Patsilla, une montréalaise à Paris en PVT !

Date de publication : 16-12-2016

Auteur

Hélène

Patsya

Localisation

Pacific Beach, California

Profession

chef de produit

Dernier diplôme obtenu

Master

Patsilla a passé une année de PVT  en France. Après avoir découvert les beautés de la Bretagne, elle s’est installée à Paris pour chercher un emploi ! Elle nous raconte son expérience de bout en bout, des différences culturelles à sa recherche d’emploi en passant par ses difficultés et ses coups de cœur !

/!\ Interview bilingue – bilingual interview /!\

English version (la version française est juste après)

pvtistes :

Hello, can you introduce yourself?

Patsya : Hello I am Patsilla and I am from Montreal, Canada. So I was on a WHV (working holiday visa) in France and I arrived in Nantes on June 23, 2015. 
pvtistes :

Why did you go in WHV to France?

Patsya : It’s because I met a Breton in South America, in Peru more precisely, and it was the easiest way to be together. 
pvtistes :

What are the steps to get a WHV France?

Patsya : The process to obtain a working holiday visa in France is quite easy for Canadians. There is one form to fill up and in 2 weeks time, I received my visa. And it’s free. So it’s very easy.
I landed in Nantes because Florian, my boyfriend, is a Breton from Vannes in the Morbihan region.
I had already traveled a bit in France before: Alsace, Paris but no I didn’t really know much about France before my WHV.
pvtistes :

What did you do at the beginning of you WHV? It was a real discovery for you this country?

Patsya : So we were in Brittany for 2 months, July-August, before Florian resumed teaching in September in a school in the outskirts of Paris.
pvtistes :

How was your job search?

Patsya : In September, 2 months after my arrival, I started job hunting in Paris. It was actually difficult. I used to work in marketing/communications, but I didn’t succeed in landing a job in that field in France. At the end, I was a receptionist in an American insurance company where I only worked half-days.
pvtistes :

Employers are aware of the WHV?

Patsya : The employers weren’t used to hire someone with a WHV. I think the French people who lived in foreign countries know about it but those who haven’t traveled much and most of the employers didn’t know about the WHV at all.  
I found the receptionist job because I went to Paris’ Job Fair at Place de la Concorde. I started by leaving resumes at marketing companies or any big company and at the end, I had 3-4 resumes left. I couldn’t bring them back home since they were already printed so might as well give them to hiring teams that were looking for customer service agents/receptionists. And then the 3 booths where I left a resume called me back because I speak English and French so for a hostess, either as a receptionist or to work at the airport, they were looking for bilingual candidates. I decided to go forward on this path.
pvtistes :

There are differences between the French and Canadien working world, according to you?

Patsya : There a few differences between the French and Canadian work environment. For example the vacations. In France there is a minimum of 5 weeks of vacations while in Canada, it’s rather 2 weeks. And on Sundays, there’s practically nothing opened while here, it’s just a normal day. Also, I think workdays end earlier in France compared to Canada. For the salaries, there are a lot of minimum wage jobs in France. I feel there are less in Canada. Of course, it’s in euros while here, it’s Canadian dollars and with the conversion, there might be a difference, but yeah, there are less minimum wage jobs in Canada than in France I think.
pvtistes :

Were you able to make friends at work?

Patsya : In France, because my job was to be a receptionist, people walked in front of me, I helped them, but they knew I was leaving sooner or later. My colleagues who became friends were actually people who were either foreign or who had already traveled. They had questions for me, they were interested by my history/past and my situation in France. So there was Annie who’s from Moldavia and Antonia who isn’t Alsatian, I think she came from la Lorraine, but yeah she too had traveled a lot. We went to grab drinks. It was mostly with them. Otherwise, there was also my supervisor, but we didn’t go for drinks haha.
pvtistes :

What is your view on French culture?

Patsya : What struck me with the French culture was the habit of having long apéros (wine o’clock). The food culture, it’s important to eat well and healthy. It was easy to find products made in France or produces grown in France. There’s a certain pride and they put a lot of emphasis on it. It’s important to eat organic. I liked that a lot. And the wide produces range. Wines… for example, I discovered straw wine from Jura. I didn’t know about it before. Or the Comté cheese. That too I didn’t know before. Or the oysters in Brittany. A lot of small things like that I didn’t know about before. I talk a lot about food. There’s also the national travel and tourism. The French travel a lot within their own country. They’ll be like: yes, we’ll spend a week in the Pyrénées. I like that idea of local consumption either with tourism or food. The culture of taking the time to live the moment, to not be too stressed. Maybe the Parisians are a bit more stressed. But at night or during weekends, it’s important to have fun or to go out or to go to the countryside house while here we may be working on Saturday and Sunday… since most places close later and stay open on weekends even Sundays.
pvtistes :

Have you discovered the historical Paris?

Patsya : The advantage of only working part-time in Paris is that in the afternoon I could wander and go to museums. Every first Sunday of the month, all the museums are free. That’s not bad! And I like that a lot because here when something is from 1930, we think it’s old while in Paris 1930, it’s almost recent history. Also, Quebec and France have a common history. In our history classes, we learn a lot of facts and events that happened in both places and to be there and to say: oh yeah, it actually happened here! Or oh I heard about this when I was 10 in my history class, it becomes real. It really happened. For example, Napoleon is a historical figure, almost mythical. To see the big N’s for Napoleon on the bridges and the Arc of Triomphe that he built to celebrate his own glory  was really impressive to me. Maybe for the French, it’s part of the landscape. But I think for the Canadians and the North Americans, to see such an old city, that was cool.
pvtistes :

Did you meet other Canadian WHVers in France?

Patsya : I was living in the outskirts of Paris, in Conflans-Sainte-Honorine, and I met Melyssa who’s from Quebec City, also on a WHV and she had the same story as mine. She had met a Frenchman and to be with him, she had decided to opt for the WHV, to come to France and to find a job. She was working in a bakery actually.
In my opinion, it’s worth travelling with a WHV or to simply leave and go travel either with the WHV or not. With the WHV as opposed to a tourist visa however, you are allowed to stay more than 90 days. Travel because you will always discover new things, meet new people, live new experiences, it’s going to leave a lasting impression, it changes who you are. I wouldn’t say I’m French, but maybe 10% Breton. There I said it! You become someone else, you grow. You don’t necessarily become a better person, but definitely a different person, more resourceful. Maybe not wealthier, but full of experiences.
pvtistes :

What would you say to Canadians who are reluctant to do a WHV in France?

Patsya : For Canadians who would like to experience the WHV in France, the advantage is to be able to travel everywhere in Europe. Especially when you come from Canada where everything is far or seems far, you arrive in France and suddenly everything is really close. In 3 hours, you can get to Switzerland or Germany.
Also, because we speak French in Quebec, we sometimes think we already know France or that the culture can’t be that different. and it turns out it’s not only about the language or the expressions, the vocabulary, but also the lifestyle or the landscapes. I had a culture shock. Even though I speak the language.
pvtistes :

So, are French people grumpy?

Patsya : I think in Paris itself it’s true that the people are a bit more stressed, but in Brittany, Jura or Bordeaux, when I was strolling around, I thought that people were very relaxed. People were super nice. Even in Paris people are nice, but a bit more critical and stressed. So you can always have a good conversation because they are opinionated. They aren’t shy to tell you their political views or to comment on events that are happening in the world or they even already have an opinion of Canada, they all know someone who comes from Canada or has traveled in Canada. There are always conversation topics.
pvtistes :

Speaking of tourism, do you have some favorites?

Patsya : One of my favorite places is Brittany where I spent almost 3 months in total. I didn’t know this region at all before. To speak the truth, I haven’t even heard about this region before. And the region of Jura because I just met my friend this morning who’s originally from that region. Bordeaux, I liked a lot, drank a lot. Bassin d’Arcachon, or even around Paris. I was in Conflans-Sainte-Honorine, but even in the outskirts of Paris there’s a lot to see such as the château de Versailles, one of the most popular attractions that you have to see once in your lifetime. We were also in Normandy. That was fun. We visited the D-Day landing beaches, the Canadian cemetery. We went around a little. What was the question?
pvtistes :

So what was your favorite? (Brittany, right?)

Patsya : Special kudos to Brittany!
pvtistes :

In one word, WHV stands for…

Patsya : ADVENTURE! It’s not guaranteed you’ll land a job. You have to take steps and go through formalities to get one. You need to find an apartment. You got to straighten out the telephone, Internet, make friends. I’m leaving for a year, but will I like it? After two months, will I get sick of the place and want to go home? Am I going to enjoy the lifestyle? Am I going to be homesick? Will I miss my friends back home? It’s an adventure because it’s the unknown and at the same time, when you get out of your comfort zone, that’s when you have the best kinds of meetings and discover new things. You shouldn’t be afraid. Adventure also means freedom. WHV is an experience that I think everyone should live. I think if everyone traveled for example with the WHV, there would be peace in the world. You meet people from different cultures. You are in vulnerable situations. You feel lonely. And then you understand others better. At home you have a circle of friends that sometimes expands, but there’s a certain core around which you revolve. And when you are on a WHV, you’re in a completely different environment without any marks. Maybe you know 1-2 people before arrival but it’s not like back home. You don’t have the same assertiveness.
pvtistes :

Would you say that knowing Florian (your boyfriend) helped you, at first?

Patsya : Definitely. In Paris, he has a lot of friends, most of them Bretons, and it helps to have that kind of network. Certainly with job hunting or just socially, to wander and go for drinks. We never felt lonely. But for the paperwork, to be honest, I had to cope on my own because he’s French, he’s already in the system. Hence it was great to only work half-days and to get my afternoons to do all the paperwork and procedures: to register with the CPAM, to get my social security number and the insurance straighten out, etc. It’s time-consuming. Good thing I speak French because I don’t know how the Anglophones do it, those who only speak English and arriving in France from Canada. Anyways, in this respect, Florian didn’t help me at all unfortunately. Although sometimes I called the administrative offices and they didn’t know how to help me either. It was often on forums, websites like Pvtistes.com and Facebook pages where I would seek info. Other Canadians WHVers in France would answer my questions, How did you do that? I have a friend, Yili, who went on WHV in France a while ago and she helped me a lot. To get the equivalence of my diploma at HEC Montreal, she told me to get a certain document. It takes this amount of time, for the insurance you should contact this company. It really helped to have someone who had gone through the experience. And same, if someone is about to embark on this journey of WHV in France, feel free to ask me questions! I know everything!
pvtistes :

What advice would you give yo future WHVers in France?

Patsya : My number one advice is  to contact someone who has been through the experience of WHV to exchange info. I also recommend to have some savings. I worked at minimum wage and in Paris, it wasn’t enough, especially with a part-time job. So to have funds in hands, it’s less stressful and it gives you the time to find work. Another advice is to manage your expectations. For example, if you are an engineer, you might not find a job related to engineering there. The WHV is a visa of about a year. So by the time you arrive, settle down, look for work, go through interviews, get used to the job environment, time flies, a year goes by very quickly. And if we are too focused on the working part, there’s no time left to enjoy the holiday part, France and what she has to offer.
pvtistes :

How would you assess your WHV?

Patsya : I am very happy. I had the one-year WHV and then a 90-day tourist visa although I only used a month of it. The summary: I discovered plenty of new sides of France. It wasn’t at all what I thought it would be. I think I had some Quebecer preconceived ideas about French people and it was maybe 5% true. In Montreal, we sometimes say: Ah the French people are annoying! They all live on the Plateau. It’s partially true but it absolutely doesn’t represent everyone. France has a lot to offer on various levels: culinary, tourism, lifestyle. I really enjoyed my time as a WHVer in France. People should go there. And I think as a Quebecer, I was well greeted. People were always joking about Celine Dion or Quebecer winters. Just for the record, it’s sometimes 35 degrees with 70% humidity. It can be very hot. It’s not always winter. People laugh a lot at our local expressions and swear words like Tabernacle or at our food that’s not *really food* such as poutine, saying that we can’t properly feed ourselves with that. Anyways, I think it helped to be Quebecer. People were always nice and had an anecdote to tell or recount.
pvtistes :

Do you have something else to say?

Patsya : Brittany is great! :p

Version française

pvtistes :

Bonjour, qui es-tu et d’où viens-tu ?

Patsya : Bonjour, je suis Patsilla et je viens de Montréal. Je suis partie en PVT en France et je suis arrivée à Nantes le 23 juin 2015.
pvtistes :

Pourquoi as-tu décidé de venir faire un PVT en France ?

Patsya : J’ai rencontré un Breton en Amérique du Sud, au Pérou plus précisément et c’était plus facile de venir le rejoindre en France.
pvtistes :

Quelles sont les démarches pour obtenir un PVT France ?

Patsya : Les démarches pour obtenir un PVT en France sont plutôt faciles pour une Canadienne. Il y a un formulaire, je crois, qu’il faut  remplir et en 2 semaines j’ai obtenu mon PVT . C’est gratuit. C’est très facile !
pvtistes :

Qu’as-tu fait en début de PVT ? C’était une vraie découverte pour toi la France ?

Patsya : J’avais déjà voyagé un peu en France, j’avais fait l’Alsace, un peu Paris, mais non je ne connaissais pas trop en fait. On a fait 2 mois en Bretagne, juillet et août avant qu’il commence l’école en septembre. On s’est promené pendant 2 mois.
pvtistes :

Ensuite, comment s’est passée ta recherche d’emploi ?

Patsya : En septembre, donc deux mois après mon arrivée, j’ai commencé à chercher un boulot sur Paris et c’était plutôt difficile en fait. Normalement je suis en « communication-marketing » mais je n’ai pas réussi à trouver un boulot dans ce domaine. Finalement, j’ai été réceptionniste dans une boîte d’assurance américaine et je travaillais seulement les avant-midi.
pvtistes :

Les employeurs connaissent-ils l’existence du PVT ?

Patsya : Effectivement, ils n’avaient pas vraiment l’habitude de voir un PVT. Je pense que les Français qui sont partis à l’étranger connaissent mais ceux qui n’avaient jamais vraiment voyagé ou les employeurs ne connaissaient pas du tout. J’ai trouvé l’emploi parce que je suis allée au salon de l’emploi à Paris, qui est place de la Concorde. Au départ, j’avais laissé beaucoup de CV dans des sociétés de marketing ou des grosses sociétés et à la fin il me restait 3-4 CV sur moi et je me suis dit « je ne vais pas rentrer avec » parce que je les ai déjà imprimés, fait que je vais juste les laisser dans les boîtes de services et d’hôtesses, et les 3 où j’ai appliqué ils m’ont tous rappelée parce que je parlais anglais et français, j’étais bilingue donc en tant qu’hôtesse c’est pas mal.  Que ce soit pour réceptionniste ou pour travailler à l’aéroport, ils cherchaient des gens bilingues, donc j’ai décidé d’aller avec ça.
pvtistes :

Il y a des différences entre le monde du travail français et canadien, selon toi ?

Patsya : Il y a quelques différences, par exemple vous avez plus de semaines de vacances, vous, les Français, avez 5 semaines de vacances au minimum, alors qu’ici c’est plutôt deux. Et puis les dimanches, y a rien d’ouvert ou presque rien d’ouvert ou pas grand-chose d’ouvert alors qu’ici c’est une journée normale. Je pense que les journées se terminent plus tôt en France, qu’ici. Pour le salaire, il y a beaucoup d’emplois en France où c’est payé au SMIC alors qu’ici je pense qu’il y en a peut-être moins, peut-être les emplois sont plus rémunérés. Bon, c’est en euros alors qu’ici c’est en dollars canadiens, avec le taux de change ça fait peut-être une différence mais y a moins de boulot au salaire minimum ici, je crois.
pvtistes :

Tu as pu te faire des amis au travail ?

