Delphine, une trilogie de PVT

Article publié le 14-03-2018.

Delphine alias kracoucass

Delphine alias kracoucass

  • Localisation Motueka, Tasman, Nouvelle-Zélande
  • Profession Baroudeuse
  • Dernier diplôme obtenu Licence

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance
Région parisienne
Villes de destination
Canada : surtout Toronto
Australie : Côte Ouest à fond, côte Est très rapidement.
Nouvelle-Zélande : Partout ! (quoi que…)
Sur place pendant combien de temps ?

Au Canada, je suis restée toute la durée du PVT, soit 1 an.

Pour la Nouvelle- Zélande, 15 mois (1 an + 3 mois bonus si tu travailles 3 mois en ferme)

L’Australie, j’y ai fait mon PVT Numéro 1 avant la Nouvelle-Zélande, puis mon PVT Numéro 2 après la Nouvelle-Zélande et j’y suis toujours aujourd’hui, mais avec un autre visa.

Baroudeuse ou pas ?

Au Canada pas du tout ! C’était ma première réelle expérience à l’étranger, je n’avais pas un rond et j’y retrouvais ma sœur qui était à l’époque installée à Toronto. J’y ai passé la quasi-totalité de mon année. A la fin, je suis partie en mode baroudeuse deux semaines dans l’ouest, de Calgary à Vancouver. C’était la première fois que je mettais les pieds dans une auberge de jeunesse, que je portais un backpack (que j’avais emprunté !), que je m’essayais au couch surfing, que j’ouvrais un Guide de voyage (emprunté), que je grimpais au sommet d’une montagne seule avec de belles chaussures de rando (empruntées !), que j’arrivais de nuit dans des villes sans avoir aucune idée de ce que j’y allais faire. Bref, une longue série de « premières fois » et baaaam ce fut le début d’une longue série de vols d’avion !

En Australie, tu baroudes. C’est comme ça. Si tu arrives en tant que PVTiste, tu seras sur la route en peu de temps ! Je suis arrivée à Perth, et je n’avais aucun plan. Quelques jours après mon arrivée, j’avais quitté Perth. Tout le monde bouge tellement autour de toi, ça va et ça vient, ça arrive et ça part, tu te laisses emporter très rapidement dans le «move » ! Alors tu te lances, tu prends la route et c’est le début d’une grande aventure (encore une)!

C’est la même chose pour la Nouvelle-Zélande, à la différence qu’il y a beaucoup plus de choix de routes et de directions. Dur dur de choisir quand on ne connait rien du pays ! En Australie, il n’y a qu’une route qui monte et qui descend Du coup, je me suis achetée une voiture et j’ai découvert une nouvelle façon de voyager !

Que faisais-tu en France ?

Euh…! Je suis partie dès la fin de mes études donc la France pour moi, c’est là que je me ressource financièrement (et culinairement) avant de repartir. Donc je faisais surtout de l’intérim. A la base, j’ai fait un IUP Sport-Loisir-Tourisme, un nom très attrayant mais qui ne me sert pas à grand-chose pour le moment !!

Pourquoi cette envie de t’envoler pour tous ces pays ?

J’ai fait ma licence en Erasmus en Angleterre. J’y ai découvert le plaisir de vivre à l’étranger, de parler une autre langue, de rencontrer d’autres étudiants venant de tous les continents et à la fin de l’année, je ne me voyais pas rentrer à la maison ! Ce n’était pas envisageable, une telle expérience ne pouvait pas s’arrêter là ! Ma sœur était à Toronto à ce moment-là et c’est elle qui m’a parlé du PVT (merci à elle en passant !) Je n’ai pas réfléchi 20 ans ! (et puis il faut dire qu’à l’époque (attention, la vieille parle) l’obtention du PVT pour le Canada était beaucoup plus facile ! Pour les connaisseurs, j’ai fait ma demande en mai je crois, pour partir en octobre !!!)

De retour en France, la déprime s’est installée. L’aventure ne m’avait pas suffi. Huit mois après je débarquais en Australie.

De retour en France, la déprime s’est installée. L’aventure ne m’avait pas suffi. Six mois après, je débarquais en Nouvelle-Zélande !

C’est qu’on prend vite goût à cette liberté ! Pourquoi ces pays ? A l’époque (suis-je si vieille ?) il n’y avait que ces 3 PVT et le Japon. Le Japon était trop me demander, j’ai fait les autres ! Aujourd’hui, je me sens d’attaque pour le Japon, malheureusement mon mec est encore plus vieux (!!!) et il n’a plus accès au PVT. Sinon le Japon et l’Argentine seraient les 2 prochains !

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Mise à part mon année Erasmus, oui c’était la première fois.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en PVT ?

Ils n’ont jamais été bons !!!!!!!!!!!!!!!

Je me rappelle que pour chacun de mes PVT, quelques heures après mon arrivée je me suis dit « bon et maintenant ? Mais qu’est-ce que je fais la ??? Je me retrouve toute seule, à l’autre bout du monde, pourquoi je m’inflige ça !! » Mais ce moment ne dure jamais bien longtemps. Très rapidement tu fais les rencontres qui te font comprendre la raison de ton voyage, tu vois des paysages que Paris ne t’aurait pas offert, et tout à coup, la solitude et la confusion des premiers jours se transforment en une envie de vivre et de voir plus encore, et encore et encore…

Est-ce que ta situation professionnelle t'a paru satisfaisante dans les pays visités ?

Oui et non. Non sur le plan de l’enrichissement. Les boulots que je fais sont répétitifs et je m'en suis très vite lassée. Entre la restauration / hôtellerie et le fruit picking, on a vite fait le tour. Mais ces boulots m’étaient pourtant totalement satisfaisants, ils m’apportaient l’argent pour mon prochain voyage, je n’en demandais pas plus !

Quelles ont été tes plus grosses difficultés ?

Dire au revoir, sans arrêt, je m’y fais pas ! Rencontrer des personnes extraordinaires, et se dire qu’on ne va probablement plus jamais les revoir, c’est dur ! J’ai fait 4 ans de voyage sans Facebook, donc j’en ai eu des adieux déchirants ! Avec les années, on apprend à sourire en disant au revoir, à ne penser qu’à la chance que l’on a eue de rencontrer telle ou telle personne, mais malgré ça, il y a toujours un pincement au cœur… Mais ils valent tous le coup !

Sinon, je ne me rappelle pas de grosses difficultés. La langue, évidemment, quand je suis partie pour la première fois, quelques soucis financiers au Canada, j’étais arrivée les poches quasi vides. En Australie ? Le pays du No worry ? En Nouvelle-Zélande ça serait le boulot. Avec autant de voyageurs dans un petit pays, c’était parfois dur de trouver un boulot.

Quel est ton meilleur souvenir ?
« TON » ?

Au Canada, ça restera l’émerveillement devant des paysages hivernaux spectaculaires. Des cascades gelées, des voitures qui disparaissent complètement sous la neige, des stalactites géantes dans le sens du vent etc etc. Egalement les Rockies, bien sûr, et son Lake Louise devant lequel je suis restée en grande contemplation pendant très longtemps ! Et l’été à Toronto avec tous ces festivals / concerts…

En Australie, raaaaaaa c’est dur de choisir ! Le géantisme de ce pays, avec des plages géantes, des insectes géants, des rochers géants, etc ! Les dauphins de Monkey Mia, ça a beau être très touristique, c’était génial de commencer une journée par un petit hello aux dauphins avant d’aller au travail ! Le snorkelling à Coral Bay et Exmouth, première fois que je voyais des tortues, des raies, des coraux multicolores, incroyable. Mon boulot de guide chameau à Broome. Conduire sur une plage. Les beach parties de Broome. Les crocodiles de Darwin, dingue. Avoir un koala dans les bras et un serpent autour du cou ! Mon saut en parachute bien sûr. La facilité de la vie en général. Je suis toujours en Australie aujourd’hui et je continue de m’émerveiller par la beauté du pays, et je suis loin d’avoir tout vu…

En Nouvelle-Zélande, il y en a eu plein aussi, mais les moments forts seraient mon tout premier treck à Cape Reinga. La première fois que je partais seule avec ma tente et tout l’attirail pour 3 jours. J’avais tellement peur de manquer que j’avais 6L d’eau dans mon sac ! haha... Le soir, j’étais morte de froid, je n’avais qu’un petit pull et un short et rien de chaud à boire / manger. Et pourtant, j’étais tellement heureuse et fière, c’était magnifique ! Il y a également eu une rando sur un glacier (fox), arrivée en hélicoptère !

C’est pas tous les jours que ça arrive ! En plus, j’ai fait ça entre 2 services au resto, et gratuitement. Tellement improbable ! Une sensation extraordinaire dans un décor de cinéma !! J’en ai rêvé pendant des jours ! Sans oublier le kayak à Abel Tasman, les volcans de Tongariro NP (un paysage lunaire, fantastique !), le camping en tente par -5, et…

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Oh ouiiiiiii ! Le fromage ! Et toutes ces bonnes choses que je ne préfère pas citer (ceci dit, en passant, il n’y a pas que des noodles et je me rends compte aujourd’hui qu’il y a ici aussi de très bons produits. Il ne faut juste pas regarder le prix !) L’architecture aussi, les châteaux et les cathédrales, ça manque ! Toutes les villes se ressemblent. Il n’y a pas de style selon les régions par exemple, comme on a chez nous. (je ne cite pas la famille et les amis car ce ne sont pas des choses ! )

Qu'est ce qui te manquera si tu rentres en France ?

Si je rentre en France, j’espère réussir à garder l‘état d’esprit baroudeur et australien. Faire ce que je fais parce que je le veux et non parce que la société le veut. Je trouve que c’est très dur de penser comme ça en France. L’air est lourd. Trop de peur de critique et jugement. Ce qui me manquera, c’est donc la simplicité et la qualité de vie que j’ai en Australie, et de me dire que si j’en ai marre il suffit de changer de ville / travail / logement ! En France, je ne fais jamais ça ! Pourtant, c’est ce que je fais partout ailleurs ! C’est rigolo d’avoir peur dans son propre pays !

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Professionnellement, j’ai eu des boulots que je n’aurais jamais pensé avoir dans ma vie, bon ou mauvais. Entre les bananes, guide chameau, être perchée en haut d’une échelle pour cueillir 3 pommes sous 40 degrés, serveuse évidemment, réceptionniste... J’en ai eu tellement… Et bien même le pire boulot est enrichissant. On ne se rend pas compte le travail que représente la pomme de terre que vous allez manger ce soir. Ce n’est pas toujours facile, mais ça vaut le coup de passer par là, de se rendre compte que tout n’est pas acquis. Sans compter la multiplication du taux d’adaptation ! Pouvoir passer du coq à l’âne en un rien de temps. Ce sont des expériences et je ne regrette aucune d’entre elles ! (bon ceci étant, la cueillette d’oignons ça va bien une fois hein !)

Point de vue personnel…. Ces expériences m’ont tout apporté. Chaque travail que j’ai eu, chaque pays parcouru, chaque galère rencontrée, chaque peur surmontée, chaque rencontre, chaque discussion a créé la personne que je suis aujourd’hui. Et même si il m’arrive d’avoir mes moments de doutes et de questionnement, comme on a tous, je préfère les avoir là où je suis, après avoir vécu tout ce que j’ai vécu !

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

J’avais lu un jour que le service militaire aurait dû être remplacé par un an de PVT à l’étranger ! Je suis tellement d’accord ! Mais ce n’est pas le cas, et si ce n’est pas obligatoire, moi je dis : PARTEZ ! Qu’attendez-vous ? C’est un cadeau ce PVT, une chance de faire quelque chose de différent ! Arrêtez avec les SI, si vous y songez, ne serait-ce qu’un tout petit petit petit peu, alors vous êtes prêt ! Vous ne le regretterez pas ! Tentez l’aventure, vous n’avez rien à perdre, et si ce n’est pas pour vous après tout, vous aurez au moins le mérite d’avoir essayé !

Pour finir, un petit texte qui parle bien mieux que moi.

« La halte méridienne est torride ? L’ombre de cette épine est maigrelette ? Ce sable brûlant ? Ces cailloutis croulants et coupants ? Cette eau nauséabonde ? Ce vent diabolique ? Cette nuit glacée ? Ne te plains pas. Il n’y a personne pour t’entendre et s’apitoyer sur tes petites misères. Supporte. Patiente. Serre les dents. La revanche, tôt ou tard, viendra. D’ailleurs, je te connais bien. Quand elle sera venue, cette vengeance tant espérée, quand tu te coucheras, rassasié de mets délicats qui n’auront pas craqué sous la dent, désaltéré d’une eau incolore, sans poils de bouc, dans un lit de sybarite, sous un toit, au chaud, alors, au lieu de savourer durablement ta félicité, très vite, dès que la grosse fatigue de tes marches solitaires sera oubliée, alors tu te prendras à regretter tes rudes étapes, tes pieds écorchés, tes lèvres éclatées, tes sommeils, recroquevillé sous les étoiles. Et à la première occasion, comme moi, tu repartiras... » Théodore Monod

Pour en savoir plus, ses deux blogs :
dedefromoz.blogspot.com

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Préparer son départ au Canada (PVT, JP, stage…)

[Interview]

Pierre : d’incroyables aventures dans le Grand Nord

[Récit de voyageur]

Souffler mes 31 bougies sans regret

[News]

16 raisons de partir en PVT

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

« Quelles ont été tes plus grosses difficultés ?
Dire au revoir, sans arrêt, je m’y fais pas ! Rencontrer des personnes extraordinaires, et se dire qu’on ne va probablement plus jamais les revoir, c’est dur ! J’ai fait 4 ans de voyage sans Facebook, donc j’en ai eu des adieux déchirants ! Avec les années, on apprend à sourire en disant au revoir, à ne penser qu’à la chance que l’on a eue de rencontrer telle ou telle personne, mais malgré ça, il y a toujours un pincement au cœur… Mais ils valent tous le coup ! »
Oh je suis tellement d’accord sur ce point… je ne pense pas m’y faire un jour, même si comme tu le dis, au bout d’un moment on apprend à le faire avec le sourire !

La photo, c’est en NZ je suppose ??

Merci pour tes feedbacks en tout cas !

{{likesData.comment_1243.likesCount}}
Julie
14.3K 4.7K

Sa photo, elle l’a prise avec sa sœur (Menthe Claire sur le site, qui a vécu au Japon) aux Philippines je crois bien. Mais elle est tellement belle qu’il fallait qu’elle illustre son interview :)

{{likesData.comment_5565.likesCount}}

Superbe interview! Comment dire tout y est..C grâce à ce genre de personnes qu’on prend gout aux voyages et que l’on se décide à y aller….
Chouette expérience, et très émouvante!
Merci beaucoup!

{{likesData.comment_5572.likesCount}}

Très beau témoignage ! ça donne vraiment envie de faire le tour du monde (en PVT) =D Bonne continuation sur les routes

{{likesData.comment_5578.likesCount}}

Super interview !! Emouvante et envoutante ! Elle donne vraiment envie de partir et de vivre ses expériences PVT ! Merci Delphine !

{{likesData.comment_5581.likesCount}}

La photo du haut c’est Karijini non ?

{{likesData.comment_5585.likesCount}}
Roxane
535 301

C’est énorme de lire ça en pleine attente d’une réponse pour le PVT Canada…ça fait tellement du bien, ça redonne de l’espoir, de la motivation! Bref, merci!

{{likesData.comment_5586.likesCount}}
sylvie
539 90

waouh ! quel récit ! ça me redonnerait la bougeotte ça !
mais as-tu l’adresse de son nouveau blog ? il n’y a qu’une adresse en bas de l’interview, celle de l’ancien…

{{likesData.comment_5590.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

Merci pour ce beau récit!

{{likesData.comment_5610.likesCount}}

C’est marrant, je me retrouve tellement dans ton temoignage: l’annee Erasmus (en Allemagne pour moi) qui donne le gout du voyage, le depart a la fin des etudes (en Europe d’abord), une annee en Australie avec la cote Ouest comme meilleur souvenir, l’ennui qui arrive une fois de retour en France, second depart pour Toronto pour mon second PVT et la Nouvelle-Zelande pour l’annee prochaine.

Bonne chance pour la suite et profite bien de l’Australie, le pays du No Worries me manque.

{{likesData.comment_5645.likesCount}}

Merci a tous pour vos commentaires!

Mathieu, oui c’est bien le merveilleurs Karijini!

Gaelle, tu m’em vois ravie :)))

Sylvie, le blog inscrit est celui que j’avais en Australie. le second parcours mes 15 mois en NZ: dedefromnz.blogspot.com, que j’ai arrete depuis!

Natacha, je pense que l’on est nombreux dans cette situation et c’est rassurant de savoir compris :) Je te souhaite un merveilleux voyage en NZ, c’est un pays formidable et le No Worries s’applique aussi :)

{{likesData.comment_5774.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre