Reprendre ses études après un PVT Canada : 3 questions récurrentes

Date de publication : 03-12-2021

Auteur

GeraldinePiguet



Sur pvtistes.net, nous accueillons de plus en plus de futurs étudiants au Québec. Pour répondre à vos principales interrogations sur les études au Québec, nous allons vous proposer une série d’articles en partenariat avec l’Université de Montréal. Un grand merci à Géraldine Piguet, agente de communication de l’Université de Montréal, pour les informations qu’elle va partager avec vous !

Précédent article : Reprendre ses études au Québec après un PVT Canada : comment se lancer ?



Ça y est, la décision est prise : vous souhaitez reprendre vos études au Québec. Vous avez effectué vos recherches, comparé les programmes et vous savez lequel vous correspond le mieux. Félicitations ! Ce n’est pas toujours facile de se décider.

C’est maintenant le moment de passer à l’action. C’est souvent lorsque l’on souhaite concrétiser notre décision, que l’on se pose une foule de questions. Voici quelques pistes de réponse aux interrogations les plus courantes, histoire que vous puissiez envisager sereinement votre retour aux études.

Reprendre ses études au Québec : combien ça coûte ?

Soyons honnêtes, les études au Canada représentent un certain investissement et on pense souvent, à tort, que les coûts ne sont pas abordables.

Tout d’abord, il faut comprendre comment fonctionnent les frais de scolarité. Ces derniers varient d’une université à l’autre et reposent sur plusieurs facteurs : votre statut au Canada, le cycle d’études dans lequel vous souhaitez étudier, le nombre de cours que vous prenez, etc.

Par ailleurs, sachez que les étudiants français et belges francophones profitent de droits de scolarité préférentiels — deux à trois fois moins élevés que ceux qui sont exigés des autres étudiants internationaux — dans les universités québécoises.

Ne vous en faites pas, il y a plusieurs solutions pour financer vos études. D’abord, il vous sera possible de travailler pendant vos études car votre permis vous autorise à occuper un emploi à temps partiel sur et hors du campus. Ensuite, en tant qu’étudiants étrangers vous pouvez être éligibles à certaines bourses. Il en existe un très grand nombre. Elles peuvent être gérées par des organismes nationaux, octroyées par les universités ou encore par des fonds privés, des entreprises, des fondations, etc. Renseignez-vous auprès de votre université pour connaître l’offre de bourse auxquelles vous pourriez être admissible.

Maintenant que vous avez une idée plus claire des coûts et des pistes de financement, vous pouvez vous pencher sur votre demande d’admission.

La demande d’admission : comment ça se passe ?

Deux choses essentielles à retenir avant de vous lancer dans vos demandes d’admission : chaque programme fixe ses propres conditions d’admission et les dates limites pour candidater dépendent des programmes et/ou des universités.

Il est donc essentiel de vérifier les conditions d’admissibilité et la date limite de candidature pour chaque programme auquel vous souhaitez candidater.

Bon à savoir : il est parfois possible d’intégrer un programme à l’automne ou à l’hiver. Selon la session à laquelle vous souhaitez intégrer le programme, la date limite sera différente. Par exemple, à l’UdeM, pour entrer à la session d’automne, il faut faire parvenir sa candidature avant le 1er février. Alors que si vous souhaitez commencer votre programme à la session d’hiver, vous devrez déposer votre dossier avant le 1er novembre pour les programmes de premier cycle et le 1er septembre pour ceux des cycles supérieurs.

Ensuite, vous devrez préparer les documents à envoyer à l’université pour qu’elle puisse évaluer votre dossier. Chaque programme exige un certain nombre de documents, pour les connaître, renseignez-vous sur les fiches-programmes et sur les sites web des universités.

Chaque demande d’admission ayant un coût différent selon les universités, il faudra aussi que vous vous acquittiez des frais de demande d’admission.

Le délai de traitement des demandes d’admission varie, mais une chose est sûre : le plus tôt vous envoyez votre demande, mieux c’est. Gardez toujours à l’esprit que si vous n’êtes ni citoyen, ni résident permanent du Canada, vous devrez faire une demande de permis d’études et que ces démarches prennent du temps.

Une fois votre offre d’admission reçue, n’oubliez pas que certaines universités exigent que vous l’acceptiez. À l’UdeM, vous recevrez votre réponse sur votre centre étudiant. C’est également dans cet espace que vous devrez l’accepter.

Les documents d’immigration : comment s’y prendre ?

En tant que futur étudiant étranger vous devrez commencer les démarches pour obtenir vos documents d’immigration, dès que vous recevrez votre offre d’admission de la part de votre université.

Si c’est au Québec que vous allez étudier, il faudra débuter avec la demande de CAQ (Certificat d’acceptation du Québec) auprès du gouvernement provincial. Une fois celle-ci reçue, vous devrez demander un permis d’études auprès du gouvernement fédéral. Selon votre nationalité, il est possible que vous deviez faire une demande de visa en plus. Ces procédures ne sont pas très compliquées, mais elles prennent du temps et elles ont un certain coût. N’hésitez pas à anticiper ces aspects pour être dans les temps.

En cas de doute ou s’il vous manque certaines informations pour compléter vos demandes, adressez-vous toujours à l’université qui vous a accepté. Il y a sûrement un bureau des étudiants internationaux ou des personnes-ressources qui pourront vous aider.

Il ne vous reste plus qu’à vous mettre au travail !
On espère que ces informations vous seront utiles et on vous souhaite bon courage dans vos démarches. N’hésitez pas à nous faire savoir si cela vous a aidé.

Pour échanger avec d’autres futurs ou actuels étudiants au Québec, pensez à notre forum de discussion 100 % Canada et à sa section Études !

Évaluation de l'article

5/5 (1)

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂

Articles recommandés