment aimé !

pvtistes :

Pourquoi cette envie de t’envoler pour Taiwan?

Louis : Ah… Une longue histoire ! Je dirais principalement pour deux raisons.
La première : depuis longtemps, je souhaitais me lancer dans l’apprentissage de la langue et vivre la culture asiatique. A l’époque, presque tous les étudiants allaient en République Populaire de Chine, soit à Pékin ou à Shanghai, mais je souhaitais faire quelque chose de différent. C’est là que j’ai pensé à Taiwan (République de Chine), même si j’avais de nombreux stéréotypes et a priori, qui, avec le recul, se sont avérés complètement décalés.
En étant sur place, je me suis surtout rendu compte que Taiwan est à la pointe de la modernité, avec des infrastructures très bonnes (le métro et le TGV sont récents) et des entreprises à renommée mondiale, comme HTC, Asus, Acer, ou encore TSMC. La deuxième raison pour m’envoler à Taiwan est plutôt personnelle.
Lorsque j’ai effectué un stage à Disney World aux Etats-Unis en 2008, j’ai travaillé avec des collègues du monde entier et j’ai pu échanger avec des Taïwanais(es). J’ai découvert des gens très curieux et accueillants, plutôt ouverts même si un peu timides au départ. C’est donc aux Etats-Unis en travaillant chez Disney que j’ai rencontré ma copine Taïwanaise (avec qui je suis toujours) ; donc ma copine est bien sûr une des raisons (comme de nombreux étrangers ici je pense) pour laquelle je me suis envolé pour Taiwan.

pvtistes :

Pourquoi Taipei ?

Louis : Comme c’est la seconde fois que je venais à Taiwan, je souhaitais vivre une expérience différente de celle de la première fois et j’ai choisi de suivre des cours de Mandarin dans la capitale. Mon observation principale est qu’il y a beaucoup de monde à Taipei, on peut se sentir un peu ‘’écrasé’’, mais c’est une ville où il y a plein de choses à faire pour les jeunes comme pour les plus âgés. Aussi, je pense qu’il est plus facile de trouver un job en étant à Taipei que dans une autre ville.

pvtistes :

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Louis : Non. Je suis resté auparavant un an au Royaume-Uni, ensuite 7 mois aux Etats-Unis et 6 mois à Taiwan.

pvtistes :

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines à Taiwan ?

Louis : La toute première fois que je suis allé à Taiwan, j’avais un mélange d’appréhension et d’excitation. Mon sentiment au cours de mes 2 premières semaines : je me suis rapidement senti à l’aise, malgré la barrière de la langue. J’ai surtout été frappé par la gentillesse et la solidarité des personnes que j’ai pu rencontrer. J’ai été marqué par toutes les traditions liées à la religion qui ont lieu à Taiwan. Aussi, je me suis très vite senti en sécurité, même tard le soir, alors qu’en France j’avoue être plus inquiet.

pvtistes :

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, à Taiwan ?

Louis : Pour le moment, je ne travaille pas, je suis des cours de Mandarin chaque matin à la National Taiwan Normal University. Il me semble que, selon la loi, les étudiants étrangers qui apprennent le Mandarin peuvent travailler jusqu’à 16 heures/semaine ; mais seulement après avoir effectué un an d’études de langues. Le ‘’petit boulot’’ le plus commun est d’enseigner l’Anglais ou le Français par soi-même, en trouvant ses propres élèves (en ‘’privé’’).
Il y a beaucoup de demandes de la part des étudiants taïwanais. Si vous cherchez un travail sur le long terme, d’après mes recherches sur Internet et mes discussions avec d’autres personnes recherchant un emploi à Taiwan, c’est assez difficile pour un jeune diplômé étranger de trouver du travail autre que dans l’enseignement, sauf si vous avez des compétences spécifiques. Les entreprises doivent sponsoriser le permis de travail. Si vous voulez enseigner l’Anglais dans une école, il faut avoir un passeport d’un pays anglophone et vous pouvez espérer un salaire plutôt bon, qui vous permettra de vivre correctement. Enfin, les opportunités de stages à Taiwan sont plutôt rares. Se construire un réseau reste le meilleur moyen, je pense et le fait d’être sur place aide beaucoup bien entendu. Le site kopra.org peut s’avérer utile de même que contacter l’AIESEC et la Chambre de Commerce et d’Industrie France Taipei.

pvtistes :

Quelles ont été tes plus grosses difficultés à Taiwan ?

