Le retour en France après un PVT

Article publié le 23-02-2017.

Trouver un logement

La recherche d'un logement en France peut être ardue comparée aux démarches (souvent simples) que l'on a eu à faire à l'étranger.

La principale difficulté tient du fait qu'il est souvent nécessaire de présenter énormément de documents à un potentiel propriétaire. Parmi eux, les plus compliqués sont les trois dernières quittances de loyer (qui peuvent être remplacées par un certificat d'hébergement), un contrat de travail, les trois derniers bulletins de salaire, le derniers avis d'imposition... Ces documents sont difficiles à réunir après une ou deux années à l'étranger.

Nous vous proposons ici une liste de quelques documents alternatifs qui pourraient permettre de convaincre un propriétaire d'accepter votre dossier (si vous avez retrouvé un emploi mais que vous n'avez pas encore toutes les garanties que les propriétaires demandent) :

  • Les trois dernières quittances de loyer : remplacez-les par une attestation de la personne qui vous héberge à votre retour. Cette attestation est tout à fait acceptable d'un point de vue légal, au même titre que les quittances de loyer. Les quittances de loyer permettent toutefois de prouver au propriétaire que vous êtes en mesure de payer votre loyer en temps et en heure. Si vous louiez un logement pendant votre PVT, vous pouvez réunir également les trois derniers reçus de votre loyer (ou demander à votre ancien propriétaire de vous fournir une telle preuve).
  • Les trois derniers bulletins de salaire : ce sont les documents les plus compliqués à remplacer. Vous pouvez fournir vos derniers bulletins de salaire obtenus en PVT. Il n'est pas certain que cela fonctionne, mais les propriétaires pourraient être un peu plus conciliants en voyant que vous avez eu des revenus.
  • L'avis d'imposition ou l'avant dernier avis d'imposition : si avant votre départ, vous avez eu au moins un avis d'imposition, présentez ce document. Vous pouvez aussi présenter un document équivalent du pays d'où vous rentrez (un document de l'Australian Taxation Office ou de Revenue Canada, par exemple).

Comment retrouver un logement ? 

Dans la mesure où les pièces justificatives vont être compliquées à réunir, il va falloir tomber sur un propriétaire suffisamment compréhensif pour accepter votre dossier en ayant moins de documents que d'habitude. Cette situation est particulièrement présente lorsque vous cherchez votre chez-vous dans une grande ville comme Lyon ou Paris, souffrant d'une pénurie de logement.

Pour cela, vous pouvez compter sur un coup de chance bien entendu (un propriétaire qui connait le PVT et qui comprend que le retour puisse être un peu compliqué, par exemple), mais vous pouvez également essayer de faire jouer votre réseau au maximum :

  • Vos parents, votre famille : les membres de votre famille plus ou moins éloignée sont peut-être propriétaires d'un petit studio, ils ont peut-être eux-mêmes des amis qui recherchent quelqu'un pour louer leur logement. La limite de pièces justificatives sera peut-être jugée beaucoup plus acceptable par un propriétaire s'il connait une personne qui peut vous "recommander".
  • Vos amis, anciens collègues : faites appel à votre réseau de connaissances pour savoir si l'un d'eux (ou l'un de leurs amis) prévoit de quitter prochainement son logement et a besoin, par exemple, de trouver quelqu'un en urgence. Là aussi, le soutien de l'ancien locataire peut jouer en votre faveur auprès du propriétaire : si le locataire était sérieux, alors son ami l'est sûrement aussi. C'est tout bête, mais un dossier transmis par l'actuel locataire ou l'ami d'un propriétaire aura souvent plus de valeur que le dossier d'un parfait inconnu. Et puis, vous éviterez ainsi les éventuels frais d'agence immobilière. Quelques semaines avant votre retour, n'hésitez pas à indiquer sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter que vous cherchez un logement. Vos amis, ravis de vous voir rentrer, seront surement très heureux de pouvoir vous aider à vous réinstaller.
  • Les PVTistes : chaque jour, des PVTistes partent pour vivre de nouvelles aventures à l'étranger. Alors qu'ils s'apprêtent à décoller, ils doivent de leur côté quitter leur logement. Ce logement pourrait peut-être devenir le vôtre. Eux aussi pourraient glisser un petit mot à leur propriétaire. Le propriétaire pourrait être soulagé que l'ancien locataire retrouve immédiatement quelqu'un pour prendre sa place sans avoir de période inoccupée ou avoir à payer des frais d'agence.

Le garant : la clé de votre logement

C'est triste à dire, mais si vous disposez d'un garant avec suffisamment de ressources, il ne sera pas trop compliqué pour vous de retrouver un logement (même si vous n'avez pas encore trouvé d'emploi). Les agents immobiliers et les propriétaires regardent énormément les ressources des garants pour déterminer si le profil du candidat convient. Si un candidat a d'énormes revenus, ce sont évidemment ses revenus qui joueront en sa faveur. Mais pour les autres candidats, les propriétaires vont avant tout consulter les ressources du ou des garants. Si vos parents sont propriétaires de leur logement et ont un emploi bien rémunéré, vous n'aurez pas trop de soucis à vous faire. Si un autre membre de votre famille dispose de ressources importantes, n'hésitez pas à lui demander d'être votre garant.

Si vos proches ne représentent pas des garants de "confiance" pour un propriétaire, la recherche de logement risque d'être plus compliquée, mais elle n'est pas pour autant impossible.

Autre solution : si vous disposez vous-même d'importantes économies (acquises avant votre départ ou même pendant votre PVT), vous pourriez opter pour un cautionnement bancaire. Votre banque est votre garant auprès du propriétaire du logement. En contrepartie, vous devez verser une somme plus ou moins élevée sur un compte bancaire bloqué. Les montants à verser dépendent de votre banque et de l'entente que vous avez avec votre banquier. Le cautionnement bancaire peut représenter 6 mois de loyer par exemple, la banque peut même vous demander de bloquer sur un compte l'intégralité du loyer pour toute la durée du bail dans certains cas... Renseignez-vous auprès de votre banquier pour en savoir plus.

Quelle alternative ?

Si la recherche d'un logement à louer vous semble trop compliquée à votre retour (vous ne pouvez vraiment pas fournir de documents pertinents, vous n'avez pas encore de travail, etc.), il existe d'autres options qu'une location standard dans un logement privé.

Les amis/la famille : camper sur le canapé d'un ami ou retourner chez ses parents, c'est le choix que font une grande partie des PVTistes à leur retour en France. La famille et les amis sont trop heureux de vous revoir pour ne pas essayer de vous faire une petite place s'ils en ont la possibilité. Cette solution temporaire peut vous permettre de vous ré-acclimater au départ mais ça n'est pas forcément une solution pérenne.

Rejoindre une colocation : vous l'avez sûrement expérimenté lors de votre séjour en PVT, vous avez peut-être envie de poursuivre l'aventure de la colocation une fois rentré en France ! Les colocations ont l'avantage de permettre plus de souplesse au niveau des documents à fournir. Là aussi, faites jouer votre réseau pour voir si des amis, des proches ou des amis d'amis ne recherchent pas un colocataire pour quelques mois. Vous pouvez également rejoindre des groupes Facebook ou consulter les annonces des sites comme le Bon Coin, Se loger ou À partager (la version française de Roomgo, anciennement Easyroomate). Pour Facebook, tapez "Colocation" et le nom de la ville où vous souhaitez vivre et vous trouverez sûrement votre bonheur. Même si intégrer une colocation est généralement plus simple que la location standard d'un appartement, notez qu'il est tout de même possible que vous ayez besoin d'un dossier béton et d'un garant. Enfin, comme toujours pour des (co)locations, faites attentions aux arnaques...

Les sites de location collaboratifs : beaucoup l'ignorent, mais certains propriétaires mettant des annonces sur des sites comme Airbnb acceptent aussi les locations de plusieurs mois. Souvent, ces logements sont proposés à des prix plus élevés que les prix du marché, mais ils peuvent faire office de solution temporaire à votre retour : le logement est meublé et les propriétaires ne demandent pas de nombreuses garanties. Vous disposerez ainsi d'un peu de temps pour retrouver un emploi, accumuler les fiches de paie nécessaires et chercher votre prochain logement.

Les auberges de jeunesse / gîte : si vous voulez encore avoir l'impression de voyager un tout petit peu, la solution de l'auberge de jeunesse peut aussi être une bonne option temporaire à votre retour. La France regorge d'auberges de jeunesse (et de gîtes) où vous pourriez vous loger temporairement. Pour économiser un peu d'argent, vous pouvez aussi, comme beaucoup le font à l'étranger, essayer de négocier quelques heures de travail (ménage, entretien) avec le gérant de l'auberge de jeunesse, en échange d'un lit gratuit.

Les foyers de jeunes travailleurs : si vous avez moins de 25 ans (parfois 30 voire 32 ans, dans certains cas) et que vous avez trouvé un travail, vous pouvez aussi regarder du côté des foyers de jeunes travailleurs qui proposent des logements à des prix relativement modérés et qui ne nécessitent pas forcément de garants ou un engagement sur le long terme. Les foyers de jeunes travailleurs sont une bonne solution si vous avez besoin de vous loger rapidement pour quelques mois seulement. Ce type de logement permet notamment d'obtenir des quittances de loyer. Ces logements sont conventionnés donc ils peuvent vous ouvrir des droits pour bénéficier des Aides personnalisées au logement (APL). Un garant est parfois nécessaire, mais les demandes varient d'une association à une autre. En savoir plus...

Voici quelques liens pour trouver des foyers de jeunes travailleurs

  • UNHAJ (Union nationale pour l'habitat des jeunes), un réseau de foyers de jeunes travailleurs dans toutes la France.
  • ARFJ (Association des Résidences et Foyers de jeunes), un réseau de foyers de jeunes en île de France, en Côte d'Or, en Savoie, en Meurthe et Moselle, en Vendée et dans les Pyrénées Atlantique.
  • ALJT (Association pour le logement des jeunes travailleurs) à Paris et en région parisienne.
  • CLJT (Centre de logement des Jeunes travailleurs, étudiants et stagiaires) à Paris.

Vous pouvez également saisir le nom de votre région suivi de "Foyer de jeunes travailleurs" dans Google pour voir les différentes résidences de votre région.

Les aides au logement

A votre retour, vous pourriez également bénéficier d'une aide de l'Etat en matière de logement. Ces aides sont les mêmes que celles que peuvent toucher les personnes restées en France.

Le loca-pass

Le loca-pass peut prendre deux formes :

  • L'avance loca-pass : une avance de fonds permettant de payer le dépôt de garantie pour un logement. Destiné aux jeunes de moins de 30 ans, son montant maximal est de 500 euros. Le remboursement de cette avance se fait ensuite par mensualité de 20 euros minimum. Il est possible d'obtenir un différé de paiement dans les trois premiers mois. En savoir plus...
  • La garantie loca-pass : elle permet de garantir à votre propriétaire le paiement du loyer et des charges en cas de non-paiement de votre part. La garantie loca-pass est généralement réservée aux salariés. Les jeunes de moins de 30 ans peuvent en bénéficier sans être salarié s'ils sont étudiants boursiers, étudiants salariés ou en recherche d'emploi. En savoir plus...

L'aide personnalisée au logement (APL)

Cette aide mensuelle, fixée en fonction des conditions de ressources, de la situation familiale et du lieu d'habitation du demandeur, peut vous être attribuée si vous louez un logement "conventionné", c'est-à-dire un logement qui a fait l'objet d'une convention entre l'Etat et le propriétaire. Les personnes vivant en HLM, par exemple, sont dans des logements conventionnés. Mais les logements conventionnés ne sont pas le seul fait des organismes HLM. Des particuliers peuvent aussi avoir des logements conventionnés (sous conditions) pour pouvoir bénéficier d'avantages fiscaux ou d'aides financières. La mention du conventionnement figure souvent sur les petites annonces concernées (ou bien, il est fait référence aux APL).

L'Allocation de logement familiale (ALF)

Cette aide mensuelle s'adresse aux personnes qui ne seraient pas éligibles aux APL (parce qu'elles n'ont pas un logement conventionné, par exemple) et dépend là aussi des revenus et de la situation géographique du demandeur. L'ALF est surtout grandement liée à la situation familiale. Par exemple, si vous êtes enceinte, si vous avez un enfant en bas âge ou/et si vous êtes marié depuis moins de 5 ans, vous pourriez bénéficier de l'ALF (en fonction de vos revenus et de votre situation géographique). En savoir plus...

L'Allocation de logement social (ALS)

Cette aide mensuelle s'adresse en priorité aux jeunes (en location, sous-location, ou même colocation), les étudiants ou les couples sans enfant. Il est lui aussi fixé en fonction des conditions de ressources, de la situation du foyer et du lieu de logement. Pour en savoir plus.

Pour les trois aides ci-dessus, il vous sera demandé de déclarer les revenus que vous avez touchés lors de votre PVT.

Remarque : les APL, ALF et ALS ne peuvent pas se cumuler. Toutefois, si vous êtes bénéficiaire de l'une de ces aides, vous pourriez bénéficier de la Protection Universelle Maladie (PUMa)

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Évaluations des membres

5/5 (1)

Articles recommandés

[Dossier]

Tout savoir sur le PVT à Ottawa

[Interview]

Kelly, une PVTiste à Whitehorse (Yukon) amoureuse des grands espaces

[Récit de voyageur]

Récit : demander la résidence permanente en Nouvelle-Zélande

[News]

Le PVT / WHV Australie passe à 35 ans le 1er juillet 2019 pour les Français !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Nicolas
402 40
#1055762

Trés bon dossier ! Par contre pas sur que nos salaires au Canada servent pour nos allocations chômage en France...

{{likesData.comment_1055762.likesCount}}
tiphaine
6.4K 2K
#1055819

Message de ospina13
Trés bon dossier ! Par contre pas sur que nos salaires au Canada servent pour nos allocations chômage en France...
salut,

effectivement les salaires du Canada ne sont pas pris en compte.

{{likesData.comment_1055819.likesCount}}
tiphaine
6.4K 2K
#1055821

très bon dossier, merci Marie, je me rappelle que je stressais pas mal quand nous sommes rentrés du Canada, heureusement on a eu pas mal de chances et avons retrouvé très vite logement et travail

{{likesData.comment_1055821.likesCount}}
justine
290 37
#1056372

Merci beaucoup Marie!
Je suis dans la situation numéro 1: chômage 9 mois avant de suspendre les aides pour partir en PVT (1 an) puis JP (1 an sur les 2 autorisés) avant de rentrer le mois prochain.
Cela confirme donc que je pourrai profiter de mon reliquat (240 jours).

{{likesData.comment_1056372.likesCount}}
#1071586

Salut à tous !
Je vais bientôt rentrer en France après plusieurs mois en Australie.
Je me demandais si quelqu'un pouvait me donner des infos sur comment obtenir ses taxback ?

merci d'avance

{{likesData.comment_1071586.likesCount}}
tiphaine
6.4K 2K
#1071588

Message de MaximeMec
Salut à tous !
Je vais bientôt rentrer en France après plusieurs mois en Australie.
Je me demandais si quelqu'un pouvait me donner des infos sur comment obtenir ses taxback ?

merci d'avance
Salut Maxime,

je te conseille de lire ce dossier:
Impôts en Australie, tax return et Superannuation - PVTistes.net ça devrait t'aider

{{likesData.comment_1071588.likesCount}}
#1075682

Hello! Bientôt 20 mois que je suis partie au Canada. Je n'ai jamais travaillé pendant tout ce temps au Canada. J'ai travaillé en France avant et ai démissionné. J'ai toujours la sécurité sociale a priori. Dois-je souscrire pour PUMA (ancienne CMU)? Je ne comprends pas bien dans quelle situation je suis pour le chômage non plus... Quelqu'un pour éclairer ma lanterne svp??? -- Retour sur le territoire français prévu le 9 juin (partie le 28 octobre 2014) -- Thx!

{{likesData.comment_1075682.likesCount}}
tiphaine
6.4K 2K
#1075740

Message de MDelar
Hello! Bientôt 20 mois que je suis partie au Canada. Je n'ai jamais travaillé pendant tout ce temps au Canada. J'ai travaillé en France avant et ai démissionné. J'ai toujours la sécurité sociale a priori. Dois-je souscrire pour PUMA (ancienne CMU)? Je ne comprends pas bien dans quelle situation je suis pour le chômage non plus... Quelqu'un pour éclairer ma lanterne svp??? -- Retour sur le territoire français prévu le 9 juin (partie le 28 octobre 2014) -- Thx!
Salut Marine,

Est ce que tu étais inscrite à Pole emploi avant de partir?

{{likesData.comment_1075740.likesCount}}
C
1 0
#1087787

Bonjour,

un petit doute à ce sujet : "La somme versée pour votre RSA est fixée en fonction des revenus touchés pendant votre séjour à l'étranger.".
Vu que je vais me lancer dans la demande bientôt, je suis pas sure si je dois déclarer mes revenus australiens ou non.

{{likesData.comment_1087787.likesCount}}
Marie
32.5K 9.4K
#1087789

Message de Oooo
onjour,

un petit doute à ce sujet : "La somme versée pour votre RSA est fixée en fonction des revenus touchés pendant votre séjour à l'étranger.".
Vu que je vais me lancer dans la demande bientôt, je suis pas sure si je dois déclarer mes revenus australiens ou non.
Salut C,
Tu as bien fait de signaler ces phrase. Je viens de faire une modification sur le sujet dans le dossier... Le montant du RSA dépend des ressources que tu as eu dans les trois mois précédant ta demande de RSA. Pour le coup, je pense que ce sont les ressources que tu as eu, quelque soit le lieu où tu les a eu (y compris pour l'Australie). Mais ce sont seulement les 3 derniers mois normalement.
Ensuite, je dis ça car il ne semble pas y avoir de distinction entre les revenus en France et les revenus à l'étranger.

{{likesData.comment_1087789.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre