Enchaîner les volontariats HelpX en Australie !

Article publié le 20-02-2017.

Sarah et Danilo sont un couple italo-suisse qui ont décidé de partir à l'aventure en Australie, afin de parcourir le pays en effectuant de nombreux volontariats via le réseau HelpX. Ils sont donc "serial helpers" ! Après 36 semaines d'HelpX chez 14 hôtes différents, ils vous racontent.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos membres ?

Bonjour, nous sommes Sarah, 23 ans et Danilo, 27 ans.
Sarah : J’ai vécu toute ma vie en Suisse à Neuchâtel près de la frontière française. J’ai une formation commerciale et j’ai travaillé durant 3 ans en tant que secrétaire-comptable avant la grande aventure australienne. Ces 3 ans dans la vie professionnelle étaient surtout pour gagner ma vie, être indépendante et subvenir à mes besoins plus que par passion de mon métier.
Mon premier voyage à l’étranger a été en Afrique du Sud durant un mois pour améliorer mon anglais et bien sûr pour voyager ! Le premier voyage reste un souvenir unique et une super aventure avec un safari au Kruger National Park. J’ai vite pris goût à cette sensation particulière qu’est l’inconnu et la découverte de nouveaux endroits, personnes et cultures.

Danilo : D’origine italienne, j’ai grandi en Suisse dans la région de Neuchâtel. J’ai étudié le management bien que les études ne m’intéressaient pas vraiment, avant de décider de partir apprendre l’anglais en Nouvelle-Zélande. J’ai décroché un travail dans la construction afin de payer ce voyage de 6 mois.
C’était mon premier long voyage et de plus, tout seul. Une expérience incroyable notamment par la découverte du pays, les rencontres faites tout au long de mon séjour et cette magnifique sensation de liberté. En rentrant, c’était la galère pour trouver un travail, j’ai tout de même bossé quelques mois dans un supermarché avant que l’on décide de tout quitter et d'enfin repartir à l’aventure.

Pourquoi avoir choisi de vous envoler pour l’Australie ?

Nous avons décidé en 2015 de quitter notre job, notre appartement, de vendre et donner tous nos biens pour partir à l’aventure et éventuellement s’installer quelque part. Le choix de notre pays de destination a vite été décidé… Danilo était tombé amoureux de la Nouvelle-Zélande en 2014 et nous souhaitions y aller ensemble. C’était LA destination qui nous semblait parfaite mais une escale de quelques mois en Australie était également très tentante surtout par rapport à la chaleur et la possibilité d’expériences avec les animaux.
Travailler avec des animaux était une envie très présente et même un rêve pour nous deux. Nous pensions passer 3 mois seulement en Australie mais nous serions arrivés en automne en Nouvelle-Zélande et le froid, on n’en voulait pas ! Du coup, nous avons décidé de faire un visa d’un an pour l’Australie avant de continuer notre route.
Les complications sont arrivées lorsqu’il a fallu choisir le visa approprié. Pour Danilo c’était facile, avec un passeport italien, un PVT était dans la poche en moins de 24 heures. Pour Sarah, il était impossible de faire un PVT car aucun accord n’a été accepté par la Suisse (plus d'infos : ici).
C’est un peu triste et surtout inquiète pour le budget que Sarah a opté pour un visa touriste e600 d’un an. Impossible de trouver un travail rémunéré durant toute cette année pour elle. Nous nous sommes donc envolés un 13 décembre 2015 de Genève, dans un froid de canard et avons atterri à Melbourne un 15 décembre 2015 sous un soleil de plomb.

Vous avez décidé de tester le HelpX pendant votre année en Australie...

Le fait d’être suisse et d’avoir un visa touriste nous a énormément poussés à choisir dès le départ de faire des HelpX. Pour une question de budget tout d’abord, et nous avons tellement aimé ce principe d’échange que nous avons continué sur notre lancée durant 10 mois, quasiment non-stop. Danilo a tout de même essayé de trouver un travail payé en ville mais ça n’a pas duré longtemps.
C’était beaucoup moins fun et satisfaisant que les HelpX et Sarah s’ennuyait à m'attendre et se reposer toute la journée. De plus, les villes nous rendent nerveux. De voir tous ces gens stressés, à courir après le temps qu’ils n’ont pas, les échanges humains étaient beaucoup plus pauvres en milieux urbains qu’à la campagne. Compte tenu de tous ces éléments, le choix était vite fait.

Arrivés en Australie nous avons tout de suite commencé à chercher des HelpX. Le principe de l’HelpX est de travailler quelques heures en échange du logement et de la nourriture. Cette pratique est totalement légale en Australie avec un visa touriste, nous avons donc sauté sur l’occasion.
Cela nous permettait d’économiser sur les dépenses, de rencontrer des Australiens, de vivre à la manière australienne pour en apprendre plus sur la culture, les gens, la manière de vivre et de penser de ce peuple. Cela nous permettait également d’acquérir de nouvelles compétences sans faire de formation.
Nous étions particulièrement intéressés par les expériences avec les animaux et les endroits nous permettant d’en apprendre plus sur une manière de vivre durable et auto-suffisante.
Nous avons majoritairement choisi des HelpX où ils demandaient uniquement 2 helpers car nous étions plus intéressés par le contact avec les locaux, l’apprentissage de nouvelles choses et capacités que par le côté principalement productif et festif qu’apportent les expériences avec un grand nombre d’helpers.
Qu’on s’entende, nous avons rencontré beaucoup de voyageurs et énormément apprécié toutes les rencontres, même celles faites en HelpX.

Nous avons tout d’abord cherché des hôtes chez lesquels nous pourrions travailler avec des animaux et chez qui nous pourrions également en apprendre plus sur le jardinage et l’auto-suffisance.
Nous sommes passionnés par les animaux et quel pays mieux que l’Australie pour travailler avec plein d’espèces animales différentes ?
Nous avons également quitté la Suisse un peu écœurés par la société de consommation, voire de surconsommation dans laquelle nous vivions et souhaitions nous rapprocher de la nature et d’une manière plus consciente de vivre.
Tous les hôtes chez lesquels nous sommes allés étaient, à leur façon, bien plus proches de la nature et conscients des ressources à disposition que la majorité des personnes que nous connaissons et que nous-mêmes avant ce voyage.
Au fur et à mesure de nos expériences, nous avons également choisi nos hôtes en fonction de nos différentes envies d’expériences et de notre curiosité.
Après 3 mois dans un sanctuaire pour animaux sauvages à travailler plus de 40 heures par semaine, nous avions besoin de vacances alors nous avons choisi de faire du house-sitting pendant que les propriétaires étaient en vacances.
Il nous est également arrivé de chercher des HelpX où l’on pouvait travailler plus longtemps et être payés pour les heures supplémentaires afin que Danilo gagne un peu d’argent. Tout dépendait du feeling, des opportunités et des expériences en cours.

australie-helpx-tiandi-biberon-journalier

Vous êtes alors devenus des serial Helpers !

On peut dire ça oui ! Nous avons fait 36 semaines d’HelpX chez 14 hôtes différents.
Nous sommes restés majoritairement 2 semaines chez chacun de nos hôtes. Le plus court était de 24 heures, chez un hôte qui ne correspondait pas du tout à l’annonce, bien que très gentil mais pas du tout ce que nous recherchions, et le plus long était de 3 mois.
Nous avons tellement adoré l’endroit et les hôtes que nous avons décidé de prolonger de 2 mois le séjour initial de 4 semaines. Les hôtes étant satisfaits de notre travail, ils nous ont proposé un deal avec petite rémunération pour Danilo, ce qui tombait à pic.
Nous avons tout de même parcouru 6 Etats en 1 an grâce aux différents HelpX et cela sans voiture.
Nous avons voyagé en bus et en avion et parfois les hôtes nous ont mêmes conduits à notre prochaine destination ou sont venus nous chercher lorsque l’on était dans une grande ville.
Les Australiens sont vraiment top pour cela et encore plus ceux qui habitent à la campagne. Ils sont habitués et savent que ce n’est pas facile de se déplacer en transports publics.
Nos 14 expériences étaient toutes différentes et n’avaient parfois aucun point commun.

Nous avons travaillé dans un centre équestre, dans un centre de retraite de yoga, chez une fleuriste dans la forêt tropicale, chez des couples qui avaient besoin de petits coups de main autour de leur propriété, dans un sanctuaire pour animaux sauvages, dans une ferme d’animaux ouverte au public, dans un lodge, chez une famille tenant des cottages, chez une famille partant en vacances, dans une ferme de salades et herbes aromatiques et chez des vignerons.

Quelle expérience vous a le plus marqué ?

Nous sommes tous les deux d’accord pour dire que celle qui nous a le plus marquée est notre expérience à Tiandi Farm & Wildlife Sanctuary.
Durant 3 mois, nous avons aidé Julia à s’occuper de ses « Joey’s », le nom qu’on donne aux bébés kangourous. Nous avons nourri les jeunes kangourous ainsi que les mamans kangourous ayant des joey's dans la poche, qui restaient dans les parages, tous les jours.
Les joey's dont les mamans avaient été tuées étaient nourris au biberon 3-4 fois par jour et restaient dans des poches "humaines" à l'intérieur de la maison et dans la propriété. Quand ils sont assez grands et autonomes pour être relâchés, beaucoup des jeunes reviennent pour demander à manger en approchant de l'hiver, ce qui est également le cas des mamans kangourous avec des joey's dans la poche. C'était magique de voir autant de kangourous autour de nous et des petits sortir le bout du nez des poches des mamans.

Nous nous sommes occupés de 3 agneaux rejetés par leur maman depuis leur 2è jour de vie, nous avons appris à faire un jardin, à planter et récolter des légumes puis nettoyer et préparer le jardin pour recommencer. Nous avons fait du miel, des conserves et même fabriqué des baumes et crèmes pour la peau avec la cire d’abeille.
Ces 3 mois étaient incroyablement enrichissants, nous étions également coupés du monde, trop loin de toute civilisation. Nous avons donc expérimenté beaucoup de cuisine avec les légumes du jardin, les œufs des poules et quelques autres produits que la famille nous achetait volontiers.
Danilo a même appris à manier la tronçonneuse, ce qui lui a beaucoup servi pour la suite de nos aventures.
On vous laisse imaginer le choc, après 3 mois dans notre petit monde, avec le retour à la civilisation en plein cœur de Sydney.
De toutes ces expériences, en plus des personnes rencontrées, celles en relation avec les animaux nous ont le plus marqués.
Entre nos 3 semaines au Denmark Animal Farm dans le sud-ouest et nos 2 semaines dans un centre équestre au nord de Sydney, le choix est difficile.
Se réveiller tous les matins en sachant que nous allions voir des animaux, que nous les nourrissions, leur donnions de l’amour était un pur bonheur. Même si tout n’était pas rose; comme ramasser du crottin de cheval, d’alpagas, de boucs, de koalas, de kangourous ou changer les cages des lapins.
Ça a quelque chose de magique d’être entourés par des animaux. Participer au potager nous a également apporté beaucoup de plaisir. Le fait de voir la nourriture que l’on consomme pousser et récolter les fruits et légumes nous-mêmes directement au jardin, c’est quelque chose de très satisfaisant.

Quel bilan tirez-vous de votre expérience d’helpers en Australie ?

De magnifiques expériences qui ont changé nos vies. Nous avons découvert un autre monde, un univers basé sur l’échange et les rapports humains. Cela a non seulement changé notre vision par rapport aux relations humaines et le partage mais également notre vision par rapport à notre façon de vivre. Nous sommes repartis d’Australie avec de nouvelles envies pour l’avenir, acquises au cours de toutes ces expériences.
Notre esprit est plus ouvert, nous avons vu qu’il existe d’autres façons de vivre, que chacun développe des astuces différentes pour se faciliter la vie, qu’il est possible de vivre bien sans gagner d’argent ni en dépenser.
Etre helpers dans 14 familles, ambiances, situations différentes nous a également aidé à savoir ce qu’on aimait et n’aimait pas, nous avons appris énormément de choses sur nous-mêmes.
Tout n’était pas parfait et tout le temps positif.

Au fur et à mesure de nos HelpX, nous avons appris à peaufiner notre façon de choisir nos hôtes.
Le plus important au début et de bien remplir son profil, avec photos et en expliquant qui vous êtes et ce que vous voulez vivre, ce qui vous intéresse.
Il faut également une bonne dose de flexibilité. Comme chaque famille, chaque personne est différente, aucune des expériences n’est pareil.
C’est sans compter les règles de la maison, la maison en elle-même et votre lieu de vie.
Nous nous sommes retrouvés avec une maison pour nous tous seuls, parfois une chambre dans la maison principale, ou un bungalow à côté de la maison, nous avons même dormi dans une maison sans porte avec seulement 4 murs ouverts en forêt tropicale.
Certains se retrouvent même en tente ou en caravane. En HelpX, tout est possible, il est donc important de regarder le profil de l’hôte et de poser toutes les questions importantes avant le départ.

Nous aimions bien savoir combien d’heures de travail ils demandaient par jour, combien de jours par semaine, combien de temps ils avaient besoin d’aide, où est-ce que l’on allait dormir et si la nourriture et le logement étaient compris.
Il arrive que certains hôtes demandent uniquement 2 h de travail par jour mais ne fournissent pas la nourriture.
Et le point le plus important : regarder les commentaires laissés par les précédents helpers sur le profil des hôtes… C’est le « must » pour vous faire une petite idée de la fiabilité de ce qu’écrit l’hôte. Evidemment, des nouveaux hôtes ne peuvent pas avoir de feedback n’ayant pas encore eu d’helpers, il est donc intéressant de tester et se lancer.
Le feeling peut passer avec certains hôtes et pas du tout avec d’autres. Ce qui est bien, c’est qu’aucun contrat n’est signé, si on ne le sent pas, on peut totalement s’en aller !
Un autre conseil pour mettre toute les chances de son côté, c’est de demander aux hôtes d’écrire un commentaire sur votre profil par rapport à l’expérience quand vous partez. Au bout de 3-4 expériences nous avions parfois plusieurs hôtes nous proposant de venir chez eux et l’embarras du choix pour notre prochaine expérience sans même faire la moindre demande.
Certains hôtes nous ont également avoué nous avoir choisis plutôt que d’autres helpers par rapport aux feedbacks de nos précédents hôtes.

australie-helpx-chevaux-repas

Vous conseillez à tout le monde de se lancer dans l’aventure ?

Nous conseillons de faire au moins une expérience HelpX à tout le monde, rien que pour l’expérience de vie.
Peu importe ce que vous choisissez de faire, où vous décidez d’aller, vous en ressortirez enrichis !
Les expériences HelpX ce sont des rencontres, c’est se plonger dans le quotidien de la vie de quelqu’un d’autre, c’est en apprendre plus sur une langue, une culture, un autre être humain et son point de vue. Devenir helper durant quelques jours, quelques semaines voire même des années c’est aussi faire des choses que vous ne pensiez jamais faire, vivre des choses que vous ne soupçonniez pas vivre un jour, et vous rendre compte que vous êtes capables d’accomplir des tâches avec vos mains que vous ne pensiez pas.
Bien sûr, ça ne ressemble en rien à un séjour 4 étoiles dans un hôtel, l’indépendance est limitée, il y a des règles qu’il faut respecter, des tâches parfois physiques ou qu’on n’a pas vraiment envie de faire, cela fait partie du jeu.
L’HelpX c’est aussi sortir de sa zone de confort, partir à l’aventure et vers l’inconnu, faut en avoir envie et dépasser ses peurs et appréhensions mais à tous les coups, ça en vaut la peine !
Ce qui a de bien également avec HelpX, c’est qu’il y a un nombre incroyable d’opportunités différentes et dans énormément de pays différents (attention, se renseigner quant aux visas).
Il y en a vraiment pour tous les goûts, pas d’excuses si vous n’aimez pas les animaux, la campagne ou que l’Australie c’est trop loin, vous pouvez même faire du babysitting en pleine ville en Europe.
Et si vous ne trouvez pas votre bonheur sur HelpX.net vous pouvez vous inscrire sur Workaway.info ou encore sur Wwoof.net si vous désirez travailler en ferme bio.
En dehors des heures de travail, qui durent généralement la moitié de la journée avec une ou deux journées de congé par semaine, beaucoup d’hôtes se font un plaisir de faire découvrir aux helpers la région ou de faire des activités avec eux.
Avec nos premiers hôtes, nous sommes allés faire du snorkelling dans un étang appelé « Ewen Ponds », ce qui restera un souvenir inoubliable ! Nous avons dû louer l’équipement complet pour y aller, l’eau étant d’une fraîcheur incroyable bien que l’on soit en été et les frais ont été couverts par les hôtes. D’autres hôtes nous ont emmenés à Wave Rock et voir des baleines depuis la plage.
Plusieurs d'entre eux nous ont également laissé un véhicule à disposition lorsque l’on avait envie d’explorer les environs et la majorité nous ont emmenés visiter la région, les endroits qu’ils aiment ainsi que les endroits touristiques.

australie-helpx-ewen-ponds-mt-gambier

Nous avons économisé énormément d’argent en faisant du HelpX. Pour la plupart nous avons déboursé 0 dollars tout le long de notre séjour.
A deux endroits, nous avions une petite base de nourriture offerte mais une majorité que nous devions acheter, du coup nous dépensions seulement en nourriture.
Il nous est arrivé de nous faire quelques plaisirs culinaires et il fallait bien nous acheter le nécessaire de toilette ou de nouveaux vêtements de temps en temps. Mais ce sont les seules dépenses faites lors de nos séjours.
Le principal coût des HelpX, c’est le transport pour y aller et le quitter quand on ne peut pas s’arranger avec l’hôte ou qu’on se trouve vraiment loin. Sinon, ça ne coûte rien.
En fait, nous avons tellement bien économisé que nous avons pu nous permettre 2 semaines de location de van le long de la côte ouest avant de continuer notre route pour la Nouvelle-Zélande. Dernièrement, nous avons même vu une vidéo d’un homme vivant en France sans argent, notamment grâce aux expériences d’échange comme l’HelpX (vidéo).
Si vous voulez plus d’informations sur nos expériences, plusieurs articles sont disponibles sur notre blog Happy2change et nous avons réalisé plusieurs vidéos, notamment sur nos 3 mois à Tiandi : et notre résumé d'1 an en Australie.

AUTEUR : Sarah alias SarahB15

24 ans
Suisse

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
#1113336

Encore merci à tous les deux pour votre récit, ça a été un vrai plaisir de faire votre connaissance à travers vos aventures en OZ.
Bonne continuation à tous les 2 😉

#1113337

Merci Hélène pour cette opportunité, en espérant que cela motive ceux qui hésitent J’ai pu découvrir ton blog, qu’elle joie de te lire. Merci et très bonne continuation a toi aussi 😉

#1113338

Awwwwww, c’est très gentil de me lire et d’aimer ça
J’espère qu’on aura l’occasion de se rencontrer quelque part dans le monde, un jour !
Biiiz à vous 2

#1113339

Magnifique témoignage! j’ai déjà eu l’opportunité de faire du HelpX en plein désert australien à 1h de Alice Springs et ça a été la meilleure semaine de mon voyage d’un mois en Australie! J’espère bien renouveler l’expérience lors de ma 2ème année de pvt au Canada de la même manière que vous l’avez fait Je ne peux que vous appuyer quand vous dites que c’est une expérience à vivre au moins une fois. Merci pour cet article et bonne continuation à tous les deux en NZ !

#1113340

Merci pour ton commentaire. Ça devait être une sacrée expérience a Alice Spring ! Magnifique pour le Canada, on te souhaite une belle aventure et fonce pour les HelpX, c’est tellement enrichissant 😉

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App