On a testé : être ouvrier dans une distillerie à Montréal

Date de publication : 20-12-2013

Auteur

Julien

Parmi les jobs que tu as effectués au Canada, tu vas nous parler duquel ?

J’ai testé pas mal de petits boulots durant mon année de PVT, mais il y en a un qui ressort malgré tout : celui de travailleur général dans une distillerie de whisky. Travail que j’ai occupé durant tout l’hiver 2012/2013 et qui me laisse beaucoup de souvenirs : bons et mauvais !

Tu travaillais déjà dans ce domaine en France ?

Non pas du tout, je suis diplômé d’un BTS en management et je travaillais chez Leclerc.

Comment t’y es-tu pris pour trouver ce travail ?

Après avoir bien profité du mon début de PVT, mon compte en banque m’a rappelé à l’ordre assez rapidement. C’est deux mois après mon arrivée que je me suis mis à chercher du boulot. J’ai voulu emprunter le chemin dit classique, dont j’avais lu maints témoignages sur le site, c’est-à-dire mettre son CV aux normes québécoises et partir en direction des lieux d’embauche bien connus que sont St Catherine, le Mont Royal, le marché Jean Talon. Apparemment, les petits boulots de vendeurs, etc. se décrochaient à la pelle. Je dis pas que ça ne marche pas… mais ça n’a pas fonctionné pour moi.

Je suis donc passé au plan B, postuler sur Internet (kijiji) à tous les boulots que je pourrais éventuellement accomplir et là, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner pour des entretiens dans des agences de placements.
Je me suis présenté au premier et ce fut l’entretien d’embauche le plus étrange et le plus court de ma jeune carrière ! 10 minutes, montre en main, dont 7 à parler du fait que l’hiver qui s’annonçait serait dur pour un jeune Français. Tout ça pour se terminer par un « je t’appelle dans 3 jours mais tu devrais commencer lundi prochain normalement. Salaire 12 $ c’est ok ?  » Voilà comment j’ai eu mon premier boulot.

A-t-on exigé que tu aies des compétences ou des diplômes particuliers ?

Comme dit plus haut, j’ai eu l’impression de faire la queue à la boulangerie :
– « Je vous sers quoi ? »
– « Un boulot SVP, madame  »
– « Un boulot pour le jeune homme, c’est parti ! »
Mon entretien ne nécessitait aucun CV, aucune compétences !

Une fois que tu as commencé a travailler, comment ça s’est passé ? Quelles tâches devais-tu accomplir ?

Les premiers jours ont été horribles, le travail consistait à mettre des bouteilles de whisky qui arrivaient sur une chaîne d’usine dans des cartons. Ca parait simple comme ça, mais quand on vous demande de les prendre 4 par 4, vos doigts triplent de volume assez rapidement. Tout ça dans un vacarme incessant de bouteilles qui s’entrechoquent sur les chaînes.
Au fur et à mesure, j’ai pris le coup de main et j’ai été amené à faire d’autres tâches allant de passer la serpillière, à former les nouveaux arrivants. J’ai travaillé à la préparation des alcools, l’étiquetage, au chargement de palettes… je comprenais au fur et à mesure pourquoi l’intitulé de mon poste étais travailleur général.

L’ambiance de travail étais excellente, le travail se faisant généralement en équipe, les crises de rire autour des chaînes de remplissage étaient fréquentes et j’y ai lié des amitiés qui perdurent encore aujourd’hui. En plus, les heures de boulot étaient de 15 h à 23 h, alors je peux vous dire que certaines soirées de boulot se sont prolongées dans les bars de Montréal !

Quel salaire touchais-tu ?

Je touchais 12 $/heure et travaillais 40 h par semaine, avec en plus la possibilité de faire régulièrement des heures supplémentaires payées elles 18 $/heure. Mon salaire dépassait les 2 000 $ nets certains mois.
Au bout d’un moment, les responsables de l’usine ont souhaité m’embaucher avec un salaire de 18 $/h net, très intéressant, mais faire ce boulot plus de 6 mois doit, à mon avis, vous mener à une crise de nerfs.

Quels autres jobs as-tu faits pendant ton PVT ?

J’ai fait d’autres boulots avant et après celui-ci, allant de déménageur à maçon. J’ai déchargé des camions en provenance de Chine pour un groupe de distribution bien connu (Dollarama). J’ai été assistant gérant d’un Couche Tard durant une semaine. Des boulots déclarés… ou pas. Certains avec des horaires complètement fous. J’ai cassé de la pierre au marteau piqueur de 21 h à 2 h. D’autres boulots nécessitaient une condition physique… que je ne possédais pas. Aaah ce frigo américain à porter sur 2 étages… Mauvais souvenirs de déménageur. Malgré tout, ils m’ont tous permis de faire de belles rencontres, majoritairement avec des Québécois.

Quel est ton meilleur souvenir ?

Les fous rires par centaines avec les collègues et l’un d’entre eux en particulier, lui aussi PVTiste. Les soirées avec les collègues après le boulot, la fierté de voir dans tous les bars ou presque, où j’ai mis les pieds au Canada et au USA, des bouteilles du whisky faites dans l’usine !

Retrouvez toutes les aventures de Julien sur son blog Pauline et Julien sur la route !

6 Commentaires

Julien
16 64
Coucou à vous amis PVTistes ! Desolé pour cette réponse tardive, des conseils je n’en ai pas d’autre à part ceux présent dans l’article. Passer par Kijiji. C’est rapide et souvent efficace ! Agence d’intérim je suis pas par bédard ressource et multi extra ressources. un peu de T pour beaucoup de V après !!
virginie
24 55
comme gwen je suis preneuse de bons conseils !!!
Gwen
0 3
Super intéressant ! Aurais tu de bonnes agences d’Intérim a me conseiller ?
Julie
4.9K 13.8K
Oui, les agences d’interim m’ont permis de trouver tous (sauf un) mes boulots, c’est pour ça qu’on recommande pas mal de passer par ce biais 🙂 Très sympa comme retour en tout cas, merci Julien !!
virginie
24 55
comme quoi on peut vraiment trouver un emploi dans n’importe quel domaine et pas forcément le sien !! c’est ca qui est sympa!! vivement que j’y parte avec mon chéri !!!
Cedric
2.8K 3.3K
J’adore !

Articles recommandés