1. #121
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Messages
    13 436
    Likes reçus
    7 561
    Message de Maxportnoy
    Pas de chance ou le signe que je devais rentrer… L’avenir mele dira.
    Tu as vécu une expérience traumatisante et c'est normal d'être en état de choc.
    J'ai eu récemment 2 accidents avec fracture du dos qui m'ont donné une peur folle de me retrouver paralysée.
    ça n'a pas été le cas, j'ai passé 2 x presque 3 mois allongée à rien faire mais entre ça et d'autres soucis de santé que j'ai depuis le début de l'année, je connais aussi des crises d'angoisses comme tu les décris et même si cette fois-ci ce n'est pas du à un accident, le médecin m'a aussi parlé de SPT.
    Je pense qu'on réalise un peu violemment qu'on est mortels et fragiles finalement, et c'est très bouleversant et flippant.
    Là en plus tu es loin de ta famille, des tes amis, de tes repères, nul doute que ça augmente l'angoisse.

    Rentrer ou pas, y a que toi qui saura ce qu'il te faut, suis ton instinct.
    ça ne sera pas un échec si tu rentres, tu n'as rien fait pour que ça arrive et tu ne peux pas t'en tenir pour responsable.
    Si tu souhaites essayer de rester un peu plus, je te conseille de te rapprocher des super collègues et coloc dont tu parles, libère ta parole auprès des gens qui pourront t'écouter et t'entourer.
    N'hésite pas à aller voir un médecin pour en parler et peut-être te faire prescrire des médicaments, même légers, te permettant de mieux gérer l'angoisse.

    En tout cas, ne reste pas seul avec ton anxiété, c'est déjà bon signe que tu saches en parler ici, et on te soutiendra du mieux qu'on peut.
    Bon courage!

  2. Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

    Retrouvez toutes les informations les plus à jour possible au sujet du COVID-19 et de ses répercussions sur les pvtistes !
  3. #122
    Avatar de Maxportnoy
    Maxime 37 ans

    Messages
    44
    Likes reçus
    8
    Merci pour vos reponses les filles vous etes tops. Je pense me faire un peu de repos en France en Decembre pour aller tenter ma chance a Montreal en Janvier Fevrier. Apres tout mon PVT durera encore 6 mois!!! Je vous tiens au courant.


  4. #123
    Avatar de murielj
    Muriel 37 ans

    Messages
    21 551
    Likes reçus
    10 186
    Message de Maxportnoy
    Merci pour vos reponses les filles vous etes tops. Je pense me faire un peu de repos en France en Decembre pour aller tenter ma chance a Montreal en Janvier Fevrier. Apres tout mon PVT durera encore 6 mois!!! Je vous tiens au courant.
    ça me paraît une très bonne solution. En plus, tu pourrais essayer de voir un médecin en France sans que ça te coûte une blinde
    Franchement, après tes soucis, si t'arrives à rebondir comme ça, chapeau ! (et même si finalement tu n'y arrives pas, chapeau pour ce que tu as déjà accompli )


  5. #124
    Avatar de Maxportnoy
    Maxime 37 ans

    Messages
    44
    Likes reçus
    8
    Me voila donc de retour en France avec qu une envie : repartir !!!
    Je pense partirvers février a Toronto ville que je ne connais pas du tout mais qui me tentebien !!!!!


  6. #125
    Avatar de JulieTravels
    Julie 28 ans

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Bonjour à tous,

    Je voudrais contribuer un peu à cette discussion, car je trouve que ce sujet n'est pas assez présent sur le forum (ce que j'ai beaucoup regretté).
    Alors je suis partie en pvt en octobre 2014 à Toronto et me revoilà déjà revenue en Belgique.

    Déjà j'ai commis certaines erreurs avant de partir : arriver en hiver au Canada, ce n'est pas une bonne idée + j'étais épuisée quand je suis partie (travail à temps plein + travail de fin d'études à terminer).

    Arrivée là bas, ma première difficulté a été de trouver un logement. Je pensais pas que ça allait être aussi difficile. Entre les logements trop petits, trop sales, pas vivables et ceux qui sont super loin, ça n'a pas été facile de trouver. Pour finir j'ai été assez chanceuse, j'ai trouvé en deux semaines dans un chouette quartier.
    Mais entre temps, j'ai eu la malchance de rencontrer les punaises de lit. Pas facile de faire des visites d'appartements avec des piqûres plein les mains, les bras, le cou et même les joues. En plus de ça, je ne dormais plus, de peur de les voir revenir.
    Heureusement, j'ai eu le bon réflexe de directement nettoyer et sécher mes vêtements à haute température (j'ai perdu beaucoup de vêtements en agissant ainsi, mais bon, c'était le prix à payer pour m'en débarrasser).
    Toutefois, pendant un mois certainement, j'ai stressé, de peur d'en ramener dans mon nouveau logement ou de les transmettre à qqun d'autre. J'étais clairement devenue paranoïaque.
    Rien de tout ça n'est heureusement arrivé.

    Ensuite la recherche de boulot. Bien qu'ayant un très bon niveau d'anglais (je peux comprendre et entretenir une conversation sans problème), ça n'a pas été si évident à cause des fameuses références canadiennes.
    Bref pour finir j'en suis arrivée à cumuler deux jobs. J'ai bossé plus de 50h par semaine. Puis j'ai dit stop et j'ai quitté un des deux jobs (l'un des deux m'offrait un temps plein).
    Cette semaine où j'ai fait 55h m'a achevée. Je n'étais pas venue au Canada pour me faire crever au travail au salaire minimum.
    J'étais venue pour voyager et découvrir le pays, mais, pour voyager au Canada, il faut de l'argent et du temps, ce que je n'avais pas puisque je bossais (et donc ne voyageais pas) et si je voyageais, je pouvais très difficilement payer mon loyer et ma nourriture.

    J'en pouvais plus de galérer seule. Mes colocs étaient géniales, mais ne pouvaient pas m'aider. Bien entendu j'avais rencontré des pvtistes à Toronto, mais dans le fond (et même si j evais garder contact avec certains d'entre eux) ils ne savent pas te rassurer comme tes amis de longue date ou ta famille...
    Moi qui avais toujours mangé sainement, je n'arrivais pas à m'habituer et à retrouver les aliments que je mangeais avant, je ne cuisinais plus...

    Tout ça pour dire que j'étais perdue : rentrer et "avoir échoué" (c'est ce que je ressentais, de n'avoir réussi à m'adapter) ou rester et continuer à me sentir mal (je pleurais très très souvent).
    J'ai choisi de rentrer.
    Non sans regrets, car mon dernier mois au Canada a été génial (voyages au Québec, soirées super chouettes, rencontres). Mais j'étais perdue (et je le suis toujours) et j'avais besoin d'être entourée...

    Désolée pour ce roman, mais voilà, je voulais juste montrer que le PVT n'est pas toujours rose et que oui, certaines personnes rentrent pcq elles ne s'habituent pas ou se sentent mal.


  7. #126
    Avatar de murielj
    Muriel 37 ans

    Messages
    21 551
    Likes reçus
    10 186
    Message de JulieTravels
    Tout ça pour dire que j'étais perdue : rentrer et "avoir échoué" (c'est ce que je ressentais, de n'avoir réussi à m'adapter) ou rester et continuer à me sentir mal (je pleurais très très souvent).
    J'ai choisi de rentrer.
    Non sans regrets, car mon dernier mois au Canada a été génial (voyages au Québec, soirées super chouettes, rencontres). Mais j'étais perdue (et je le suis toujours) et j'avais besoin d'être entourée...

    Désolée pour ce roman, mais voilà, je voulais juste montrer que le PVT n'est pas toujours rose et que oui, certaines personnes rentrent pcq elles ne s'habituent pas ou se sentent mal.
    Merci pour ton témoignage, c'est bien d'avoir des retours variés, pour que les gens se préparent au mieux. J'espère que ton retour te permettra, paradoxalement de prendre un nouveau départ

  8. #127
    Avatar de Opsiala
    Cyril 35 ans

    Messages
    27
    Likes reçus
    19
    Message de JulieTravels
    Désolée pour ce roman, mais voilà, je voulais juste montrer que le PVT n'est pas toujours rose et que oui, certaines personnes rentrent pcq elles ne s'habituent pas ou se sentent mal.
    Tu as ramené des puces en France??? ^^

    Je connais cette galère j'en ai déja eu. Je crois que les puces aiment bien certaines personnes, et c'est très énervant !!!

    Merci d'avoir partager ton expérience ça aide les futurs voyageurs à voir les difficultés que l'on peut rencontrer
    Dernière modification par Helene ; 10/02/15 à 16:50. Motif: erreur de quote

  9. #128
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Messages
    13 436
    Likes reçus
    7 561
    Message de JulieTravels
    Tout ça pour dire que j'étais perdue : rentrer et "avoir échoué" (c'est ce que je ressentais, de n'avoir réussi à m'adapter) ou rester et continuer à me sentir mal (je pleurais très très souvent).
    J'ai choisi de rentrer.
    Non sans regrets, car mon dernier mois au Canada a été génial (voyages au Québec, soirées super chouettes, rencontres). Mais j'étais perdue (et je le suis toujours) et j'avais besoin d'être entourée...

    Désolée pour ce roman, mais voilà, je voulais juste montrer que le PVT n'est pas toujours rose et que oui, certaines personnes rentrent pcq elles ne s'habituent pas ou se sentent mal.
    Je suis désolée de lire que l'aventure PVT n'a pas été super du début à la fin pour toi.
    J'espère que tu vas retrouver tes marques maintenant que tu es de retour et ne crois pas que c'est un échec, même si ça n'a pas été idéal, tu as appris des choses, sur toi et sur la vie, qui te serviront dans la vie.
    Reste concentrée sur les bons moments que t'as eu.
    N'hésite pas à revenir nous en parler

    Message de Maxportnoy
    Me voila donc de retour en France avec qu une envie : repartir !!!
    Je pense partirvers février a Toronto ville que je ne connais pas du tout mais qui me tentebien !!!!!
    Alors Maxime, quoi de neuf de ton côté?

  10. #129
    Avatar de Orca8
    Marlène 34 ans

    Messages
    489
    Likes reçus
    153
    Message de JulieTravels
    Mais entre temps, j'ai eu la malchance de rencontrer les punaises de lit. Pas facile de faire des visites d'appartements avec des piqûres plein les mains, les bras, le cou et même les joues. En plus de ça, je ne dormais plus, de peur de les voir revenir.
    Après avoir trouvé ma 2è coloc, j'ai lavé les draps de mon lit, car la fille avant moi ne l'avait pas fait. J'ai tout mis à la laveuse, tout tout. Ensuite je voyait plein de points noirs sur le matelas, c'était surement les puces de lit. J'ai passé l'aspi sur le matelas et j'ai pas eu de problèmes après.

    Message de JulieTravels
    Moi qui avais toujours mangé sainement, je n'arrivais pas à m'habituer et à retrouver les aliments que je mangeais avant, je ne cuisinais plus...
    J'ai eu le même problème aussi, j'ai perdu 5 kilos :/ c'était trop le drame pour moi. Mais j'ai pu les reprendre en un mois à mon retour en France. Cette histoire m'a mise en garde maintenant, je ne me négligerai plus et j'apporterai des livres de recettes avec moi quand je repartirai.
    En tout cas c'était un plaisir de te lire, j'ai un peu vécu la même chose, aussi avec des logements difficile à trouver qui ne rentraient pas dans mes critères (trop vieux, trop sombre).

  11. #130
    Avatar de JulieTravels
    Julie 28 ans

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Je pense aussi que ça aidera les gens à se sentir moins seuls... Pcq j'ai parcouru le forum et je n'ai pas trouvé de personnes dans la même situation que moi. J'avais l'impression d'être la seule à ne pas m'être acclimatée...

    Message de murielj
    Merci pour ton témoignage, c'est bien d'avoir des retours variés, pour que les gens se préparent au mieux. J'espère que ton retour te permettra, paradoxalement de prendre un nouveau départ
    Merci. Je n'avais pas prévu de rentrer aussi tôt, je dois donc réfléchir à un plan B. Mais je vais rebondir

    Message de Opsiala
    Tu as ramené des puces en France??? ^^
    Non, c'était au début de mon séjour au Canada ça, une semaine après mon arrivée (la chaaaance). Je n'ai été piquée qu'une seule nuit en réalité. Mais j'ai des piqûres qui sont apparues jusqu'à 5 jours après (apparemment ça se produit des fois) !

    Message de Helene
    Je suis désolée de lire que l'aventure PVT n'a pas été super du début à la fin pour toi.
    J'espère que tu vas retrouver tes marques maintenant que tu es de retour et ne crois pas que c'est un échec, même si ça n'a pas été idéal, tu as appris des choses, sur toi et sur la vie, qui te serviront dans la vie.
    Reste concentrée sur les bons moments que t'as eu.
    N'hésite pas à revenir nous en parler
    A la fin, elle a été vraiment chouette. Pcq j'ai décidé de rentrer sans trop de regrets. J'étais venue pour voyager et découvrir, je suis donc partie faire un voyage.
    Avec l'argent de mon dernier mois de loyer et les qques économies que j'avais, je suis partie parcourir le Québec en 10 jours J'ai visité Québec (où j'ai fait du chien de traineau), Montréal et Ottawa. Je me suis rendue compte que j'étais bien plus heureuse en voyageant et surtout que la solitude qui me pesait à Toronto, je ne la ressentais plus du tout en voyageant et en bougeant. Je ne me connectais presque jamais sur mon pc, alors qu'avant je pouvais y passer des heures !

    C'est vrai que pour le moment par contre je suis perdue. Je ne sais pas trop quoi faire. Je déteste devoir dire aux gens que je suis rentrée. J'ai l'impression de devoir me justifier tout le temps...

    Merci en tout cas

    Message de Orca8
    Après avoir trouvé ma 2è coloc, j'ai lavé les draps de mon lit, car la fille avant moi ne l'avait pas fait. J'ai tout mis à la laveuse, tout tout. Ensuite je voyait plein de points noirs sur le matelas, c'était surement les puces de lit. J'ai passé l'aspi sur le matelas et j'ai pas eu de problèmes après.
    J'étais devenue complètement parano car j'avais lu des histoires de gens qui n'arrivaient pas à s'en débarrasser. Du coup c'est vraiment affolant. Puis je ne savais pas ce qu'il allait se passer si les punaises m'avaient suivie jusque dans mon appartement. Qu'est ce que j'aurais dû dire à mes colocs? Allaient-elles me détester? Serais-je obligée de payer?
    Bref tout ça m'a beaucoup stressée et je dormais très mal (je me réveillais 3x par nuit pour m'inspecter à la recherche de nouvelles piqûres).

    Message de Orca8
    J'ai eu le même problème aussi, j'ai perdu 5 kilos :/ c'était trop le drame pour moi. Mais j'ai pu les reprendre en un mois à mon retour en France. Cette histoire m'a mise en garde maintenant, je ne me négligerai plus et j'apporterai des livres de recettes avec moi quand je repartirai.
    En tout cas c'était un plaisir de te lire, j'ai un peu vécu la même chose, aussi avec des logements difficile à trouver qui ne rentraient pas dans mes critères (trop vieux, trop sombre).
    Moi, c'était le contraire, je me négligeais. Je me sentais comme "sale" de l'intérieur pcq je n'arrivais pas à trouver les ingrédients qu'il me fallait pour faire des plats comme chez moi. Tout ça n'a surement pas contribué à me sentir mieux.
    Ca me fait plaisir si tu t'es retrouvée dans mon témoignage


  12. #131
    Avatar de murielj
    Muriel 37 ans

    Messages
    21 551
    Likes reçus
    10 186
    Message de JulieTravels
    C'est vrai que pour le moment par contre je suis perdue. Je ne sais pas trop quoi faire. Je déteste devoir dire aux gens que je suis rentrée. J'ai l'impression de devoir me justifier tout le temps...
    Les gens, tu les emmerdes Convaincs-toi que tu n'as absolument pas à te justifier auprès de qui que ce soit de ton départ et de ton retour

    Pour les puces de lit, je pense que tu as été chanceuse. Mon beau frère en avait ramené de Kirghizie jusque chez lui, en Ecosse. Il a mis très longtemps à s'en débarrasser et lui aussi devenait parano. Je crois que c'est un classique, hélas.


  13. #132
    Avatar de murielj
    Muriel 37 ans

    Messages
    21 551
    Likes reçus
    10 186
    Message de JulieTravels
    Pcq j'ai parcouru le forum et je n'ai pas trouvé de personnes dans la même situation que moi. J'avais l'impression d'être la seule à ne pas m'être acclimatée...
    Sinon, non, tu es loin d'être la seule. Le problème c'est que les gens ont parfois un peu "honte" de témoigner quand finalement l'aventure ne se passe pas comme prévu. Et il faut dire que c'est aussi parfois arrivé que ceux qui osaient dire que le Canada ce n'est pas le pays des bisounours, se fassent jeter des pierres...
    Pour autant, on trouve sur le site quelques témoignages et articles (pas facile à trouver avec la fonction recherche, j'ai un peu galéré) :
    https://pvtistes.net/forum/vos-impre...rentrer-3.html
    Léo, une expérience en Australie écourtée (bon, ok, c'est l'australie, mais quand même)
    https://pvtistes.net/forum/vos-impre...illusions.html
    ah, ah, dans ce sujet là Julie recensait les discussions "négatives", justement https://pvtistes.net/forum/vos-impre...illusions.html
    https://pvtistes.net/forum/vos-impre...ais-choix.html
    https://pvtistes.net/forum/vos-impre...e-du-pays.html
    https://pvtistes.net/forum/vos-impre...en-france.html

  14. #133
    Avatar de JulieTravels
    Julie 28 ans

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Message de murielj
    Les gens, tu les emmerdes Convaincs-toi que tu n'as absolument pas à te justifier auprès de qui que ce soit de ton départ et de ton retour

    Pour les puces de lit, je pense que tu as été chanceuse. Mon beau frère en avait ramené de Kirghizie jusque chez lui, en Ecosse. Il a mis très longtemps à s'en débarrasser et lui aussi devenait parano. Je crois que c'est un classique, hélas.
    Ahah ton message m'a bien fait rire ! C'est vrai que je ne devrais pas prêter attention à ce qu'ils peuvent penser, mais j'ai un peu de difficultés avec ça

    Pour les punaises, oui je pense aussi que j'ai été chanceuse, car j'avais mis une valise en dessous des lits superposés. Je me suis débarrassée de cette valise (une vieille valise en tissus, je n'ai pas voulu prendre de risques).
    Enfin je suis bien contente de ne pas les avoir ramenées dans l'appart

    Message de murielj
    Sinon, non, tu es loin d'être la seule. Le problème c'est que les gens ont parfois un peu "honte" de témoigner quand finalement l'aventure ne se passe pas comme prévu. Et il faut dire que c'est aussi parfois arrivé que ceux qui osaient dire que le Canada ce n'est pas le pays des bisounours, se fassent jeter des pierres...
    Pour autant, on trouve sur le site quelques témoignages et articles (pas facile à trouver avec la fonction recherche, j'ai un peu galéré) :
    Mal être, manque de la famille, envie de rentrer
    Léo, une expérience en Australie écourtée (bon, ok, c'est l'australie, mais quand même)
    PVT au Canada: gare aux désillusions
    ah, ah, dans ce sujet là Julie recensait les discussions "négatives", justement Bilan et désillusions...
    Mon départ au Canada, ou l'art d'avoir fait des mauvais choix
    Mal-être du pays
    Prise de conscience : on retourne en France !
    Oui, et c'est vrai que de la honte, j'en ai ressenti aussi à un moment. Puis, j'ai accepté l'idée que je rentrais, que j'avais essayé au moins (je n'aurai pas le regret de ne jamais avoir essayé), que j'avais rencontré des gens. J'ai donc commencé à en parler autour de moi et je me suis rendue compte que tout le monde connaissait au moins une personne qui était rentrée plus tôt.

    C'est sûr et certain que ce n'est pas le pays des bisounours, surtout quand on arrive seul(e). On doit se créer de nouveaux repères, loin de ceux qu'on aime et de ceux qui savent si bien te remonter le moral.

    Mais je n'irai pas jusqu'à dire que c'est l'enfer
    J'ai quand même eu de super colocs avec qui j'ai beaucoup rigolé, des super collègues de boulot (qui m'ont fait boire du baileys pendant les heures de boulot, avec l'accord du manager bien entendu ) et de super amis pvtistes.
    J'ai fait un merveilleux voyage à la fin de mon pvt aussi, j'ai encore plein de paillettes dans les yeux ! Je sais déjà que je reviendrai au Canada, pour son hospitalité, sa courtoisie et tout ça. Je reviendrai aussi pour voir l'été et visiter les parcs nationaux (je regrette de ne pas avoir pu le faire, mais en hiver, c'est un peu compliqué).
    Bref, je peux faire aussi un roman de ce tout ce qui s'est bien passé

    Puis, je ne veux pas décourager les gens de faire un pvt en racontant mon histoire. Tout le monde n'est pas comme moi et surtout, il faut essayer pour ne pas avoir de regrets !

    Merci beaucoup pour tous les liens qui tu m'as donnés ! Crois moi, je les lirai bien consciencieusement au soir


  15. #134
    Avatar de sam75
    samuel 40 ans

    Messages
    133
    Likes reçus
    27
    Message de JulieTravels
    Ahah ton message m'a bien fait rire ! C'est vrai que je ne devrais pas prêter attention à ce qu'ils peuvent penser, mais j'ai un peu de difficultés avec ça

    Pour les punaises, oui je pense aussi que j'ai été chanceuse, car j'avais mis une valise en dessous des lits superposés. Je me suis débarrassée de cette valise (une vieille valise en tissus, je n'ai pas voulu prendre de risques).
    Enfin je suis bien contente de ne pas les avoir ramenées dans l'appart



    Oui, et c'est vrai que de la honte, j'en ai ressenti aussi à un moment. Puis, j'ai accepté l'idée que je rentrais, que j'avais essayé au moins (je n'aurai pas le regret de ne jamais avoir essayé), que j'avais rencontré des gens. J'ai donc commencé à en parler autour de moi et je me suis rendue compte que tout le monde connaissait au moins une personne qui était rentrée plus tôt.

    C'est sûr et certain que ce n'est pas le pays des bisounours, surtout quand on arrive seul(e). On doit se créer de nouveaux repères, loin de ceux qu'on aime et de ceux qui savent si bien te remonter le moral.

    Mais je n'irai pas jusqu'à dire que c'est l'enfer
    J'ai quand même eu de super colocs avec qui j'ai beaucoup rigolé, des super collègues de boulot (qui m'ont fait boire du baileys pendant les heures de boulot, avec l'accord du manager bien entendu ) et de super amis pvtistes.
    J'ai fait un merveilleux voyage à la fin de mon pvt aussi, j'ai encore plein de paillettes dans les yeux ! Je sais déjà que je reviendrai au Canada, pour son hospitalité, sa courtoisie et tout ça. Je reviendrai aussi pour voir l'été et visiter les parcs nationaux (je regrette de ne pas avoir pu le faire, mais en hiver, c'est un peu compliqué).
    Bref, je peux faire aussi un roman de ce tout ce qui s'est bien passé

    Puis, je ne veux pas décourager les gens de faire un pvt en racontant mon histoire. Tout le monde n'est pas comme moi et surtout, il faut essayer pour ne pas avoir de regrets !

    Merci beaucoup pour tous les liens qui tu m'as donnés ! Crois moi, je les lirai bien consciencieusement au soir
    Bravo à toi.

    Tu n'as pas à regretter avec le temps tu feras la part des choses, ce que tu commences à faire.

    Le pire message aux futurs participants est de laisser croire que le Canada, l'Australie ou Dubaî et que sais-je encore sont le monde merveilleux de Mickey. Des pvtistes ou des Rpistes, j'en ai croisé qui me disaient nous aurions aimé avoir des témoignages de ceux pour qui l'aventure n'a pas été heureuse car entre le super marketing de la Belle province à l'étranger et les discours uniquement positifs de certains expatriés beaucoup tombent de haut.

    Avec le recul, je suis plus sensible à ce que vivent les étrangers ici sans tout excuser ayant vécu le déracinement, le manque de la ville lumière, la bouffe, les doutes. Mais quelle expérience, la rencontre des autres, une autre façon de travailler, de voir la vie.

    Et le plus caustique, ce sont les Canadiens que je croise à Paris qui me disent, vous les Français vous êtes plus ouverts que nous qui ne sortons que peu de nos provinces respectives. Au début, j'étais surpris (car je pensais justement l'inverse) et maintenant j'ai un regard plus nuancé sur notre beau pays, même si notre chauvinisme m'agace mais moins (on est le plus beau pays du monde etc...).

    J'entends des candidats ou des collègues me dire i'm able to ..., mais ils ne font rien ou sont incapables de le prouver par des exemples.

    Et donc, je préfère mille fois ceux qui tentent car c'est une expérience avec des bons côtés et de moins bons que ceux qui restent dans leurs zones de confort et qui ne tentent rien. Tout le monde ne partage pas ce point de vue. Ton regard sur le monde (Canada, France ou autres) a nécessairement changé.

    Le plus dur le mois dernier aura été de voir les bonnes vieilles habitudes de mes collègues (que j'avais un an plus tôt) : prendre le calendrier et regarder les jours fériés du mois de mai.

    C'est comme tous ces gens qui se disent bilingue et nous le sommes tous comme chacun le sait en France mais qui n'ont jamais vécu à l'étranger. Toi tu t'es remise en cause, tu as franchi l'océan (c'est peut être plus facile car moins loin d'aller à Londres) mais l'exercice est autrement plus difficile en partant au Japon, en Australie ou aux Amériques même francophones (j'ai découvert sur place l'existence des francophones en dehors du Québec et du Nouveau-Brunswick) dont la réalité est aux antipodes de celle des Québécois.

    Tu as fait l'expérience de l'immigrante même avec une procédure simplifiée. Cela n'existe pas mais je serai parti dans une ville que j'aime énormément Londres, le rendu n'aurait pas été le même (pas besoin de PVT ou autres titres de séjour puisque la règle est la libre circulation des biens et des personnes). Il y aurait eu une adaptation mais pas du même ordre qu'en Amérique du Nord.

    Bon retour à toi et puis qui sait à l'avenir.


  16. #135
    Avatar de july29th
    Sophie 28 ans

    Messages
    21
    Likes reçus
    5
    JulieTravels j'avoue que ton témoignage me rassure.
    Je suis arrivée à Montréal en octobre dernier, et pour l'instant j'ai un peu la même expérience que toi.

    J'ai rencontré pas mal de français qui avaient pour but de beaucoup voyager pendant leur année, mais mon caractère ne me le permettait pas : il fallait que je trouve un emploi afin de ne pas avoir à me soucier de l'argent.

    J'ai réussi et trouvé un emploi au bout de 2 semaines. Sauf que ça ne s'est pas passé comme je pensais. Au moment des fêtes je faisais plus de 50h/semaine et j'étais traitée comme de la merde, alors loin de ma famille à cette période j'avoue que ça a été très dur. La mission a duré 3 mois donc vient de toucher à sa fin.

    De plus j'ai du mal à me faire amie avec les québecois, il y a comme une tension implicite entre nous, et on le fait qu'on m'ait reproché maintes fois depuis mon arrivée que JE suis la cause de l'augmentation du coût de la vie sur le plateau blablabla n'arrange rien. On m'avait déjà prévenu que c'était très difficile d'entrer dans leurs cercles d'amis proches, mais effectivement c'est bien la cas. Mes copines ici sont françaises, mais la plupart ou rentrent bientôt en France ou partent explorer le pays.

    J'ai également beaucoup de difficultés à manger ici (sauf la poutine, le sirop d'érable et le beurre de peanut, on s'entend ^^).

    Donc voilà toutes ces raisons me poussent à rentrer, mais effectivement je verrais ça comme un échec....


  17. #136
    Avatar de cendy
    SANDRINE 40 ans

    Messages
    163
    Likes reçus
    6
    Comme ça t'a déjà été dit dans cette conversation, tu n'as pas à te justifier pour ton retour. Tu as tenté l'expérience, chose que tout le monde n'est pas capable de faire.Comme toi je suis rentrée au bout de quelques mois à Québec en 2009 même si les raisons étaient différentes ( santé) Et après quelques mois en France, j'ai décidé de repartir mais cette fois-ci sur Montréal et là j'ai vécu mon aventure à fond.Le conseil que je peux donner aux futurs pvtistes c'est que si vous ne vous sentez pas bien dans une ville ou un job,tentez de vivre dans une autre ville ou cherchez un autre job, vous n'avez rien à perdre si ce n'est une situation dans laquelle vous n'êtes pas bien.


  18. #137
    Avatar de JulieTravels
    Julie 28 ans

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Merci à tous pour vos gentils messages, ils me font chaud au coeur )
    Message de sam75
    Bravo à toi.

    Tu n'as pas à regretter avec le temps tu feras la part des choses, ce que tu commences à faire.

    Le pire message aux futurs participants est de laisser croire que le Canada, l'Australie ou Dubaî et que sais-je encore sont le monde merveilleux de Mickey. Des pvtistes ou des Rpistes, j'en ai croisé qui me disaient nous aurions aimé avoir des témoignages de ceux pour qui l'aventure n'a pas été heureuse car entre le super marketing de la Belle province à l'étranger et les discours uniquement positifs de certains expatriés beaucoup tombent de haut.

    Avec le recul, je suis plus sensible à ce que vivent les étrangers ici sans tout excuser ayant vécu le déracinement, le manque de la ville lumière, la bouffe, les doutes. Mais quelle expérience, la rencontre des autres, une autre façon de travailler, de voir la vie.

    Et le plus caustique, ce sont les Canadiens que je croise à Paris qui me disent, vous les Français vous êtes plus ouverts que nous qui ne sortons que peu de nos provinces respectives. Au début, j'étais surpris (car je pensais justement l'inverse) et maintenant j'ai un regard plus nuancé sur notre beau pays, même si notre chauvinisme m'agace mais moins (on est le plus beau pays du monde etc...).

    J'entends des candidats ou des collègues me dire i'm able to ..., mais ils ne font rien ou sont incapables de le prouver par des exemples.

    Et donc, je préfère mille fois ceux qui tentent car c'est une expérience avec des bons côtés et de moins bons que ceux qui restent dans leurs zones de confort et qui ne tentent rien. Tout le monde ne partage pas ce point de vue. Ton regard sur le monde (Canada, France ou autres) a nécessairement changé.

    Le plus dur le mois dernier aura été de voir les bonnes vieilles habitudes de mes collègues (que j'avais un an plus tôt) : prendre le calendrier et regarder les jours fériés du mois de mai.

    C'est comme tous ces gens qui se disent bilingue et nous le sommes tous comme chacun le sait en France mais qui n'ont jamais vécu à l'étranger. Toi tu t'es remise en cause, tu as franchi l'océan (c'est peut être plus facile car moins loin d'aller à Londres) mais l'exercice est autrement plus difficile en partant au Japon, en Australie ou aux Amériques même francophones (j'ai découvert sur place l'existence des francophones en dehors du Québec et du Nouveau-Brunswick) dont la réalité est aux antipodes de celle des Québécois.

    Tu as fait l'expérience de l'immigrante même avec une procédure simplifiée. Cela n'existe pas mais je serai parti dans une ville que j'aime énormément Londres, le rendu n'aurait pas été le même (pas besoin de PVT ou autres titres de séjour puisque la règle est la libre circulation des biens et des personnes). Il y aurait eu une adaptation mais pas du même ordre qu'en Amérique du Nord.

    Bon retour à toi et puis qui sait à l'avenir.
    On va dire que ça fait depuis le début du mois de janvier que j'y pense. Vu que je voyais ça comme un échec, je me suis forcée à penser à ce que ce petit pvt m'aura apporté et aux bonnes choses qui se seront passées. Voilà pourquoi j'ai déjà un souvenir positif de mon pvt, même si les premiers mois auront été difficiles.

    En fait, pour ma part, j'avais tellement entendu de messages positifs que je ne m'étais pas assez préparée. Je savais que j'allais en chier (j'étais déjà partie 5 mois en Espagne pour mon érasmus), mais pas à ce point. Faire sa première recherche de boulot à l'étranger, ce n'est vraiment pas facile. Je pataugeais beaucoup et je ne savais pas comment réagir à toutes les situations. Ce qui m'a beaucoup stressée.

    D'avoir vécu à Toronto, j'ai aussi réalisé que l'Europe était tellement belle. Je me suis dit que je voyagerais plus en Europe, car il a tellement à voir et tellement de choses que je n'ai pas encore vu ! Pcq bon, il faut bien se l'avouer, Toronto c'est pas très sexy comme ville, surtout en hiver (je n'ai connu que ça).
    Au moins, je ne regretterai pas de ne pas avoir essayé. En plus, je n'exclus pas l'idée d'y retourner pour réessayer Peut être quand j'aurai acquis plus de maturité, d'expérience professionnelle et de confiance en moi.

    Merci beaucoup pour ton message en tout cas !


    Message de july29th
    JulieTravels j'avoue que ton témoignage me rassure.
    Je suis arrivée à Montréal en octobre dernier, et pour l'instant j'ai un peu la même expérience que toi.

    J'ai rencontré pas mal de français qui avaient pour but de beaucoup voyager pendant leur année, mais mon caractère ne me le permettait pas : il fallait que je trouve un emploi afin de ne pas avoir à me soucier de l'argent.

    J'ai réussi et trouvé un emploi au bout de 2 semaines. Sauf que ça ne s'est pas passé comme je pensais. Au moment des fêtes je faisais plus de 50h/semaine et j'étais traitée comme de la merde, alors loin de ma famille à cette période j'avoue que ça a été très dur. La mission a duré 3 mois donc vient de toucher à sa fin.

    De plus j'ai du mal à me faire amie avec les québecois, il y a comme une tension implicite entre nous, et on le fait qu'on m'ait reproché maintes fois depuis mon arrivée que JE suis la cause de l'augmentation du coût de la vie sur le plateau blablabla n'arrange rien. On m'avait déjà prévenu que c'était très difficile d'entrer dans leurs cercles d'amis proches, mais effectivement c'est bien la cas. Mes copines ici sont françaises, mais la plupart ou rentrent bientôt en France ou partent explorer le pays.

    J'ai également beaucoup de difficultés à manger ici (sauf la poutine, le sirop d'érable et le beurre de peanut, on s'entend ^^).

    Donc voilà toutes ces raisons me poussent à rentrer, mais effectivement je verrais ça comme un échec....
    C'est vrai que moi aussi en arrivant, il fallait absolument que je trouve un travail, car j'avais peur de ne pas en avoir assez.

    On m'avait déjà dit ça que ce n'était pas facile avec les Québécois. Pour ma part, je n'ai pas rencontré ce problème puisque j'étais dans une province anglophone. De plus, mon accent français en anglais était un gros atout et un bon moyen de commencer la conversation (j'ai aussi appris que je pouvais facilement entamer une discussion avec des inconnus, moi qui suis timide pourtant ^^).

    Ce que j'ai fait pour prendre ma décision, c'était de faire la liste des raisons qui m'ont poussées à partir : je venais de terminer cinq longues et dures années d'études et je voulais une année "off" où je pourrais voyager, me détendre avant de rentrer dans la vie active. Or je me suis retrouvée à Toronto à pleurer plusieurs fois par semaine avec comme première pensée au matin "qu'est ce que mes amis et ma famille me manquent". En plus je ne voyageais pas, je n'avais encore quasi rien fait et je ne faisais que travailler. Ce n'était pas une vie. Alors je me suis donné plusieurs solutions :
    - Soit tu mords sur ta chique et tu bosses pendant encore 4,5 mois et tu t'offres tes vacances de rêves pendant au moins 2 mois (et donc faire un pvt de 10 mois).
    - Soit tu rentres.
    J'ai décidé que si c'était pour économiser pendant 4,5 mois dans cette situation, je préférais économiser en Belgique, prendre un congé sans solde d'un mois et profiter à fond sans m'inquiéter ! Car là je saurai que ce ne sont que des vacances ! )
    (D'ailleurs en réécrivant ces mots, j'ai hâte de préparer mon prochain voyage !)

    Voilà tout mon cheminement. J'espère que ça pourra t'aider à trouver ce que tu recherches et à te sentir mieux.
    En tout cas, dès que ma décision de rentrer a été prise, je me suis sentie soulagée et j'ai profité à fond de mon dernier mois au Canada. Plus d'inquiétudes, j'étais enfin soulagée J'ai préparé mon super dernier voyage où j'ai profité à fond, rencontré de super personnes, etc.


    Message de cendy
    Comme ça t'a déjà été dit dans cette conversation, tu n'as pas à te justifier pour ton retour. Tu as tenté l'expérience, chose que tout le monde n'est pas capable de faire.Comme toi je suis rentrée au bout de quelques mois à Québec en 2009 même si les raisons étaient différentes ( santé) Et après quelques mois en France, j'ai décidé de repartir mais cette fois-ci sur Montréal et là j'ai vécu mon aventure à fond.Le conseil que je peux donner aux futurs pvtistes c'est que si vous ne vous sentez pas bien dans une ville ou un job,tentez de vivre dans une autre ville ou cherchez un autre job, vous n'avez rien à perdre si ce n'est une situation dans laquelle vous n'êtes pas bien.
    On m'a dit aussi de changer de ville ou de job... Mais j'étais tellement mal que je ne pouvais pas me projeter dans l'avenir à Toronto ou autre part au Canada. Changer de job voulait dire pour moi rester plus longtemps. Je n'arrivais donc pas à passer ce pas.
    C'était vraiment comme trop me demander. Une dose de stress en plus que je n'aurai pas pu gérer.


  19. #138
    Avatar de larousse
    40 ans

    Messages
    5 335
    Likes reçus
    2 499
    Salut Julie!

    merci pour ton témoignage qui, malgré qu'il ne soit pas super positif, est très intéressant a lire. Tu as tenté le coup et deja c'est pas tout le monde qui sait le faire!

    mon cas est un peu different, quoique pas tant que ça. Je suis partie au Mexique avec mon chum et notre enfant (pas en PVT, mais en tant que digital nomade, je suis fonctionnaire au Canada en congé sabbatique) et nous sommes revenus au bout de 5 mois! Nous avions prévu y rester au moins 1 an ou 2.

    mais les choses étaient un peu compliquées là-bas, d'abord la langue, mais surtout la mentalité tres differente au Mexique, ce qui a beaucoup compliqué nos projets d'affaires. Je ne m'ennuyais pas trop de ma famille (plusieurs sont venus nous rendre visite alors je ne sentais pas la distance), mais le niveau de vie mexicain est different du Canada, au quotidien c'était un gros défi. Dans mon cas faut s'ajouter la scolarité de notre fille qui ne s'est pas passée comme on le voulait non plus.

    Nous etions déçus de rentrer plus tôt que prévu, mais en même temps soulagés. Je comprends tres bien ce que tu as pu ressentir en venant au Canada. Dans un autre pays, on perd ses repères et c'est pas évident!

    moi, ca m'a fait comprendre que je préfère plutot partir longtemps en vacances que de m'installer carrément dans un autre endroit. Par contre, quand ma fille sera adulte (elle a juste 6 ans) j'aimerais peut-être repartir un jour, mais pour le moment quelle joie de retrouver ses habitudes!

    bonne chance pour la suite


  20. #139
    Avatar de JulieTravels
    Julie 28 ans

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Message de larousse
    Nous etions déçus de rentrer plus tôt que prévu, mais en même temps soulagés. Je comprends tres bien ce que tu as pu ressentir en venant au Canada. Dans un autre pays, on perd ses repères et c'est pas évident!

    moi, ca m'a fait comprendre que je préfère plutot partir longtemps en vacances que de m'installer carrément dans un autre endroit. Par contre, quand ma fille sera adulte (elle a juste 6 ans) j'aimerais peut-être repartir un jour, mais pour le moment quelle joie de retrouver ses habitudes!
    Oui, le mode de vie canadien est différent de l'européen et c'est vrai que ça fait un choc au début.

    C'est exactement la même chose pour moi. J'ai aussi découvert que j'adore voyager, mais voyager pour visiter et découvrir une région, pas pour m'installer autre part.
    Je pense que je retenterai peut être l'expérience plus tard, quand je serai plus vieille et que j'aurai acquis plus d'assurance. Mais ça, l'avenir me le dira

    Merci en tout cas pour ton témoignage ! )

  21. #140
    Avatar de Lilou
    Julie 35 ans

    Messages
    13 793
    Likes reçus
    4 866
    Beaucoup de PVTistes utilisent le forum avant de partir mais l'oublient une fois sur place.
    Nous le savons, des retours anticipés de PVT (et pas seulement du Canada. Les autres pays sont tout aussi concernés !!) sont très fréquents (beaucoup plus que ce qu'on peut penser !). Mais beaucoup n'ont pas le réflexe de venir s'exprimer ici ou n'osent pas le faire, ont honte...

    Pas facile d'avouer que ça ne fonctionne pas comme on le voulait. Pire, pas facile de rentrer et (comme tu le dis) de devoir se justifier. Il y a une phrase que je dis toujours quand on fait des salons et que des gens hésitent à partir : l'échec ce n'est pas de rentrer prématurément, c'est de ne pas avoir osé se lancer. Ca, ça peut laisser des regrets (qu'est-ce que j'aurais vécu si j'y étais allé ?). Là, tu as tenté ta chance et ça a n'a pas fonctionné aussi bien que tu le voulais. Ce n'est pas pour autant un échec. Ca t'a appris des choses, sur toi, sur ce que tu veux vire, ça n'était pas vain

    Les gens qui sont restés bien confortablement chez eux n'ont pas leur mot à dire, eux n'ont pas essayé, ils ne savent pas ce que tu as vécu.

    Par contre, on peut avoir des remarques pas sympa d'autres voyageurs qui eux ont eu une bonne expérience à l'étranger mais beaucoup ont sans doute suffisamment d'ouverture d'esprit pour comprendre qu'une vie loin de chez soi, avec un quotidien pas génial puisse pousser au retour.

    Moi, il y a 10 ans, j'avais 20 ans et même si je ne pensais pas que le Canada était un eldorado, j'ai déchanté en arrivant à Toronto (j'en parle ici : https://pvtistes.net/forum/vos-impre...illusions.html). Mais par la suite les choses se sont arrangées. Si vous le sentez, persévérez, le vent peut tourner, par contre si vous pleurez tous les jours car votre vie ne vous plait pas, n'attendez pas d'être au fond du trou, rentrez si c'est ce que vous voulez

    En Australie, je suis partie plus prête à l'éventualité que je pourrai avoir des difficultés. Comme quoi, cette période de doute m'a apporté par la suite


Page 7 sur 9 ... 56789