Article publié le 01-02-2019.

Les relations sociales au travail : cadeaux et alcool

La culture des cadeaux

Au Japon, l’échange des cadeaux est extrêmement important et assez codifié. Il y a des saisons où l’on offre des cadeaux à ses proches, on en offre bien sûr aussi pendant les fêtes de fin d’année et il est coutume de ramener un petit souvenir à chaque fois que vous voyagez à vos collègues (d’autant plus si vous avez eu le culot de prendre un jour de congé, ou pire encore, des vacances pour cela !).
Les “omiyage” sont ces souvenirs que l’on rapporte obligatoirement à ses collègues et proches. C’est un juteux business au Japon. Généralement, les cadeaux tournent autour de la nourriture et vos collègues risquent d’être déçus si vous ramenez un porte-clé. Au Japon, on aime manger, et chaque région à une spécialité culinaire phare pour les omiyage. Pour éviter tout faux-pas, consultez cette liste en anglais de toutes les “omiyage” par région.
Inutile, cependant, d’acheter quelque chose pour chacun. Pour les collègues, il est d’usage maintenant d'offrir une grosse boîte que l’on fait tourner au bureau. Vous pouvez en revanche prendre quelque chose de spécial pour votre patron, cela sera perçu comme normal (et pas forcément lèche-botte).

En dehors des “omiyage” obligatoires après chaque voyage, on voit parfois les collègues faire un pot commun pour une naissance, ou un anniversaire, comme on le verrait en France. Cela se fait surtout dans les petites entreprises.

Alcool et gueule de bois collective

Le rôle de l’alcool dans la société

Le Japon est une société de groupe prônant la retenue, la hiérarchie et la politesse, il est donc parfois difficile de savoir ce que pensent réellement les gens (honne VS tatemae). Vient donc le rôle de l’alcool : il permet de se désinhiber et d’écorcher les bonnes manières, en offrant donc une excuse pour exprimer sa réelle personnalité et ses opinions. En bref, tout ou presque peut être dit, ou fait, et sera pardonné du moment que vous êtes ivre ! Une fois de retour au travail, tout le monde fera comme si rien ne s’était passé.
Les sorties pour boire entre collègues s’appellent “nomikai” (réunion pour boire) et sont extrêmement courantes. Cela peut être tous les soirs, ou de temps en temps seulement. En plus des “nomikai”, vous avez en fin et début d’année le “bonenkai” et le “shinenkai” du bureau. Cela serait très malvenu si vous n'y assistez pas ! On vous en dit plus dans notre article sur les fêtes de fin d’année : Fêtes de fin d'année au Japon.
Le but, au-delà d’offrir une forme d’expression non censurée excusée par l’ivresse, est de resserrer les liens entre les employés. Les collègues doivent être comme une famille.

Le nomikai en entreprise : us et coutumes

Qui paie l’addition ?
En règle générale, les supérieurs payent. Si la hiérarchie n’est pas très marquée où que l’on sort souvent ensemble, on partage la note. Parfois on fera un peu moins payer les collègues femmes car elles consomment généralement moins.

Et si vous ne voulez pas boire ?
Ne jamais boire va être un peu compliqué pour votre vie sociale et professionnelle au Japon, mais ne vous sentez pas pour autant forcé à joindre la débauche si vous ne le voulez pas. Un soda ou un cocktail sans alcool feront très bien l’affaire, évitez juste de boire un verre d’eau ou un café alors que tout le monde est en mode “apéro”.
À noter qu’à la différence d’un homme, on n’insistera pas si une femme ne veut pas boire. Pousser lourdement les femmes à boire pendant les nomikai n’est pas banal, ce concept a même un nom, le “aruhara” (alcool-harcèlement) : si vous vous trouvez dans cette situation, refusez net et restez sur vos gardes car malheureusement le harcèlement sexuel (“sekuhara”) n’est peut être pas loin.

Les faux pas à éviter
Attendez toujours que le supérieur (ou l’ainé du groupe) fasse le mouvement en premier (choisir le bar, s’asseoir, commander, boire, fumer,...). Ne devancez pas les autres, sous risque de bafouer la hiérarchie.
Ne remplissez jamais votre verre en premier et veillez à remplir continuellement le verre des autres.
Lorsqu’on vous tend un verre, il est plus poli de l’attraper à deux mains en preuve de respect (une sur le côté et une en dessous).
Ne commandez jamais uniquement pour vous, faites le tour de la table avant pour savoir si quelqu’un veut quelque chose. Si vous êtes en présence de supérieurs bien plus âgés que vous, laissez-les commander.
Ne pestez pas contre la fumée de cigarette et n’empêchez pas les autres de fumer (si vous ne supportez pas le tabac, il va être compliqué pour vous de vivre au Japon tant il est courant de fumer partout, surtout pour les hommes).

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Évaluations des membres

5/5 (2)

Articles recommandés

[Dossier]

Le retour en France après un PVT

[Interview]

Clémence, 18 mois d’aventure à Kawagoe

[Récit de voyageur]

Récit de PVTiste au Canada : être esthéticienne à Vancouver

[News]

Nouvelle-Zélande : augmentation du prix du PVT, mise en place d’une ETA…

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre