Rencontrer des Français pendant un voyage à l’étranger

Article publié le 18-01-2018.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Quand on part pour un voyage à l'étranger et d’autant plus pour un voyage d’un an, comme c’est le cas en PVT, on part parfois avec certaines certitudes dans les bagages et l’une que je retrouve le plus souvent dans les récits de voyageurs français, que ce soit une première expérience ou pas pour eux, c’est qu’il ne faut pas côtoyer de Français.

Le rejet des Français

“Ne pas rencontrer de Français”, “ne pas rester entre Français”, “éviter aux maximum les Français”... pourquoi finalement ? Qu’ont-ils ces Français pour qu’on ne veuille pas les rencontrer, pas vivre, voyager, travailler avec eux. Ne sommes-nous pas Français nous-même ?

Beaucoup évoquent l’envie d’apprendre l’anglais et se sentent, par avance, handicapés par ces Français qui pourraient être en trop grand nombre dans leur entourage. C’est vrai, être immergé dans un environnement anglophone, c’est un gros plus pour s’améliorer mais, si on parle vraiment mal anglais, encore faut-il rencontrer des anglophones qui prendront le temps de répéter leurs phrases et de deviner ce que le nouveau Frenchy cherche à dire.

Avec un niveau assez bas, ça peut être très dur de bien parler si personne ne vous prête attention. En voyage, parfois, les rencontres sont éclair, les gens ne restent pas plus d’une ou deux semaines à un endroit, pas évident donc de se lier d’amitié avec eux si on a du mal à s’exprimer.

Un PVTiste en Australie parle justement de son objectif initial de ne pas côtoyer de Français et de la difficulté d’avoir une conversation poussée avec les non-francophones de son auberge de jeunesse : Un début de WHV en Australie avec un niveau d'anglais moyen.

Difficile, aussi, de ne pas se retrouver, de ne pas faire de blagues, de ne pas rire aux blagues des autres ou encore de ne pas faire de l’esprit quand c’est ce qui nous caractérise en français. Pas évident non plus de draguer maladroitement un(e) anglophone quand on est généralement à l’aise dans ce genre de situations et c’est souvent frustrant d’avoir quelque chose à dire dans une conversation qui nous intéresse mais de ne pas pouvoir le faire de façon spontanée (au risque que le sujet de conversation change) avec les mots adéquats et avec l’aisance qu’on a habituellement.

L’important, c’est d’avoir un environnement anglophone en parallèle de son environnement francophone, voire hispanophone ou italophone, les voyageurs viennent de partout ne l’oublions pas ! Travailler en anglais et/ou vivre avec des non-francophones et/ou avoir un cercle d’amis non-francophones et/ou avoir une passion commune avec des non-francophones, c’est ça qui compte ! Vivre 100 % en français, c’est gênant si on veut apprendre l’anglais, c’est certain. Passer sa journée à parler anglais et retrouver ses amis français de temps en temps le soir, par exemple, ça n’est pas problématique. Travailler avec des Français mais jouer au football avec des non-francophones ou retrouver sa petite-amie ou son groupe d’amis qui ne parlent pas un mot de français, ça fonctionne aussi !

Lorsqu’on a un niveau d’anglais correct, voire carrément bon, l’anglais n’est pas un argument valable. Dans ce cas, il s’agit plutôt d’une envie de rencontrer des locaux.

L'envie de rencontrer des locaux

Rencontrer des locaux, c’est facile, créer une relation avec eux, c’est souvent beaucoup plus compliqué et ce sont souvent d’autres voyageurs, venus de partout dans le monde, que l’on rencontre en plus grand nombre. Pourquoi rencontrer un Irlandais vaudrait-il mieux que de rencontrer un Français ?

Je dirais que ça dépend de la personne, de son caractère, de sa gentillesse, de son humour ou de son physique pourquoi pas, si on parle de rencontre amoureuse. Si on se retrouve face à un Irlandais super et à un Français crétin, allons vers l’Irlandais ! Si le Français est drolissime et l’Irlandais ennuyeux à mourir, marrons-nous avec le Français. Les deux ne valent pas la peine d’être connus ? Traçons notre route.

Les deux sont géniaux ? Pourquoi ne pas se créer des souvenirs mémorables avec les deux, pourquoi ne pas rire avec les deux ? Pourquoi ne pas se remémorer ce quartier d’une ville française avec le Français ? Pourquoi ne pas se donner rendez-vous 8 mois à l’avance pour boire un verre à notre retour en France ? Pourquoi se priver de reparler, autour de ce verre, de ces délires et de ces anecdotes vécus 8 mois auparavant avec l’Irlandais et les autres ?

Pourquoi s’empêcher de garder à vie ce Français dans un coin de sa tête en repensant à cette année folle loin de chez soi ? Pourquoi même risquer de ne pas le rencontrer alors qu’au final, on ne concevra pas une soirée sans lui une fois rentré en France ? Pourquoi en arriver à détester les Français sous le seul prétexte qu'ils sont français (avec une copine, on s’est fait insultées par un Français dans un supermarché car il en avait marre de voir des Français partout - il aurait sans doute mieux fait de quitter Sydney, dans un premier temps) ?

Venus pour rencontrer d'autres personnes

Beaucoup disent qu’ils ne sont pas là pour ça, pas là pour rencontrer des Français, pour rencontrer ces gens qu’ils auraient pu rencontrer en France. Notons tout de même, malgré la taille de certains pays du PVT, que la France n’est pas un si petit pays. Certains viennent de Marseille, d’autres sont Bretons, d’autres n’ont jamais quitté la capitale quand d’autres ont sauté le cap de quitter leur toute petite ville pour s’envoler à plus de 5 000 ou 10 000 km de chez eux.

Certains partent à 18 ans, d’autres à 25, d’autres encore quelques jours avant leur 32e anniversaire (voire leur 36e anniversaire s’ils partent au Canada !). Certains travaillent dans l’aéronautique, d’autres dans l’informatique, d’autres chôment depuis plus d’un an, quand d’autres terminent tout juste leurs études. Un menuisier de 27 ans qui vit dans une petite ville près de Bordeaux aura-t-il mille occasions de rencontrer ce jeune diplômé de 22 ans qui envisage de devenir journaliste chez lui, à Lille ? Pourtant, au Canada, ils deviendront peut-être les meilleurs amis du monde.

Et puis, il n’est pas toujours nécessaire de vivre loin pour ne pas se rencontrer, les sites de rencontres utilisent cet argument à tort et à travers dans leurs campagnes publicitaires. Il faut parfois faire 10 000 km pour rencontrer quelqu’un qui sera primordial dans sa vie et qui vivait pourtant à 15 km de chez soi (je sais de quoi je parle !).

C’est aussi ça la magie du voyage. On est amené à rencontrer des personnes venues du monde entier mais également de son propre pays, qui n’ont rien à voir avec nous ou à l’inverse qui sont notre reflet dans le miroir. Ces rencontres peuvent être riches ! Pourquoi s’en priver ?

Sans oublier que, faire des crêpes à la Chandeleur, jouer aux cartes, rêver de fromages et de viennoiseries ou encore délirer sur un tube ringard avec des Français, ça n’a pas de prix ! Partir loin pour vivre autre chose ne passe pas forcément par l’abandon total de ce qui nous a construit depuis 20 ou 30 ans. Parfois partir, c’est savoir laisser de côté ce dont on n’a pas besoin pendant une année tout en gardant cette petite French touch qui fait de nous ce que nous sommes !

Le but du voyage : découverte de soi, découverte des autres

On a vite fait d’attribuer un seul et unique objectif à un voyage : la découverte, avec ce que ça inclut, le dépaysement culturel, naturel, linguistique et humain. C’est vrai, c’est magique de découvrir d’autres paysages, d’autres us et coutumes, une autre langue et bien sûr des personnes qui ont évolué dans un environnement tout autre. Mais est-ce qu’on peut simplement réduire l’intérêt du voyage à ces découvertes ?

Chacun a sa définition du voyage et ses envies et besoins qui le poussent à partir. Pourtant, nombreux sont les voyageurs qui reviennent de leur voyage changés.

Premier voyage, premier voyage en solo, premières sensations de liberté, de légèreté, d’absence de pression, premières impressions de vivre autre chose, de pouvoir tout faire, tout voir, aller partout... quelle qu’en soit la cause précise, un voyage rime souvent avec une série de premières fois. On se teste, on va plus loin, on se sent plus capable, on est là pour soi, pour vivre l’expérience de sa vie, pour se lâcher, pour suivre ses envies, s’écouter, vivre à fond, kiffer quoi !

La découverte, c’est sans doute aussi, ou surtout - à vous de choisir - la découverte de soi. On revient souvent plus serein d’un voyage, on sait plus de choses sur soi, pas forcément sur qui on est mais sur ce qui nous a fait vibrer et ce qu’on n’a pas aimé. C’est sans doute là l’une des clés du bonheur que de savoir dans quoi on veut mettre les pieds et ce dont on souhaite s’éloigner.

Vivre à fond, c’est s’ouvrir à tout ce qui vaut la peine d’être vécu, des choses à faire, à voir et des personnes à rencontrer et à aimer.

Le PVT est un programme merveilleux. Il envoie chaque année plusieurs dizaines de milliers de Français, entre autres, aux quatre coins du monde. Chacun part pour la ou les destination(s) qui suscite(nt) le plus de curiosité et d’intérêt chez lui. Pourquoi, parmi ces Français, n’y aurait-il pas de perles rares ?

Loin de moi l’idée de vouloir exposer ici une vérité absolue, simplement ma vérité, qui s’est imposée à moi après mes deux expériences en PVT. La liste pourrait être longue, mais je vais prendre deux exemples assez parlants.

Si je n’avais pas voulu rencontrer du tout de Français, je n’aurais pas connu, en Australie, celle qui est ma meilleure amie aujourd’hui et avec qui j’ai beaucoup voyagé. Je n’aurais pas non plus rencontré une autre de mes amies au Canada, grâce à qui, à mon retour d’Australie, j’ai trouvé un boulot vraiment sympa et où j’ai rencontré mon chéri, avec qui je suis depuis 6 ans maintenant.

Ces 2 amies ont fait partie des 4 témoins de notre mariage il y a 6 mois...

Quand je revois mes amis français de voyage (forcément plus souvent que ceux qui vivent plus loin en Europe ou carrément à l’autre bout du monde), rares sont les fois où on ne parle pas du van de, du jour où, du mec qui, de la période où on avait plus un rond, ou encore des soirées qu’on faisait ici et là. Pourtant, on ne s’est cotoyés que deux ou trois mois, à Sydney, avant de partir faire nos voyages respectifs. Parfois, on a réussi à se croiser sur la route, en Australie, et ces retrouvailles étaient vraiment super.

Je ne dis pas qu’il faut céder à la facilité et ne côtoyer que des Français ou encore rester avec des Français juste parce que c’est plus facile, loin de là ! Selon le pays où on va, on peut rencontrer des Australiens, des Canadiens, des Néo-Zélandais, des Japonais, des Coréens, des Anglais, des Irlandais, des Argentins, des Brésiliens, des Allemands, des Suédois et j’en passe. Parmi ces gens, certains ne vous feront ni chaud ni froid, certains seront de vrais coup de cœur, quand d’autres vous déplairont immédiatement. Choisissez de vivre des choses avec les personnes qui vous correspondent...

Bon voyage à tous.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !
Évaluation de l'article
5/5 (1)

Articles recommandés

[Dossier]

Louer une voiture au Canada

[Interview]

Nadia, Romain et leur chat : l’aventure autour du monde

[Récit de voyageur]

On a testé les Food Courts

[News]

Changements pour le PVT Australie : vous pourriez faire jusqu’à 3 PVT !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
katia
3.4K 179
#879495

Wahouuuuu super article, bravo pour le mariage

{{likesData.comment_879495.likesCount}}
Sébastien
1.1K 39
#879506

Super article Lilou merci !

Je partage complètement ton point de vue, je pars sans prérogatives définies à l'avance et advienne que pourra ! :-)

Ton témoignage illustre bien que tout peut arriver c'est super !

{{likesData.comment_879506.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K
#879507

Message de PoupeiiLiloo
Wahouuuuu super article, bravo pour le mariage

Merci

{{likesData.comment_879507.likesCount}}
#879568

Super article !!! Tu as mis en mots ce que je pense depuis plusieurs mois que je voyage en NZ et rencontre des tas de gens (dont un bon lot de Français qui veulent éviter les Français, haha ^^) !

{{likesData.comment_879568.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K
#879583

Message de euskaldunak
Super article !!! Tu as mis en mots ce que je pense depuis plusieurs mois que je voyage en NZ et rencontre des tas de gens (dont un bon lot de Français qui veulent éviter les Français, haha ^^) !

J'ai connu quelques personnes qui se sont forcées à rester avec des non-francophones et qui n'ont finalement pas accroché avec eux et ont un peu gâché leur voyage et je trouve ça super dommage. Un con non français vaut mieux qu'un Français génial ? (désolée mais là ça m'échappe...).

Faut côtoyer la personne et faire le choix de voyager/vivre avec elle.

{{likesData.comment_879583.likesCount}}
#879602

Bel article et beau témoignage ;-)

{{likesData.comment_879602.likesCount}}
#879606

Superbe article =).

Pour ma part, j'ai vécu 9 mois à Séville en Espagne et en fait, c'était très difficile pour les Erasmus, d'être amis avec des espagnols, dans la mesure où eux s'en foutaient de fréquenter des étudiants qui, 9 mois après seront rentrés dans leurs pays respectifs...
Donc je fréquentais en soirées, beaucoup d'italiens en Erasmus comme moi (surtout des italiennes, adorables ^^) mais, les 3/4 du temps je restais qu'avec des français. Et j'ai fait de superbes rencontres, nous sommes même allé aux îles Canaries tous ensembles et, aujourd'hui encore nous sommes toujours en contact.

Mais parfois je regrette un peu car, certes mon espagnol a beaucoup progressé, mais aujourd'hui je me rends compte que j'aurai vraiment pu être bilingue si je n'étais resté qu'avec des espagnols or c'est loin d'être le cas...

Mais mes colocataires étaient toujours toujours absents et je remercie les français de ne pas m'avoir abandonnés à la solitude de mon grand appartement !!!

{{likesData.comment_879606.likesCount}}
morgane
40 10
#879623

Voilà un récit qui m'a vraiment touché et fait réfléchir ^^ c'est vrai que j'avais aussi un peu cet a priori quand à mon PVT a Montréal ( on part d ici 1 mois) et en fait c'est vrai que c'est être fermé de se bloquer à rencontrer des Français ! donc je prend note et essaierai de faire surtout des belles rencontres qu'elles soient avec des Français, des canadiens, et même des irlandais ;-)
merci pour vos belles histoires et longues vies aux futurs mariés !

{{likesData.comment_879623.likesCount}}
Davy
5.2K 1.1K
#879624

Très bel article, très bien écrit, il y a vraiment tout. Si juste un petit truc, pour séduire tu n'es pas obligé de parler, du moins au début

{{likesData.comment_879624.likesCount}}
isa
9.2K 6K
#879631

Message de DavyBZH
Très bel article, très bien écrit, il y a vraiment tout. Si juste un petit truc, pour séduire tu n'es pas obligé de parler, du moins au début
T'as un sex appeal de dingue, c'est pour ça ?
Merci Julie pour ce superbe article, j'aime tout simplement ce que tu dis, et ça correspond tout à fait à ma façon de voyager. C'est marrant parce qu'il n'y a qu'une fois que je me suis sentie "agressée" : j'étais sur le parking d'un supermarché perdu au milieu de l'Utah, il y avait trois voitures, et je parlais avec ma copine en faisant notre liste à voix haute. Un gars, cinquantenaire, nous alpague de loin "ehhhhhhh les françaises hein !!!!", sans dire bonjour ni merde... Pour la première fois, je me suis sentie un peu agacée par mes compatriotes à l'étranger

{{likesData.comment_879631.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre