Camille, à la découverte d’Adelaide et des routes australiennes

Article publié le 14-10-2014.

Camille alias tyacrupatacru

Camille alias tyacrupatacru

  • Localisation Mulhouse, France
  • Profession Responsable communication

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Paris.

Ville de destination

Adelaide.

Baroudeuse ou pas ?

Avant, pas vraiment non, maintenant oui! 21 000km en campervan, petite voiture, bus et 4x4 ça aide !

Que faisais-tu en France ?

J'étais responsable de communication pour un important organisme professionnel dans l'industrie depuis 3 ans et demi à Paris. Je gérais toute la communication de mon entité (site internet, newsletter, magazine, événements).

Pourquoi cette envie de t’envoler pour l'Australie ?

Depuis que je suis partie à Manchester pour une année Erasmus, j'ai toujours eu envie de partir vivre à l'étranger. L'anglais me manquait et j'avais vraiment envie de chercher à m'installer ailleurs.

Pourquoi Adelaide ?

Je ne cache pas que j'avais des amis sur place, l'arrivée a sans doute été moins aventurière qu'à l'arrache sans rien sur place. Eux étant américains, j'ai de toute façon été replongée dans l'anglais dès le départ. Comme je l'explique dans un des billets de mon blog, j'ai été d'abord déçue de voir la ville en elle-même. Ca n'était a priori qu'une pâle copie d'une grande ville d'Amérique du Nord avec ses larges routes, toutes ses voitures, ses maisons plates... en version britannique. Bizarre. Eh bon, ok, ils roulaient à gauche. Et finalement, j'ai découvert le centre-ville et les environs avec tous les parcs aux alentours de la ville (Cleland, Morialta, Bel air, Black Hill...) et toutes les randonnées qu'on peut y faire. Et là, j'étais en Australie.

Adelaide est une bourgade tranquille, elle n'a pas la même renommée vibrante que Melbourne, Perth ou Sydney, mais on peut y trouver un certain style. Les backpackers de 20 ans vont sûrement s'y ennuyer, mais pour les plus mûrs ça le fait !

Quel était ton niveau de langue en arrivant ? Comment as-tu progressé ?

J'ai un très bon niveau d'anglais, mais au quotidien il fallait que je me replonge dans le bain avec en plus le décalage horaire et la perte de repère. Même si je pêche encore sur quelques mots, la plupart oublie que je ne suis pas bilingue de naissance. Certains diront "ça n'est pas juste", mais je leur dirais que c'est à force de travail et de détermination que j'en suis arrivée là.

Lors de mon séjour ERASMUS, j'avais pendant trois mois, tous les jours, mon dico avec moi et dès que quelqu'un me parlait bizarrement, je contrôlais la signification ! C'est chiant, mais ça rapporte. C'est d'ailleurs encore le cas, je demande comment les mots s'épèlent, quel en est le sens précis, l'utilisation, le contexte... Ca paye vraiment. Aujourd'hui, de nombreuses personnes pensent que je suis d'Amérique du Nord.

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

J'ai quitté le nid familial pour faire mes études et ai beaucoup bougé en France. J'ai également vécu à Manchester pendant un an. Ca n'était pas loin, mais c'était déjà pas mal à l'époque. J'ai beaucoup aimé cette ville, elle reste un très beau souvenir aujourd'hui. Tous ces mouvements m'ont permis d'acquérir un sens de l'autonomie et de très bonnes capacités d'adaptation !

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Australie ?

"Non mais qu'est-ce que je fous là ?". Non. je rigole. Quoique... les deux premières semaines peuvent être un peu inquiétantes : tout quitter quand on a une vie confortable en France et partir à l'aventure aux antipodes... il faut s'accrocher, ne pas céder à la panique. Les quelques premiers jours sont les moins faciles, après ça passe mieux, vraiment mieux.

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Australie ?

J'avais décidé de passer les 8 premiers mois à voyager, à WWOOFer. Je ne peux pas vraiment dire que j'ai une situation professionnelle. Mais je compte bien y remédier rapidement puisque je suis à la recherche d'un travail !

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Australie ?

Je n'en ai pas rencontrées de spéciales car j'ai un projet bien particulier qui est de voyager d'abord énormément pour voir le maximum du pays. Après on verra comment ça se passe pour le boulot, mais je ne m'angoisse pas vraiment de ce côté-là !

Quel est ton meilleur souvenir ?

Si seulement n'y en avait qu'un seul ! Je dirais, ma première ferme, mon premier coucher de soleil qui tombe dans l'océan, mon premier camping sous la voie lactée, mes premiers 4 000km dans une toute petite voiture, les 6 000km suivants en 4x4, les 3 000km d'après en train, les 8 000km d'après en campervan, Uluru et Kata Tjuta, Kakadu, la Gibb, le coucher de soleil depuis le Mont Bruce, Ningaloo reef, la rainforest, Sydney, son opéra et son bridge, Melbourne et sa vibe ambiante, Adélaïde et ses randonnées exceptionnelles aux portes de la ville, caresser un kangourou à Cleland wildlife park, voir un énorme koala sur le bord de la route et dire "stoooooooooooooooooop fais demi-tour, vite" (alors que ça bouge pas franchement vite un koala) à celui qui conduit, éviter son premier kangourou sur la route, être en panne en campervan, tenir un brown snake mort, la Great ocean road, les Blue mountains si paisibles, voir les baleines à Hervey Bay à quelques centimètres sous le bateau, découvrir le fleuve Murray... la liste est longue, je suis désolée de ne pas continuer 😀

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Baguette, charcuterie, bons fromages (pas l'espèce de Cheddar qu'ils nous vendent en nous faisant penser que c'est du fromage)... et bien sûr mes amis et ma famille ! Et pour la blague, aussi une bonne connexion internet pas chère. C'est hallucinant ici ! On est presque revenus au modem !!

Qu’est ce qui te manquera si tu rentrais en France ?

Les kangourous, les koalas, les thorny devils, les plages abandonnées (sans crustacés), tous les paysages complètement intacts de la patte de l'homme, si magnifiques, les wombats (parce que franchement ils sont cool), les Tim Tam, l'odeur ambiante d'Eucalyptus et les beaux jours ensoleillés et l'australien (parce que leur accent est génial).

Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Tellement que c'en est presque indescriptible ! Tu rencontres des gens formidables, d'autres un peu moins, tu fais le tri dans ce que tu veux garder. Tu grandis. Tu te testes, tu repousses tes limites (5 jours dans l'outback sans douche, c'est une pu**** de limite !) : tu apprends à mieux te connaître. Cette année m'apporte beaucoup. Même au niveau anglais, alors que j'avais un très bon niveau : on peut toujours apprendre plus.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

De regarder mon blog pour avoir une vue d'ensemble sur tous les magnifiques paysages que j'ai pu admirer et les choses que j'ai pu apprendre.
Et sinon, de ne pas se cantonner à parler français. C'est toujours bien de rencontrer des Français et francophones et de leur parler, ça nous ramène au pays quelques temps, mais au-delà de ça, 16 000km pour parler français et ne pas s'ouvrir au reste du monde c'est un peu dommage. Chacun son choix, je respecte. Je suis venue ici pour découvrir une nouvelle culture, un nouveau pays, avec ses hauts et ses bas. D'ailleurs, si j'ai choisi de WWOOFer, et donc de ne pas gagner d'argent, c'est pour rencontrer les locaux, les vrais et gagner en expérience humaine. Je peux comprendre que certains préfèrent travailler dans les fermes pour mettre de côté. Mais alors qu'ils me payent un café :) haha

D'ailleurs ça me fait penser à ce conseil : économisez beaucoup si vous prévoyez de voyager, tout est cher ici. Ca nous permettrait d'éviter certaines dérives (référence au French shopping) qui ne nous rendent pas du tout service.
Sinon, côté pratique : de ne pas trop se charger, ici il y a des op shop et des "sales" tout le temps.

Aussi, consultez souvent le site PVTistes.net et leur page Facebook, ils sont utiles ! Les contributeurs font un beau boulot.
Et puis surtout : faites-vous plaisir, des expériences comme celle-là on n'en a pas 40 000 dans la vie !
Merci de m'avoir donné l'opportunité de m'exprimer pvtistes.net !

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Le fruit picking/packing en Australie Occidentale (Western Australia)

[Interview]

Amélie : PVT Australie vs PVT Argentine

[Récit de voyageur]

On a testé des vacances à Cancún au Mexique

[News]

Tu sais que tu es un backpacker quand…

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Julie
14.4K 4.7K

Merci beaucoup pour cette interview Camille :)

Petite question posée sur Facebook : où a été prise ta dernière photo ? Merci :)

{{likesData.comment_55569.likesCount}}

Elle a été prise dans les Kimberley, sur la Gibb, au parc El Questro wilderness. Il me semble que c’était la gorge Emma. Fantastique, mais pleine de cane toads, une vraie plaie!! Je suis trop contente de voir que mon interview est publiée! :)

{{likesData.comment_55570.likesCount}}

Hey Valérie, tu n’as rien à faire ici!! Tu viens spoiler les commentaires de mon interview! Non mais oh!

{{likesData.comment_57246.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre