PVT Corée du Sud – mes premières impressions

Date de publication : 26-05-2022

Auteur

Enola

Voilà maintenant un peu plus d’un mois que je suis arrivée en Corée du Sud, à Séoul plus précisément. En un mois, j’ai eu le temps de m’habituer et de m’acclimater à cette immense mégalopole. Moi qui viens d’une petite métropole française, le changement a été assez important. Je voudrais ici vous partager mes premières impressions, les détails que j’ai remarqués et qui ont parfois suscité ma surprise.

Pour le moment, je n’ai vu que Séoul, et bien évidemment Séoul n’est pas représentative de l’ensemble de la Corée du Sud. Ne voyez ici aucun jugement de valeur sur la culture coréenne et le mode de vie en Corée du Sud. Je parle ici de ce que j’ai observé de mon propre point de vue. On a tous une perception différente des lieux qu’on visite. L’intérêt de ce PVT est justement de découvrir un autre mode de vie. Ça veut dire également être parfois un peu surpris ou perplexe sur certaines choses. J’apprécie de découvrir ces différences et je prends le temps de m’adapter à cette nouvelle ville, ce nouveau pays qui est maintenant ma maison pour un an.

Séoul, plus calme que l’on pourrait penser

J’avais déjà eu l’occasion de visiter d’autres grandes mégalopoles du continent asiatique, comme Bangkok ou encore Jakarta. Je m’étais donc préparée à revivre cette même effervescence et ce sentiment d’étouffement que l’on peut parfois ressentir dans ces immenses villes bruyantes qui ne dorment jamais.

Finalement, j’ai été agréablement surprise de voir que, malgré le fait que Séoul soit la 6e plus grande ville du monde, on peut y trouver des endroits calmes et reposants et surtout de la nature. Pour faire une comparaison, je trouve Séoul beaucoup plus verte que Paris. Autour des universités Ewha et Yonsei, le long de la Han River, sur Yeouido, autour de la Namsan Tower, Seoul forest, dans les différents parcs de la ville… Il est finalement assez facile de trouver des lieux où on peut respirer un peu et ça, dans le centre de Séoul. Même si le week-end, ces havres de paix sont souvent pris d’assaut par les Coréens qui souhaitent se détendre, ça n’enlève rien à leur intérêt.

Alors bien évidemment, Séoul reste une mégalopole avec du bruit et beaucoup de pollution, ce n’est pas un petit village de la Creuse, mais vous pouvez passer d’un endroit bruyant, attractif, plein de monde à un endroit calme et reposant avec des arbres très rapidement.

La barrière de la langue

Je ne parle pas coréen (pour le moment), hormis les mots de base de politesse, je n’ai donc que l’anglais pour communiquer.

Avant de venir, j’avais entendu les deux sons de cloches sur le rapport des Coréens avec l’anglais, du moins les Séoulites. Parfois, on me disait qu’à Séoul les Coréens parlaient plutôt bien anglais et parfois, on me disait l’inverse. Du coup, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Et après un mois, je dois dire que je suis encore un peu mitigée sur cette question. Globalement, je dirais que dans la vie de tous les jours, il est assez difficile de croiser des Coréens qui parlent anglais (même si je pense qu’en réalité, ils savent un peu le parler mais qu’ils n’osent pas). À l’inverse, les quelques fois où j’ai rencontré des Coréens qui parlaient anglais, ils le parlaient très bien.

Mais il est vrai que pour le moment, mes interactions avec les Coréens sont restées assez simples à cause de cette barrière linguistique. Comme ça au moins, ça me motive davantage à apprendre le coréen pour réussir à mieux communiquer avec eux par la suite.

Ne vous inquiétez pas pour la vie de tous les jours et les interactions simples, on arrive à se comprendre.

Le métro…

Je sais que beaucoup de gens adorent le métro de Séoul, mais me voilà encore partagée sur cette question. Il dessert très bien toute la ville et sa banlieue, les wagons sont larges et laissent énormément de place pour les gens, il est très très propre et sécurisé et il y a même le wifi et dans certaines lignes, la climatisation (essentielle l’été). Et bonus, sur certaines lignes, vous avez une vue magnifique de la ville.

Par contre, beaucoup de stations sont immenses, si bien que certains transferts d’une ligne à l’autre peuvent prendre beaucoup de temps et il est facile de s’y perdre. Pour refaire une autre comparaison, en termes de taille, on peut comparer certaines stations à Châtelet les Halles ou encore Gare du Nord à Paris.

Les heures de pointe… C’est à ce moment qu’on prend conscience que Séoul abrite des millions d’habitants. Pendant les heures de pointe, il faut savoir être patient, jouer un peu des coudes et accepter d’être poussé, bousculé et encore poussé, surtout pour entrer et sortir des rames de métro.

Aussi, le métro s’arrête relativement tôt (avant minuit, même le week-end), ce qui est assez contradictoire avec le rythme de vie des Coréens. La fréquence entre chaque métro peut être assez longue également, ce qui est aussi assez surprenant.

En fait, prendre le métro à Séoul peut être un pur bonheur comme un véritable enfer.

Les personnes âgées

Les personnes âgées sont très présentes dans la société, beaucoup plus qu’en France. Les seniors ont l’air extrêmement actifs, on les voit beaucoup dans le métro et dans les lieux publics. Vous aurez probablement l’occasion à plusieurs reprises de vous faire un peu pousser, agripper ou intercepter par l’un d’entre deux dans les transports en commun ou dans la rue. Ils ont beaucoup de caractère et savent être directs, mais ils restent attachants.

Ils ont également une santé de fer. Vous pouvez être sûrs que si vous partez faire une randonnée, vous allez vous faire dépasser par toutes les personnes âgées sur le chemin. Vous serez essoufflés et aurez envie de mourir pendant qu’eux seront toujours vaillants, prêts à vous porter pour vous emmener au bout du chemin. J’exagère un peu, mais je suis quand même très impressionnée par leur forme physique.

On peut également les voir travailler, beaucoup et souvent dans des emplois pénibles, comme ramasser les ordures, nettoyer le métro, etc.

Plus généralement, au-delà des personnes âgées, je trouve les Coréens très actifs. J’ai l’impression qu’ils ne dorment jamais (sauf dans le métro peut-être). Les restaurants, les lieux publics, les bars, les rues sont toujours pleins de gens, peu importe le jour et l’heure de la semaine.

 

La Corée du Sud, le temple de la consommation

Je n’ai jamais vu autant de magasins, de centres commerciaux, de cafés, de restaurants au kilomètre carré. Je pense que, rien que dans mon quartier, j’ai plus de magasins que dans toute la ville d’où je viens en France (qui est une ville moyenne). Oui je compare tout avec la France, je ne peux pas m’en empêcher.

Je trouve la quantité de magasins énorme. On peut très vite être tenté de tout acheter malheureusement. Il y a même des “underground malls”, qui sont eux aussi énormes, au niveau des sorties de métro. C’est d’ailleurs là-bas que vous pouvez trouver des vêtements vraiment pas chers qui suivent la tendance.

On trouve également pas mal de magasin de seconde main.

 

 

À l’inverse, faire ses courses pour manger est relativement difficile. Cette partie mérite à elle seule un article beaucoup plus détaillé.

Je finirais cet article par quelques petites habitudes coréennes anecdotiques que j’ai pu relever :

  • Les feux pour les piétons peuvent être long, très longs. Et en Corée, il n’est pas habituel de traverser quand le feu est rouge. Pour une Française, ça demande de prendre un peu son mal en patience.
  • Les Coréens ont pour habitude, hommes comme femmes, de cracher librement dans la rue et de façon assez bruyante, surtout quand ils fument. C’est souvent assez surprenant, ça m’arrive même parfois de sursauter, car ça peut être vraiment très bruyant.
  • Le Corée du Sud est le pays du couple. Vous verrez des couples absolument partout, parfois habillés de la même façon, c’est assez marrant.
  • Il est assez courant de faire la queue pour des restaurants, des bars, ou même des magasins. Vous pouvez même parfois voir des chaises en face de ces lieux pour faciliter l’attente.
  • Les Coréens sont globalement assez patients et très calmes sauf quand il s’agit de voiture et de conduite. Ici faites attention aux voitures ! Les piétons ne sont pas vraiment prioritaires. C’est très fréquent de se faire klaxonner si vous gênez une voiture même seulement deux petites secondes.

Il y a encore plein de choses à dire, mais j’ai évoqué les aspects qui, moi, m’ont marquée lors de ces premières semaines de PVT en Corée du Sud. Je conclurais en disant que Séoul est une ville très surprenante et paradoxale par moments. Je pense que c’est le cas de la Corée du Sud en général. C’est un pays où tout est possible, et surtout où tout va très vite. C’est un pays qui a beaucoup à offrir et qui est très intéressant sur beaucoup de points. C’est aussi très différent de chez nous, cela rend le voyage encore plus excitant. Je suis très curieuse de savoir ce que ce pays va me dévoiler ces prochains mois.

Si vous voulez en apprendre plus sur la culture coréenne, n’hésitez pas à consulter :

  • Notre abécédaire de la culture coréenne ;
  • Notre Guide des pvtistes en Corée, gratuit au format PDF ;
  • Notre dossier sur la vie à Séoul.

Évaluation de l'article

5/5 (5)

3 Commentaires

Brice
1 1

Retour intéressant ! Moi j’arrive pour commencer mon PVT en Corée dans quelques jours 😋

Pamela
13 22

Trop chouette cet article qui est venu titiller ma curiosité sur ce pays !

SarahG1997
5 4

Article super intéressant as always ! 🙂

Articles recommandés