Alexandra : un PVT en Nouvelle-Zélande

Date de publication : 30-12-2019

Auteur

Annelise

Alexandra

Profession

Développeur

Dernier diplôme obtenu

BTS

Alexandra a remporté les pvtistes Blog Awards 2020 pour la Nouvelle-Zélande. Nous l’accompagnerons tout au long de son aventure en partageant régulièrement les articles de son blog.

pvtistes : Bonjour Alexandra ! Peux-tu te présenter ?
Alexandra : J’ai 28 ans, je suis originaire de la Marne, de Châlons-en-Champagne plus précisément. Avant de partir en PVT, j’ai passé 4 ans à Toulouse où je bossais en tant que développeuse web. La situation me plaisait et la boîte dans laquelle je suis est très conciliante donc j’ai pris une année sabbatique. Mon copain, lui, fait le même métier. Mais son choix s’est porté sur le statut de freelance. Il travaille en ce moment à distance pour une startup française.
alexandra pvtistes blog awards PVT Nouvelle Zelande
pvtistes : Tu as choisi de partir en PVT en Nouvelle-Zélande. Pourquoi ce pays ?
Alexandra : Ça faisait assez longtemps que j’envisageais de partir dans un pays anglophone. D’abord pour améliorer mon anglais. Ensuite parce que j’aime beaucoup voyager ! Au début, je visais le Canada. Puis le froid et les listes d’attente m’ont fait changer d’avis. L’Australie ? Pourquoi pas, mais la vie y est chère. J’ai donc choisi la Nouvelle-Zélande, avec l’espoir de passer quelques temps sans travailler pour profiter un peu de ce beau pays. C’est aussi une destination que mon copain a toujours voulu faire.
Suivez notre tutoriel pour demander votre PVT Nouvelle-Zélande.
pvtistes : Comment envisages-tu ton PVT ?
Alexandra : On avait prévu de faire le tour du pays en van et d’éviter les frais en faisant du HelpX ou des petits boulots si besoin. L’objectif était de visiter un maximum de choses sans trop planifier à l’avance. Tout ce que nous avions prévu, c’était le Tongariro Northern Circuit, mi-décembre, avec les huttes de réservées. Il était également prévu de passer Noël et le nouvel an à Wellington, une grande ville, pour ensuite explorer l’île du Sud début 2020.
pvtistes : Comment se sont passés tes premiers jours ?
Alexandra : En arrivant à Auckland nous étions logés chez l’habitant : Kiwi Hosts (https://kiwihosts.newzealandhotels.website/). C’est un couple qui a l’habitude d’accueillir des pvtistes et de les aider dans les premières démarches. Nous y sommes restés deux semaines et avons eu le temps de tout faire : ouverture d’un compte en banque, demande d’IRD, achat du van, et même quelques petits travaux à l’intérieur. À notre arrivée, j’ai pu trouver un contrat en tant que développeuse à distance. C’était inattendu ! Mon niveau d’anglais n’était pas très bon mais ça n’a pas été un problème. On communique majoritairement à l’écrit donc ça se passe bien. Nous passons pas mal de temps dans les librairies pour avoir le wifi gratuit et du courant. Finalement, la vie en Nouvelle-Zélande n’est pas si différente qu’en France. Quelqu’un qui s’attend à être dépaysé va être déçu. Le niveau de vie est quasi similaire à l’Europe. Juste… les Kiwis n’ont pas d’éponges pour nettoyer leur vaisselle et utilisent des brosses !
Notre dossier pour vous aider à préparer votre arrivée en Nouvelle-Zélande.
pvtistes : Tu viens donc d’acheter un van. Des conseils pour les pvtistes qui voudraient faire la même chose ?
Alexandra : Nous avons acheté notre van chez un car dealer conseillé par notre hôte. Il est bien mais on se rend compte qu’on l’a payé un peu cher par rapport aux backpackers qu’on rencontre. Certes on n’a pas eu de soucis avec mais je conseillerais d’en essayer plusieurs (de particuliers, backpackers, car dealers…) avant de prendre la décision.
Si comme nous, vous n’êtes pas trop bricoleurs, on peut aussi acheter un van vide et le faire aménager par quelqu’un (ou par une entreprise). Je pense que si c’était à refaire je choisirais cette solution, qui n’est pas forcément plus chère que d’en acheter un déjà aménagé. Au final, c’est très aléatoire. On peut très bien tomber sur le bon comme sur le mauvais. Le conseil que j’aurais à apporter, c’est de prendre son temps, ne pas se précipiter sur la première offre et surtout, surtout, vérifier chaque détail quitte à y passer plusieurs jours. Si on vous dit de vite choisir car le van peut partir le lendemain, ne cédez pas à la tentation. Des vans, il y en a des centaines qui vont et viennent chaque année, alors pas de panique.
pvtistes : Après quelques semaines en Nouvelle-Zélande, quelles sont les choses que tu apprécies particulièrement ? Et celles que tu n’aimes pas trop ?
Alexandra : Les démarches administratives sont plus simples. Très peu de paperasse “à la française”. 😉 Certaines choses sont plus souples : on peut rouler jusqu’à 100 km/h sur des routes sinueuses ; l’aménagement d’un véhicule autonome est plus souple ; à la piscine, on peut se baigner avec toutes les tenues de bain ; le camping, qu’on peut faire n’importe où sauf en cas de contre-indication.
Il y a de quoi s’amuser vraiment partout et souvent gratuitement. Par exemple dévaler les dunes de Te Paki, se baigner dans les hot waters… On se dit qu’en France, ça serait être interdit car on pourrait se blesser. Ou alors, pire encore : ce serait payant !
Ce que je n’apprécie pas trop en revanche, c’est peut-être le climat un peu humide ! Mais avec assez d’épaisseurs, c’est supportable. Si vous êtes Bretons, c’est l’idéal. 😉 Par contre pour des Toulousains, ça refroidit !
alexandra pvtistes blog awards PVT Nouvelle Zelande
pvtistes : Un conseil que tu aurais aimé recevoir avant de partir ?
Alexandra : À l’inverse de ce que j’ai pu lire, je dirais que si on a l’intention d’acheter un van, il ne faut pas hésiter à prendre assez d’affaires et même une valise. J’ai pris seulement une petite valise cabine et un petit sac à dos et j’ai dû racheter pas mal de choses en arrivant (vêtements, produits d’hygiène, sac…). Il y a des choses qu’on ne trouve pas non plus ici, des gants de toilette par exemple. Backpacker ne veut pas forcément dire tout porter sur son dos. Un van, c’est un peu comme une petite maison dans laquelle on peut laisser quelques affaires. Sinon à part ça rien, tout se passe bien.
Pour tout savoir sur le PVT Nouvelle-Zélande, téléchargez gratuitement le guide des pvtistes.

Retrouvez Alexandra sur son blog !

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (1)

Aucun commentaire

Articles recommandés