Céline, en PVT Mexique depuis 5 mois

Céline alias cbenoiste

Céline alias cbenoiste

  • Localisation France
  • Destination -
  • Profession -
  • Dernier diplôme obtenu -

Céline est une des pionnières du PVT Mexique. En novembre 2016, quelques mois seulement après l'entrée en vigueur du PVT Mexique, elle arrivait à Guadalajara pour débuter son PVT. 5 mois plus tard, elle dresse un premier bilan de son séjour là-bas. N'hésitez pas à aller jeter un coup d'œil sur son blog, In the Mood for Mexico.

Salut, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour à tous ! Je m’appelle Céline, j’ai 26 ans et je suis actuellement installée à Guadalajara (la deuxième ville du Mexique), dans l’État du Jalisco. Je suis arrivée ici mi-novembre 2016.
J’ai un Master 2 en droit du Patrimoine Culturel et Langues Approfondies Anglais-Chinois. Avant mon départ pour le Mexique, je travaillais en tant que Chargée des Collections Photographiques d’un ancien studio photo parisien.
Pourquoi cette envie de t'envoler pour le Mexique ?
Je me suis envolée pour le Mexique pour des raisons sentimentales… Mon petit ami étant mexicain et travaillant à Guadalajara ! Je cherchais depuis quelques temps à pouvoir le rejoindre et le PVT Mexique s’est présenté comme la solution idéale, puisqu’il me donnait l’opportunité de pouvoir rester un an dans le pays et de travailler. Donc dès que le PVT Mexique a été officialisé, j’étais en route pour le consulat mexicain à Paris !
J’avais visité le Mexique en juillet 2015 et le pays m’avait déjà beaucoup séduite. L’idée de pouvoir continuer à le visiter, de vivre avec mon copain et d’acquérir une expérience professionnelle sur place m’a beaucoup motivée.
Comment se sont déroulées tes démarches pour l'obtention du PVT Mexique ?
De façon simple et efficace je dois dire, puisqu’à partir du moment où j’ai déposé mon dossier au consulat mexicain, j’ai obtenu mon visa en 2 jours ! Le montage du dossier m’a néanmoins bien occupée (allers-retours à la banque, appels auprès d’assurances internationales pour comparer, etc.) et il faut bien entendu être dans les temps pour le jour du rendez-vous au consulat.
Je retiens également une grande flexibilité du consulat mexicain qui a accepté mon dossier, alors qu’il me manquait un document. Il m’a simplement fallu l’apporter le jour où je retirais mon visa.
Comment se sont passées tes démarches à l'arrivée au Mexique ?
Les démarches se sont bien passées dans l’ensemble, même s’il faut prévoir de nombreux allers-retours à l’INM (Instituto Nacional de Migración) au début et savoir faire preuve de patience. Souscrire à un abonnement téléphonique est relativement simple ici et peu onéreux : je paye moins de 10 €/mois pour ma part et j’ai souscrit à une offre chez Movistar.

Quant au logement, nous avions cherché un appartement avec mon copain avant mon arrivée. Nous sommes situés dans un très bon quartier de Guadalajara, dans un immeuble simple et propre, et nous payons moins de 6 000 pesos/mois [NDLR : environ 300 euros] pour un logement de 60 m2 avec une petite terrasse. Et nous y sommes très bien ! Il faut s’attendre à des prix vraiment élevés pour un appartement spacieux dans une tour moderne.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des deux premières semaines de ton PVT ?
Un sentiment irremplaçable, qui est celui de réaliser que partir était la meilleure décision.
Pour avoir vécu ailleurs à l’étranger avant de faire ce PVT, j’ai toujours trouvé que le premier mois d’installation n’était pas la partie la plus agréable quand même. C’est globalement un mois d’adaptation et d’allers-retours administratifs, où on prend également conscience qu’on vient de quitter ses proches pour une certaine durée.
Mais une fois ce mois passé, ce n’est que du bonheur qui arrive… C’est sincère.
Quel était ton budget à l'arrivée ?
Je suis partie avec un peu plus que celui requis par le PVT, qui est de 3 000 €. Ce qui vous laissera une belle marge de sécurité pour les premiers mois, en attendant de trouver du travail. Avec ce type de budget, vous aurez assez pour finir de payer votre visa (NDLR : Céline en reparle un peu plus bas), avancer plusieurs mois de loyers et de factures et même voyager un peu.
Tu as trouvé un emploi de professeur de français. Peux-tu nous en dire un peu plus ?
Oui, c’est une opportunité qui s’est présentée à moi très vite, puisque j’ai obtenu un entretien dans cette école dès ma deuxième semaine sur place. C’est une école privée de français à laquelle j’avais déjà envoyé un CV avant de partir et que je suis retournée voir sur place dès que je suis arrivée. Coup de bol, ils recrutaient des professeurs ! C’est un travail qui me plaît énormément, tant au niveau du contact avec les élèves qu’au niveau de tout ce que je peux y apprendre. L’ambiance y est très conviviale, et je passe autant de temps avec des Français qu'avec des Mexicains. Et je ne pourrais pas avoir cette opportunité en France, donc j’en profite. Je suis également sur des pistes pour travailler comme assistante en galerie d’art, plusieurs de mes candidatures spontanées ayant reçu un retour positif.

Je travaille en 3/4 temps à l’école et j’arrive à en vivre convenablement. Je conseille aux PVTistes de se rendre dans les écoles et différents centres de langues lorsqu’ils arrivent sur place, pour se présenter et laisser un CV.

Je ne dis pas qu’il est simple de trouver quelque chose tout de suite, ça reste une recherche d’emploi mais il y a du travail ici au Mexique et des opportunités à saisir. Les candidatures spontanées peuvent très bien fonctionner. Je connais d’autres personnes pour qui ça a marché. Donc ne lâchez rien à votre arrivée, soyez motivés et persévérants et vous trouverez du travail, j’en suis convaincue. Il faut néanmoins faire preuve de flexibilité et s’attendre à des salaires qui ne sont en rien comparables à ceux de la France.

Cactus-interview-pvt-mexique-celine-benoist

Qu'aurais-tu aimé savoir avant ton départ et que tu as découvert une fois sur place ?
Je n’avais pas vraiment compris qu’il fallait payer le prix de la carte de résidence temporaire et un coût supplémentaire pour le permis de travail. Rien de grave, mais comme quoi il est toujours préférable de partir avec un budget un peu plus élevé, si c’est possible. On a toujours pas mal de dépenses à faire quand on arrive à l’étranger (une caution à avancer, des choses à acheter, etc.) ; donc plus vous pouvez mettre de côté, mieux c’est !
Au niveau de l'espagnol, comment te débrouilles-tu au Mexique ?
Pour ma part, je suis partie avec un niveau intermédiaire en espagnol et j'ai beaucoup progressé en bientôt 6 mois. J'avais étudié l'espagnol au collège et lycée, donc pendant plusieurs années, mais c'est une langue que je n'avais jamais vraiment pratiquée. Et ça vient vite une fois qu'on est sur place !

Je pense qu'il vaut mieux partir avec de bonnes bases en espagnol, à moins de prévoir de prendre des cours sur place, car ça facilite énormément l'accès à l'emploi et les démarches administratives. Avoir un niveau correct d'espagnol était exigé pour mon poste d'enseignante de français par exemple. Donc maîtriser l'espagnol, c'est un plus à l'arrivée et un gain de temps pour la suite !

L'accent mexicain est très facilement compréhensible, la seule difficulté venant parfois du rythme d'élocution qui peut être assez rapide. Et il faut savoir que beaucoup de mots et expressions sont typiques du pays !
Au retour d'un PVT, non seulement on a fait l'expérience d'une année incroyable, mais on se crée aussi de nouvelles compétences en parlant d'autres langues étrangères ! Et c'est qui me plaît dans cette initiative.

Peux-tu nous parler en quelques mots de destinations que tu as visitées au Mexique et qui t'ont marquées ?
Au Mexique, j’ai pour l’instant visité le DF [District fédéral de Mexico], San Miguel de Allende, Guanajuato, Léon et surtout, l’incroyable région de la Baja California Sur qui est mon grand coup de cœur. J’y ai visité Todos Santos, la Paz et los Cabos. La région abrite des plages sublimes et une faune incroyablement variée. C’est une partie du Mexique plus prisée des Américains je dirais, alors que les Européens privilégient plutôt Cancún sur la côte est.

Mes meilleurs souvenirs dans cette région restent mon excursion à Playa Balandra et le tour en bateau que j’ai fait pour aller observer des baleines. À présent, j’aimerais beaucoup aller visiter la région du Yucatán, notamment les cenotes et Tulum.

baleine-interview-pvt-mexique-celine-benoist

Après 5 mois au Mexique, qu'est-ce qui t'énerve et te plait au Mexique ?
Le plus frustrant ce sont les transports je dirais. Le métro n’est pas très développé à Guadalajara et les bus sont assez difficiles à prendre parfois (même si l’application Moovit est quand même très pratique !). Je fais également plus « attention » dans ma vie au quotidien. Je ne vis ni dans la peur ni dans la paranoïa, mais je suis plus prudente qu’en France ici et j’ai changé quelques petites habitudes (je fais attention quand je retire de l’argent au distributeur et privilégie les centres commerciaux, je ne rentre pas seule, etc.). Mais je précise que je me sens très bien à Guadalajara, c’est une ville vraiment très agréable à vivre (remplie d’arbres et de fleurs colorés !) et calme.

Ce qui me plaît beaucoup au Mexique, c’est le contact avec les gens, qui est souvent simple et chaleureux. Le climat bien entendu, très ensoleillé, qui met vraiment de bonne humeur chaque jour. Et la langue aussi car j’ai toujours aimé l’espagnol et c’est un plaisir de l’entendre au quotidien. Je suis également épatée par la qualité des restaurants à Guadalajara, tant en termes de cuisine que de service.

plage-mer-interview-pvt-mexique-celine-benoist

Quels conseils donnerais-tu aux PVTistes qui souhaitent tenter l'aventure du PVT Mexique ?
Eh bien de se lancer ! C’est un très beau pays avec une culture riche et qui est une destination parfaite pour un PVT ! Il y a des opportunités de travail sur place et c’est un pays fabuleux pour les voyages. Les plages mexicaines sont d’une grande beauté, la nourriture délicieuse, le climat idéal et les gens accueillants. La diversité des climats, paysages et espèces sur place est incroyable (entre 10 et 12 % des espèces de la planète se trouvent au Mexique !)

Après, je vous conseille peut-être de choisir une ville qui vous plaise et vous attire vraiment pour les premiers mois. Le temps de vous installer tranquillement, avant de partir découvrir le pays.

Quels sont tes projets aujourd'hui ?
Continuer de profiter à fond de ce PVT et cela me plaît tellement que je serais tentée d’essayer d’autres destinations de PVT dans les années qui viennent !

Je souhaite aussi continuer de m’investir dans mon blog In the Mood for Mexico, dédié à mes aventures mexicaines ! N’hésitez pas à y faire un tour, je répondrai avec plaisir à vos questions.

Plage-interview-pvt-mexique-celine-benoist

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Besoin de lire des expériences ? Consulter les interviews des PVTistes ou nos récits de voyageurs pour vous enrichir et donc mieux vous préparer !

Évaluation de l'article

Afin de nous aider à améliorer les différents articles de PVTistes.net, votre avis est important pour notre équipe.

Articles recommandés

Helene

Céline, des voyages, du stop et du HelpX en Nouvelle-Zélande

isa

Stéphane : 2 expériences bien différentes au Canada et en Australie

isa

Nadia, installée depuis 2 ans à Sherbrooke

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci pour ton récit Céline et peut-être au plaisir de te croiser au Mexique début 2018, si tu as pu y rester après la fin de ton PVT 😉

Bjr je suis Yannick je veux rentrée au canada

Halo

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App