Elric : road trip, amour et surf en Nouvelle-Zélande

Elric alias Elric24

Elric alias Elric24

  • Current location Dunedin, Otago, Nouvelle-Zélande
  • Destination Dunedin, Nouvelle-Zélande
  • Profession Chef de projet WEB / Community Manager
  • Dernier diplôme obtenu Master

Bonjour Elric, peux-tu nous parler un peu de toi ?

Elric, 29 ans, adopté par la Nouvelle-Zélande (enfin pas encore définitivement !)
J'ai grandi en Dordogne, fait des études de management du sport à Limoges, Ottawa (Canada), et enfin Strasbourg. J'ai ensuite bossé 3 ans en communication internet dans le sport à Bordeaux, où j'ai notamment rempli ma tirelire NZ !

J'ai toujours été attiré par la Nouvelle-Zélande et si je me psychanalyse 10 secondes, je pense que c'est pour 2 raisons principales : son environnement (paysages, faune et flore), et ses atouts sportifs (principalement surf/rando) !
Et pour couronner le tout, les 2 îles principales sont 2,5 fois plus petites en superficie que l'hexagone ! Ce paradis est presque entièrement à portée de pieds/van !

J'ai eu la chance d'étudier 1 an et demi à Ottawa, et j'avais vraiment envie de vivre une expérience similaire, à savoir m'immerger dans un autre pays, une autre culture.

Mais cette fois-ci en quittant le célèbre aéroport Charles de Gaulle, je n'avais qu'un seul plan : n'en avoir AUCUN.
Je n'ai jamais ouvert de guide, et à vrai dire, je suis tellement parti sans aucune préparation qu'en achetant mon premier repas, j'avais aucune idée du taux de change...

C'est la première fois que j'avais la chance d'être totalement libre de mes faits et gestes. Assez d'économies pour tenir un an environ et la volonté de tout visiter en Nouvelle-Zélande pendant quelques mois puis de m'envoler pour d'autres pays (notamment asiatiques) avant le retour en terre bleu, blanc rouge !

Comment se sont passés tes premiers jours ?

J'ai posé le pied à Auckland le 28 novembre 2016.

En plus des nécessaires carte sim / carte bancaire, mes 2 seuls objectifs étaient nommés "van et planche de surf". J'ai eu pas mal de chance car en 2 jours, tout était réglé, à Christchurch sur l'Île du Sud.
J’ai trouvé le van sur un groupe Facebook et pour la planche de surf j’ai trouvé mon bonheur après 3 surf shops à Christchurch (beaucoup vendent des planches d’occasion).
J’ai payé le van $6 500 – 4 200 € (un classique Toyota Estima self-contained avec 143 000 km) et 600 $ (380 €) pour le surf (parfaite condition et moitié prix du neuf après une petite négociation !).

Mon conseil concernant ces achats serait d’essayer d’appréhender au mieux les prix pratiqués en Nouvelle-Zélande. Le van peut paraître un peu cher et le surf une bonne affaire avec une comparaison « française », mais finalement ce serait plutôt l’inverse ! :) 
N’hésitez pas à parcourir les annonces locales (notamment Trademe ou groupes Facebook locaux/Marketplace) pour vous faire une idée des prix pratiqués !

Ensuite, je suis parti presque totalement au hasard vers Arthur's Pass et la West Coast pour commencer (j'ai simplement suivi la bonne météo) !

Au fil des jours et de mes rencontres, j'ai décidé de m'inscrire sur HelpX pour faire du WWOOFing (j'en avais vaguement entendu parler mais je n'avais pas du tout envisagé de rejoindre l'aventure ! Quand je vous dis que j'avais ZERO plan !).
Finalement j'ai enchaîné de très belles rencontres notamment via 3 différents HelpX, et j'ai atterri 1 mois plus tard à Wellington, où tout a basculé... (Suspens insoutenable)

Suite à une rencontre HelpX, je suis invité à une soirée néo-zélandaise et j'y rencontre une jolie Kiwi qui bouscule un peu ma "no plan philosophy" !

pvt-nouvelle-zelande-elric_routeburn_track

Et c’est le début d’une nouvelle aventure !

Oui, et après 3 semaines de road trip sur l'Île du Nord et 3 semaines de réunion familiale en Thaïlande, je m'installe à Dunedin en concubinage franco-kiwi !
Mes journées se découpent en surf/exploration des alentours/homme de maison/vie étudiante (ma copine étudie à la Otago University)/et projets perso (notamment un blog photo 100% NOFILTER), et planification de l'année prochaine !

On se balade dans cette magnifique Île du Sud dès qu'on le peut et je dois dire que Dunedin et ses alentours sont vraiment dingues. 1 jour sur 2 les conditions de surf sont excellentes et il n'est pas rare de croiser phoques/pingouins à l'eau et sur les plages un peu plus cachées ! (et aussi des orques et des requins techniquement, mais je croise les doigts pour éviter ce genre de rencontres !)

Tu es un grand fan de surf, quelles sont tes recommandations en ce qui concerne les spots incontournables ?

Alors pour le surf, en Île du Nord, je conseillerais les classiques et célèbres Piha, Raglan et Tauranga, mais personnellement je préfère les petits spots !
Mes meilleures sessions sur l'Île du Nord ont été à Ocean Beach, où 3 dauphins sont passés sous ma planche (!), Whangarei Heads, Houghton Bay (Wellington) et Sandy Bay (Cape Reinga).

Pour l'Île du Sud, c'est sans AUCUNE hésitation que je nomme Kaikoura (photo) et Dunedin.
Clairement mes 2 endroits préférés en Nouvelle-Zélande ! L'eau est un peu froide par contre : prévoyez la 4/3 ! Dunedin est d'une consistance incroyable (du bon surf tous les 2 jours), et Kaikoura peut donner des sessions parfaites au pied des sommets enneigés (notamment à Mangamaunu) !

pvt-nouvelle-zelande-elric_kaikoura_surf

Quelles différences notes-tu entre les Kiwis et les Français, au quotidien ?

Pour ce qui est des différences Français et Kiwis, je dirais que d’une manière générale les Néo-zélandais sont vraiment plus ouverts aux autres. Je me demande même si ça vient pas de l’habitude culturelle de ne pas juste dire « Hello/Hi! » mais d’enchaîner 90 % du temps sur « Hi, how are you today? ». Ça peut surprendre au début car c’est une vraie « porte ouverte » à une possible discussion.

Il est aussi assez surprenant durant ses débuts en Nouvelle-Zélande de voir que la très grande majorité des randonneurs croisés sur les sentiers vous lanceront un « g’day » local ou un « hi » plus classique ! Et je dois dire qu’on attrape très très vite le virus et qu’on continue à le diffuser ensuite ! :)

Côté surf, ça a été un vrai choc culturel. J’ai clairement halluciné quand une fois arrivé au pic (où l’on attend les vagues parfaites !) les autres surfeurs te saluent de manière super amicale. Là où en France sur certains spots, on te jetterait facilement un regard noir voulant dire « on est déjà assez nombreux ici », c’est exactement l’inverse qui se produit ici. TOUT LE TEMPS. Il y a même certaines fois où en surfant, j’entendais des « yewwww » autour de moi : les autres surfeurs étaient juste contents de me voir surfer et m’encourageaient ! DINGUE !

Après, je pense qu’il ne faut pas non plus avoir en tête que tous les Kiwis sont géniaux (j’ai notamment eu une mauvaise expérience à l’eau avec un surfeur qui a « oublié » de m’éviter...), mais si on se comporte de manière amicale et ouverte, on recevra au moins la même chose, voire plus encore !

Je pense que côté réputation des Français, notre classique « arrogance de tout savoir / avoir tout vu » disparaît petit à petit... Du moins, personnellement, je n’ai jamais senti de réticence au premier abord, du fait de ma nationalité. Et encore une fois, si on est amical, ouvert et à l’écoute, ça ne pourra que bien se passer !

Il n’y a qu’une fois, en soirée, où un Kiwi m’a interpellé en me disant sur le ton de la rigolade « alors tu es venu ici pour couler des bateaux et noyer des gens ?! ».
Ne comprenant pas du tout la blague ou la référence, il a dû m’expliquer qu’il y a 30 ans les services secrets français avaient coulé un bateau de Greenpeace dans le port d’Auckland et qu’une personne s’était noyée. Du coup, l’image de la France et des Français en a été un peu ternie pendant quelques années.

pvt-nouvelle-zelande-elric_dunedin_aramoana

Et niveau drague et relations ?

Bonne question ! Je dois dire que je n’ai pas noté de différence majeure entre la France et la Nouvelle-Zélande côté drague ! Par contre il y en a une belle niveau relations, et elle est nommée « PDA » : Public Display of Affection. Ma copine a dû m’expliquer ça assez vite car je comprenais pas trop certaines de ses réactions en public... 

Ils sont beaucoup plus pudiques que nous en public. Les bisous seront donc quasiment proscrits ! Et ce, même en soirée entre amis ! (Bon par contre en boite de nuit toutes ces règles s’annulent ! Ahah !)
Je pense que c’est vraiment ancré dans leur culture de ne pas exposer ses sentiments en public car en y faisant plus attention, je ne vois que très très rarement des couples montrer des signes d’affection dans la rue, par exemple.

Ma copine m’a aussi rappelé que notre relation était allée très vite d’un point de vue kiwi ! Il faut dire qu’après un mois, on vivait déjà ensemble ! Je ne suis pas certain que ça vienne de mes racines franchouillardes mais peut-être.

Niveau barrière de la langue, on va dire qu’après un an et demi au Canada, j’avais un niveau d’anglais plutôt bon. Pas de difficulté particulière, si ce n’est qu’il est plus difficile d’user de tact dans certaines discussions.

Bon par contre un peu de moquerie niveau « french accent » quand même ! Madame se force à comprendre « ANGRY » quand je dis « HUNGRY » ! Ah ah ! C’est un peu devenu une blague récurrente, du coup !

En matière de différences culturelles, je rajouterais aussi l’heure du diner... Si à 18 h 30 on n’a pas mangé, on est proche du drame !

Comment envisagez-vous la suite ?

La fin novembre sonnera donc la fin de mon PVT, et ce sera au tour de ma copine de lancer le sien, en France !

On commencera par 2 semaines au soleil en Nouvelle-Calédonie puis on fera la saison d'hiver en station dans les Alpes ! (Tartiflette, raclette, je pense tous les jours à vous !)

S'ensuivra un road trip européen puis un nouveau petit job français en été, et re-road trip pour ensuite un retour en Nouvelle-Zélande, mais cette fois-ci à Wellington où je demanderai un visa partnership ! Je crois que vous savez TOUT maintenant !

pvt-nouvelle-zelande-elric_sunset_nz

Et le mot de la fin ?

Mon unique conseil serait de tout faire pour essayer d'avoir le moins de plans possible... Je suis tout à fait conscient que c'est un luxe (notamment question budget et temps), mais c'est une autre façon de voyager. On se laisse vraiment guider par les rencontres et les échanges (avec les locaux ou les autres expatriés) et il s'avère plutôt utile de planifier son parcours en fonction de la célèbre météo néo-zélandaise... :)

Bon parfois on passe un peu pour un extraterrestre... Je me souviens encore du regard médusé d'un couple de Français rencontrés lors de ma première rando à Arthur's Pass, qui m'ont conseillé d'aller passer du temps autour de Wanaka et qui ont halluciné que je leur réponde "oh merci du conseil ! C'est de quel côté de l'Île du Nord ?" (Ah ah ah).

Retrouvez Elric sur son blog photos 100% no filterInstagram, et sur Youtube.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci Elric pour cette interview :)
On a hâte d’avoir le retour de ta copine en France !!

Télécharger notre App