Chercher (et trouver) du boulot pendant un PVT à Paris

Article publié le 10-01-2014.

 

Jade, PVTiste canadienne qui a tenté l'aventure parisienne, nous parle de sa recherche d'emploi à Paris, de ses boulots de guide touristique, d'hôtesse d'accueil et de responsable marketing, de ses difficultés et de ses succès !

Quels boulots as-tu effectués en France ?

Le terme boulot est bien employé ici ! Car même si je détiens l’équivalent d’un Master 1 français, la recherche d’un vrai emploi, dans mon domaine d’étude, le marketing, est plutôt difficile. Depuis mon arrivée en France, j'ai eu deux emplois différents. Le premier était celui de guide touristique à vélo électrique à Paris. Eh oui ! Une Canadienne qui raconte l’Histoire de France et de Paris aux Français ! Les clients étaient toujours surpris d’entendre mon accent au début du tour, mais ils se rendaient vite compte que j’avais dans la majorité des cas, plus de connaissances qu’eux sur le sujet ! Le deuxième emploi que j’ai occupé est celui d’hôtesse d’accueil chez différents clients prestataires (Etam, Publicis, TF6).

C’est seulement après plus de 7 mois en France que j’ai réussi à me trouver un emploi comme responsable marketing chez l’employeur où j’ai effectué un stage universitaire en 2010.

Tu travaillais déjà dans ce domaine, au Canada ?

J’ai déjà travaillé dans le domaine du tourisme et du loisir comme monitrice dans un camp de vacances de canot-camping lorsque j’étais au secondaire et en première année à l’université. Je devais entre autres guider des expéditions et raconter des légendes de camp ! Puisque j’aime parler en public et que je ne suis pas gênée, je pouvais certainement être guide touristique. Au lieu de pagayer sur un lac tranquille, je devais pédaler dans la cohue du trafic parisien !

En ce qui concerne le job d’hôtesse d’accueil, j’ai souvent travaillé pour des petites compagnies où plusieurs personnes de l’équipe se partageaient le rôle d’accueil, mais c’était la première fois où l’ensemble de mes responsabilités étaient des tâches liées à l’accueil.

Comment t’y es-tu pris pour trouver ton travail dans le marketing ?

La recherche d’emploi dans les domaines de la communication, marketing et événementiel en France est particulièrement complexe ces dernières années. Comme je voulais mettre toutes les chances de mon côté, j’ai débuté ma recherche d’emploi quelques mois avant de partir. Puisqu’aucune de mes démarches n’a été fructueuse, j’ai décidé deux jours après mon arrivée en France de recenser toutes les compagnies de tours guidés à vélo et d’aller faire du porte-à-porte
. En moins de deux heures, j’ai trouvé une compagnie qui était prête à m’embaucher comme guide touristique ! Après une période de formation, j’ai travaillé comme guide pendant la période estivale.

Avant de partir en vacances, je voulais préparer mon retour à Paris et m’assurer que je pouvais trouver facilement un emploi. Un ami m’avait parlé d’une société d’hôtesses d’accueil. J’ai contacté le service recrutement pour savoir s’ils étaient à la recherche d’hôtesses au moins de septembre. La dame m’a confirmé qu’ils étaient toujours à la recherche de personnel et de la recontacter à mon retour de vacances. Une fois rentrée sur Paris, j’ai repris contact avec elle. En quatre jours, j’ai pris rendez-vous, j’ai passé mon entretien et j’ai commencé à travailler ! J’ai été surprise à quel point ça a été rapide, surtout pour la France, où un processus d’embauche peut souvent prendre plusieurs mois !

L'adaptation du CV

Le CV canadien est complètement différent du CV français. Puisque j’ai déjà travaillé en recrutement, et que nous recevions plusieurs candidatures de Français, je savais exactement quoi modifier dans mon CV. Dans un premier temps, j’ai coupé dans le gras et synthétisé mes expériences afin de faire passer mon CV de deux à une page. J’ai ajouté une photo et mis ma date de naissance. Finalement, afin que mon CV ne soit pas rejeté automatiquement puisque je suis une étrangère, j’ai inscrit mes diplômes universitaires selon leur équivalence française. J’ai non pas un Baccalauréat, mais plutôt un Master 1 en marketing. J’ai également ajouté une adresse locale, même quand j’étais au Canada pour donner l’impression que j’étais déjà sur place !

L'entretien d'embauche, l'environnement de travail : différents ?

Tous les entretiens d’embauche que j’ai eus en France étaient faits dans une optique de discussion. Ce n’était pas comme au Canada où les entretiens sont souvent sous forme de questions-réponses. Bien que toutes mes expériences d’entretiens se soient passées ainsi, mes amis m’ont avisée qu’en France aussi on peut faire face à un entretien questions-réponses.

J’ai été choquée quand je suis venue en stage en 2010 lorsque je voyais des collègues se crier après lorsqu’ils étaient fâchés l’un contre l’autre. Ce qui m’a encore plus surprise c’est comment, deux minutes plus tard, c’est comme si rien ne s’était passé, et ils sont redevenus amis ! La mentalité française est très différente de la mentalité canadienne. Pour nous, lever la voix est plutôt mal vu, et l’est encore plus en milieu professionnel. Ce que je trouve dommage en France c’est la façon dont le patron peut traiter ses employés. Il ne se gênera pas de les menacer, de critiquer constamment leur travail et de les « obliger » à être toujours prêts à travailler pour la société. C’est un environnement de travail très stressant. Évidemment, des exceptions existent, et cette philosophie peut être plus ou moins marquée en fonction du secteur d’activité.

A-t-on exigé que tu aies des compétences ou des diplômes particuliers ?

Aucune compétence ou diplôme n’ont été exigé. Par contre, le fait que je suis parfaitement bilingue et que je sais bien me présenter a définitivement joué en ma faveur. Toutefois, pour le travail de guide, j’ai dû apprendre et bien maitriser l’histoire de France et de Paris, ainsi que le contenu de la visite.

Une fois que tu as commencé à travailler, comment ça s’est passé ? Quelles tâches devais-tu accomplir ?

Puisque je ne connaissais quasiment rien de l’histoire de la France et de Paris, j’ai été plusieurs semaines en formation. En fonction de ce qu’on m’avait dit au départ, je ne m’attendais pas à ce que ça prenne autant de temps. J’ai vécu à fond la culture organisationnelle d’une société qui est dure avec ses employés. Je savais avant de commencer que les relations étaient différentes que celles du Canada, mais je ne me rendais pas compte jusqu’à quel point elles l’étaient !

Mes responsabilités en tant que guide étaient de préparer et ranger les vélos ainsi qu’effectuer la visite guidée. Comme son nom l’indique, pour mon travail en tant qu’hôtesse d’accueil, je devais accueillir les visiteurs, gérer les appels du standard, réceptionner et distribuer le courrier, préparer les salles de réunion, etc.

Quel salaire touchais-tu ?

Pour les deux emplois, j’étais payée au SMIC (salaire minimum). Toutefois, lorsque j’étais guide, les clients me donnaient souvent du pourboire, qui pouvait représenter quelques centaines d’euros par mois en plus de mon salaire de base.

Quel est ton meilleur souvenir ?

J’ai toujours aimé me balader dans les rues de Paris. Que rouler à vélo soit mon travail était génial, surtout quand il faisait beau et chaud ! Je me sentais en vacances ! Ce que j’aimais le plus c’était de voir les réactions des clients quand je racontais mes anecdotes. J’aimais les voir suspendus à mes lèvres et les faire voyager avec moi pendant quatre heures.

Retrouvez Jade sur son blog Cheznoscousins !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Partir 5 mois en road trip moto dans le pays réputé comme l’un des plus froids du monde ? C'est ce qu'a fait Florent pendant son PVT ! Lire son récit...

Articles recommandés

Lilou

Visiter le studio Ghibli, à Tokyo

Lamarie

Des informations sur le PVT Brésil sont déjà disponibles !

isa

Concours de Noël : gagnez 3 guides des PVTistes au Canada !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Super témoignage !! :)

Très beau témoignage ! :)

Témoignage très intéressant ! Merci :)

Super d’avoir un retour de l’autre côté !
J’aurai pensé que la recherche d’emploi était plus difficile, ça m’épate !

C’est juste dommage qu’on ait pas eu les questions habituelles aussi : d’où viens-tu ? Pourquoi Paris ? Qu’est ce qui t’a manqué, etc…

Ce n’est pas une interview, mais ça viendra… 😉

ok, je lirais les réponses avec plaisir :)

un beau témoignage :-)

Super témoignage! Du coup vu que tu as trouvé un job dans ton domaine tu vas rester plus longtemps que ton pvt ou tu vas rentrer au Qc?

Je suis en train de préparer des dossiers de candidature pour faire un MBA spécialisé à la rentrée 2014.

Une belle aventure 😉

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App