1. #1
    Avatar de Marie
    Marie 36 ans

    Location
    Paris, France
    Messages
    32 208
    Likes reçus
    9 794
    Bonjour,

    J'ouvre cette discussion pour tenter de réunir un peu les différents témoignages à propos des Working Hostels.

    Les Working hostels sont des auberges de jeunesse (backpackers) qui proposent à leur locataire une aide pour leur trouver un boulot. La contrepartie, c'est qu'ils doivent vivre dans l'auberge en attendant et une fois qu'ils auront décroché un job.
    Certains working hostel font eux-même directement des annonces pour des jobs pour Internet, et certains leur reproche justement de faire de la pub, même si les emplois ne sont pas là en masse (mais heureusement, ça n'est pas toujours le cas).

    On les trouve moins dans les grandes villes, mais on en trouve pas mal dans les régions où on trouve des emplois dans les packhouse ou du fruit-picking. On citera par exemple la région de Napier, Blenheim, Nelson, Hawkes Bay et Bay of Plenty par exemple.

    Le principe du working hostel repose sur le win-win :
    - L'auberge y gagner car elle a des clients qui vont rester assez longtemps
    - vous y gagnez car elle vous aide à vous trouver un emploi.

    Oui, mais voilà, pour certains, ce type de système a ses limites :

    1. Parfois, vous n'allez pas avoir un emploi directement après votre arrivée dans l'auberge. Vous allez parfois devoir patienter pendant une ou deux semaines par exemple, en attendant de pouvoir trouver un boulot (qui sera peut-être à temps partiel). Pendant ce temps, et bien vous continuez de payer votre chambre en auberge de jeunesse.
    2. Une fois l'emploi trouvé grâce à votre auberge de jeunesse, vous devez vous engager à rester la plupart du temps dans l'auberge de jeunesse pendant le temps de votre emploi (autrement, le principe du win win ne fonctionne pas). Cela peut se traduire par le dépôt d'une caution à l'arrivée ou par la menace de licenciement de votre job si vous ne restez plus à l'auberge.
    Bien sûr, ça n'est pas non plus toujours le cas, et certaines auberges sont plus cools que d'autres.

    Mais la réputation de ces établissements sont bonnes pour certains, et plutôt mauvaises pour d'autres.

    Il y a pas mal d'avantages à vivre en Working Hostel :
    - C'est souvent plus simple de trouver un dortoir en backpacker que de trouver un logement (quoique...)
    - Ils peuvent vous aider grandement à trouver un travail en vous mettant en relation avec des producteurs de la région
    - Vous avez l'occasion de rencontrer plein de gens, qui vivent des expériences similaires aux autres, avec lesquels vous pouvez discuter, faire des sorties lors des day off ou ce genre de chose. C'est très pratique pour les rencontres
    - L'ambiance y est généralement plutôt cool et même festive (même si certaines journée en fruit picking) peuvent être harassantes.

    Les inconvénients de vivre en Working hostel :
    - Le prix est parfois plus élevé qu'une simple chambre en colocation (ça n'est pas toujours le cas, mais vous renseigner).
    - Si l'auberge vous aide à décrocher un emploi, vous êtes nettement plus lié avec elle par la suite, et vous devez vous engagé à rester chez eux pendant la durée de votre emploi.
    - Il n'est pas non plus obligatoire de passer par un working hostel pour décrocher un job. Si vous êtes motorisé, vous pouvez tout à fait aller d'exploitation en exploitation à la recherche d'un emploi. N'hésitez pas à consulter nos dossier sur le travail saisonnier en Nouvelle-Zélande pour y trouver pas mal d'adresses :
    Le travail saisonnier en Nouvelle-Zélande
    Le travail saisonnier (picking - packing) sur l'Ile du Nord
    Le travail saisonnier (picking - packing) sur l'Ile du Sud

    Voici quelques témoignages que j'ai retrouvé sur différentes discussions du forum à ce sujet :

    Pour les backpacker qui proposent des jobs, j'ai eu quelques expériences (mauvaises) mais surtout beaucoup d'échos (mauvais aussi).
    Le truc c'est que lorsque l'on débarque dans un nouveau pays, on se dit "houla on va faire simple on va aller en backpacker". Mais au final la location de flatmate ici est tellement simple et tellement moins cher qu'il ne faut pas hésiter.
    Pour notre part, nous avons atterri dans la région d'hawke's Bay seulement 3 jours après avoir acheté notre véhicule. Nous n'avons pas optés pour un backpaker, nous avons préféré limiter les dépenses en restant dans le van le temps de trouver un emploie.
    Au final au bout de 5 jours nous somme rentré en contact avec le propriétaire d'un backpacker qui nous à proposé du travail (il nous a en fait mis en contact avec un contractor) en échange de rester dans son établissement.

    Nous avons dis ok, nous sommes restés 2 semaines puis nous avons décidés de quitter le backpacker pour une collocation. Au final nous avons troqués le backpaker à 260$ la semaine pour une chambre immense (environ 3 chambres de backpacker en superficie) dans une maison immense pour seulement 175$ par semaine.
    Sachant que nous n'avions plus à payer l'internet (60$ par mois au backpacker) ni les machines à laver (environ 12$ en comptant le séchage).

    Bien évidemment le tenancier n'a pas été comptant que nous lui annoncions notre souhait de partir, il nous a donc menacé de nous faire perdre notre job (que nous avions commencé depuis 2 semaine), et nous a fait un maximum de chantage. A ce niveau là, on s'est dit "plutôt perdre son job que de continuer à donner des sous à quelqu'un comme lui).

    Nous sommes donc partis, et au final vu que nous travaillions bien, nos employeurs ( les agriculteurs) on demandés à nous garder malgré la volonté initiale du contrator et du proprio du backpacker (qui voulaient nous faire quitter le job).

    Je sais que c'est un peu hors sujet puisque ce n'est pas directement lié aux jobs, mais je pense que cela peut être utile aux autres pour se rendre compte de ce qu'il peut se passer.

    CEPENDANT ne généralisons rien, j'ai également connu des gens qui étaient très comptent de leur backpacker et du propriétaire de ce dernier. Il y a des gens très honnêtes et il y a même certains propriétaires qui n'obligent pas les gens à rester chez eux en échange du job.
    Un autre conseil rapide, je ne sais pas si cela s'applique à toute la nouvelle zélande ou non mais très franchement pour votre logement, optez pour les flatmate plutot que pour les backpaker (sauf si vous souhaitez rencontrer tout un tas de monde), c'est souvent moins cher et de bien meilleure qualitée. De plus c'est extrêmement simple à trouver et à louer (du fait qu'ici tout se paye à la semaine).
    Actuellement à Blenheim (au nord de l'île du sud) je vous invite à venir au backpacker XXXXXX (en fait c'est plutôt un sorte de baraquement, chambre avec 2 lits, petite rivière tt près)
    aussi rapidement que possible. Beaucoup de travail en cours et en prévision (surtout vignoble, picking ou si vs êtes motivés pour rester plus longtemps, contrats pour un travail en hangar (packing etc)
    135 dollars par semaine.
    Ahah,
    Je suis rester 3 semaines a Ducannon en novembre, bizarre je ne te connais, on etais pourtant peu de francais.
    Je pense que c est une arnaque. Tu paies 135 dollars par semaine (dans mon backpack : 90$), XXXXX est en dehors de la ville. Tu dois parfois payer pour ton transport. Et si il te trouve un job dans une usine, tu dois payer 200$ de bond, que tu recupères après 3 mois dans l auberge, ou que tu perds si tu quittes l auberge.
    Dans mon BP, quasi tout le monde travail, le manager nous propose qq fois du travail.
    Bref, XXXXX fut une mauvaise experience pour moi, mais ce n est que mon avis ...
    Et maintenant, à vous !

    Le but de ce topic est de recensé vos avis sur vos working hostel. Si vous avez vécu dans des auberges de jeunesse qui vous aident à trouver des emplois pour peu que vous restiez chez eux, n'hésitez pas à donner votre avis ou votre témoignage. Le but, c'est vraiment de prendre tous les avis, qu'ils soient hyper positifs, plus négatif, nuancé, neutre, hyper négatif... On veut tout savoir et avoir plein d'avis !


  2. #2
    Avatar de CamilleNZ
    36 ans

    Messages
    1
    Likes reçus
    2
    Bonjour,

    Alors en ce qui me concerne je n'ai pas trouvé du travail grâce à un working hostel,j'y ai travaillé, je peux peut-être apporter un certain éclairage.
    J'ai donc travaillé à la réception d'un backpacker à Napier, où la proprio mettait des annonces sur internet proposant un travail dans l'agriculture, à condition que la personne s'engage à payer le 'weekly rate' et à rester dans l'auberge de jeunesse.
    Le problème est qu'en agriculture, le travail dépend de la météo ! Donc les personnes réservaient leur semaine en avance (parce que la proprio indiquait une date fixe à partir de laquelle le travail commençait), arrivaient tout contents de pouvoir travailler le lendemain, et finalement devaient attendre (et payer) avant de pouvoir travailler.

    Le seul avantage dans cet échange, est si on n'a pas de voiture, car dans le backpacker où je travaillais, 95% des résidents partaient tous les matins dans les champs, donc vous trouverez forcément quelqu'un pour vous emmenez avec lui.
    C'est vraiment le seul avantage que je vois... Si vous avez une voiture et que vous êtes un minimum débrouillard, vous pouvez trouver du travail par vous mêmes en vous adressant directement aux producteurs. Alors bien sûr comme dit plus haut, dans l'auberge de jeunesse vous allez pouvoir rencontrer plein de monde, et là aussi c'est une affaire de choix : si vous voulez rester pendant votre séjour entre Européens (et surtout entre Allemands) dans des chambres minuscules et chères...alors optez pour cette solution ;-)

    Sinon, je confirme, les colocations en Nouvelle-Zélande sont faciles à trouver et...moins chères que les backpackers : j'ai quitté le backpacker où je travaillais pour m'installer en coloc, 130$ par semaine tout compris, j'avais ma propre chambre, contre 145$ pour une chambre minuscule de 4 ou 6 dans le backpacker. Et vivre en coloc n'empêche pas de rencontrer plein de gens, bien au contraire ;-)


Préparez sereinement votre PVT en bénéficiant d’avantages exclusifs grâce à nos bons plans.