Lucile, un stage puis un travail au Chili (et bientôt, un visa permanent) !

Article publié le 09-05-2016.

Lucile alias Erminig

Lucile alias Erminig

  • Localisation Santiago, Chili
  • Profession Réceptionniste assistante
  • Dernier diplôme obtenu Licence

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Lucile - Travail au Chili - Cajon del Maipo

D’où viens-tu et où vis-tu en ce moment ?

Je viens de Lorient, en Bretagne. Je vis à Santiago depuis un an et demi.

Est-ce la première fois que tu vis à l’étranger ?

Non, après le Bac je suis partie un an en échange aux États-Unis. Et ensuite, j’ai fait ma licence en Angleterre à Sheffield. J’ai fait des études de langues : principalement espagnol mais aussi japonais et portugais. La licence dure 4 ans en Angleterre avec une année de césure à l’étranger. Je suis partie en Amérique du Sud durant cette année pour faire des stages au Pérou, en Argentine et au Chili (où j’ai rencontré mon copain).

Pourquoi cette envie de vivre au Chili ?

À la base, je suis partie en Amérique du sud pour améliorer mon espagnol, en profiter pour découvrir une culture différente, et aller loin ! Après, je suis revenue pour être avec mon copain.

Lucile - Travail au Chili - Copain

Te souviens-tu de ton arrivée ? Quelles ont été tes premières impressions ?

Je travaillais dans une auberge de jeunesse où ma chambre était toute petite, sans fenêtre, et je devais la partager avec une autre fille étrangère qui travaillait ici… Pas une super première impression, je n’ai pas immédiatement été charmée, surtout après l’Argentine où j’avais de super potes. La ville de Santiago manquait de caractère à première vue, mais c’était le début de l’hiver, ça joue aussi... Et puis, je ne connaissais personne. Je me demandais vraiment si j’avais pris la bonne décision. En plus, avant de partir, mes amis argentins me disaient : « les Chiliens sont froids, distants, et ils ne sont pas très fêtards »... en bref, des blagues à partir d’idées reçues ou de préjugés. Les Argentins et les Chiliens ont la réputation d’être rivaux et de ne pas beaucoup s’entendre, donc il y avait sûrement un peu de ça aussi !!

Comment se sont passées tes démarches à l’arrivée ?

Je suis venue avec un visa touriste, mon diplôme universitaire fraîchement en poche. Ensuite j’ai voulu avoir un visa de travail. Ici rien n’est simple, ils aiment beaucoup les papiers. Et tout est long ! À partir d’un visa de touriste, la première étape est de trouver un potentiel employeur, sans ça, tout vous sera fermé ! Pas besoin de contrat cependant, une simple offre de travail (qui n’engage personne) signée par les deux parties chez le notaire suffit.

Ensuite, viennent les démarches qui peuvent prendre du temps si on ne vient pas bien préparé-e (ne faites pas comme moi !) : par exemple, pour un visa professionnel temporaire (valable 1 an, renouvelable) il faut valider son diplôme universitaire dans le pays d’origine, chez un notaire, puis au Chili à plusieurs endroits, etc. Puis il faut envoyer tous les documents et attendre… Je suis arrivée au Chili en août 2014, j’ai envoyé mes documents en octobre 2014 et je n’ai eu mon visa qu’en février 2015 ! Désormais j’attends mon visa permanent (valable 5 ans), ça fait deux mois que j’ai envoyé les documents requis, et a priori ça pourrait encore prendre jusqu’à six mois selon la gentille dame du centre d’appel… Bref ne soyez pas pressé, et attendez-vous à poireauter des après-midi entières au Registre Civil et à la Police Internationale… C’est pour la bonne cause !

Quel était ton niveau d’espagnol ?

Au tout début, j’étais en famille d’accueil, mon niveau était moyen, académique. Quand je suis revenue la seconde fois, je parlais bien mieux grâce à mes études et à mon copain chilien. L’espagnol chilien est très différent du castillan, les Chiliens parlent vite et ont beaucoup de mots et d'expressions qui leur sont propres, immédiatement reconnaissables. Pour identifier l’espagnol chilien, rien de plus facile, vous verrez ça rapidement par vous-même : le fameux « cachai ? » utilisé à tout bout de champ, qui veut dire « tu vois/tu comprends ? » et le « po » en fin de phrase pour insister (ça vient de « pues »). Vous vous habituerez très vite, et bientôt à votre tour, vous utiliserez sans même vous en rendre compte ces expressions (votre premier « po » sorti tout naturellement sera un moment d’émotion) ! Les Chiliens ont un humour un peu plus noir que le reste des habitants d’Amérique latine, ils aiment bien « agarrase pa’l weveo » (se chambrer entre eux) et « tirar la talla » (faire des blagues). Si on vous titille, rentrez dans le jeu, les Chiliens aiment bien rire et ne sont pas du tout timides.

Si vous ne parlez pas ou peu espagnol, n’hésitez pas à prendre quelques cours ou à participer à des échanges de type tandems ou rencontres entre étrangers et Chiliens. À Santiago il y en a beaucoup. En ne parlant qu’anglais, vous vous limiterez très rapidement car le système éducatif fait que la plupart des jeunes Chiliens n’ont qu’un anglais assez basique (et les moins jeunes le parlent encore moins, bien sûr !). Et pour trouver un travail… Olvídalo! Il faut parler un minimum d’espagnol.

As-tu rencontré des difficultés au début ?

Pour trouver du travail, oui. Ca fonctionne beaucoup par contacts. J’avais des entretiens mais ça ne marchait pas et j'ai fini par trouver grâce à un contact.

Et pour connaître des gens, il faut se bouger. Les communautés comme Couchsurfing ou Poliglota permettent de rencontrer du monde. Il ne faut pas hésiter à faire des activités aussi.

Peux-tu nous parler de ton travail ?

Je travaille comme réceptionniste assistante dans une boite d’Amérique du Nord, à Santiago. Ce qui est recherché, c’est l’anglais (en plus de l’espagnol, ça va de soi). Le français, c’est un plus, mais ça n’est pas très recherché de manière générale ici. Si vous comptez bosser dans une boite à temps plein, faites-vous à l’idée qu’au Chili, la charge horaire est bien plus pesante que ce à quoi on est habitués : semaine de 45 heures, pour 3 semaines de vacances par an... À moins que vous ne soyez spécialisé dans certains domaines pointus (informatique, ingénieur…) et si vous êtes jeune, sans vraiment d’expérience, ne vous attendez pas à gagner beaucoup plus que 550 000 ou 750 000 pesos mensuels, ça sera déjà un bon début (entre 750 et 1000 euros, environ). Pour les jobs non qualifiés et de type « étudiants » (faire la plonge, le ménage, bosser en auberge, etc.), n’oubliez pas que le salaire minimum au Chili ne s'élève qu'à 330 euros mensuels… (pour 45 h par semaine, hé oui !). En contrepartie, se nourrir et se loger est moins cher… Mais le Chili reste un pays avec d’énormes inégalités.

Ici, pour décrocher un (bon) travail c’est important d’avoir de bons contacts… Les Chiliens marchent au « pituto » (contacts/réseau), donc parlez autour de vous, faites savoir que vous cherchez un emploi ! LinkedIn est pas mal utilisé ici aussi… Et sinon la « camara franco-chilena » peut éventuellement vous aider… Soyez débrouillard et n’hésitez pas à aller déposer directement vos CV dans les boites.

As-tu beaucoup voyagé au Chili ?

Il faut savoir que c’est assez cher de voyager dans le pays. Je suis allée au Cajón del Maipo...

Lucile - Travail au Chili - Cajon del maipo (2)

... à Viña del Mar...

Lucile - Travail au Chili - Viñà

... et au Réservoir del Yeso (Embalse del Yeso).

Lucile - Travail au Chili -  Embalse del yeso

Il y a beaucoup d’endroits que j’aimerais découvrir comme le désert d’Atacama, le Sud, la Patagonie… Et aujourd’hui avec le travail, je n’ai pas vraiment le temps (on a seulement trois semaines de vacances par an).

Quel est le coût de vie au Chili ?

Le coût de la vie n’est pas très élevé mais il faut prévoir son budget pour voyager, les vols coûtent cher quand on raisonne en pesos.

Est-ce qu’il y a des choses françaises qui te manquent ?

Oui !! Le fromage ! Ici c’est du plastique, tout est pasteurisé (les fromages ne passent pas à la douane)... La nourriture en général ! Bien sûr ma famille et mes amis me manquent aussi. Et je ne dirais pas non à plus de vacances !

Qu’est-ce que tu apprécies le plus ici ?

J’adore quand ils font la fête, c’est convivial, ils font toujours des barbecues pendant l’été ! Si vous prévoyez d’arriver vers septembre, ne manquez surtout pas la fête nationale du 14 septembre appelée « Fiestas Patrias » : un weekend de fête, jeux, danses et spectacles dans tout le pays. Les Chiliens sont ouverts, même si le pays n’est pas encore très multiculturel malgré une immigration massive relativement récente, les gens s’intéressent à d’où tu viens, qui tu es, etc. Eux n’ont pas forcément l’occasion de voyager donc ils sont ravis de rencontrer des étrangers.

Sinon, je vais bientôt passer mon permis de conduire, et ici ce n’est pas cher du tout ! 75 000 pesos, soit 100 euros pour la théorie et 8 heures de pratique. On peut terminer le tout en 3 semaines minimum (c’est vous qui voyez si vous êtes pressé). L’examen peut d’ailleurs même être pris directement en candidat libre pour ceux qui savent déjà conduire, et on vous délivrera un permis valide et sans restriction. Intéressant !

Je reste française, et j’aime bien râler… Mais la vérité, c’est que le Chili est un très beau pays à connaître : alors venez !!!

Quels sont tes projets aujourd’hui ?

Pour le moment rester ici et faire des économies. Et peut-être aller en France dans le futur.

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

La cuisine chilienne

[Interview]

Matthieu, un PVT à Valparaiso, au Chili

[Récit de voyageur]

Récit de PVTiste : travailler dans le montage / la post prod à Vancouver

[News]

Le PVT / WHV Australie passe à 35 ans le 1er juillet 2019 pour les Français !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Julie
14.4K 4.7K

Merci Lucile !!!

{{likesData.comment_65690.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

Merci pour ce témoignage super intéressant Lucile !! 😀

{{likesData.comment_65692.likesCount}}

Merci Lucile :)

{{likesData.comment_65693.likesCount}}

Fiestas patrias c’est le 18 septembre ?

{{likesData.comment_65695.likesCount}}

Super témoignage, j’aimerais aussi allez au Chili en tant que fille au pair, aurais tu des tuyaux ?
Merci 😉

{{likesData.comment_66389.likesCount}}

Me keavens jean jacques estoy un haitiano Vivo en Chile Santiago ha Mapocho I nessecite trabajo para decir que soy un conductor de camión que tengo una idea en la computadora mecánica general a continuación, tengo 28 años Hablo francés muy bien un poco de español e Inglés estoy muy dinámico y el Abore a gracias por leer mis líneas espero que me llame 9 90505512

{{likesData.comment_69177.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre