Thomas, PVTiste puis en sponsorship à Sydney

Date de publication : 11-06-2013

Auteur

isa

Thomas et Zineb

Profession

Ingénieur IT

pvtistes :

Ville de provenance

Thomas et Zineb : Puteaux

pvtistes :

Ville de destination

Thomas et Zineb : Sydney

pvtistes :

Sur place depuis combien de temps ?

Thomas et Zineb : Je suis arrivé en juin 2011, donc cela fait deux ans… déjà. C’est passé vite !

pvtistes :

Baroudeur ou pas ?

Thomas et Zineb : Hum, mais je dirais que globalement non. Je n’ai rien contre l’aventure, mais j’aime avoir mon petit confort.

pvtistes :

Que faisais-tu en France ?

Thomas et Zineb : Je travaillais pour une SSII (société de services informatiques) en tant qu’ingénieur informatique. Je pense d’ailleurs que mon expérience professionnelle en France a été un vrai plus pour m’aider à trouver un travail a Sydney.

pvtistes :

Pourquoi cette envie de t’envoler pour l’Australie ?

Thomas et Zineb : L’envie de changement. On est partis avec ma femme sur l’idée d’un PVT. Une année de break pour voir ce que l’on voulait faire, et changer d’univers. L’Australie a été une bonne découverte, et on s’est dit que l’on resterait bien, après tout.
J’avais envie de me lancer un petit défi. J’ai passé l’essentiel de ma vie près de Paris et j’étais entré dans une routine. C’est ce qui est agréable pour moi ici : la découverte de nouvelles choses chaque jour.

pvtistes :

Pourquoi Sydney ?

Thomas et Zineb : Pour moi c’est l’emblème de l’Australie. C’est une des villes qui me faisait rêver. Et puis il y a tout ici. Le soleil, les jolies Australiennes (si vous êtes venu un vendredi soir dans Sydney CBD, vous savez de quoi je parle !).
Et Sydney c’était aussi l’opportunité de découvrir l’Asie, les îles du Pacifique, la Nouvelle-Zélande, etc. (même si malheureusement on manque de vacances ici, avec seulement 4 semaines).
Certaines personnes n’aiment pas Sydney et préfèrent les villes du Nord, car Sydney a la réputation d’être un peu le royaume du superficiel. Personnellement, je trouve que c’est une ville très agréable, et je n’ai pour l’instant fait que de bonnes rencontres. L’esprit australien y est sûrement pour beaucoup (easy mate !).

pvtistes :

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Thomas et Zineb : Oui, pour moi c’était la première fois. C’est peut-être pour ça que j’apprécie autant, d’ailleurs ! Mais je pense quand-même que l’on trouve une qualité de vie incroyable en Australie.

pvtistes :

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Australie?

Thomas et Zineb : Je crois que j’ai mis quelques semaines à réaliser que l’on était à Sydney. Et pourtant, c’est une aventure qu’on a préparé et à laquelle on a beaucoup pensé, pendant presque 1 an. Mais ça me semblait irréel de me trouver là.

pvtistes :

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Australie ?

Thomas et Zineb : Je suis arrivé en Australie avec le visa 417 (Working Holiday Visa, donc). On a profité de l’Australie avec ma femme pendant un mois et demi, et je me suis mis a chercher un travail sponsorisé. Je travaille dans l’informatique, un secteur qui n’est pas vraiment touché par la crise (en tout cas moins).
Il m’a fallu environ un mois pour trouver un job sponsorisé.
Je n’ai pas vraiment eu le sentiment de galérer, mais comme je le disais plus haut, mon bagage professionnel accumulé en France m’a beaucoup aidé.

pvtistes :

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Australie ?

Thomas et Zineb : Les entretiens téléphoniques… C’était l’horreur, au début. Et pourtant, je n’ai pas un mauvais niveau en anglais. Mais le stress, le son horrible du téléphone, et ma part de timidité ont fait que c’était le moment que j’appréhendais.
Le système de recrutement est différent de la France. Il est rare de rencontrer directement une personne de l’entreprise qui recherche un employé. La très grande majorité des entreprises donne la recherche de ses employés a un cabinet spécialisé, qui filtre les candidats.
Cela veut dire beaucoup d’entretiens téléphoniques pour le candidat, qui s’ils se passent bien, déboucheront sur un entretien avec le chasseur de tête, qui s’il se passe bien débouchera sur un entretien avec le chef de projet et/ou les RH de la société qui emploie.
Parfois il y a même un 4e entretien. Et au milieu de tout ça, des tests pour vérifier votre niveau.
Bref, beaucoup d’embûches à passer pour un petit Français qui veut travailler 🙂

pvtistes :

Quel est ton meilleur souvenir ?

Thomas et Zineb : Mes dernières vacances à Cairns, et la barrière de corail. Incroyable. Je crois que travailler comme moniteur de plongée là-bas, c’est proche du meilleur job du monde.

pvtistes :

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Thomas et Zineb : Les pâtisseries ! On en trouve ici et là dans Sydney, mais ce n’est jamais vraiment pareil. En même temps, je crois qu’il faut oublier le style de vie français, et profiter de ce que l’Australie peut apporter (barbie and beer mate!).

pvtistes :

Qu’est ce qui te manquera si tu rentrais en France ?

Thomas et Zineb : Probablement le climat de Sydney, et l’esprit relax australien. On profite un peu plus de la vie ici, et les gens ont cette culture un peu différente. Il y a je trouve un peu plus de respect de l’autre et les Australiens sont (souvent) très amicaux et ouverts.

pvtistes :

Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Thomas et Zineb : J’apprécie beaucoup d’apprendre ou découvrir quelque chose de nouveau chaque jour. Je pense que c’est aussi un grand plus de bosser en anglais toute la journée, et de travailler avec des gens d’horizons très différents. Il faut le dire, Sydney est en grande majorité peuplée par des migrants qui viennent chercher du travail et, parfois, de meilleures conditions de vie.
Ils viennent d’Asie, d’Europe, d’Afrique, d’un peu partout dans le monde, de pays développés ou moins, avec des cultures et des traditions très différentes. L’intégration ici se passe bien, et chacun est conscient de ce que l’Australie apporte, et veut découvrir l’autre. Attention tout n’est pas rose, il y a aussi des problèmes de société ici, mais il y a je pense une grande majorité de gens qui veulent apprendre des autres, et les découvrir.

pvtistes :

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Thomas et Zineb : Je leur dirais : partez en vous disant que vous avez une année pour en profiter. Alors profitez en à fond. Rester plus longtemps est possible, mais ce sera forcement dur si vous êtes jeunes diplômés et sans expérience professionnelle. Si vous êtes serrés niveau budget, sachez que la vie est très chère à Sydney et dans les grandes villes.
Mais c’est vraiment un pays magnifique. Préparez vous à ne plus vouloir repartir !

Consulter d’autres interviews de PVTistes…
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)…

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

16 Commentaires

Gaetan
1 5
Hello Thomas, je voudrais partir en Australie et trouver du travail dans mon domaine si possible, je suis analyste-développeur aussi (mais avec une licence seulement). Seulement je me demandais si c’était possible de passer du WHV à un visa permanent facilement (si jamais je vois que je me plais vraiment là-bas). Et comme ça a l’air d’avoir été ton cas, je me demandais comment ça s’était passé pour toi ?
Thomas et Zineb
51 19
Bonjour Gaetan. Difficile de généraliser, il y en a pour qui cela fonctionne et d’autres qui rentrent en France un peu frustré de ne pas avoir pu aller au delà de leurs PVT… le marché de l’emploi semble reprendre cette année en Australie. 2012 et 2013 ont été des années plus dures mais encore une fois je me garderai bien de faire des généralités, c’est vraiment au cas par cas. J’étais partis en me disant qu’au pire je passerai une année de PVT, faire la transition n’est pas forcément evident (beaucoup de sociétés exigent dans leurs offres d’emploi que le candidat ait la nationalité australienne ou la résidence permanente, perso j’ai toujours été honnête et annoncé dès le premier entretien que j’avais besoin d’être sponsorisé). Je dirai que si tu as envie de partir, fonce, ce serait bête de regretter plus tard de ne pas l’avoir tenté.
lamontrealaise
2 15
Bonjour a vous, Je suis ancienne pvtiste du Canada (Montreal) depuis 2011, j’ai depuis j’ai obtenu ma résidence permanente ici et tout va pour le mieux! Mais je souhaite decouvrir le MONDE, j’ai un enfant et je souhaite partir en pvt avec mon garcon de 5 ans qui lui est ne ici donc franco Canadien. Ma question est la suivante: Connaissez-vous des personnes qui ont fait le pvt en famille avec enfant, je fais des recherches et cela me semble assez complexe comparé au Canada ou il y a plus d’information pour les pvtistes Merci de votre aide
Takoyaki
0 2
Témoignage très intéressant! Je pars avec un profil similaire (Ingénieur IT)… J’espère que j’aurais le même succès!
Nicolas
2 19
Super intéressant !! La plupart des gens qui témoignent de leur PVT en Australie n’ont pas forcément une grande expérience professionnelle et recherche plus le challenge du roadtrip . Donc c’est bien d’avoir un témoignage comme celui-ci, où le but est de se poser et de vouloir se servir de son expérience professionnelle française.
Alexandra
1 18
Je me reconnais assez dans cet interview ! Et ça donne envie (sauf la barrière des entretiens téléphoniques évidemment 🙂 )
Mathieu
10.4K 20.9K
« même si malheureusement on manque de vacances ici, avec seulement 4 semaines » Heureusement que tu n’es pas au Canada car c’est 2 semaines de vacances par an 😉
Davy
1.1K 5K
Avec 2 semaines tu n’as pas le temps de bouger, de te reposer. 2 semaines en été seulement ?
Mathieu
10.4K 20.9K
1 semaine pour les fêtes de fin d’années et 1 autre pour l’été 🙂 Je te rassure, le nombre de semaines de vacances augmente ensuite en fonction de l’ancienneté. Tu peux avoir 5 semaines de vacances au bout de 5 années dans la même boite.
Davy
1.1K 5K
les 5 premières années doivent être dure quand même, quand tu viens de la France par exemple où on est habitué à avoir énormément de vacances, après cela dépend du secteur 🙂
Davy
1.1K 5K
Sans compter les jours fériés en France avec parfois la possibilité de faire le pont. Il y a bcp de jours fériés au Canada?
Layla
532 1.9K
Ah bah c’est la meme chose qu’en Irlande. Ca ne me changera pas du coup. Je suis parrée! 😉
Davy
1.1K 5K
Comme ça tu gaspilles moins d’argent vu que tu n’as pas le temps de partir lol
caroline
0 6
ya une patisserie sur glebe point road, glebe qui est bien fameuse et tu crois que t’es en france la dedans !
Mathieu
10.4K 20.9K
Superbe expérience, merci Tom pour ton témoignage 😉 Vous avez bien fait de tenter l’aventure !
Julie
4.9K 13.8K
Moi aussi j’ai adoré vivre à Sydney 🙂

Articles recommandés