Laura et Adeline : à la découverte de la Corée du Sud !

Date de publication : 26-12-2019

Auteur

Annelise

adedessine

Localisation

Charleroi, Belgique

Profession

Auteure de BD

Dernier diplôme obtenu

Master

Laura et Adeline ont remporté les pvtistes Blog Awards 2020 pour la Corée du Sud. Découvrez leur parcours dans cette interview et sur leur blog !

pvtistes : Bonjour Adeline, bonjour Laura ! Pouvez-vous vous présenter ?
Adeline : Bonjour, j’ai 27 ans et j’habite à Charleroi, en Belgique. Avant de venir en Corée du Sud, je travaillais dans un magasin qui vend des produits dérivés sur les jeux vidéo, les séries tv, les mangas, etc. Avant ça, j’ai fait des études de journalisme et de graphisme, ce en quoi je suis diplômée. A côté de ça, ma passion c’est le dessin. J’ai sorti quelques BD’s en autoédition et je réalise tous les dessins que vous pouvez voir sur notre blog.
Laura : Bonjour, j’ai 27 ans et je viens de Charleroi en Belgique. J’ai fait des études d’éducatrice spécialisée, métier que j’exerçais dans un centre pour personnes polyhandicapées avant mon départ en PVT.
Adeline Laura pvtistes blog awards coree du sud
pvtistes : Vous avez choisi de partir en PVT en Corée du Sud. Pourquoi cette destination ?
Adeline : La culture coréenne est quelque chose qui me passionne depuis longtemps. J’ai commencé, comme pas mal de gens, avec la K-pop. J’ai étendu ma passion avec les dramas. Les dramas coréens m’ont donné un aperçu du mode de vie à la coréenne. Si on enlève les histoires d’amour à l’eau de rose, on peut voir au travers des épisodes comment se construit la société, comment elle est hiérarchisée, comment vivent les gens, quelles sont les coutumes, etc.
Je voulais en savoir plus sur cette culture différente de la mienne. J’ai donc commencé à regarder des documentaires, des reportages, des vlogs, à suivre des youtubeurs qui vivent en Corée du Sud... Tout ça combiné m’a donné envie de venir dans ce pays et de découvrir par moi-même, en vrai, à quoi ressemble la Corée du Sud.
Laura : Cela fait quelques années que je m’intéresse à la culture coréenne, tout cela a commencé par la K-pop, je dois bien l’avouer, mais mon intérêt s’est vite dirigé vers d’autres aspects de la culture. Cela n’a pas été dur de dire oui pour un départ en Corée du sud.
Si vous êtes intéressé par le PVT en Corée du Sud, découvrez toutes les infos utiles par ici !
pvtistes : Vous partez à deux. Selon vous, est-ce plus facile que de partir seule ?
Adeline : Jusque maintenant on ne voit pas vraiment de points négatifs à partir à deux. On se sent plus en sécurité, on a quelqu’un sur qui compter, une présence et c’est plus chouette de faire les activités à deux (notamment, notre série de vidéos « 1 semaine 1 café » où on va visiter un café à thème original par semaine. Ce serait moins fun à faire seule et ça nous permet de vivre des bons moments ensemble et de se faire des super souvenirs).
Les gens disent souvent qu’on fait un PVT à deux. Alors que pour nous on fait chacune notre PVT… mais que l’on est deux. Tout est dans la nuance. ? On vit la même aventure, on fait les mêmes choses mais on peut percevoir tout cela de façon différente, bien que l’on soit relativement semblables.
Laura : Oui et non. Oui, parce qu’on a un repère et que l’on ne vit pas l’aventure seule et non, parce qu’il faut faire des compromis sur les activités, le quotidien… Mais ce n’est pas parce qu’on part en pvt à deux qu’on passe 24h/24, 7j/7 collées l’une à l’autre.
pvtistes : Comment s’est passée la préparation au départ ?
Adeline : Comme dit plus haut, je passais beaucoup de temps à me renseigner sur la Corée du Sud avec des documentaires, des vlogs, etc. Le PVT était devenu une évidence. J’avais un boulot qui me plaisait énormément mais j’ai des diplômes qui ne me servaient à rien, du coup. Et puis, je vivais seule, célibataire et sans enfants alors que mes frères et sœurs plus jeunes construisaient leurs familles. Je ne voulais pas stagner dans ma petite vie et j’avais envie d’aventures !
L’annonce à mes proches s’est faite quelques mois après que ma prise de décision. Je préparais déjà mon voyage. Je voulais leur annoncer une fois que j’étais prête à partir. J’ai réuni ma famille autour d’une table et je leur ai dit. Sur le moment je n’ai pas eu beaucoup de réaction. J’attendais le plus la réaction de ma mère. Elle m’a dit qu’elle n’avait pas fait des enfants pour qu’ils soient collés à elle toute leur vie. J’ai pris ça comme un acquiescement et j’ai pu partir le cœur plus léger.
Je n’ai jamais vraiment eu de doutes face au voyage. Je n’avais pas peur de la barrière de la langue, du choc des cultures, j’avais juste envie d’y être et de vivre une nouvelle vie. Au niveau de l’administratif, pas vraiment de souci. Mais là où c’est marrant, c’est que Laura et moi nous avons fait tous nos documents en même temps. Mais par exemple, j’ai eu mon passeport une semaine après en avoir fait la demande et Laura l’a eu quelques jours après, alors qu’on avait été le faire dans le même bureau, le même jour à la même heure. Du coup, ça donne des petits moments de stress quand les procédures ne sont pas pareilles pour l’une ou pour l’autre. Au niveau de la banque, il nous fallait une attestation de fonds. Laura a pu avoir la sienne tout de suite à sa banque et gratuitement. Tandis que j’ai dû payer 10 euros et que je ne l’ai eu que 5 jours après… Le point positif de tout ça, c’est que l’on est deux, on a des expériences différentes pour les mêmes choses et donc on peut répondre aux questions que nous posent de temps en temps des futurs pvtistes plus facilement.
Laura : C’est une décision à laquelle j’ai réfléchi pendant plusieurs semaines lorsque Adeline m’en a parlé. J’ai pesé le pour et le contre et j’en suis venue à la conclusion que c’était le bon moment dans ma vie pour tenter l’aventure. Je n’ai pas rencontré de problèmes au niveau de l’administratif, mais cela a été quand même été une période stressante. J’étais toujours dans le stress de ne pas avoir mes papiers à temps ou que le visa ne me soit pas accordé.
Pour préparer et réussir votre PVT en Corée du Sud, téléchargez gratuitement le guide des pvtistes !
pvtistes : Parlez-vous coréen ?
Adeline : En finissant le boulot à 19 h, il était compliqué pour moi d’aller assister aux cours de coréen de Bruxelles. J’ai donc appris seule. Principalement avec des cours donnés en ligne (Kajacorée m’a beaucoup aidée, il donne des cours en français gratuitement sur son site internet et aussi TTMIK, les indispensables que tout le monde connait pour apprendre en anglais). J’ai installé pas mal d’applications sur mon smartphone pour apprendre. J’ai acheté des bouquins aussi et je faisais mes propres carnets où je notais tout ce que j’apprenais. Avec mes bases, je peux m’en sortir jusqu’à maintenant en Corée du Sud. Faire les courses, passer à la caisse, commander à manger au restaurant, etc. Je peux le faire en coréen. A l’écriture et à la lecture, je m’en sors un peu. Mais je n’avais pas assez de pratique en Belgique, du coup, des fois, j’ai encore un peu de mal à comprendre une phrase complète quand les Coréens me parlent (ils parlent très vite haha). Mais finalement, avec les parties que je comprends et la gestuelle, j’arrive toujours à m’en sortir.
Je compte prendre des cours de coréen au Seoul Global Center lors de la prochaine session, en janvier. Je vais chercher un boulot en attendant, en espérant que cela aide mon niveau de coréen à s’améliorer. C’est une langue que j’apprécie énormément, que j’aime entendre et que j’aime essayer de parler.
Laura : N’ayant pas de cours de coréen dispensés près de mon domicile et ne pouvant me rendre à la capitale pour y participer, j’ai dû apprendre en autodidacte. Autant dire que mon niveau n’est pas très élevé. Je sais lire le hangeul, je connais les premières bases (bonjour, merci, …). J’aimerais prendre des cours au Seoul Global Center pour pouvoir me débrouiller dans la vie de tous les jours, j’attends les inscriptions qui devraient se dérouler d’ici quelques semaines. En attendant, je me sers de l’anglais.
Adeline Laura pvtistes blog awards coree du sud
On vous donne des conseils pour apprendre le coréen dans ce dossier.
pvtistes : Votre PVT vient de débuter. Comment se passent vos premières semaines sur place ?
Adeline : Je.Vis. Ma. Meilleure. Vie. 😀 Il y a tellement de choses à faire, à voir. J’aime découvrir en vrai des endroits que j’ai vus en vidéo. Et d’avoir la surprise de découvrir des endroits dont je n’avais jamais entendu parler et de me créer mes propres souvenirs. J’ai tout de suite été à l’aise dans ce pays.
Pour être honnête, j’avais un peu peur de faire face à du racisme ou juste à la curiosité des gens. Mais en vrai, ça arrive très peu que des gens nous regardent bizarrement. On a déjà nos repères, nos habitudes alors que ça ne fait que quelques semaines qu’on est là. On a notre chez nous, nos quartiers préférés où aller, les endroits où faire nos courses, des connaissances françaises sur place. Tout cela fait qu’on se sent un petit peu comme chez nous.
Laura : Très bien, on commence à prendre nos marques dans le quartier, dans notre goshiwon. On visite petit à petit les différents quartiers pour s’imprégner de l’ambiance. On ne veut pas tout faire ou visiter maintenant, de peur de s’ennuyer le reste de l’année.
pvtistes : Qu’est-ce qui vous a le plus marquées depuis votre arrivée ?
Adeline : Le jour de notre arrivée, on avait nos valises et on ne savait pas trop où aller. Des gens nous ont montré le chemin en nous accompagnant sur une partie du trajet, d’autres ont proposé de nous aider avec nos valises... Et ça dès notre premier jour sur place !
Une chose qui m’a marquée, ce sont les gens en claquettes. L’autre jour il pleuvait et il faisait -2°, on a vu des gars se balader en claquettes dehors...
Bon sinon pour dire un truc plus sérieux, on ne s’attendait pas à ce que Google Maps ne fonctionne pas ici. Enfin, pour les trajets à pied, du moins. On s’est rendu compte que l’on pouvait aller d’un endroit à l’autre assez facilement à pied, sans forcément prendre le métro mais Maps ne propose que les trajets en métro ou en voiture. Ce n’est pas très contraignant, ce qu’on faisait, c’est qu’on choisissait le trajet en voiture et qu’on faisait le même chemin… mais à pied. Heureusement, avant de venir, on avait téléchargé des applications de localisation comme Kakaometro (pour les trajets en métro) et Naver Maps. Naver maps c’est le même principe que Google Maps mais pour la Corée. Et donc, pour que cela fonctionne, il faut écrire les adresses en coréen. Pas toujours évident !
Laura : Les gens qui crachent par terre! On m’en avait parlé mais je ne pensais pas que cela arrivait autant de fois en une journée. En positif, c’est la gentillesse des Coréens ! Ils sont polis et serviables, un peu trop parfois.
Adeline Laura pvtistes blog awards coree du sud
Culture coréenne : ABCédaire de la Corée du Sud.
pvtistes : Comment envisagez-vous votre année en Corée du Sud ?
Adeline : On est ici pour vivre le plus possible à la coréenne et s’imprégner de la manière de vivre. On aimerait donc travailler en plus de visiter. On attend notre carte de résidence, l’Alien card, avant de pouvoir travailler. Peu importe le secteur. J’avoue que la traduction ou le journalisme me feraient plaisir, mais bosser dans les restaurants et les cafés sont des boulots plus accessibles pour les pvtistes.
En tant que Belges, le pvt ne nous permet de travailler que 6 mois, contrairement aux Français qui peuvent bosser toute l’année. Du coup, on aimerait travailler durant 6 mois et puis visiter des villes telles que Busan, Gwangju, Jeonju et l’île de Jeju durant la seconde partie de notre année ici.
Laura : J’aimerais trouver un travail, si possible avec des personnes handicapées ou des enfants mais je sais que c’est plutôt difficile à trouver. Sinon, le travail dans un hôtel ou un restaurant, me plairait aussi. J’ai déjà vu une annonce concernant du bénévolat dans un orphelinat pour personnes handicapées, je pense proposer mon aide durant mon année en Corée.
pvtistes : Quels conseils donneriez-vous à un futur pvtiste en Corée ?
Adeline : Je connais des gens qui sont venus en Corée sans vraiment de préparation et qui du coup, après quelques mois, s’ennuient un peu. Je conseillerais de se renseigner un peu sur le pays, sur les activités à faire et les endroits à visiter (comme les visites culturelles, les festivals, les events qui auront lieu durant l’année en cours). De se faire une sorte de Wish List. On l’a fait pour les endroits à visiter (en plus de la liste de nos cafés) et on est à près de 300 lieux / activités à faire.
Et aussi, de se renseigner sur les choses à faire / ne pas faire pour ne pas être mal vu ici par la suite. Par exemple, dans le métro, il y a des sièges réservés aux personnes âgées et aux femmes enceintes. Le métro a beau être bondé, il n’est pas rare de voir ces sièges-là vides car les Coréens ne vont pas s’asseoir sur ces places s’is ne sont pas âgés ou enceintes. On voit des étrangers s’asseoir dessus, parce qu’ils ne sont pas forcément au courant de cela (malgré les pictogrammes sur et devant les sièges).
Un autre conseil important, c’est aussi d’apprendre un minimum le coréen. Il est assez simple de s’en sortir même en ne parlant que l’anglais (pas mal de choses sont traduites dans les rues, les transports, les restaurants…). Mais juste le fait de pouvoir lire l’hangeul vous aidera à commander plus facilement à manger. Il vous sera plus facile d’interagir avec les gens en ayant quelques bases. Puis, le coréen est une si jolie langue, pourquoi ne pas l’étudier ?
Laura : Je lui conseillerais de bien préparer son pvt et de ne pas partir sur un coup de tête ! Il peut se passer plein d’imprévus durant les préparations et même sur place, préparer le pvt permet d’anticiper certains problèmes qui pourraient se présenter. Je conseille aussi de regarder des endroits ou des activités que l’on peut faire sur place dans les différents quartiers, cela permet d’avoir des idées pour éviter de s’ennuyer après un mois ou deux.

Merci Laura et Adeline ! Retrouvez-les sur leur blog, sur Youtube et sur Instagram.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (3)

Aucun commentaire

Articles recommandés