Les animaux de Corée du Sud

Chapitre 2 : Les animaux sauvages

Date de publication : 18-06-2018

Auteur

Morgane

Les animaux sauvages

Tout d’abord, rassurez-vous, la Corée n’est pas un pays dangereux par sa faune. Il existe très peu d’espèces nuisibles envers l’homme et, même si certains petits visiteurs risquent de vous déplaire en été, vous serez très rarement (voire jamais) en danger de mort.

L’automne est la période la plus propice à l’observation des animaux en Corée.

Ce qu’il faut surtout savoir sur la faune coréenne, c’est qu’elle est relativement similaire à la nôtre. Malheureusement, les plus gros mammifères semblent s’être éteints ou sont en voie d’extinction. Néanmoins, la Corée est un véritable Eden pour les oiseaux, puisqu’on en répertorie plus de 396 espèces différentes, dont 266 migrantes souvent originaires de Sibérie.

Voici une petite sélection des espèces que vous pourriez croiser, de près ou de (très) loin, durant votre séjour.

La pie coréenne (까치 kkachi)

pie coreenne

Autres appellations : Korean magpie, Asian magpie, pie orientale, pica pica sericea.

Cette charmante petite pie aux reflets bleutés est l’un des symboles représentant l’identité coréenne à travers de nombreuses villes et provinces. On en trouve un peu partout à travers le pays.

Un vêtement traditionnel est d’ailleurs inspiré de son nom : le kkachi durumagi. Ce mot signifie littéralement "pardessus de pie”. Il s’agit du gilet multicolore que porte les enfants au-dessus du hanbok durant le Seollal (nouvel an coréen).

La grue du Japon (두루미 durumi)

Autres appellations : red-crowned crane, grue de Mandchourie, grue des immortels, grus japonensis.

shutterstock_118248520

Ce superbe oiseau appartenant à la famille des échassiers est l’un des plus grand au monde puisqu’il peut mesurer jusqu’à 1 m 58. Son apparence extrêmement gracieuse lui donne l’apparence d’une danseuse de ballet. Il peut vivre jusqu'à 86 ans ! En Corée du Sud, la grue symbolise la pureté, la paix et la longévité. Elle est aussi un animal central des mythes et légendes chinoises et japonaises.

C’est une espèce très rare qui est malheureusement en voie d’extinction. On en trouve principalement en automne dans la rivière Imjin qui traverse la DMZ (zone démilitarisée) et qui rejoint le fleuve Han.

Le cerf-vampire (뱀파이어 사슴)

Autres appellations : porte-musc de Sibérie, Siberian musk deer, moschus moschiferus.

shutterstock_686614117

Ce cerf musqué à l’apparence étonnante semble tout droit sorti d’un remake animalier de Dracula ! Pourtant, cette espèce est entièrement herbivore et donc totalement inoffensive pour l’homme. Ces longues canines lui servent simplement à impressionner son adversaire.
C’est au Sud de la province de Jeolla-do qu’ils sont le plus nombreux.

Malheureusement, cet animal sympathique à tête de kangourou fait face au plus gros des prédateurs : l’humain. Les braconniers le chasse en masse pour sa glande musquée utilisée dans la composition de parfums…

Le raton laveur coréen (너구리 neoguri)

Raton laveur

Autres appellations : Korean raccoon dog, tanuki, nyctereutes procyonoides.

Qui d'entre-vous ne craquerait pas pour sa bouille ?
Le raton laveur coréen a une apparence mi-chien sauvage mi-raton laveur. Il se cache dans les vallées boisées et descend parfois jusqu’à la ville. Il n’est pas si rare d’en apercevoir à Séoul, notamment à proximité du palais de Changdeok.Vous savez dans quel coin traîner pour espérer croiser son adorable bouille...

Le tigre de Sibérie (시베리아 호랑이)

Tigre de Siberie

Autres appellations : Siberian tiger, Panthera tigris tigris, tigre de l'Amour.

Le tigre est l’animal totem de la Corée du Sud. Le tigre de Sibérie qui avait, semble t-il, totalement disparu du pays dans les années 1922, a été réintroduit en 1986. Bien qu’il soit extrêmement difficile à observer, on constate régulièrement des traces qui laissent penser que des spécimens subsistent dans la nature sauvage de la province de Gangwon-do, loin des hommes...

La disparition des gros félins

Les gros mammifères qui autrefois peuplaient le pays semblent avoir presque tous disparus. Cela serait dû en partie à la guerre de Corée, à la chasse et à l’industrialisation du pays.

Certains félins, comme le léopard Amur (아무르 표범) et le chat-léopard du Bengale (벵갈 고양이), ont existé en nombre dans la péninsule coréenne, quand d’autres semblent juste avoir été de passage. C’est notamment le cas du tigre de Sibérie (시베리아 호랑이) qui est connu pour être un grand voyageur ou encore du Lynx d’Eurasie (스라소니).
Leopard AMur

Lynx

Le gouvernement sud-coréen a classé tous les félidés du pays comme « espèce en danger » et a mis en place des plans de réinsertion. Vous pourrez observer la plupart de ces félins en voie d’extinction au Zoo de Séoul.

L’ours noir d’Ussuri

Ours noir Asie

Autres appellations : Ussuri black bear, ours du Tibet, ours à collier, ursus thibetanus.

Voici une autre espèce qui semble avoir presque disparu des contrées coréennes. Pourtant, des indices de leur présence auraient été trouvés dans certains récifs montagneux... Il est souvent chassé pour les vertues médicinales de sa bile qui sert à réaliser des remèdes ancestraux en Asie.

Le chat-léopard d’Asie (삵 sag)

chat leopard du Bengale

Autres appellations : Asian leopard cat, chat léopard du Bengale, chat de Chine, Prionailurus bengalensis euptailurus.

Du même gabarit que nos chats domestiques, le chat-léopard est un grand solitaire qui vit caché parmi la végétation. Il apprécie particulièrement le climat subtropical humide et vit plutôt en altitude. En Corée, on en trouve une forte concentration au centre et au Nord du pays, notamment dans le parc national de Bukhansan, avec également une population importante dans la zone démilitarisée (DMZ) restée à l’état sauvage.

L’écureuil de Corée (시베리아다람쥐 siberia-dalamjwi)

Ecureuil de Coree_Tamia

Autres appellations : tamia de Sibérie, bouroundouk, tamias sibiricus.

Vous connaissez certainement ce petit animal adorable puisqu’il est très apprécié comme animal de compagnie. Mais il n’est pas arrivé chez nous par hasard.
L’écureuil de Corée est en réalité originaire de… Corée du Sud, vous l’aurez deviné. C’est durant les années 1960 que le pays a commencé à exporter ces animaux vers l'Europe comme animal de compagnie. Beaucoup de spécimens ont également été relâchés dans la nature, notamment en Europe, ce qui fait qu’il peuple aujourd’hui nos contrées.

A noter, qu’en France, contrairement à la Belgique, il faut un certificat de capacité pour posséder cet animal considéré comme "sauvage".

Le sanglier (멧돼지 me-dwaeji)

Sanglier

Autres appellations : wild boar, sanglier d'Europe, sanglier d'Eurasie, sus scrofa.

Ce gros gibier pas très commode très présent en Europe l’est aussi sur le sol coréen. Néanmoins, on ne peut pas dire qu’il jouit d’une bonne réputation auprès de ses habitants…

En 2016, cette vidéo d’un sanglier en furie qui entre dans un restaurant coréen avait choqué tout le pays. Fin 2017, une ruée de sangliers qui avaient débarqués dans les rues de Séoul avait également fait les gros titres. Depuis 2012, on observe une recrudescence de ces bêtes sauvages dans les villes, notamment aux abord du parc national de Bukhansan, mais pas seulement, puisque certains spécimens se sont même aventurés jusqu’à Hongdae ! En effet, les signalements sont passés de 56 en 2012 à 623 en 2016... Un constat plutôt alarmant pour lequel les autorités locales vont devoir prendre des mesures.

Que faire si je me retrouve face à un sanglier ?

Voici les instructions données par le service des urgences de Séoul aux habitants :

Regardez l’animal droit dans les yeux, en position debout, en restant calme et immobile (courir ou crier pourrait l'exciter d’avantage).
Ne montrez pas que vous avez peur et ne lui tournez surtout pas le dos (cela pourrait passer pour de la provocation).
Ne faites rien pour nuire à l’animal, ne faites aucun geste agressif (ça pourrait l’effrayer et le faire charger).
Évitez un mouvement soudain pour vous abriter (les sangliers sont justement excités par les choses qui bougent rapidement - proie).
Soyez d’autant plus prudent durant la période de novembre à décembre car c’est la saison des amours (les verrats peuvent se montrer encore plus agressifs).

Appelez rapidement les urgences coréennes au 119 (ou 1339 pour les étrangers).

Le poisson-ballon (복어)

Autres appellations : fugu, takifugu, poisson-globe, poisson-boule, pufferfish.

shutterstock_389525926

Plutôt mignon ce petit poisson tout rond, non ? Si vous vous intéressez à l’Asie, peut-être en avez-vous déjà entendu parler. Il s’agit du poisson-globe, deuxième vertébré le plus toxique au monde. Même si on le connaît sous cette forme de "ballon, il ne se gonfle que lorsqu’il se sent menacé. On en trouve plus particulièrement au Nord-Ouest Pacifique et dans la région Indo-Pacifique.

Il est possible de déguster sa chair dans des restaurants spécialisés en Corée. Mais attention ! Si ce poisson n’est pas bien préparé, il peut être mortel. Les organes du poisson-globe contiennent un poison extrêmement toxique qu'on appelle la tétrodotoxine. A ce jour, il n'existe encore aucun antidote.

Les effets de ce poison ? Paralysie des muscles et arrêt respiratoire. Une mort lente et douloureuse sous 4 à 6 heures… Apparement, ce poison serait dû à l’ingestion d’une algue qui ne fait pas partie de l’alimentation du Fugu d’élevage. Vous voilà prévenus.

Plat poisson globePlat à base de poisson-globe

La baleine de Minke (밍크고래 ming-keugolae)

Autres appellations : petit rorqual, minke whale, balaenoptera acutorostrata.

shutterstock_717825004

La baleine de Minke est une espèce que l’on peut apercevoir aux abords de la ville côtière d’Ulsan, dans la Mer du Japon. Elle est menacée par la chasse, notamment du côté du Japon.

La Corée du Sud ne chasse plus la baleine depuis 1986. Pourtant, la viande de baleine est aujourd’hui encore une spécialité locale…. Alors, comment expliquer ça ? En réalité, la Corée autorise la vente de viande de baleine uniquement à l’occasion de prises "accessoires", c’est-à-dire, des baleines capturées involontairement.

Pour en apprendre plus sur les baleines et les pêcheurs de l’époque, vous pouvez visiter le musée de la baleine de Jangsaengpo et le village des pêcheurs.

Le marsouin aptère (상괭이 sang-gwaeng-i)

Autres appellations : marsouin de l'Inde, marsouin de Cuvier, marsouin noir, finless porpoise, neophocaena phocaenides.

shutterstock_732214426

La plus grande population de cet adorable cétacé se trouve tout autour de la péninsule coréenne dans le mer Jaune et la mer de Chine. Tout comme les baleines, des croisières sont organisées au port d’Ulsan. Ces espèces peuvent être aperçues à quelques dizaines de kilomètres de la côte, en particulier d'avril à mi-juin.

Chapitre 2 sur 4

Évaluation de l'article

5/5 (2)

Aucun commentaire

Articles recommandés