Patsya : Comme mon boulot c’était réceptionniste, je parlais avec, les gens passaient devant moi, je les aidais mais ils savaient aussi que je partais bientôt donc… les collègues qui sont devenus des amis c’était en fait des gens qui étaient soit étrangers ou qui avaient déjà voyagé donc ils étaient devenus amis avec moi parce qu’ils avaient des questions ou ils étaient intéressés par mon passé ou par ma situation en France. Il y avait Annie, qui venait de la Moldavie, il y avait aussi Antonia qui était … elle n’est pas Alsacienne, je pense qu’elle vient de la Lorraine. Elle aussi, elle avait pas mal voyagé donc elle était super intéressée, on allait prendre des verres. C’était surtout ces gens-là, sinon il y avait mon superviseur mais on n’est pas allé prendre des verres du tout ensemble.
pvtistes :

Quel est ton regard sur la culture française ?

Patsya : Ce qui m’a beaucoup marqué avec la culture française, c’était la culture des longs apéros, la culture de la bouffe, de la nourriture, c’est vraiment important de bien manger, c’était très facile aussi de trouver des produits faits en France ou « grown in France » Y a une certaine fierté et puis, ils mettent beaucoup d’importance de manger organique ou biologique, ça j’ai beaucoup aimé. Et puis la variété des produits, le vin peut varier… J’ai découvert le vin de Père, du Jura, je ne connaissais pas ça avant … le Comté, je ne connaissais pas non plus avant, les huîtres en Bretagne, plein de petites choses comme ça que je ne connaissais pas avant. Le tourisme national, les Français ils vont beaucoup voyager à l’intérieur de leur pays. Ils vont faire « oh oui, on va faire une semaine dans les Pyrénées ». Ça j’aimais beaucoup, le « consommer local », que ce soit avec le tourisme ou la nourriture. Prendre le temps de vivre, de pas être trop stressé, bon peut-être les Parisiens sont un petit peu plus stressés. Le soir ou le week-end, c’est vraiment pour s’amuser ou pour sortir ou pour aller à la maison de campagne…
pvtistes :

Tu as pu découvrir le Paris historique ?

Patsya : L’avantage de travailler juste à temps partiel à Paris, c’est l’après-midi de pouvoir me promener, dans les Musées… tous les 1ers dimanche du mois, tous les Musées sont gratuits et ça c’est pas mal. Et puis j’ai beaucoup aimé parce qu’ici (au Canada) quand il y a un truc qui date de 1930, c’est comme « ah ouais, c’est trop vieux » alors que 1930 à Paris c’est quasi récent ! Le Québec et la France ont une Histoire un peu commune, on peut dire, et puis dans nos cours d’Histoire, on apprend beaucoup de faits ou d’événements qui sont arrivés, pas juste au Québec mais aussi en France et puis d’arriver là et de se dire « ah ouais ça s’est passé ici » ou « ah ouais j’en ai entendu parler quand j’avais dix ans dans mes cours d’Histoire», pour une Canadienne c’est… ça devient réel. Par exemple, Napoléon, c’est quasiment un personnage pas seulement historique, mais un peu mythique et de faire « ah oui, sur les ponts c’est marqué N dessus pour Napoléon », ou de voir l’Arc de Triomphe et de se dire « ah oui il a vraiment construit ça à sa propre gloire », c’est… Je ne sais pas, pour moi c’était vraiment impressionnant. Peut-être pour les Français ça fait partie du paysage et tout, mais pour les Canadiens ou les Nord-Américains, de voir une ville vieille, aussi vieille, c’était cool !
pvtistes :

Tu as rencontré d’autres PVTistes canadiens en France ?

Patsya : Étonnamment j’ai rencontré, parce que moi j’habitais en banlieue parisienne, j’étais à Conflans Sainte Honorine et j’ai rencontré une fille de Québec, de la ville de Québec, Mélyssa, elle aussi elle était en PVT et c’était la même chose que moi, elle aussi elle avait rencontré un Français et pour le suivre elle a décidé de faire le PVT et puis de venir en France, de se trouver un boulot. Elle travaillait dans une boulangerie, en fait.
pvtistes :

Que dirais-tu aux Canadiens qui hésitent à faire un PVT en France ?

Patsya : A mon avis ça vaut la peine de partir en PVT, ou même de simplement voyager, que ça soit avec le PVT ou pas, mais avec le PVT ça aide parce que t’as un titre de séjour de plus de 90 jours. Et puis de partir, parce que tu vas toujours découvrir de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, tu vas vivre des nouvelles expériences, et puis ça marque, ça change ton identité. Bon, je ne dirais pas que je suis française mais peut-être 10 %, je suis peut-être 10 % bretonne… voilà je l’ai placé ! Non mais tu deviens quelqu’un d’autre, tu grandis. Tu ne deviens peut-être pas une meilleure personne mais une personne différente et… tu reviens plus riche. Peut-être pas en argent mais en expérience. Pour les Canadiens, de partir en PVT en France, l’avantage c’est de pouvoir voyager partout en Europe. Surtout quand tu viens du Canada, tout est très très loin ou semble très très loin et quand t’arrives en France, tout est proche. Tu te dis « ah ouais, en 3 H je peux arriver en Suisse ou je peux aller en Allemagne, tout ça ». Je pense que parce qu’on parle français, on pense « oh oui on connaît déjà un peu la France » ou que la culture doit pas être si différente et puis finalement, pas juste la langue, les expressions, ou le vocabulaire mais juste le mode de vie ou les paysages, moi j’ai eu un choc culturel quand même, malgré que je parle la langue.
pvtistes :

Alors, les Français sont râleurs ?

Patsya : Je crois que à Paris même c’est vrai que les gens sont un peu plus stressés mais en Bretagne, ou même dans le Jura ou à Bordeaux quand je me promenais, je trouvais que les gens étaient hyper relax, les gens sont super gentils et même à Paris les gens sont gentils, ils sont peut-être un peu plus critiques, un peu plus stressés, mais tu peux toujours avoir une bonne conversation parce que justement les gens ils sont pas gênés de te dire leur opinion, que ce soit politique ou sur les événements qui se passent dans le monde, ou même ils ont déjà une opinion sur le Canada, ils connaissent toujours quelqu’un qui vient du Canada… ils connaissent quelqu’un qui a voyagé au Canada. Y a toujours des sujets de conversation.
pvtistes :

Touristiquement parlant, tu as eu des coups de cœur ?

Patsya : Evidemment la Bretagne, parce que j’y ai passé au total peut-être quasi trois mois et je ne connaissais pas du tout. En vrai, je n’avais jamais entendu parler de la Bretagne avant. Bordeaux, j’avais beaucoup aimé, on s’est promené, on a bu beaucoup… Le bassin d’Arcachon, tout ça… Et même autour de Paris, j’étais à Conflans Sainte Honorine, mais même en banlieue parisienne, tu peux voir le château de Versailles, tout ça et c’est comme « ah ouais, tu y es enfin ! » Tu en entends beaucoup parler, c’est un des trucs que tu dois absolument voir et ça c’était cool. On a été aussi en Normandie, ça c’était super, on a visité les plages du Débarquement, le cimetière canadien… Ouais on s’est promené un petit peu ! C’était quoi la question ?
pvtistes :

C’était ton coup de cœur en France ! (la Bretagne, non ?)

Patsya : Oui, mon coup de cœur, c’est la Bretagne !
pvtistes :

Le PVT en un mot, pour toi, c’est…

Patsya : L’aventure ! L’aventure parce que c’est pas garanti que t’aies un boulot, donc faut faire les démarches, faut trouver un appartement, faut se débrouiller avec le téléphone, l’internet, faut se faire des amis. C’est comme « oh je pars pendant un an », mais est ce que je vais aimer ça, est-ce qu’après deux mois je vais en avoir marre, je vais avoir envie de rentrer, est-ce que le mode de vie va me plaire, est-ce que la maison va me manquer, mes amis à la maison vont me manquer ?? Et puis c’est l’aventure parce que c’est l’inconnu mais en même temps, quand tu sors de ta zone de confort c’est là que tu fais les meilleures rencontres, que tu découvres des choses, et puis faut pas avoir peur quoi. L’aventure, c’est aussi la liberté… c’est une expérience que tout le monde devrait vivre et une fois que tu pars en PVT… ce que je veux dire , je pense que que si tout le monde voyageait, par exemple en PVT, bah les gens ils seraient, il y aurait la paix dans le monde. Tu rencontres des personnes de culture différente, t’es dans des situations où t’es vraiment vulnérable ou tu te sens seule, et après tu comprends mieux autrui. A la maison, t’as des amis, t’as un cercle et puis oui, des fois y a des gens qui se rajoutent mais au final y a comme un certain noyau et tu tournes autour du même noyau d’amis ou du travail, et quand tu pars en PVT, bah t’es dans un milieu complètement différent, t’as aucun repère ou presque, peut-être tu connais une ou deux personnes mais ce n’est pas comme à la maison, quoi.
pvtistes :

Tu dirais que ça t’a aidée d’arriver en connaissant Florian, ton copain ?

Patsya : Définitivement, parce que déjà à Paris, il avait beaucoup d’amis, la plupart bretons, mais ça aide de déjà avoir un réseau, certainement pour que ce soit le boulot ou juste le côté social, de se promener et de se dire « ah ouais, ok, on va aller boire un verre avec telle personne et là maintenant avec telle personne… », donc on ne se sent jamais seul. Mais en vrai, pour l’administration, on doit se débrouiller tout seul parce que, comme il est déjà Français, il est déjà dans le bain, il est déjà dans le système. Et justement c’était cool de travailler juste l’avant midi parce que l’après-midi j’avais le temps de faire toutes les démarches, de m’enregistrer avec la CPAM, de faire mon numéro de sécurité sociale, de m’arranger avec les assurances…ça prend beaucoup de temps, et une chance que je parle français parce que je ne sais pas comment les anglophones ils font, ceux qui parlent seulement anglais et qui arrivent du Canada, je ne sais pas comment ils font… Mais de ce côté-là, il ne m’a pas du tout aidée, non. C’était beaucoup justement les forums, le site internet de PVTistes, mais aussi les forums de discussions, les pages Facebook, de poser des questions avec d’autres PVTistes canadiens en France, de s’échanger des informations, « comment toi t’as fait… ». J’avais une amie, Lili, qui était partie en PVT il y a… quelques années, elle m’a énormément aidée, donc voilà faut que t’obtiennes pour l’équivalence de ton diplôme au HEC Montréal, faut que tu demandes tel document à HEC etc… ça prend ce nombre de temps et après pour les assurances tu devrais contacter telle compagnie… ça a vraiment aidé d’avoir quelqu’un qui était déjà parti. Et moi pareillement, si quelqu’un part en PVT en France, je vais être « pose moi les questions, moi je connais tout ! »
pvtistes :

Quels conseils donneraient-tu aux futurs PVTistes en France ?

Patsya : Le conseil n°1, ça serait de contacter quelqu’un qui est déjà parti, pour justement échanger des informations… Mais aussi d’avoir un peu d’argent, ça aide parce que travailler, moi j’ai travaillé au SMIC, c’était difficile à Paris d’avoir un SMIC à temps partiel. D’avoir de l’argent, déjà c’est moins stressant, et puis ça donne plus le temps de chercher un boulot. Et aussi peut-être d’avoir des attentes, par exemple si tu travailles en Génie, bah tu vas peut-être pas avoir un boulot en Génie là-bas. Parce que le PVT c’est un visa d’un an donc le temps de trouver un boulot de passer les entrevues, de s’installer dans le boulot c’est… je veux dire l’année est vite passée. Et pis si on est trop focusé sur le boulot, après t’as pas le temps de profiter de la France, de tout ce qu’elle a à apporter.
pvtistes :

Quel bilan dresses-tu de ton PVT ?

Patsya : Je suis très contente, en fait j’ai fait le PVT d’un an et après j’ai fait un visa touriste, normalement c’est 90 jours mais j’y suis restée seulement un mois. Le bilan… J’ai découvert plein de nouvelles facettes de la France, c’était pas du tout comme je pensais. Je pense j’avais un peu des préjugés de Québécois sur les Français, et puis c’est peut-être juste 5 % des français qui sont comme ça. A Montréal, on va dire « aah les Français sont chiants… Ils vivent tous sur le Plateau» C’est partiellement vrai mais ça représente pas du tout… La France a beaucoup à offrir, que ce soit au niveau culinaire, pour le tourisme mais aussi le mode de vie, les gens sont… je sais pas… moi j’ai beaucoup aimé. Je pense qu’en tant que Québécoise, j’ai été bien reçu, les gens faisaient toujours des blagues sur Céline Dion, ou sur notre hiver québécois, euh, just for the record, il fait 35° des fois, hein, avec l’humidité à 70% il fait très très chaud, c’est pas toujours l’hiver ! Mais les gens ont beaucoup ri avec les expressions qu’on avait, genre « Tabarnak » ou notre bouffe qui n’est pas vraiment de la bouffe, genre la poutine, ce n’est pas vraiment de la bouffe, genre on n’est pas capable de se nourrir ou… Ça a aidé d’être Québécoise, les gens étaient super gentils, tout le temps, ils avaient toujours une anecdote à raconter.
pvtistes :

Quelque chose à ajouter ?

Patsya : La Bretagne c’est super ! :p

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (2)

14 Commentaires

Alyson
61 128
Je sais que le fait que ça soit un CDI peut poser problèmes pour certains employeurs et pvtistes. C’est peut-être là que ça a coincé.
Eloise
0 5
Bonjour… j’ai une question pour vous… on m’a dit que pour les canadien détenant un pvt en France, on ne peut pas travailler plus de 25 heures semaines… Est-ce le cas? Merci!!
Patsya
1 5
je nai pas la même information. il n’y a normalement pas de restrictions d’heures.
Patsya
1 5
Je travaillais à temps partiel (25h/sem), mais j’avais une copine canadienne qui était aussi en pvt à Paris et qui travaillait à temps plein. La question du nombre d’heures permis ne s’est jamais posée.
isa
6.1K 9K
Non, il n’y a pas de restrictions d’heures. C’est le cas uniquement pour les PVTistes français qui partent en Corée du Sud
Eloise
0 5
merci! comme ton premier conseil est de contacter une personne qui a déjà faite un pvt en France…. me permettrais-tu de pouvoir communiquer avec toi? pour quelques questions de bases?? 🙂 je connais beaucoup de Français qui ont fait un pvt au Québec mais aucun canadien qui est allé en france avec ce visa…. sur Facebook tu peux me trouver comme Eloise Raymond-Desrosiers… merci a l’avance!!
Alyson
61 128
Bonjour Eloise, la restriction d’heures dont tu parles s’applique si tu as un VISA études. Avec un VISA études tu ne peux pas travailler plus de 20h par semaine en France. Je suis présentement à Toulouse en tant que pvtiste 🙂 bon courage à toi!
Eloise
0 5
Merci! j’ai une amie en pvt en France et lors de son renouvellement, la dame n’a pas voulu lui renouveler car elle faisait du 35 heures semaine.. Mais tous semble dire qu’il n’y a pas de restriction et aucune info sur le sujet non plus…. je vais transmettre le message a mon amie! merci beaucoup!.
Céline
2 11
Super interview merci 🙂
Patsya
1 5
c’était ben ben le fun de la faire 😉
Nicolas
0 9
Une Québécoise a goûté du vin du Jura youhouuu ! Super interview 😉
Hélène
7.6K 13.4K
Bretagne et vin du Jura… Elle est parfaite, Patsilla, einh ?! 🙂
Patsya
1 5
et c’était trop bon!
Nicolas
0 9
parfait alors 🙂

Articles recommandés