Audrey, en PVT en Corée du Sud

Date de publication : 04-11-2015

Auteur

Julie

Audrey

Localisation

Changwon, Corée du Sud

pvtistes :

Audrey, d’où viens-tu et où es-tu en ce moment ?

Audrey : Je viens de Lanester, en Bretagne, et j’habite maintenant en Corée du Sud, à Changwon, pas très loin de Busan, dans la province de Gyeongsang du Sud, depuis le 27 mai 2015.
pvtistes :

Est-ce que c’est la première fois que tu vis à l’étranger ?

Audrey : J’ai souvent voyagé, mais c’est la première fois que je vis dans un pays étranger.
pvtistes :

Que faisais-tu en France avant de partir pour la Corée du Sud ?

Audrey : À la base, je faisais des études d’anglais. J’ai quitté l’université après un an en LLCE Anglais. J’ai ensuite travaillé dans une usine d’agroalimentaire pour mettre de côté pour mon départ.
pvtistes :

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Corée du Sud ?

Audrey : Depuis toute petite, j’ai toujours été intéressée par l’Asie en général. J’ai découvert la Corée quand j’étais au collège, en regardant la télé. J’ai trouvé le pays magnifique, et c’est comme ça que tout a commencé. Je me suis ensuite intéressée à la culture, la langue… Jusqu’à ma première visite en 2013, qui était juste géniale. J’y suis ensuite retournée en 2014, puis en 2015, avec le fameux PVT. Je voulais découvrir la Corée pas seulement en tant que touriste, mais je voulais voir ce qu’était le travail en Corée, la vie au quotidien, etc.
Mais je ne peux pas cacher que la raison principale de mon départ était le fait de rejoindre mon petit copain qui vivait sur place !
pvtistes :

Comment s’est passée ta demande de visa ?

Audrey : Ma demande de visa s’est très bien passée (même si les gens qui travaillent à l’ambassade ne sont pas du tout aimables !). J’ai obtenu tous les papiers nécessaires facilement, et j’ai reçu mon visa en moins d’une semaine. Si tous les papiers sont présents dans le dossier, il n’y a aucun souci.
pvtistes :

Pourquoi avoir choisi la ville de Changwon pour ton PVT en Corée du Sud ?

Audrey : Changwon n’est pas une ville très connue. En temps normal, je ne l’aurais pas choisie. Mais mon copain habitant cette ville, il m’a paru tout naturel de venir ici.
pvtistes :

Quel était ton niveau de langue en arrivant ? Et maintenant ?

Audrey : En arrivant ici, je savais lire, mais je ne comprenais pas grand chose, et je connaissais seulement quelques formules de politesse (le minimum !). Maintenant, je sais tenir une conversation, j’arrive à comprendre la majorité de ce que j’entends, mais je suis encore très timide quand je dois parler !
Je pense que sur Séoul, on peut trouver un petit boulot sans forcément parler coréen (notamment dans le quartier d’Itaewon). Mais dans les plus petites villes, le coréen me paraît obligatoire. Rencontrer du monde est aussi un peu compliqué, mais ayant mon copain sur place, je n’ai pas trop de souci de ce côté.
pvtistes :

Comment se passe ta recherche d’emploi ?

Audrey : Je cherche du travail par internet, mais je n’ai pas encore trouvé. J’ai eu la chance, grâce à l’église, de connaitre des gens qui m’ont aidée. Une personne m’a demandé de garder ses enfants une fois par semaine et de les aider avec l’anglais. Tout se passant bien, elle a parlé de moi à ses amies qui m’ont également demandé de venir garder leurs enfants. Ca me permet de me faire un peu d’argent, et de payer ma chambre (j’habite dans une toute petite chambre, ce qu’on appelle 고시원).
pvtistes :

Quelles sont tes plus grosses difficultés au quotidien ?

Audrey : Bien sûr, la difficulté principale est de trouver du travail ! Mais je ne désespère pas, je continue à chercher. Pour le moment, rien en France ne me manque, mis à part mon chat peut être. Grâce à Facebook, je peux contacter ma famille régulièrement et les appeler ! Je ne suis pas particulièrement attachée à la nourriture française donc je ne ressens aucun manque de ce côté-là (pour l’instant du moins). La solitude est parfois difficile à surmonter. Quand je ne travaille pas, je reste chez moi à ne (presque) rien faire, ici c’est assez difficile de se faire des amis. J’ai donc investi et j’ai adopté un hamster, ça me permet de me sentir moins seule.
pvtistes :

Les PVTistes ne sont pas encore très représentés en Corée du Sud. Comment réagissent les gens à qui tu expliques que tu es en PVT ?

Audrey : Il n’y a pas beaucoup de PVTistes en Corée comparé à d’autres pays en effet, mais quand j’en parle aux gens, la plupart a l’air de connaître le PVT.
Par contre, j’ai été très surprise lorsque je suis allée faire ma demande d’Alien Card à l’immigration. Ils ne connaissaient pas du tout ce visa, ça a été tout un cirque pour qu’ils trouvent des informations ! De plus, chose impensable venant de personnes qui travaillent avec des étrangers toute la journée, ils ne parlaient pas anglais…
Sinon on me dit souvent que je suis courageuse de partir dans un pays si lointain. Je n’ai encore jamais eu de réaction négative.
pvtistes :

Culturellement, avec ton copain, il doit y avoir des adaptations nécessaires d’un côté et de l’autre. Tu peux nous en parler ?

Audrey : La différence de culture n’est pas toujours facile, on a pu le remarquer à plusieurs reprises. Il nous arrive de nous prendre la tête, notamment sur le fait qu’il parte boire avec ses collègues après le travail (note de PVTistes.net : on parle de cet aspect de la culture dans notre dossier sur l’emploi en Corée du Sud), mais on fait des efforts chacun de notre côté et tout se passe plutôt bien. Comme nous vivons en Corée, il est nécessaire pour moi de m’adapter à sa culture (on échangera les rôles quand il viendra en France !). On s’est rencontrés sur internet, sur un site appelé « Interpals », et nous nous sommes mis en « couple » (à distance) en juin 2014. Nous nous sommes ensuite rencontrés pour la première fois fin juillet, et nous avons passé un mois ensemble. Lors de mon départ, je lui ai promis de revenir le plus vite possible. J’ai donc fait mon maximum en France pour obtenir mon visa rapidement et je suis revenue. Les gens ici sont souvent surpris par notre histoire, surtout par le fait qu’on ait attendu 9 mois et que je revienne pour lui ! Sa famille m’accepte très bien, à part sa soeur qui ne peut pas me voir, je sais pas pourquoi :p Au début, on s’est présentés à ses parents en tant qu’amis, même s’ils connaissaient la vérité, on ne voulait pas les brusquer, sachant qu’en Corée, on présente notre copain/copine quand on a des idées de mariage, et que beaucoup de gens restent encore très fermés sur l’idée du « couple mixte » ! Pour nos 500 jours en couple, nous sommes allés à Gwangju et nous leur avons dit la vérité. On avait peur qu’ils le prennent mal, mais finalement ils l’ont très bien pris, j’ai d’ailleurs pu entendre que sa mère me considérait presque comme sa fille ! Ils nous ont même annoncé que si on décidait de nous marier par la suite, ils nous soutiendraient sur tous les plans. Ca fait plaisir ! Ils essayent peu à peu de me donner une « nouvelle éducation », pour que je puisse m’intégrer chez eux, donc tout se passe très bien. 🙂
pvtistes :

As-tu pu visiter la Corée du Sud ?

Audrey : Depuis que je suis arrivée, j’ai pu aller à Busan pour voir une petite exposition faite pour sensibiliser les gens sur la disparition des pandas.
J’ai donc pu voir le « Busan citizen park » (부산 시민공원) qui est magnifique. Parc Busan Je suis aussi allée à Jinju, au festival des lanternes qui était également génial. festival des lanternes Busan Enfin je suis allée à Gwangju, mais juste pour rencontrer la famille de mon copain, donc je n’ai pas vraiment fait de tourisme 😉 J’ai visité l’aquarium de Yeosu, pas très loin, qui est assez bien. Je compte aller sur l’île de Jeju cet hiver, si mes finances me le permettent !
pvtistes :

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes qui rêvent de la Corée du Sud ?

Audrey : Avant de partir, je leur conseille de commencer à chercher des petits boulots par internet, pour voir quel genre d’annonces ils peuvent trouver. Je conseille également d’avoir un minimum de connaissance de la langue coréenne, qui est un atout essentiel. Enfin si possible, je leur conseille d’essayer de se construire un petit réseau de connaissances, ça peut aider dans n’importe quel domaine.
pvtistes :

Quels sont tes projets aujourd’hui ?

Audrey : Je compte continuer d’apprendre la langue assidument et je continue à chercher un petit boulot, que je compte bien trouver ! 🙂 J’ai également des projets avec mon copain, qui j’espère pourront se réaliser.

Consulter d’autres interviews de PVTistes…
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)…

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

2 Commentaires

Julie
4.9K 13.8K
Merci pour cette interview 🙂
Hélène
7.6K 13.4K
Merci Audrey d’avoir partagé ton expérience avec nous!!

Articles recommandés