On a testé l’ascension du Mont Washington (USA)

Article publié le 29-10-2014.

Le Mont Washington est le plus haut sommet du nord-est américain, situé dans les White Mountains, massif montagneux du New Hampshire (USA) et issu de la chaîne des Appalaches. Son ascension est assez populaire et après avoir testé, je la recommande !
Haut de 1 916 m, ce sommet parait plutôt facile d’accès de premier abord, avec un chemin de randonnée en boucle d’un peu plus de 1 000 mètres de dénivelé sur 14 km. Seulement ce petit cachotier est bien plus pervers qu’il n’en a l’air de par les conditions météorologiques qui règnent au sommet, avec des records de vents à l’échelle de la planète et une réputation bien réelle de “pire météo des Etats-Unis”. Si vous prévoyez l’ascension en hiver, soyez sûr d’être bien préparé et bien équipé ainsi que de bénéficier d’une météo clémente !

Mais commençons par le début. La route la plus empruntée est une boucle qui démarre à partir de la gare Cog Railway Station, où le train emmène les touristes au sommet en été. La boucle se fait aussi bien dans les deux sens, mais il est plus commun de monter par Ammonoosuc Trail puis de redescendre par Jewell trail (si vous n’aimez pas les montées trop raides, faites-le dans l’autre sens 😉 ).

Voilà à quoi ressemblait notre aventure sur cette montagne un 12 octobre.

L’ascension prend environ 3 heures par Ammonoosuc Trail : elle commence par une mise en jambe douce dans la forêt. Après avoir traversé la rivière, la pente devient très raide (sentier presque perpendiculaire aux lignes de niveau) sur environ 1,5 km. Pendant l’ascension, la forêt vivante se transforme petit à petit en un paysage pétrifié par le brouillard glacé. Rendus aux ⅔ on atteint la limite des arbres, où un refuge Lake of the Clouds Hut a élu domicile. Ici, le vent devient dominant et glacé. Le paysage semble congelé dans un état végétatif, prisonnier du froid et du vent.

Le refuge, même fermé, permet une petite pause sous forme de barres de céréales congelées (éternel encas des randonneurs du froid), bien à l’abri du vent derrière la bâtisse. Le sentier continue sur une pente un peu plus douce que le dernier 1,5 km, mais dans le brouillard glacé. Cette atmosphère mystique donne le sentiment d’être sur une planète perdue. Un peu plus haut, un joli panneau orange, mise en garde contre la météo locale extrême, tire les marcheurs de leurs rêveries.

A ce niveau, plusieurs sentiers sont possibles pour rejoindre le sommet. Le plus court est le Crawford Path. Cependant, si les alentours sont dégagés (ce qui n’était pas notre cas à ce moment), un petit détour par le Tuckerman Crossover Track donne un visuel sur l’autre flanc de la montagne.

Les nuages ne sont toutefois pas très robustes et le ciel bleu tente de percer par endroit. Ce n’est qu’à quelques dizaines de mètres du sommet qu’il se dégage vraiment totalement comme un accueil triomphant pour nous laisser apprécier la vue. On découvre les antennes de la station météo, qui ressemblent à une station congelée du Pôle Nord. Mais surtout, on découvre la superbe vue sur le New Hampshire et sur les White Mountains.

Arrivés là on se dit que cette randonnée n’était définitivement pas comme les autres sentiers environnants. Après avoir englouti les sandwichs, la descente par Jewell track permet rapidement de se mettre à l’abri du vent, sur un flanc bien moins exposé avec une atmosphère ensoleillée qui permet de retirer rapidement couches de polaires, tuque et mitaines. Le Jewell passe par la voie ferrée du Cog Railway, et on entend siffler les petits trains qui tentent de gravir tant bien que mal ce mont revêche.

Finalement, après une descente longue mais paisible, nous retrouvons le chemin du retour. Rendus en manches courtes, en se retournant vers le sommet on a du mal à s’imaginer cette atmosphère glaciale quelques 1 000 mètres plus haut. Une belle expérience dont on se rappellera !

Pour en savoir plus et préparer votre ascension, vous pouvez consulter les pages du site de l'Observatoire du Mont Washington :

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Tout savoir sur le PVT à Edmonton

[Interview]

Mélodie & Antoine : l’exploration du Mexique en un an de PVT

[Récit de voyageur]

Rencontrer des Français pendant un voyage à l’étranger

[News]

PVT Canada 2019 : 7 900 places supplémentaires pour les Français

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Céline
3.1K 1.8K

Vache, la météo a l’air juste dingue en effet ! oO C’est pas si haut que ça, mais le cumul des conditions rend ça juste fou… Bon à savoir en tout cas ! Ca vous a pris combien de temps pour faire l’ensemble de la rando au passage?
Ton appareil a tenu le choc? 😀 Très belles photos en tout cas ! :)

{{likesData.comment_55933.likesCount}}
Magali
5K 3.7K

Oui l’appareil photo a bien tenu et je n’ai pas eu de condensation sur mes lentilles, mais j’ai souvenir d’une autre rando où j’avais eu des problèmes de ce style…
3h à la montée et … un peu plus pour la descente lol à cause de mon grand-père de genou ! Sans patte folle tu peux le faire en 5h, + le temps de pause en haut.

{{likesData.comment_55940.likesCount}}

Je veux le faire ! Trop d’envies te viennent en lisant PVTistes !

J’adore la photo tout en haut ou tu vois la neige sur le poteau qui a ete foutte par le vent (j’ai pas trop de talent pour bien decrire les choses, pour faire plus simple c’est la 3eme photos en partant du bas).

Merci pour ce recit Magali.

{{likesData.comment_55953.likesCount}}
isa
9.2K 6K

Magnifique ! Je le ferai dès mon retour en Nouvelle-Angleterre (mais plutôt avant qu’il y ait cette espèce de sucre glace de partout, là :-p)

{{likesData.comment_55957.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre