Gaëlle, wwoofeuse en Nouvelle-Zélande

Date de publication : 06-07-2012

Auteur

isa

Gawel

pvtistes - Ville de provenance
Gawel - Bon, ca commence… Question compliquée. Disons que je suis d’origine bretonne, née dans le Vaucluse et que ma ville de cœur est Angers. Ceci dit, avant mon départ, je bossais en Vendée, à La Roche-sur-Yon !
pvtistes - Ville de destination
Gawel - La Nouvelle-Zélande dans son ensemble.
pvtistes - Sur place pendant combien de temps?
Gawel - Environ 3 mois, même s’il était prévu de rester 5 mois ou plus !
pvtistes - Baroudeur ou pas ?
Gawel - Mmmmmm… On va dire oui, dans le sens où nous avons fait du wwoofing et changé de ferme environ toutes les semaines, ou toutes les deux semaines suivant les possibilités. Cependant, nous n’étions pas avec les sacs à dos au bord de la route (plutôt avec nos gros sacs dans la soute des bus…). Mais en trois mois, nous avons fait le tour de l’île du Nord. On a pris le temps de découvrir les endroits dans lesquels on s’était posées !
pvtistes - Que faisais-tu en France ?
Gawel - Je bossais dans la Fonction Publique. J’étais mise à disposition à mi-temps pour être secrétaire d’une association qui s’occupe de sauvegarder, animer et mettre en valeur le patrimoine. Je m’occupais de visites guidées, de balades en calèches, d’expositions etc… Et mon autre mi-temps était à la ville, aux archives (et ça c’était franchement moins cool !)
pvtistes - Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Nouvelle-Zélande ?
Gawel - D’une, l’envie de changer d’horizon, d’air, d’habitudes. L’envie de laisser les Français râleurs en France et de partir découvrir une autre manière de vivre et de penser. Et puis, l’envie que j’avais depuis pas mal de temps d’aller là-bas. Les photos m’ont fait rêver très tôt, ces couleurs si particulières, cette multitude de paysages dans un pays pas si grand que ca… La nature omniprésente et la culture polynésienne m’ont rendue curieuse. Et étant fan du Seigneur des Anneaux, les films ont fini de me convaincre qu’un « jour, j’irai là-bas !!! ». Et puis la découverte du PVT m’a fait passer le cap !
pvtistes - Est-ce que c’est la première fois que tu vis à l’étranger ou que tu pars aussi longtemps ?
Gawel - Oui ! Mon voyage le plus loin et le plus long était Les Canaries pendant 10 jours avant mon départ pour la NZ.
pvtistes - Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines ?
Gawel - Le dépaysement !! Les couleurs, l’intensité du soleil, les gens qui parlent anglais autour de moi, les oiseaux qui n’ont pas les mêmes chants, les arbres et les fleurs qui sont totalement différents… Et bien sûr ils roulent à gauche !!
pvtistes - Est-ce que ta situation professionnelle t'a parue satisfaisante, en Nouvelle Zélande ?
Gawel - On ne peut pas dire que le Wwoofing soit une situation professionnelle. Nous n’avons pas travaillé contre salaire mais pour être logées, nourries et blanchies ! Les différentes situations que nous avons vécues ont été pour la plupart assez sympas. Il n’y en a qu’une seule qui a été un peu décevante (et sur 6, c’est une bonne moyenne !)
pvtistes - Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Nouvelle Zélande ?
Gawel - Le transport. Nous n’avions pas le budget pour nous acheter une voiture et nous avons dû nous débrouiller avec les transports en commun. Le réseau de bus est très développé là-bas, mais au bout d’un moment, on a envie de sortir un peu des sentiers battus (surtout quand on est dans une ferme paumée en plein milieu de nulle part !) et être un peu indépendante.
pvtistes - Quel est ton meilleur souvenir ?
Gawel - Sans hésiter mon saut en parachute au dessus de la baie of Island à Pahia !! C’était énorme ! Il y a aussi des fous rires qui restent, et des soirées tranquilles, pleines de paix mais qui ne présentent rien de particulier à raconter. Dans un autre genre, un moment qui m’a énormément marqué est quand on a assisté un de nos hôtes à aider une brebis à mettre bas. Ce n’est pas vraiment quelque chose que je fais habituellement alors c’est vraiment particulier pour moi !