Louis : Peut-être la langue, au départ. Ensuite, la pollution : j’ai eu des allergies à cause de cela. Aussi, lors de ma recherche de logement, cela a été un peu difficile car certains propriétaires n’acceptent que des femmes, par exemple. Le côté administratif concernant les visas/renouvellement de visas/etc. est relativement simple et rapide comparé à la France. Pour finir, une grosse difficulté que l’on rencontre tous ici (à prendre au second degré, hein !) : se décider où aller manger !!! Il y a tellement de choix qu’il n’est pas rare que l’on s’attarde une demi-heure voire plus avant de se décider !

pvtistes :

Quel est ton meilleur souvenir ?

Louis : Plusieurs : lorsque j’ai fait de la plongée à Little Liuqiu (une île alentour) et que j’ai aperçu une tortue de mer ; lorsque j’ai participé à une parade dans les rues de la ville de Pingtung ; la visite de Jiufen avec une vue imprenable sur la mer ; les festivals locaux comme le festival des Lanternes…

pvtistes :

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Louis : Ma famille, bien sûr. Ensuite, cela concerne la nourriture (!): surtout les desserts (j’apprécie la nourriture locale mais il faut dire que les desserts sont parfois étranges, comme par exemple lorsque j’ai mangé une glace aux haricots rouges…), même si on trouve toutes sortes de restaurants facilement. Je recommande le blog suivant d’ailleurs pour ceux qui sont à Taipei (une vraie mine d’or avec de bonnes adresses) : a hungry girl’s guide to taipei

pvtistes :

Qu’est ce qui te manquera quand tu rentreras en France ?

Louis : Les personnes que j’ai rencontrées, la nourriture taïwanaise, les marchés de nuit (‘’night markets’’), les paysages, le coût de la vie à Taiwan où l’on peut manger pour 3 ou 4 Euros… ah, et j’oubliais : le fameux ‘’bubble tea’’, thé au lait avec des boules de tapioca. Et les Taïwanais, la vie à Taiwan en général !!!

pvtistes :

Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Louis : C’est une expérience très riche humainement et professionnellement. J’ai rencontré des personnes attachantes, ouvertes et prêtes à partager leur culture et à discuter de leur pays. Lorsque j’en avais besoin, j’ai toujours reçu de l’aide de la part des Taïwanais(es), que ce soit de la part de l’école, d’inconnu(e)s ou d’autres étudiant(e)s. J’ai découvert une population très curieuse et respectueuse.
Professionnellement, maitriser le Mandarin est un atout incontestable, surtout en tant qu’étudiant en commerce ; compte tenu du contexte de mondialisation. Je me suis aussi familiarisé avec le monde des affaires à Taiwan et j’ai développé une certaine connaissance du marché taïwanais et des industries émergentes, notamment en participant à des soirées de networking pour les expats. Enfin, culturellement, je suis au cœur du débat entre la Chine continentale et Taiwan. J’ai pu constater que le gouvernement taïwanais actuel effectue de nombreux rapprochements avec la Chine continentale, comme avec l’augmentation des liaisons aériennes récemment. C’est un sujet assez délicat…

pvtistes :

Quels conseils donnerais-tu aux futurs pvtistes ?

Louis : De ne pas hésiter; foncez dès que ce PVT est officialisé ! Réservez votre billet d’avion bien à l’avance, et vous pourrez vous en sortir avec un aller-retour Paris/Taipei pour moins de 800 euros. A savoir : la compagnie aérienne EVA Air propose des vols directs Paris/Taipei ; pas besoin de transiter par Hong-Kong. Si vous êtes ‘’juste’’ niveau budget, il y a toujours la low cost long courrier Air Asia…
Aussi : l’hiver n’est pas trop froid, par exemple à l’heure où je réponds à ces questions, nous sommes mi-décembre et il fait 17°Celsius. Prévoyez une veste ou un gros pull et ça devrait aller. Vous pouvez acheter sur place ce qu’il vous faut ! Si vous souhaitez conduire un scooter sur place et suivant la durée pour laquelle vous restez à Taiwan, il vous faudra changer votre permis de conduire français en permis local, il me semble.
Avant de partir : apprenez quelques mots de base et pensez aux adaptateurs pour les prises électriques ! Si vous étudiez le Mandarin à Taipei, vos pourrez utiliser votre carte d’étudiant pour payer le métro et pour payer chez de nombreux commerçants comme 7-Eleven, Starbuck Coffee, etc… vraiment très pratique !
Pour vous renseigner un peu sur la culture taïwanaise, tout en vous divertissant, vous pouvez regarder les films suivants, Formosa Betrayed et Seediq Bale. Le dernier a été un gros succès et s’est même retrouvé parmi les films en compétition au Festival Mostra de Venise en 2011 ! Ne manquez pas pendant votre séjour : les sources d’eau chaude; Green Island ; Little Liqiu ; Jiufen ; Kenting ; Sun Moon Lake, les gorges de Taroko… Il y a plein d’endroits magnifiques où vous pourrez admirer des paysages naturels !
Petite info si vous êtes à Taipei : le vendredi soir, vous pouvez aller à l’usine de ‘’Taiwan Beer’’ pas loin de Zhongxiao Shinsheng. Il y a une auberge où vous pourrez écouter des groupes de musique en live et où vous pourrez manger de la nourriture locale et profiter de la bière taïwanaise. Généralement il y a du monde et une bonne ambiance, festive !
J’espère que vous aurez eu un aperçu un peu plus détaillé de Taiwan, par le biais de mon expérience, et… Au plaisir de vous voir sur place !

Consulter d’autres interviews de pvtistes…
Consulter des récits de pvtistes (emplois, voyages, etc.)…

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

6 Commentaires

Alexis
0 1

Bonjour je soiterai savoir quelle l’ange faut il parler pour partir vivre à Taïwan (je parle que frencai ) je voudrez aven de partir commencer a aprendre une l’ange mer qui me servira pour partir à Taïwan merci davence

AMIN
0 2

d accord, merci pour ces précisions,

AMIN
0 2

Bonjour,

J’aimerais comprendre par quels moyen y es tu allé si ce n est pas par le pvt car non encore possible à ce jour aux français.
Une fois étudiant inscrit dans une école pour cours de langues, de quelle durée sont les visas ?

J’aimerais séjourner à Taiwan car je trouve le pays plus agréable et chaleureux par rapport à un pays comme Singapour ou Hong Kong cependant le cout de la vie doit être relativement élevé non ?

Merci par avance et bon séjour à toi

Mylène
2.1K 3.3K

Salut Amin,

Je te conseille de poser ce genre de questions dans le forum Taïwan pour avoir plus de réponses 🙂
En dehors du PVT, tu peux y aller en visa étudiant (la durée correspond à celle de tes études, c’est l’école en général qui s’occupe de ça) ou en visa de travail (mais assez restrictif et pas facile à obtenir).

Louis
78 41

Salut Mylene,

Désolé pour la réponse tardive. Je dirais que la légende a plutôt tendance à se confirmer; d’après ce que j’observe: une fois que l’on est à Taiwan, on a du mal à la quitter. Et si on quitte l’île, ce n’est jamais pour bien longtemps, et pour y revenir de plus belle… On s’y sent bien!

Mylène
2.1K 3.3K

Super parcours, espérons que le PVT Taiwan se finalise enfin pour avoir plus de récits sur l’ile de Formose dont la réputation n’est plus a faire niveau qualité de vie.

Il parait que la plupart des expatriés de Taiwan ne reviennent jamais tellement ils sont bien la-bas, confirme tu la légende louis? 😉

Articles recommandés