pvtistes - Qu’est ce qui t'a terriblement manqué quand tu es rentrée en France ?
Gawel - Je pense que ce qui m’a manqué le plus, et qui me manque encore en fait, c’est le sentiment de liberté que j’ai ressenti quand j’étais là-bas. Très peu de contraintes, on allait où on voulait… C’est quelque chose d’un peu indescriptible en fait !
pvtistes - Qu’est ce que cette expérience t’a apporté, du point de vue personnel ou professionnel ?
Gawel - Une certaine ouverture d’esprit je pense. Et puis je parle vachement mieux anglais maintenant !! Dans un autre sens, j’ai aussi découvert certaines de mes limites. J’ai appris énormément sur moi, ca m’a fait beaucoup réfléchir. Pour tout dire, je réfléchis encore !
pvtistes - Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?
Gawel - Pfff… Difficile de donner un conseil général comme ca. Pour la NZ, prévoyez d’acheter une voiture ! Ce sera beaucoup plus facile pour vous ! Si vous voulez faire de Wwoofing, ne vous inquiétez pas et lancez vous ! Vous apprendrez énormément de vos hôtes, du travail, des autres wwoofeurs que vous croiserez… Par contre, ne comptez pas que sur ce moyen pour voyager. Au bout d’un moment, c’est un peu fatigant ! Mon expérience n’est pas forcément une des meilleures, je suis revenue plus tôt que prévu. J’ai été prise du mal du pays. Tout ce que j’ai voulu fuir, les habitudes personnelles, la facilité de notre vie m’ont tout compte fait manquées. Ma famille aussi bien sûr ! Et puis je pense aussi que certaines personnes n’ont pas forcément la fibre pour voyager comme cela ! Partir un peu à l’aventure demande des qualités que tout le monde n’a pas. Je fais partie, et sans aucune honte, de ces personnes qui aiment bien leur petit confort en fin de compte. Je ne le savais pas, je l’ai appris et je suis revenue deux mois plus tôt que prévu. J’ai appris sur moi. Et pour ca, il a fallu que je parte et que je laisse tomber un peu tout. Maintenant, je sais un peu plus ce qui me tient à cœur. Je ne dis pas que je sais tout, car je me pose encore beaucoup de questions et j’ai encore beaucoup de chemin à faire pour me trouver, mais cette expérience m’a ouvert les yeux sur certaines choses, certaines limites. Il faut passer par l’expérience pour pouvoir en conclure des choses. Ce n’est jamais négatif ou positif. C’est comme ca. Et je ne regrette rien de ce que j’ai fait ! La découverte de la Nouvelle-Zélande a été un moment fort. Des fois c’était dur, on n’a pas forcément rigolé tous les jours, mais la seule chose dont j’ai envie aujourd’hui est d’y retourner. D’aller visiter l’île du Sud sur laquelle je n’ai pas eu l’occasion de poser le pied. Je n’y retournerai pas dans les mêmes conditions, ce sera plus dans le cadre de vacances, mais j’y retournerai un jour. C’est une des seules choses dont je suis sûre ! Alors allez-y ! Faites cette expérience, apprenez de ce voyage. Quand on en a la possibilité, il ne faut pas hésiter ! On apprend sur les autres et sur soi-même, ca nous grandit un peu. On rapporte tellement de ces voyages… Beaucoup plus que de simples souvenirs !

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

2 Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements avec la communauté pvtistes.

Natacha
56 153
J’ai une petite question, combien t’as coûté le saut en parachute ? Te te souviens de l’organisme avec lequel tu l’as fait ? Merci d’avance !
Charlotte
437 792
Pwa, ça me donne tellement envie… cela fait un moment que moi aussi je me dis « un jour, j’irai en NZ » mais ce moment se fait attendre… il viendra toutefois, je le sais ! Et puis, j’aimerais aussi faire mon saut en parachute là-bas, si j’arrive à être patiente d’ici là 😉 Merci pour les feedbacks en tout cas !!!

Articles recommandés